20/03/2010

Cherche à épiler

« Papa, papa, tu es tout rouge ». « Oui, gamin, c’est le soleil du printemps ». « Tu as fait quoi, papa, pour être aussi rouge ? ». « Du jardinage, gamin ». « Du jardinage ! Sur la moquette ? ». « Sur le balcon, gamin ». « Ah. Tu as semé une pelouse sur le balcon, papa ? ». « Non, gamin, j’ai passé ma matinée à enlever les mauvaises herbes du bonzaï ». « Une matinée ! ». « Gamin, c’est du travail de précision, avec la pince à épiler ». « Wow, tu es devenu champion en épilation, alors, papa ». « Oui, gamin ». « Papa, j’ai une idée ». « Ah bon ! Pourquoi pas. Je t’écoute, gamin ». « Papa, quand on est expert dans une discipline, comme toi en pince à épiler, il faut garder la main ». « Oui, gamin. Mais je ne vais quand même pas semer des mauvaises herbes au pied du bonzaï pour avoir le plaisir de les épiler par après ». « Non, papa, je pensais à la moustache de la voisine de palier ». « Heuuu ».

 

20/06/2008

Cherche à vendre table multi-positions

Si vous avez une terrasse ou un balcon ou une pelouse ou une descente de garage en pente, j’ai la table idéale pour vous : réglable, ajustable et en kit. Vingt-deux morceaux : un grand, tout plat, de 120 sur 80 cm et vingt-et-un de section carrée 5 sur 5 et de hauteurs différentes. Ces derniers morceaux proviennent de feu les quatre pieds après une tentative de ma part de mettre la table de niveau. Faire offre pour le tout.

22/03/2007

Biglodion et le jardinage (2)

Biglodion et le jardinage (2)

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

Cherche jardinier qui cherche du compost

Depuis l’invention des sacs poubelle de couleur, il est strictement interdit d’utiliser le vide-poubelle. Je l’ai donc fait pour y jeter mes déchets ménagers, vert de poireaux, coquilles d’oeufs, surplus de raviolis, crottes des souris, pelures de patates. J’avais eu l’idée de faire dans la cave du compost et ainsi donner du fumier à mon bonzaï. Ca commence à chlinguer dans la cave. Les colocataires se regardent en petits chiens de faïence. Je cherche d’urgence un jardinier qui viendrait clandestinement chercher le compost.

Cherche amis des jardins

Bonne et mauvaise nouvelle. Je commence par la bonne. Si vous êtes dépressif, ne lisez pas la mauvaise, c’est un désastre. Bonne nouvelle : ma nouvelle pelouse pousse. Mauvaise nouvelle : elle pousse dans le jardin du voisin, entre ses poireaux, ses carottes, ses échalotes et tout le reste. Maintenant, je me rappelle : le jour où, du geste d’auguste le semeur, j’ai semé à la volée, il y avait du vent. Je n’y avais pas pensé ce jour-là dans mon euphorie jardinatoire. Je me rappelle que je sautais pour lancer de plus en plus haut les graigraines. Allez, hop, une cuillerée pour papa, allez, hop, une cuillerée pour maman. Les voisins vont partir en week end prolongé avec leur chien. Donc, pas de danger. Je cherche une dizaines de personnes à la main délicate et possédant une pince à épiler pour organiser une transplantation capillaire.

Cherche un hall de gare

De retour d’une semaine de congé, je remarque une chose étonnante : le bonzaï et moi avons pris 900 ; j’ai pris 900 grammes en poids et lui 900 millimètres en hauteur, soit près d’un mètre en une semaine. Qu’il est moche. Il va de l’évier au plafond. L’année dernière je l’avais bien nourri avant de partir, avec de l’eau et des granulés bleus. J’avais dessiné un fleuve en granulés bleus pour faire jardin japonais. J’ai appris par la suite que c’était de l’anti-limaces et, qu’au cinquième étage, ce n’était pas nécessaire. Cette année j’ai tout recouvert avec des granulés roses. Erreur, il paraît que c’est un engrais très puissant. Mon bonzaï géant est digne d’un hall de gare, il fait plus d’un mètre vingt. Je l’échange contre 3 bonzaïs de 40 centimètres.

 

09/08/2006

Cherche pelouse à greffer

Pour aider un collègue je suis allé retourner son jardin qui jouxte le parc communal. A 11 heures 23, le drame : "Gérard, Gérard, comment on fait pour arrêter ton motoculteur". "Peux pas venir, suis sur le pot, chiasse, chiasse". "Gérard, à l'aide". "Peux pas venir, j'ai des crampes, t'as qu'à aller dans le parc". Je suis allé épuiser l'essence du motoculteur de Gérard dans le parc. Les traces d'OVNI, c'est moi. J'en suis tout retourné. La pelouse du parc aussi. Je cherche d'urgence une pelouse d'occasion, 45 cm de large, longueur 2 km 600. Je cherche aussi une troupe de danseurs africains qui viendront damer la greffe de pelouse avec leurs pieds.