30/10/2008

Cherche la mort avec des frites

C’est la Toussaint. Des fleurs partout. Aux caisses des supermarchés, dans les pépinières, au marché, chez les libraires, le long des routes avec les mêmes jeunes enfants refroidis qu’à l’époque des fraises ou du muguet. C’est mortel toutes ces fleurs, identiques à part la couleur. Chrysanthèmes, bruyères et, nouveauté, le chou chinois. Le chou chinois envahit nos cimetières. Deux euros quarante-neuf et hop, la corvée cimetière est terminée. « Maman sera contente, tu ne trouves pas ». « Du moment qu’elle ferme sa gueule, c’est bien ». « Que dis-tu mon amour ? ». Et si on fêtait nos chers défunts avec des frites, hein ? Une baraque à frites devant chaque entrée de cimetière. Musique : accordéon musette, pour rendre hommage à nos chers disparus. Dans la joie, dans la dignité, pas dans le commerce.

23/03/2008

Cherche à aider Gérard

« C’est gentil de m’aider à transporter les plantes à la pépinière mais ». « Il n’y a pas de mais, Gérard, c’est tout naturel ». « Je dis quand même que c’est gentil mais ». « Je te l’ai dit, Gérard, il n’y a pas de mais, d’autant plus qu’après tu m’invites à les planter chez toi. Chez moi je ne sais pas vu que la terrasse du cinquième est en béton ». « C’est la première fois que tu mets les pieds dans une pépinière, je suppose ». « Oui, Gérard. Oooh, regarde, les ballons verts ». « Arrête, ce ne sont pas des ballons, ce sont des buis taillés en boule ». « Oh, merde ». « Puisque c’est la première fois que tu viens à la pépinière je vais te donner un conseil ». « Je t’écoute, Gérard ». « Tu vas te fatiguer inutilement si tu continues à tenir le petit chariot en dessous du bras comme un panier. Il a des roues, tu sais ». « Heuuu ».