12/08/2010

La grosse commission de Robert

« Oula, je parle tout bas parce que Robert dort. Que vous êtes jolie, mademoiselle, avec votre uniforme d’infirmière. Le blanc vous va très bien ». « Monsieur, savez-vous si monsieur Robert a fait sa  grande ». « Sa grande ? Sa grande quoi ? ». «  Sa grande commission, monsieur ». « Quoi ! Robert fait les courses pour vous ! ».  « Monsieur, je vous demande si Monsieur Robert a fait caca ». « Ben, vous savez, à l’odeur je pense que oui ». « Merci, monsieur ". " Dites, charmante demoiselle, donnez-moi votre liste des commissions, j’irai faire les courses pour vous ». « Mon mari le fait très bien, monsieur ». « Heuuu ».

 

Pour les amis de la blogosphère habitant l’hexagone, la Québec, la Suisse ou ailleurs, en Belgique francophone ‘faire ses commissions’ signifie faire ses courses, faire son marché, magasiner.

10/07/2010

Cherche d'où vient l'odeur

« Papa, ça pue dans la cuisine, ça sent les patates brûlées ». « Je sais, gamin, c’est l’eau des patates qui bout, qui déborde et qui se répand sur la cuisinière. La cuisinière chaude fait évaporer l’eau et brûle les bouts de patate qui se sont échappés lors de l’ébullition. C’est un phénomène naturel, gamin, comme le réchauffement climatique ». « Mais, papa, ça pue. Fais quelque chose ». « Ouvre la porte-fenêtre qui donne sur le balcon. Comme ça, gamin, si l’odeur de patates brûlées te dérange tu auras celle des gaz d’échappement. Tu y es habitué. Moi pas ». « C’est quoi tes odeurs préférées, papa ». « Heuuu, l’odeur du lait qui sort du pis de la vache, l’odeur de la lavande mais pas dans le savon ou le nettoyant pour la vaisselle, la vraie lavande qu’on trouve dans le parc communal. Mais, gamin, il faut bien choisir sa lavande. Celles du bord sentent le pipi de chien. Il faut marcher dans les parterres pour s’y vautrer à plat ventre et humer le Sud. Mais attention, gamin. Il ne faut pas bouger. Un jour, je m’étais allongé ventre contre terre dans le parterre de lavandes du parc, j’avais les jambes qui battaient de l’aile en l’air et je criais : ‘Ah, je jouis, je jouis, je jouis’ quand une patrouille de policiers qui surveillait les éventuels pédophiles à la sortie de l’école près du parc m’a pris en flagrant délit ». « Et alors, papa ? ». « Commissariat, gamin ». « Et alors, papa ? ». « Sauvé par une femme, gamin. La commissaire s’appelait Delphine et elle, elle a compris qu’un homme pouvait aimer les fleurs ». « Tu lui dis quoi, à cette madame Delphine, papa ». « Merci ».

10/02/2010

Cherche à retrouver mes couleurs

« Papa, as-tu payé le rappel de facture pour l’électricité ? ». « Gamin, tu sais bien que je ne reporte jamais à demain ce que j’aurais du faire hier ». «  Je sais, papa, tu le reportes à après-demain ». « C’est comme ça, gamin, c’est dans ma nature ». « Ou c’est l’abus de raviolis sauce tomate qui te monte au cerveau. Méfie-toi, papa, as-tu déjà lu la liste des ingrédients de la sauce ? Sais-tu pourquoi certaines tomates sont tellement invendables au marché qu’on en fait de la purée ? Sais-tu dans quel pays et avec quels pieds les tomates ont été transformées en purée ? Il y a peut-être des produits pour combattre l’odeur des pieds dans les additifs. Et la viande ! As-tu déjà pris le temps de laver un ravioli, de l’ouvrir, de jeter la pelure pâteuse et de ne manger que l’intérieur ? C’est peut-être inscrit bœuf mais sais-tu que, à part les semelles, tes chaussures sont aussi en bœuf ? ». « Gamin, arrête, je suis malade ». « On en reparlera après le dîner, papa, parce qu’à l’école on nous apprend, à nous les jeunes, à manger sain. Ne fais pas cette tête là, papa. J’ai faim. On mange quoi, ce midi ? ». « Des raviolis, gamin ».

11/09/2009

Cherche psy dodo canapé

Je me suis trompé de photo quand mon psy m'a demandé si j'en avais une de moi quand l'étais jeune, pour voir si j'avais déjà la bosse des maths, le creux de la vague, la langue bien pendue, la culotte de cheval, les nerfs à fleur de peau, les guibolles qui flageollent, un poil dans la main, une odeur de moquette fumée, les seins qui louchent, les dents de la mère, une cervelle d'oiseau, des pieds de porc, une langue de boeuf, les dents du dessous qui baignent, les pieds dans le plat, l'oeil de Moscou, la rate qui se dilate, les deux doigts dans le nez, le nez en trompete, une tête à claques, les tripes à la mode de Caen, le waterzooï à la gantoise, la tête pressée entre deux saindoux comme chez le boucher, une côte à l'os, un oeil qui dit coucou à l'autre, un coucou qui sort quand c'est l'heure, un cheveu sur la langue, une langue de bois. Quel questionnaire j'ai du subir. Ah, il faire beaucoup d'études pour être psy. C'est quand je lui montré la photo que ça c'est gâté. " Vous avez besoin de vacances. Et tout de suite. Mais pas dans mon canapé. Allez, réveillez-vous ".

1426

16/08/2009

Cherche le poulet précuit

(Si vous étiez absent hier, vous avez intérêt à lire le post précédent avant celui-ci) J'adore le poulet, surtout quand il est déjà cuit et fourni dans une barquette. Je n'en cuis plus moi-même. Un pas cuit, je ne pas certain qu'il soit vraiment mort et je ne tiens pas à courir derrière un poulet sans plume dans l'appartement. Par ailleurs, mes deux seules expérience de cuisson de poulet (et je n'exagère pas en parlant d'expérience) se sont terminées, la première, par une odeur tenace de viande brûlée qui a persisté une semaine dans l'appartement (j'ai vidé trois spray anti mauvaises petites odeurs à la lavande mais ça a aggravé la situation vu que nous étions en hiver), la seconde et dernière par le dépôt clandestin du bidule caoutchouteux, encore en partie rose et sans goût parce que je ne savais qu'il fallait ajouter des épices. Ce que je préfère dans le poulet précuit vendu au supermarché c'est la barquette. Elle flotte sur l'étang du parc communal où je la dépose en cachette car elle n'a pas de trou dans le fond, comme pour les champignons pas cuits. Si ça vous étonne sachez qu'une barquette avec des trous dans le fond n'est plus une barquette mais un sous-marin. En plus, votre poulet précuit n'a plus de sauce puisque toute la sauce s'est retrouvée dans le caddy. Savez-vous que le poulet précuit en barquette est moins cher que le poulet rose et douteux à qui il faut tout faire. A condition de disposer d'un parc communal avec un étang. Comme ce serait ridicule de faire circuler une barquette à vide sur l'étang je la remplis avec toutes les crasses, épluchures, bâtonnets avec de l'ouate pour les oreilles usagés et jaunes, capsules de bières, mégots de cigarettes, pelures d'agrumes, boîtes de raviolis vides, restes de l'avant-veille, coquilles de moules. Résultat des courses : presque plus de sacs poubelle payants. Un conseil : ne jamais y mettre des tickets de caisse sur lesquels figure votre numéro de compte banquaire, vous verriez d'autres poulets débarquer chez vous. 

27/05/2009

Cherche à prendre mon pied

Hier j’ai pris mon pied. Dans une souche d’arbre en allant vider ma vessie près d’une route. Pendant que j’admirais de près le sol wallon jonché de canettes, d’emballages vides ayant contenu des bonbons ou des barres chocolatées, de sacs pleins dont on pouvait dire à l’odeur qu’ils ne dataient pas d’hier, je me suis dit : « Toi, tu viens de prendre ton pied ». A quoi je me répondis : « Pourquoi donc ne prendre qu’un seul pied ? Le plaisir serait-il réservé aux unijambistes ? Pendant qu’une herbe folle agitée par un petit vent, pas de moi, hein, le vent, me taquinait la narine gauche, je pensais au cul-de-jatte qui ne prend jamais son pied et qui ne trouve jamais la bonne pointure dans un magasin de chaussures. Que dire de son chien à qui il crie « Médor, au pied ». Au fond, il n’y a pas que des lampadaires dans la vie, il y a aussi des lampes de chevet. Chacun a son utilité. Si j’achète un lampadaire pour ma table de chevet je vais devoir trouer le plafond. Et ce sont les gens du sixième étage qui profiteront de ma lumière. Au sixième, ce sont de jeunes mariés. Ils prennent souvent leur pied. Je l’imagine d’ici, par terre, à deux mètres de la route, elle, dans leur chambre, dire à son mari : « Chéri, as-tu mis de l’engrais sur la moquette ? Il y a une lampe de chevet qui pousse. Je ne trouve pas l’interrupteur et ça m’empêche de dormir ». « Dévisse l’ampoule ». « Oui, mon chéri que j’adore ». Sur ces bonnes paroles je me suis endormi. Ce sont des policiers de la brigade de la route qui m’ont secoué : « Monsieur, réveillez-vous. Si vous preniez votre pied avec une dame, il y a longtemps qu’elle est partie ».   

19/04/2009

Tûûût n° 37/ Cherche d'où vient l'odeur

« Allo, le gaz ? ». « Service d’intervention d’urgence. Donnez-moi vos coordonnées, nous arrivons ». « Heuuu, cinquième étage ». « D’où appelez-vous ? ». « D’une cabine téléphonique. Chez moi c’est insupportable, alors je suis descendu dans la rue ». « Monsieur, ne fumez pas, n’allumez aucune lumière, mettez-vous à l’abri ». « C’est fait, dehors il pleut mais dans la cabine téléphonique il ne pleut pas ». « Je n’arrive pas à vous localiser. Dites-moi où vous êtes ». « Je vous l’ai dit : dans une cabine téléphonique. C’est comme un ascenseur sauf qu’il n’y a pas les boutons pour les étages ». « Monsieur, je ne rigole pas, d’où provient l’odeur de gaz ? ». « Ben, heuuu, comment dire, j’ai mangé beaucoup de féculents mais j’ai l’impression que c’étaient des fait culs rapides. En bref, je pète, je pète, je pète ». Tûûût, tûûût, tûûût.

                                       - - -

Retrouvez 36 autres "tûûût" en cliquant sur le mot dans la liste des tags à gauche.

08:12 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tuuut, allo, odeur |  Facebook |

16/01/2009

Buggy à vendre, cuicui en bon état

C’est pour faire plaisir au gamin qui trouve que ses étrennes ne couvriront pas ses dépenses. Il vend son buggy, bleu, avec le cuicui qui fonctionne encore. Quelques traces de dents dans le caoutchouc. C’est normal, c’est grâce à son buggy que le gamin a fait ses dents et m’a fichu la paix la nuit, enfin, certaines nuits, quand il était petit. A vue de nez le buggy dégage une légère odeur de vanille. C’est son grand-père maternel, chez qui le gamin l’a reçu, qui l’a appelé buggy. Ce vieux fou a avoué un jour avoir confondu avec bugs bunny. C’est idiot parce qu’un lapin ce n’est pas bleu.  Faire offre.

13/02/2008

Cherche la Chandeleur

« C’est quoi cette odeur, papa ? ». « Ben, heuuu, voyons. Je te prépare des crêpes pour la Chandeleur ». « Papa, mes copains à l’école, ils ont eu des crêpes il y a plus d’une semaine ». « Ah bon. Tu sais, gamin, il ne faut pas se fixer aux dates, hein. Je te fais des crêpes aujourd’hui parce ce que nous sommes un mercredi 13 parce que c’est un jour de chance pour tous sauf pour les vendeurs de billets de loterie ». « Pourquoi papa ? ». « Parce que ce sont d’anciens vendeurs de poisson recyclés qui ne pensent que par le vendredi ». « Tu fais des crêpes en boyau de vélo, papa ? ». « Ben, non, gamin. Pourquoi ? ». « Je trouve que ça sent le caoutchouc brûlé ». « Et meeerde. J’ai oublié d’enlever l’emballage avant de les mettre dans la poêle ».