20/08/2009

Cherche l'énigme de l'expression

Aujourd'hui l'énigme du jour, en compétition avec la seule, la vraie, l'unique, celle de Rafaël, tous les jeudis, sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be est : " Voici le portrait d'un jeune homme, célibataire avec un gamin, Kiki et Pipette les hamsters et leur roulette qui empêchent de dormir parce que ces cons font du body-training la nuit, Maurice le poisson rouge beaucoup plus silencieux, rasé de près, l'oeil persan comme les chats du même nom, qui arrive à lire à distance dans les pensées de celles et ceux qui regardent sa photo en ce moment et qui se dit que ce n'est pas beau tous les jours, champion du virage à gauche toute avec un caddy vide au supermarché, attendant inlassablement blonde à forte poitrine aimant vaisseler et repasser des chemises, belge ce qui est une grande qualité, wallon oufti biloute, cuisinier amateur débutant esayant désespérement d'atteindre le niveau amateur averti, éteint de vertige quand il faut remplacer une ampoule électrique quand il faut monter sur un tabouret, habitant au cinquième étage ce qui est un énorme avantage pour les blondes à la forte poitrine qui ont le sommeil léger parce qu'on n'entend pas les bruits de la route et que de la route on n'entend pas les cris du cinquième, ayant toutes ses facultés sauf celle de monter sur un tabouret, pouvant ouvrir une boîte de raviolis les yeux fermés sans se blesser si on lui donne l'ouvre-boîte et la boîte dans le bon sens, aimant les voyages surtout ceux d'une heure ou deux au parc communal. Et bien, ce jeune homme, représente une expression. Top chrono, vous avez vingt-quatre heures pour trouver et une semaine pour répondre si vous êtes blonde ... 

045

17/08/2009

Cherche la vocation du gamin

Je le sens gros comme une maison, le gamin a ce qu'il faut pour devenir chirugien. (une photo du demi poulet avant dissection a été postée le 15 août) Il faisait pluvieux ce jour là et, en papa responsable et éducatif, j'ai entrepris d'ajouter à la culture du gamin la culture du poulet, autrement dit comment retirer et trier le 'à manger' et le 'à pas manger' d'un poulet précuit acheté dans une barquette sans le laisser tomber par terre plus de quatre fois parce que le poulet précuit ça glisse quand il est chaud. Première leçon : travailler avec le poulet précuit refroidi si vous l'avez chaud et refroidi aussi si vous l'avez acheté froid et réchauffé par erreur. Et de un, ça glisse moins, et de deux on ne se brûle pas les doigts. Deuxième leçon : si le poulet précuit a été acheté chaud et est destiné à être consommé tout de suite, ne le laisser pas refroidir, manger ce que vous avez à manger et laisser ce qui reste refroidir après. Jusque là le gamin a tout compris. Troisème leçon : confisquer les objets chirurgiquaux du docteur Maboul, le poulet n'est pas un jouet, c'est de la nourriture et on ne joue pas avec la nourriture sauf avec la purée assez ferme avec laquelle on peut faire des sculptures. Mais ce n'est pas du jeu, c'est de l'art. Quatrième leçon : vas-y gamin, prends les outils qui te semblent utiles et débrouilles toi. Scié. Pas le poulet. Moi, j'étais scié de voir comment il s'y est pris, Il a scalpé le poulet, l'a désossé. J'ai même appris des choses : il faut trier les déchets de poulet entre les recyclables et les non recyclables. Les os, par exemple, et spécialement les petits pointus, sont à jeter Les peaux et cartilages sont à donner aux animaux. Le gamin m'a appris que je ne devais pas mettre ces déchets sur le balcon car, au cinquième étage, je ne vais nourrir que des mouches. Je dois les déposer dans le parc, mais pas sur les bancs. Voici le résultat du tri sélectif du gamin : 

002

10/07/2009

Cherche la bonne période de récolte

Oui, je le reconnais, hortensia ne s’écrit pas hortencia comme je l’ai écrit hier, le 9 juillet 2009. La faute en est à mon jardin qui se limite à un bonzaï et, un jour à des grosses semences de pomme de terre que j’avais achetées pour planter sur mon balcon. Renseignement pris auprès d’un collègue jardinier, pour avoir une bonne récolte j’aurais du abattre le balcon et le reconstruire un petit mètre plus bas, devant la porte vitrée des gens du quatrième. J’ai donc opté pour la location d’une brouette, d’une fourche-bêche et l’achat d’une scie à métaux pour faire sauter le cadenas de la grille du parc communal, fermé pour cause de travaux. Une fois partis les peintres qui avaient repeints les bancs du parc, j’ai fait sauter le cadenas et, armé de ma fourche-bête, j’ai enterré ça et là mes espoirs de frites. Renseignements pris auprès d’un collègue jardinier je devrais louer à nouveau une brouette et une fourche-bêche pour le jour de la récolte. Qui peut me dire quand ?

___

Demain nous reparlerons de l'énigme de jeudi.

22/06/2009

Cherche à vous voir

 Qui êtes-vous, chers lecteurs et lectrices ? Bien sûr, j'ai rencontré Rafaël dont j'arbore fièrement la casquette Carpe Diem à chaque occasion, Bill Glodion que j'admlire pour sa ténacité à conquérir Ginette, Titine et Chacha chez qui j'ai logé en chambre d'hôte, à Chiny, royalement reçu, Chadou et Arbil ex-Libra, mes potes, François Coeurd'enfant, Martine de Seniormania et quelques autres, tous charmants et amicaux. Mais, depuis un banc du parc communal qui vient d'être vernis et sur lequel je colle, banc que je ne quitterai que lorsqu'il fera noir en y laissant mon pantalon, je me pose la question : qui donc sont-ce ceux, c-à-d vous, qui font grimper le compteur des visites. J''exerce les pouvoirs de mon oeil de chat persan mais, jusqu'à présent, je ne vois pas grand chose. Laissez donc vos nom, prénom, âge, qualité dans la case prévue à cet effet. A propos d'effet, si l'un ou l'une d'entre vous habite près du parc communal et peut m'amener un pantalon, je serai ravi car les jours sont longs au mois de juin. D'avance merci.

121 (2)

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cherche, pantalon, banc, parc, colle |  Facebook |

03/06/2009

Cherche la fête des voisins

Le mardi 26 mai c’était la fête des voisins. Echec total. J’ai fait tous les étages de l’immeuble, par l’escalier de peur d’être vu dans l’ascenseur mais, pas bête, en commençant par le haut. Boum, boum, boum. « Je suis votre voisin du cinquième, puis-je me joindre à votre table ce soir ? ». Boum, boum, boum. « J’apporterai des pâquerettes pour égayer la table. J’en ai vu dans le parc communal ». Je n’ai reçu aucune réponse au sixième. Au cinquième, c’est quand j’ai dit « Tu vas ouvrir, connard » que j’ai réalisé que je frappais à ma propre porte. J’ai répondu, timidement : « Je suis absent, je suis dans l’escalier ». Evidemment, entendant que quelqu’un frappait chez moi, ma voisine de palier est sortie. « Vous parlez à votre chien chiant ? », me dit-elle. « Je vous l’ai dit mille fois, Kiki n’est pas un chinchilla, c’est un hamster. Je me parlais à moi-même pour être sûr que personne ne me réponde ». « Vous devriez faire l’acquisition d’un perroquet parlant. Qui c’est ? C’est le plombier. Qui ça ? Le plombier, le plombier, bier, bier. A propos, je vous ai déjà entendu crier au sixième étage. Ne venez pas frapper chez moi, je ne suis pas à ». Je cherche une vraie fête des voisins chez qui je pourrais aller manger chaud.  

31/05/2009

Cherche un assureur compréhensif

La semaine dernière, au parc communal, j'ai dérapé avec un véhicule de location à cause des grêlons. J'en étais tout retourné. Le loueur de véhicules, comprenant ma commotion, m'a dit : " Où est la carrosserie ? Vous aviez loué une fusée spaciale à pédales ". " Moi, louer une fusée spatiale alors que je ne sais pas nager ! Pas possible. Un canard géant qu'on dirige avec des cordes dans le bec, c'est possible, je l'ai déjà fait quand il y a un klaxon qui fait coincoin. Pas une fusée spatiale ". " Parlez-en à votre assureur ". Je cherche un assureur compétent et compréhensif, spécialisé dans le droit des victimes, la recherche de paternité, les causes perdues par avance et les intempéries. 

Film1 058

24/03/2009

Cherche mes blancs de poireau

J’ai l’habitude, quand j’achète des poireaux, de les mettre dans le sac avec le blanc au-dessus pour le garder bien frais. Je pense que le drame s’est passé quand j’ai pris l’ascenseur. La porte s’est refermée vite et scroutch, quand j’ai déballé mon sac je n’avais plus que les côtés verts. Les poireaux, c’est comme les femmes qui se font bronzer sur la plage, c’est le blanc qui est le meilleur. Je me demande d’ailleurs pourquoi on vend aussi le vert. C’est comme les couennes sur un jambon. Des couennes à 15,98 euros le kilo. Des couennes que je dois jeter du cinquième, le soir, alors que j’ai sommeil. Pour les couennes, pas de problème, il y a des chats dans le quartier. Mais pour les verts de poireaux, hein ? Pour ne pas encombrer mon sac poubelle je vais aller les planter dans le parc communal. Les passants vont croire que la commune a planté des glaïeuls. Reste mon problème : mes blancs de poireaux. Où sont-ils ? Aidez-moi à les retrouver. Le gamin a entamé une grève de la faim après 17 jours de raviolis sauce tomate. Il menace de se faire adopter par des pakistanais qui mangent avec leurs doigts. A mon avis c’est du chantage pour ne pas se servir des couverts. J’abrège : si vous avez trouvé des blancs de poireaux contactez-moi.

29/01/2007

Cherche à apprendre le houla hop

J’ai cassé beaucoup de choses en m’entraînant au houla hop dans l’appartement. Des amis blogueurs m’ont conseillé de le faire dehors. Je suis allé dans le parc et je tourne, je tourne, je tourne. Car mon problème reste entier : je n’arrive pas à lâcher le houla hop et je tourne avec lui. Comme les derviches tourneurs. Mais eux, je ne sais pas comment ils font, mais en tournant ils font du sur-place, sans partir à droite ou à gauche. Comme moi. Je n’ai pas vu l’étang du parc. Plouf. J’étais ridicule avec un houla hop comme bouée de sauvetage. Je cherche, petita, un parc sans étang, petibé, des cours de houla hop.

12/12/2006

Cherche une corde de 5 étages

"Papa, c'est quoi ce couteau électrique géant, c'est pour découper un bison ?". "Ha, ha, gamin, c'est une tronçonneuse que je suis allé louer". "Une dronzonneuze ?". "Tronçonneuse, gamin, ça vient de tronc comme tronc d'arbre et de onneuse comme dans moissonneuse, ça veut dire qui coupe". "Tu vas couper des troncs ?". "Un, gamin, un. J'ai repéré un beau petit sapin de Noël dans le parc communal et je vais aller le tronçonner pour le mettre dans l'appartement". "Papa, je vais avec toi". "Non, non, gamin, il faut que j'attende deux heures du matin parce qu'il y a une guirlande lumineuse qui ne s'éteint qu'à deux heures et je n'ai pas envie de m'électrocuter en tronçonnant le fil". "Mais, papa, un sapin ne rentrera jamais dans l'ascenseur." "Gamin, tu es le fils de ton père, tu es génial". Je cherche une corde de cinq étages pour remonter un sapin par l'extérieur.

17/11/2006

Cherche un petit jardin

Hier j'ai acheté une boîte de 12 préservatifs. Vu les explications confuses de la pharmacienne j'ai commencé à lire le mode d'emploi. "Déroulez jusqu'au bout". Ho, ho, c'est sûrement une boîte XXL. Voyons voir. "Essayer nos variétés vanille, fraise et chocolat". Mais, c'est un mode d'emploi pour marchand de crême glacée, ce papier ! "Tu fais quoi, papa ?". "Aaaaah, gamin, t'es là, toi". "Tu fais quoi ?". "Heuuu, j'essaye des gants de jardin en kit, il faut les monter soi-même". "Et ça sert à quoi". "Ben, heuuu, des gants de vaisselle, c'est pour la vaisselle, des gants de jardin, c'est pour le jardin". "C'est idiot". "Gamin, qu'est-ce qui est idiot ?". "On n'a pas de jardin, on habite au cinquième étage". "Heuuu, oui, oui, mais, heuuu, comment dire, quand je me promène au parc communal, si je vois une mauvaise herbe, hop, j'enfile mes cinq doigts et hop, plus de mauvaise herbe". "Ah". "Allez, va jouer".

18/10/2006

Cherche à éduquer le gamin.

"Papa, regardes, là, le chat, il s'est mis du gel et il s'est coiffé en brosse". "Quel chat ?". "Là, là". "C'est pas un chat, idiot, c'est un hérisson". "M'en fous". "Répètes un peu si tu oses". "M'en fous, m'en fous, m'en fous". "T'en veux une, oui, tu veux voir ma main de près". "Maman a dit que si tu me tapais je devais hurler pour que les gens viennent et pour qu'elle reçoive plus de pension alimentaire". "Ecoute, gamin. Appelons un chat un chat". "Et un nérisson un nérisson". "Allez, va jouer, je vais exploser". "Ouais, papa, boum". "Allez, hop, file". "Mais y a que des vieilles dans ce parc, c'est juste bon pour toi". "Excusez-le, madame, c'est mon fils mais c'est aussi le fils de sa mère et le petit-fils de mon ex-beau-père". "Mais je le trouve charmant". Le gamin a raison, il n'y a que des vieilles dans ce parc.

04/09/2006

Cherche cohabitante

J'ai cru faire une bonne affaire au marché en achetant douze slips pour le prix de huit. Erreur. Ils sont beaucoup trop larges à l'usage. Ils tombent. Je marche comme un canard homosexuel, un petit coup de derrière à droite, un petit coup de derrière à gauche. Je n'ai plus qu'à faire coin coin pour paraître naturel. Ou alors, je fais le phoque : honk, honk, honk et je bats des mains. Au parc communal, d'accord, mais au supermarché, en poussant un caddy, honk, honk, honk, ça pas être possibeul. Quand je remonte mes slips trop larges sur mes épaules pour avoir les mains libres pour tenir le caddy, je suis trop serré du, de la, des, disons, des bijoux de famille. Je dois faire des pointes. Avec les pieds. Comme une danseuse. Nouréev au supermarché. Tapetipetap ploum ploum, tapetipetap ploum ploum, les balais du vingtième siècle. J'ai essayé, j'ai eu la sécurité du supermarché sur le dos. Rien que sur le dos, heureusement. Je ne vais quand même pas utiliser mes slips pour faire du parapente, non. Je cherche cohabitante de slip pour danser la lambada.

13/08/2006

Crashé en bout de piste (reprise du 04.05.06).

"Papa, j'ai peur", hurlait le gamin sur la plate-forme du toboggan du parc. "Moi aussi, gamin, j'ai peur.". "Papa, je veux descendre, viens me chercher.". "Mais c'est ce que je fais". "Mais non, tu es encore tout en bas". "C'est parce que je rampe sur la partie plate, mais j'avance, j'avance". "Papa, viens par l'échelle.". "Jamais, gamin, jamais, tu sais bien que je n'arrive déjà pas à monter sur un tabouret, alors, une échelle de 3 mètres, hein". "Papa, j'ai pipi". "Retounes-toi, didjo, arrose l'échelle.". "Papa, il y a plein d'enfants sur l'échelle.". "Dis leur que la météo a changé d'avis, qu'il va pleuvoir". "Papa, t'arrives ?". "Patience, gamin, j'ai déjà parcouru presque cinq mètres en longueur et plus ou moins cinquante centimètres en hauteur.". "C'est mon papa, heu, c'est mon papa, heu.". "A qui tu parles ?". "Il y a plein de gens qui te regardent.". "Chasses les.". "Papa, écartes tes jambes. Nous on faisait ça avec les skis pour freiner à l'école de neige.". "Gamin, essayes de repérer celui qui a dit qu'il allait chercher du savon de Marseille, c'est pas du cirque, ici.". "Papa, tu es plus haut que tout à l'heure.". "J'espère bien. Dis, gamin, surveilles bien celui qui me pousse du cul, il y a mon portefeuille dans ma poche revolver.". "Papa, papa.". "Quoi encore ?". "Il y a la voisine de palier dans le parc. Elle te fait signe bonjour.". Je me suis retourné et j'ai fait un petit signe d'une main. L'autre main a laché prise. Dzoouuuuuum. Paf. Le nez dans le sable, crashé en bout de piste. Les gens ont applaudi. Mais que je n'aime pas ça. J'avais envie de creuser pour me cacher sous terre. "Papa, où vas-tu ?". "Je vais chercher les pompiers avec leur grande échelle.". Ca n'a pas été nécessaire. Un grand a poussé le gamin qui a atterri sur ma tronche. Le grand aussi. Maintenant le gamin aime le toboggan. Moi pas.

10:07 Écrit par Fanny dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : gamin, papa, pipi, toboggan, voisine, parc |  Facebook |

09/08/2006

Cherche pelouse à greffer

Pour aider un collègue je suis allé retourner son jardin qui jouxte le parc communal. A 11 heures 23, le drame : "Gérard, Gérard, comment on fait pour arrêter ton motoculteur". "Peux pas venir, suis sur le pot, chiasse, chiasse". "Gérard, à l'aide". "Peux pas venir, j'ai des crampes, t'as qu'à aller dans le parc". Je suis allé épuiser l'essence du motoculteur de Gérard dans le parc. Les traces d'OVNI, c'est moi. J'en suis tout retourné. La pelouse du parc aussi. Je cherche d'urgence une pelouse d'occasion, 45 cm de large, longueur 2 km 600. Je cherche aussi une troupe de danseurs africains qui viendront damer la greffe de pelouse avec leurs pieds.

16/04/2006

Cherche omelettes avec oeufs en chocolat

Ma maman, comme cadeau de Pâques pour ses quatre vingt ans, voulait que je l'accompagne à une chasse aux oeufs ! Elle disait que c'est réservé aux mères avec leurs gamins et que, donc, elle et moi étions dans les conditions. Elle avait rafistolé des trucs de quand j'étais petit : un bavoir, un petit chapeau blanc en forme de cloche et une culotte tyrolienne en cuir à bretelles. Elle avait bien couturé, j’ai su rentrer dedans ainsi que dans la chemise à plastron de ma petite communion. Je pensais que j’aurais l'air idiot, à 58 ans, surtout avec le hochet et le petit panier en osier pour mettre les oeufs. Et bien non. Il a plu, il a plu, plu, plu. Pire qu’un jour de fête nationale quand il pleut. J’étais le seul dans le parc, avec maman. Le panier a été trop petit. Ma maman disait dit : là, gamin, encore un. Je m’en suis mis plein les poches. Mais les poches d’une culotte tyrolienne en cuir, c’est petit. Alors j’en ai mangé, sur place, sous la pluie, avec mes guibolles toutes nues à partir de la charnière entre la cuisse et le mollet. J’ai perdu mon hochet. Maman mettait les œufs où elle pouvait mais ils ont fondu sur elle. On aurait dit une vieille poule en chocolat. Il ne faut pas lui dire, elle serait vexée. Elle ne voulait pas rater un oeuf. Mon petit chapeau était trempé. Moi aussi, en dessous. Plus un os sec. Gamin, là, gamin, là, encore un. Elle m’a obligé de déboulonner deux poubelles du parc pour mettre les oeufs. J’ai deux poubelles de parc pleines d’œufs dans l’appartement, plus le panier. Mais, des œufs, il faut les manger vite, sinon ça va éclore. Je n’ai pas envie d’être envahi par des poulets en chocolat. Je cherche des recettes d’omelettes. Urgent.

22:49 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : maman, paques, oeufs, hochet, parc, recettes |  Facebook |