26/01/2010

Cherche à faire carrière

« Papa ». « Oui, gamin ». « Papa, je pense que tu aurais pu faire une grande carrière ». « En tant que quoi, gamin ? ». « Pétomane, papa ». « Pétomane, gamin ? ». « Oui, papa, tu as le son mais tu devrais travailler la mélodie. Et chanter en duo ». « En duo, gamin ! Avec qui ? ». « Avec toi, papa ». « Expliques-moi, gamin ». « Par exemple, papa, tu chantes et tu t’accompagnes avec ta pétomanie : L’homme de Crôôo, poum, l’homme de Mâââ, poum, l’homme de gnon, poum, l’homme de Cromagnon, poum poum ou Mais laisse mes mains sur tes hanches, poum, ne fais pas cet air furibond, poum, oui tu l’auras, ta revanche, poum, tu seras mâââ, poum poum, dernière chanson ». « Gamin, je commence à y croire. Je vais essayer de faire la flûte dans Il est cinq heures Paris s’éveille ». « Papa, reste modeste, veux-tu. Contente-toi d’Oberbayern, de Bierfeesten. Au mieux, en t’entraînant, tu arriveras à être dans la chorale pour les chants de Noël en décembre. Oh, douuu-ouce nuit, poum, sain-hainte nuit, poum, que j’aime ta ramûûûre, poum, poupoupoum poum poum ». « Ah, gamin, je me sens bien dans le rôle. Mais les spectateurs vont-ils me sentir ? ». « Papa, tu ne dois faire ça que des chapiteaux en plein air ». « Heuuu ».

22/10/2009

L'énigme du champignon

C'est la période des champignons, surtout les "des bois". Personnellement je préfère les "de Paris", ça fait plus distingué. Pourtant je sais bien qu'il n'y a pas champignon à Paris, à part la mérule dans les appartements. Le champignon de Paris vient, certains, pas tous, de Vireux-Molhain dans les Ardennes françaises. Pour le comprendre il faut savoir que le CFV3V circule de Mariembourg à Treignes mais pas en hiver. Le CFV3V est le Chemin de Fer à Vapeur des 3 Vallées. Il emprunte une partie de la très ancienne ligne internationale Paris-Bruxelles. Actuellement, la dernière gare belge est Treignes mais, après Treignes, il y a un très long tunnel qui débouche à Vireux-Molhain, en France. La France, au passé douteux, qui a rasé ses terrils, a donné en concession ce magnifique tunnel à un éleveur de champignons. C'est facile, dans un tunnel. Il y a le noir pour que le champignon "de Paris" soit bien blanc, la température constante et automnale et le bon degré d'humidité. Je lance un appel au monde entier : Sauvons un tunnel, ne mangeons plus de champignons "de Paris". Végétariens, unissons-nous, profitons des protéines de la viande saignante, refusons les champignons ayant vécu dans le noir, la température automnale et l'humidité. Capturons ces champignons artificiels. Rendons leur l'air libre, déposons-les délicatement sur leur habitat naturel, les bouses de vache. Et rendons à ce tunnel, témoin d'un passé industriel glorieux, sa vocation transfrontalière. C'est la première fois que je m'étonne moi-même de ce que j'écris. Allez, hop, je continue tant ma muse s'amuse. Automobilistes, rejoignez-nous, ne poussez plus sur le champignon. Bon, ça suffit. Pour l'énigme d'aujourd'hui, j'aurais pu demander ce que signifient les 3V de CFV3V. Les 3 vallées sont celles de l'Eau blanche, l'Eau noire qui, se mêlant leurs eaux, forment la vallée du Viroin. Où ça ? A Viroinval bien sûr. Alors, pour l'énigme, puisque nous sommes dans les champignons, la question est : quel est le nom de celui-ci, découvert au hasard d'une promenade.

029 (5) - Copie

L'énigme du champignon

C'est la période des champignons, surtout les "des bois". Personnellement je préfère les "de Paris", ça fait plus distingué. Pourtant je sais bien qu'il n'y a pas champignon à Paris, à part la mérule dans les appartements. Le champignon de Paris vient, certains, pas tous, de Vireux-Molhain dans les Ardennes françaises. Pour le comprendre il faut savoir que le CFV3V circule de Mariembourg à Treignes mais pas en hiver. Le CFV3V est le Chemin de Fer à Vapeur des 3 Vallées. Il emprunte une partie de la très ancienne ligne internationale Paris-Bruxelles. Actuellement, la dernière gare belge est Treignes mais, après Treignes, il y a un très long tunnel qui débouche à Vireux-Molhain, en France. La France, au passé douteux, qui a rasé ses terrils, a donné en concession ce magnifique tunnel à un éleveur de champignons. C'est facile, dans un tunnel. Il y a le noir pour que le champignon "de Paris" soit bien blanc, la température constante et automnale et le bon degré d'humidité. Je lance un appel au monde entier : Sauvons un tunnel, ne mangeons plus de champignons "de Paris". Végétariens, unissons-nous, profitons des protéines de la viande saignante, refusons les champignons ayant vécu dans le noir, la température automnale et l'humidité. Capturons ces champignons artificiels. Rendons leur l'air libre, déposons-les délicatement sur leur habitat naturel, les bouses de vache. Et rendons à ce tunnel, témoin d'un passé industriel glorieux, sa vocation transfrontalière. C'est la première fois que je m'étonne moi-même de ce que j'écris. Allez, hop, je continue tant ma muse s'amuse. Automobilistes, rejoignez-nous, ne poussez plus sur le champignon. Bon, ça suffit. Pour l'énigme d'aujourd'hui, j'aurais pu demander ce que signifient les 3V de CFV3V. Les 3 vallées sont celles de l'Eau blanche, l'Eau noire qui, se mêlant leurs eaux, forment la vallée du Viroin. Où ça ? A Viroinval bien sûr. Alors, pour l'énigme, puisque nous sommes dans les champignons, la question est : quel est le nom de celui-ci, découvert au hasard d'une promenade.

029 (5) - Copie

09/10/2009

Cherche le dessert

 « Papa, tu dois donner la solution de l’énigme ». « Oui, gamin. C’était une fontaine, à Reims ». « Chez les rince-doigts, papa ? ». « Chez les rémois, gamin. Reims, rémois. Paris, parisiens. Liège, liégeois. Ostende, ostendus. Namur, namurois. Charleroi, caroloringiens. Je sais, c’est un mauvais exemple ». «  C’est plus facile de dire barakis, hein, papa ». « Gamin, arrête de dire des bêtises. Il y a beaucoup de carolos qui ne sont pas en prison. En plus, c’est à Charleroi que je vais au Comédie Central voir François Pirette, Pierre Theunis, André Lamy, William Duncker , Eliott et les autres. Pour savoir qui c’est il suffit d’aller sur http://blaguesdeouf.skynetblogs.be , dans la colonne de gauche. Une blague par jour, en forme toujours ». « Papa, tu crois m’intéresser avec ça ? ». « J’ai compris, gamin. Tu veux une blague pour raconter à l’école, c’est ça ? ». « Oui, papa ». « C’est l’histoire qui m’est arrivée dans un restaurant où je suis allé, pas cher, où le menu comprenait un apéritif et un chips, potage du jour ou de la veille selon le nombre de clients du jour d’avant, plat selon inspiration du patron et contenu du surgélateur, dessert et surprise ». «  Et c’était quoi la surprise, papa ? ». « La surprise c’était qu’il n’y avait pas de dessert, gamin ». « Et alors, papa ? ». « Au dessert ma nouvelle petite copine a disparu »

009

17/09/2009

Bébé assume l'intérim - 5

Coucou, c'est Bébé, Bag-in-Box sans le Box, la danseuse du Vin Rouge, un moulin qui fait son blé à Paris avec les touristes belges en quête de sensations. Je suis en charge de ce blog depuis le pétage de plomb de son propriétaire. Aujourd'hui j'ai branché la webcam. Pour vous voir. Je vous regarde droit dans les yeux et je vous entends droit dans mes grandes oreilles que j'ai hérité de papa. C'est comique la webcam. Je vois une jolie nana en train de pondre un poème, une autre qui prend des photos de ses fleurs, un type qui passe son temps le jeudi à énerver les autres avec ses énigmes, des chats et des chiens perdus ou à la recherche d'une maison d'accueil, la météo. Zut, j'ai poussé sur une mauvaise touche. Est-ce que j'ai l'air d'être une passionnée par la météo ? Malgré mes rondeurs je vis sur les planches. Ah, que c'est bon de vous voir. Je remercie monsieur Web Cam. Je sens que je vais bien dormir. A demain. 

027

10/03/2008

Cherche mon anniversaire

« C’est quand, ton anniversaire, Biglodion ? ». « Le 10 mars ». « Ah. Quelle année ? ». « Ben, heuuu, chaque année ». « Mais, ta réponse est aussi idiote que celle du taximan à qui je demandais de me conduire Rue du 11 Novembre et qui m’a demandé quelle année ». « Ah bon. Heuuu, et bien, ma statue, il faudra la mettre avenue du 10 mars. Ou boulevard du 10 mars ». « Impasse du 10 mars, ça t’irait ? Avec ta statue au fond de l’impasse ». « Si on met des pneus, oui ». « Des pneus ? ». « Ben, oui, devant la statue, pour les distraits qui n’ont pas vu que c’était une impasse ». « Pourquoi pas des bottes de paille, tant que tu y est ? ». « Heuuu, pas trop. Sinon on ne verra plus la statue ». « Dis, réfléchis un peu. Ceux qui vont s’engager trop vite dans l’impasse vont hurler meeerde c’est Biglodion. Ils vont grimper sur la pédale de frein en fixant le bout de leur capot et puis, une fois passée le vision du cauchemar, ils vont regarder dans leur rétroviseur pour faire marche arrière ». « Heuuu, je n’y avais pas pensé ». « Donc, oublie l’impasse ». « Et un cul-de-sac ? ». « Idiot, tu aimerais qu’on t’appelle Biglodion le type du cul-de-sac ? ». « Heuuu, je n’y avais pas pensé ». « J’ai une autre idée : tu vas à Paris ». « Ah bon ? ». « Une fois arrivé tu loues une échelle ». « Ah bon ? Je ne peux pas y aller avec la mienne ? ». « Tu aurais difficile de faire passer ton échelle pour un bagage à main dans le tgv ». « Heuuu, je n’y avais pas pensé ». « Tu achètes deux boîtes d’autocollants, une avec des chiffres un et l’autre avec des chiffres zéro ». «  Ah bon ? ». « Tu loues un taxi ». « Ah bon ? Avec l’échelle ? ». « Loues une camionnette ». « Dis, à Paris, je ne me vois pas en costume avec une échelle sur le dos ». « Mets une salopette ». « Ah bon ? Une salopette, dans le tgv ? ». « Vas-y en voiture ». « Heuuu, je n’y avais pas pensé ». « Donc, tu arrives à Paris en voiture, tu te gares et tu demandes où on loue des échelles ». « Heuuu, et si j’arrivais la veille, pour aller voir un spectacle de french cancan ? ». « Hé, ho, on arrive toujours la veille du lendemain ». « Heuuu, je n’y avais pas pensé, excuse-moi ». « Bon pour une fois. Maintenant tu es dans Paris, en salopette, avec une échelle. Que fais-tu ? ». « Heuuu, je monte sur l’échelle pour voir où se trouve la Tour Eiffel. C’est ça ? ». « Rappelle toi que tu fais une fixation sur le 10 mars ». « Exact, j’en suis obinibilulé. Je fais une obinubilation. Je vois des 10 mars partout. Tu sais que ça n’arrive qu’une fois par an le 10 mars, hein, tu le sais, ça, même les années bissextiles ». « Oui, je le sais. Si le 10 mars arrivait tous les jours tu serais né il y a un peu plus de 20.000 ans. Dis, je reviens mais faut que j’aille pisser ». « Ah bon, ça alors. Je serais plus vieux que les pyramides. Et les pyramides s’effritent. Et si c’est frite c’est du belge ; taaa ta yo yooo, qu’est qu’y a sous ton grand chapeau, taaa ta yo yooo, dans ma tête y a des tas d’oiseaux, chooo kaka oh, chooo chocolat, si tu me donnes tes noix de coco je te donnes mes ananas, chooo kaka oh, cho cho cho chocolat, rikiki tes petits kiwis, les babas de mes baobabs ». « Voilà, je suis là, vite fait bien fait ». « T’es sûr d’avoir bien rentré la bête. Tu vois, j’ai une voisine de palier très regardante à ce sujet ». « Hé, je ne suis quand même pas allé pisser sur le palier ». « Ah bon. Tu sais, ça fait du bien à la plante verte. Mais il faut bien viser. Il faut viser quand la voisine de palier n’est pas là ». « Dis, si on revenait à nos moutons ? ». « Bêêêêê oui. Oh non, ne te vexe pas, chez moi c’est un réflexe. Je ne sais pas ne pas dire bêêêêê oui quand j’entend le mot mouton. C’est comme quand j’entend Paris, ach cheune bedides mamazelles. A propos, qu’est-ce que vais fiche à Paris ? ». « Bon, tu es à Paris ? ». « Heuuu, oui ». « Tu es en salopette ? ». « Oui. Je dois d’abord la lessiver parce qu’en aidant un copain à peindre, heuuu, disons qu’il a du aller acheter un autre pot de peinture ». « Tu as l’échelle ? ». « Oui. Dis, t’es sûr que les parisiens ne vont pas dire tiens, c’est sûrement un belge ». « Tu t’en fiche. A Paris les plombiers sont polonais, les chauffeurs de taxi sont russes et il y a des restaurants chinois tenus par des marocains ». « Ah bon ? ». « Tu as loué une camionnette ? ». « Oui, avec chauffeur, parce que je dois tenir l’échelle ». « Tu as les autocollants ? ». « Si tu le dis, oui ». « Maintenant, que fais-tu ? ». « Ben, heuuu, je me pose la question, que fais-je ici ». « Tu demandes au chauffeur de te conduire au Champs de Mars ». « De plus en plus ridicule. Me retrouver au milieu de vaches en salopette avec une échelle. Et les autocollants, hein, c’est pour les numéroter ? En binaire ? 0101 0110 1010 ? ». « Ecoute moi. Dans Champs de Mars il n’y a pas que champs, il y a aussi mars ». « J’ai compris : champs de Mars c’est pour les hommes et champs de Vénus c’est pour les femmes. C’est ça ? ». « Le Champs de Mars est un boulevard, un immense boulevard. Et qu’y a-t-il dans un boulevard ? Des carrefours ». « J’en ai un près de chez moi. Je ne vais quand même pas aller faire mes courses à Paris avec une échelle, enfin ». Des carrefours de circulation. Des croisements de route ». « Tu aurais pu le dire tout de suite ». « Et qu’y a-t-il aux carrefours ? ». « Je ne sais pas, moi. Je fatigue. Heuuu, des accidents ? des passages pour piétons ? des policiers qui jouent Béjart avec leurs bras ? Je donne ma langue au chat ». « Si tu es observateur ». « Je suis observateur, na. La preuve, c’est que j’ai déjà vu les danseuses au milieu des carrefours ». « Restons calme. Aux carrefours il y a des coins de rue ». « Je sais. Et quand c’est rugueux c’est pas lisse ». « C’est aux coins de rue qu’il y a des plaques avec le nom de la rue ». « Hé, ça aussi c’est logique. Tu ne m’apprends rien, tu sais ». « Dernière question : qu’y a-t-il de marqué sur les plaques de rue aux coins du Champs de Mars ? ». « De plus en plus débile. Tu me prends pour qui ? Fais attention, avec des questions pareille il va te pousser un entonnoir sur la tête. C’est bien pour te faire plaisir, hein. Aux coins des rues du Champs de Mars il y a des plaques marquées Champs de Mars. On dirait un poème de Prévert. Tu es content de la réponse ? ». « Il ne te reste plus qu’à aller coller 10 devant mars. Pigé ? ». « Ah oui, ça. Hé, c’est génial. Tu aurais pu le dire plus tôt ». « J’ai suivi ton rythme. Un an de plus, ça marque, ça se perçoit dans tes neurones ». « A propos de neurones, ils travaillent toujours. Dis, ce n’est pas dangereux ton truc ? ». « Dangereux ? Pourquoi ? ». « Tu m’as dit que le Champs de Mars était un très large boulevard avec plein de carrefours. Combien de fois vais-je devoir le traverser ? Je n’ai pas envie de me faire choper par un camion avec l’échelle et commencer à faire hélicoptère ». « Tu n’as qu’à faire un côté en entier, tu traverses une fois et tu reviens par l’autre côté ». « Bien vu. Et pour ma statue ? ». « On y pensera l’année prochaine. Mon cadeau d’anniversaire pour toi cette année, c’est d’être resté patient ». « Ah bon ».