29/06/2010

Le pied de porc (3)

« Papa, parle-moi du pied de porc ». « Gamin, c’est notre chance, pendant que tu étais à l’école je suis allé en acheter deux pour demain et deux côtelettes de porc pour aujourd’hui. Regarde ». « Berk, berk, berk, les pieds de porc ». « Ne t’en fais pas, gamin, les pieds de porc doivent mijoter, ce sera pour demain. Aujourd’hui c’est côtelette de porc et purée en poudre ». « C’est quoi, mijoter, papa ? ». « Je ne sais pas encore, gamin, je dois me renseigner sur l’ordinateur ». « Montre-moi les côtelettes, papa, que je comprenne ce qu’est un porc ». « Regarde, gamin, voici une côtelette. Voici l’autre. Si je les mets l’une à côté de l’autre dans ce sens ça ne marche pas mais, dans l’autre sens, tu vois bien que la tronçonneuse a débité la même bébête. Imagine des milliers et des milliers de côtelettes qui se suivent et tu as un porc. Mais, gamin, un porc n’est pas un ver de terre. Il a des pattes, deux devant et deux derrière. Et, au bout des pattes, qu’est-ce qu’il y a, gamin ? ». « Des pieds, papa ». « Oui, gamin, mais des pieds de quoi ? ». « Des pieds de côtelettes, papa ». « Fils de con, ce sont des pieds de porc ». « Et ça se mange ? ». « Demain, tu en auras à midi ». « Papa, tu aurais du acheter des pieds de mille-pattes, tu en aurais eu plus ». « Heuuu ».   

05/10/2008

Cherche des volontaires pour gagner 4 euros

Du 4 au 19 octobre : le salon de l’alimentation à Bruxelles. Quinze jours de repas gratuits (échantillons, bien sûr, les vrais repas sont payants) pour le prix d’un abonnement de quinze jours au train ! Je ne peux pas rater ça. J’ai même les entrées gratuites pour le salon ! Par internet. J’ai entré quinze fois mon e-mail et j’ai reçu quinze entrées gratuites. Plus quinze entrées à 4 euros au lieu de 8. Je les revends au prix coûtant. Le problème c’est que les entrées gratuites et les autres sont dans mon ordinateur. Ils disent de les imprimer. Mais je n’ai pas d’imprimante, moi, monsieur. Je cherche quinze personnes, intéressées par une entrée à 4 euros au lieu de 8, capables de transporter mon écran pendant que je me promènerai avec la colonne, le clavier et la souris dans mon sac à dos.  

17/09/2008

Cherche à marchander

« Gamin, debout, c’est l’heure. Mais, gamin, où es-tu ? Je suis livide de voir ton lit vide ». « Coucou, papa, il y a longtemps que je suis éveillé, moi. C’est normal, papa, je ne suis pas allé sur l’ordinateur jusqu’au milieu de la nuit, moi. Je n’ai pas bu de bières, moi. Et je n’ai pas ronflé, moi ». « Gamin, je te donne un euro si tu ne racontes ça à personne, d’accord ? ». « Je réfléchis, papa. Et je trouve que me taire vaut bien un euro par capsule de bouteilles de bière ». « D’accord, gamin, tu auras deux euros ». « Papa, j’ai compté sept capsules, trois dans la poubelle et quatre à côté ». « D’accord, gamin, tu auras trois euros ». « Papa, si tu marchandes, je te dis que les capsules à côté de la poubelle comptent double ». « Coupons la poire en deux. Disons quatre euros, gamin. D’accord ? ». « Hé, je ne l’avais pas vue celle-là. Regarde, papa, il y a une capsule dans le bonzaï. Celle-là elle compte triple ». « Gamin, tu sais compter jusque combien ? ». « Jusque dix, papa ». « Dix euros, gamin, c’est mon dernier mot ». « Bon. Dix euros, papa. Mais demain je demanderai à madame à l’école si tu ne m’as pas roulé ». « Heuuu ».

25/11/2006

Chellhoy azhi oihhnb&ég

Fianczlfcnpakejncc erf zerfmee, miybkjb,auoyekabcl   "Papa, Kiki, le hamster n'est plus dans sa cage". Kftgibjhiao, béooihenn &édjjck   "Je sais, gamin, il est ici, sur le clavier de l'ordinateur, en train d'essayer de baiser la souris". "Il fait quoi ?". "Heuuu, il donne des baises à la souris". "Et tu le laisses faire". "Ecoute, gamin, il y a des gens qui roulent à vélo sur une toile avec des pneus enduits de peinture et puis ils vendent leurs oeuvres bien cher". "Et alors, Kiki n'a pas de vélo". "Ouais, gamin, mais Kiki écrit des poèmes avec ses papattes, on va les vendre au marché de Noël". "A des turcs ?". "Pourquoi des turcs ?" "Fianczlfcnpakejncc erf zerfmee, c'est du turc, non". "Non, non, gamin, c'est un poème"

09/07/2006

Cherche prises électriques

Je rentre de la sympathique réunion des bloggueurs au Chalet de Laerbeek. Chouette ambiance. C'était ma première rencontre du genre. Je croyais qu'il fallait venir avec son ordinateur. Je l'avais dans la voiture et le reste aussi. Parce que, en fait, j'ai une prise électrique multiple sur laquelle sont branchés l'ordinateur, le four à micro-ondes et le percolateur. Ce matin je n'ai rien su débrancher et j'ai donc emporté dans l'auto la prise mutiple avec l'ordinateur, le four à micro-ondes et le percolateur. Tout dans la voiture. Aucun des amis n'était venu avec son four à micro-ondes, alors j'ai mangé un croque-monsieur. Il a fait chaud sur le parking et la boîte de raviolis prévue pour mon midi a explosé. C'est comme si j'avais de nouveaux sièges dans l'auto, avec des petits ronds rouges. J'en ai aussi dans le dos de ma chemise et sur le cul du pantalon. Ce n'était pas sec quand je me suis assis. Quelle belle journée mais ne dites rien aux amis qui étaient là. Je vais couper les fils électriques mais j'ai besoin de nouvelles prises.

17:53 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : ordinateur, laerbeek, raviolis, reunion |  Facebook |