17/01/2010

Cherche mon sapin

« Gamin ». « Oui, papa ». « Où est le sapin de Noël ? ». « Petit papa Noël est passé ». « Gamin, tu as oublié la virgule entre papa et Noël ». « Oui, papa. Petit papa, virgule, Noël est passé. Le camion aussi ». « Quel camion, gamin ? ». « Le camion poubelle qui ramasse les sapins de Noël, papa ». « Mais, gamin, c’est un sapin artificiel, qui se replie comme un parapluie et qui se range dans la cave ». « Tu n’avais qu’à le ranger, papa. Je te connais, avec toi le sapin aurait encore été là à Pâques ». « C’est vrai, gamin, mais sais-tu ce que coûte un parapluie à aiguilles ? ». « Papa, si tu avais de l’ordre tu aurais rangé le sapin ». « Et les boules, gamin ? ». « Camion, papa ». « Et les petits personnages, gamin ? ». « Camion, papa ». « Et la guirlande, gamin ? ». « Camion, papa ». « Et le petit Jésus, gamin ? ». « Il est dans la caisse de Noël, emballé avec l’âne et le bœuf pour ne pas qu’Il voit Joseph et Marie, que j’ai emballé ensemble, lui faire une petite sœur ». « Et les moutons, gamin ? ». « Tant pis si la pure laine vierge va coûter plus cher mais je les ai mis avec les bergers dans le même essuie-tout ». « Et les rois mages, gamin ». « Ils font de la musique dans la boîte, papa ». « De la musique, gamin ? ». « Ben oui, papa. Comme il n’y avait plus d’essuie-tout pour les emballer séparément, je les ai emballés dans ta chaussette orpheline et ils font de la musique à l’envers ». « De la musique à l’envers ? ». « Ben oui, papa, en musique, une blanche vaut deux noires, mais, chez les mages, c’est un noir pour deux blancs ». « Heuuu ».

26/06/2009

Cherche à disculper le gamin

« Alors, gamin, as-tu reçu tes résultats scolaires ? ». « Oui, papa ». « Et alors ? ». « J’ai un échec en religion ». « En religion ! Mais je t’avais fait répéter : Jésus, Marie, Joseph, l’âne et le bœuf, les bergers et les moutons. Tu as eu un trou de mémoire ? ». « C’est à cause des autres, papa ». « Quels autres, gamin ? ». « Les rois mages, papa ». « Mais, gamin, je t’avais dit d’écrire leurs noms à l’intérieur de la ceinture de ton pantalon ». « Je l’ai fait, papa, même que ce n’était pas facile de relire les noms pendant que madame interrogeait ». « Explique-moi, gamin ». « Le premier, c’était Gaspard ». « Et alors, gamin ? ». « Madame était contente de ma réponse. Le deuxième, j’ai lu Balthazar dans mon pantalon et j’ai dit Balthazar à madame ». « Et alors, gamin ? ». « Madame était contente. Pour le troisième j’ai lu dans mon pantalon et j’ai répondu Benetton. Madame n’a pas été contente ». « Gamin, j’irai dire à madame que j’ai eu une mauvaise idée ».  

13/12/2008

Cherche une tête et un hibou

C’est encore moi, pour la crèche vivante. Je simplifie : je vais faire la crèche vivante avec des animaux morts. Je cherche une tête de cerf sur une planche en chêne et un hibou empaillé. Et aussi un manneken pis avec le zizi en tire-bouchon, pas trop grand, pour faire le petit jésus. Ce sera du plus bel effet si je le mets couché. Pour les moutons je mettrai des boules d’ouate de démaquillage. J’en cherche aussi parce que je ne me démaquille pas vu que je ne me maquille jamais. Je cherche aussi un sapin, intelligent, capable de prendre l’ascenseur tout seul et de monter au cinquième. Avec les boules si possible. Important : je cherche aussi un emplacement de parking dans ma rue pour ma Citroën Albert Lingo pour ne pas devoir me promener avec une grosse dinde surgelée. D’avance merci  pour tout.

21/09/2008

Cherche un siffleur

Je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai une extinction de voix. Je le dis tout haut à tous les écologistes du monde, ma voix est en voie d’extinction. Y a pas que le cabillaud, les icebergs,  les forêts amazoniennes,  les cuisses de grenouilles, la laine vierge parce que les bergers courent plus vite que les moutons, les sourires de la caissière au supermarché, les banquiers honnêtes, les cadeaux gratuits dans les boîtes de poudre à lessiver qui s’extinctent. Ma voix aussi. Je ne sais plus siffler. Vous me direz que siffler est réservé aux obsédés sexuels qui rencontrent des nanas dans les rues et aux propriétaires de chien, souvent les mêmes d’ailleurs parce qu’il faut être con pour sortir un chien sous la canicule, sous la pluie, sous la neige, pour pouvoir siffler Médor quand une nana passe, fût fûûût, Médor, ici mon bon chienchien, bonjour mademoiselle, vous allez bien, vous habitez chez vos parents. Je ne sais plus faire fût fûûût.. Couic, je fais pfffff. Refroidissement ? Chaud et froid ? Je fais pfffff. Le problème est que j’ai reçu pour mon anniversaire un porte-clefs qui répond au sifflement. Où es-tu, mon porte-clés ?. Pffff. Pas de réponse. Mon porte-clés ! Avec mes clés ! La clef de l’appartement, la clefs de ma Citroën Albert Lingo, la clef du tiroir à bonbons,  la clef de l’armoire où je mets les DVD que le gamin est trop jeune pour regarder sinon il va devenir obsédé sexuel. Pffff, pfffff, houhou, mes clefs. Si un homme qui a un bon sifflet pouvait venir je serais content. Je suis sur le palier du cinquième.

16/06/2007

Cherche deux moutons, pas plus

« Papa, je veux des moutons ». « Gamin, enfin, voyons, tu es fou ou quoi, des moutons, dans l’appartement au cinquième étage, ils vont brouter la moquette ». « Papa, je veux des moutons ». « Tu auras une écharpe en laine, gamin. La laine, c’est du mouton ». « Papa, t’as vendu Ham, Stram, Gram, Piképi, Kéco, Légram, les petits hamsters, je veux des moutons ». « Heuuu, gamin, faisons un compromis. D’accord pour deux moutons, deux jours, pas plus, les 24 et 25 décembre, pour faire une crèche vivante pour Noël si, condition signée canonne, on arrive à faire monter un âne et un bœuf dans l’ascenseur ». Je cherche deux moutons pour les 24 et 25 décembre.

23/03/2007

Biglodion et les animaux (1)

Biglodion et les animaux (1)

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

Cherche un dresseur de puces

Je n’aime pas les gros animaux, genre chevaux, girafes ou hippopotames, j’en ai peur. Par contre, j’adore les petits, les coccinelles, les abeilles, les mouches, les araignées. Je me sens supérieur. S’ils m’embêtent, paf, ou sproutch, ou splatch et c’est fini, j’ai gagné. Pas possible avec un boeuf, voire un mouton ou un chien berger allemand ou pâtre grec avec une gueule de métèque. Bonne nouvelle : il y a des puces à l’école du gamin. Si, je les vois sauter dans ses cheveux. Oufti, double axel. Switzerland ten points. Le gamin ne veut pas garder son mini jardin zoologique mais moi oui. Je cherche un dresseur de puces et des conseils pour les élever dans l’appartement.

Cherche quelqu’un pour tenir le dauphin

 

J’ai eu un problème avec le fil à plomb de l’abri de jardin. J’ai résolu le problème tout seul : à la caisse du supermarché j’ai acheté une ficelle avec un gros ballon en forme de dauphin au bout. C’est comme un fil à plomb mais dans l’autre sens, du bas vers le haut. C’est génial. Le problème, c’est qu’il fait prise au vent. Le gamin est trop petit pour tenir le dauphin et, si c’est moi qui tient le dauphin, je n’ai plus de mains pour bricoler. Qui pourrait venir tenir le dauphin du fil à plomb deux ou trois heures, ou quatre si ce n’est pas abuser, chaque samedi.

 

Cherche hébergement pour un mouton

 

Je viens de terminer la pose d’un solide grillage tout autour du jardin. J’ai oublié de prévoir une porte et je suis enfermé. A l’intérieur. Ce n’est pas grave, la maison est ouverte et j’ai donc accès aux toilettes et au frigo pour faire une omelette aux lardons ce midi, le temps de trouver une solution. Mais ma femme, le gamin et le mouton sont enfermés à l’extérieur. Une voisine a recueilli le gamin et l’amènera à l’école demain, un monsieur a emporté ma femme. Il reste le mouton. Il s’appelle Albert parce, quand on l’appelle, il répond Albêêêêêêrt. Je lui cherche un hébergement pour un jour ou deux. Je cherche aussi quelqu’un qui pourrait m’apporter des tenailles.

 

24/01/2007

Cherche des cintres

« Gamin, t’es fou, arrête de lancer mes cintres par la fenêtre du cinquième étage ». « Mais, papa ». « Y a pas de mais, gamin. Mais quoi ? ». « Ce sont des boomerangs, papa ». « Ce sont mes cintres, gamin. En as-tu vu un seul qui revenait ? Hein ? Hein ? ». « Pourquoi toi tu le fais, papa ? ». « Comment ça, qu’est-ce que c’est que cette histoire ? ». « L’autre jour, je ne dormais pas et je t’ai vu le faire avec Gérard et Albèèèèèèrt ». « Pourquoi l’appelles-tu Albèèèrt ? ». « Ben, papa, c’est ton copain qui a des moutons. Et ça fait quoi, des moutons ? ». « Heuuu, ça fait des petites crottes rondes ». « Papa, t’es con ». « Gamin, on arrête la discussion, veux-tu. Bordel de merde, et mes chemises, je les mets sur quoi ? ». Je cherche des cintres.

02/04/2006

Cherche le prix d'une vache sur pied

Hier après-midi, premier avril, grimés, avec deux copains nous nous sommes fait passer pour des représentants du ministère de l'agriculture et nous avons sonné à la porte d'un pote qui habite à la campagne : "Bonjour, Monsieur, il est revenu aux grandes oreilles du ministre que vous élevez des moutons avec beaucoup d'amour". "Ben, heu, oui, pourquoi ?". "Vous avez été primé et regardez, derrière nous, une vache, Marguerite, c'est le premier prix, elle est à vous". "Germaine, Germaiiiiiine, viens voir, la famille s'aggrandit". Je vous le donne en mille : il a fait rentrer la vache chez lui, le salaud. Il l'a baptisée au mousseux et nous on a juste eu droit à une limonade et encore il a fallut qu'on insiste du genre ah, les émotions ça donne soif. Nous n'avons jamais osé lui dire que la vache était un poisson d'avril. Une heure après nous étions en train d'expliquer la boulette au fermier qui nous avait loué la vache pour une demi-journée. Il nous réclame un prix gastronomique : autant de kilos de steack, gnagnagna, autant d'entrecôtes, gnagnagna, autant de carbonnades, gnagnagna, autant de kilomètres de saucisse pur boeuf, gnagnagna, autant de spirales de chipolata, gnagnagna, autant de faux-filet, petit-nerf, pelé, plate-cuisse, aiguillette, grosse-cuisse, jarret. Vous le saviez, vous, qu'il y a tout un supermarché dans ce quadrupède à quatre pattes sensé faire du lait ? Quand le fermier a encore ajouté une queue, une langue, une descente de lit en cuir naturel, j'ai vu rouge et je lui ai dit de ne pas oublier les magrets, le waterzooï et les cuisses de grenouille. Il voulait les ajouter à sa liste. Bref, nous nous sommes fait couillonner. Nous cherchons à connaître le prix d'une vache, une vraie, sur pied, pas une en pièces détachées dans des barquettes.

29/03/2006

Cherche deux lapins domestiqués

Le sapin sans aiguille que j'ai mis en vente n'a pas encore trouvé acquéreur. Pâques arrive. Je vais le déguiser en sapin de noël pascal et pendre des oeufs à la place des boules. Pour la crêche vivante, les souris blanches feront les moutons des bergers. Je cherche deux lapins, bien sages, un gris et un brun, pour faire l'âne et le boeuf.

12:43 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : noel, paques, creche, sapin, souris, mouton, lapin, boeuf |  Facebook |