21/08/2010

Le pet qui mouille

Je viens voir Robert tous les jours en clinique pour voir son évolution. « Salut Robert. Alors, tu pètes le feu, aujourd’hui ? ». « Hé, Hé, Hé, le KIRIGOL fait son effet et ses effets secondaires. On dirait un bulletin météo en lisant la notice : risque de grands vents ». « Et ça veut dire quoi, ça, Robert ? ». « Je pète ». « Tu pètes sec ou tu pètes mouillé ? ». « Je pète sec, ça gaze pour moi ». « Sans trace de freinage dans le slip ? ». « Rien, que du gaz ». « Mais le gaz c’est explosif, non ? ». « C’est peut-être pour ça que c’est interdit de fumer dans les chambres ». « Explique-moi, Robert. Après tu as l’impression olfactive d’avoir mangé des moules pas fraîches, du maroilles, des flageolets ? ». « Rien, je ne fais que du vent ». « Et bien, Robert, tu dois te sentir ici comme au bureau, ne faire que du vent, hein ». « A demain ». « Quoi, déjà ». « Oui, le KIRIGOL ne fait plus d’effet ». « Heuuu. A demain, Robert ».

31/08/2009

Cherche encore le lapin

Les 26 et 27 août j'ai fait connaissance avec un jeune lapin. Par malheur et par réaction tardive de l'excès de lentilles ingurgitées au repas de la veille au soir (mais c'est tellement bon avec un gigot d'agneau), un pet m'échappa. Je veux rester modeste mais je pense qu'on l'aurait entendu même durant l'explosion d'un pétard de feu d'artifice. Pis qu'un crissement de pneus de camion. D'ailleurs des traces de freinage étaient visibles, j'ai du changer de slip. Plus de petit lapin. Je le comprends, moi-même j'ai eu peur. Ah, si j'avais pu l'enregistrer, ce pet personnel et historique, je l'aurais diffusé sur mon répondeur téléphonique. J'ai chanté une chanson de Chantal Goya pour qu'il revienne mais ce fut peine perdue. Je l'ai cherché les 28, 29 et 30 août. J'ai même fouillé une meule de foin et je me suis fait piquer huit fois par sept aiguilles. Car j'en ai trouvé sept mails il y en a une qui m'a échappé en voulant la ramasser. C''est fou ce que les choses m'échappent en ce moment, je suis un véritable pot d'échappement. Il faut absolument que j'apprenne à imiter le bruit de la carotte. Un, pour attrpper des lapins. Deux, pour converser avec l'âne de Saint Nicolas. J'ai quand même eu l'occasion de rencontrer les parents du petit lapin (ou les grands-parents car ils me semblent vieux et il paraît que les lapins se reproduisent vite). Je vous en livre une photo.

071

19/07/2009

Appel aux vieux

Maman m’a téléphoné et ça s’est mal passé, comme d’habitude. Ce qui m’inquiète c’est qu’elle m’a dit qu’elle ne pouvait pas venir chercher son cadeau de fête des mères (hé, en juillet, ho, il y a longtemps que j’ai bouffé les pralines que je lui destinais si elle venait me donner mes étrennes pour la nouvelle année, non mais) parce qu’elle avait les pieds gonflés. Maman a les pieds gonflés. C’est nouveau, ça, des pieds qui gonflent ! Je ne connais pas ce phénomène mais j’en ai peur parce que si ses pieds gonflent comme des ballons elle va s’envoler, disparaître entre Mars et Vénus et je n’aurai jamais l’héritage puisqu’on ne retrouvera pas le corps. Je fais appel aux vieux et aux vieilles qui savent manipuler internet et qui ont les pieds qui gonflent  pour savoir comment ça se passe. Marchent-ils au plafond ? Doivent-ils vivre les fenêtres fermées pour ne pas être emportés par un pet qui les propulseraient à l’extérieur ? Par où font-ils entrer leur nourriture vu qu’ils ont la tête en bas ? Que se passe-t-il quand ils ont la coulante ? Comment tiennent-ils leurs cornets de frites sauce andalouse ?  Maman a les pieds qui gonflent ! C’est gonflé, ça. D’avance merci pour vos explications.

14/01/2008

Cherche à appeller maman

« Soufflez dans l’alcootest, je vous prie ». « Heuuu, ça ne fait pas péter, j’espère, hein ». « Soufflez dans l’alcootest, je vous prie ». « Parce qu’un jour, en gonflant un ballon pour mon petit neveu j’ai eu une fuite à l’arrière ». « Soufflez dans l’alcootest, je vous prie ». « Attention, ça va péter ». « Chef, chef, venez voir, il n’a pas bu ». « Qui ça ? ». « Le type au nez rouge ». « S’il n’a pas bu, tu dois le relâcher, c’est le règlement ». « Mais le nez rouge, chef. En plus, il a un bonnet de père Noël sur la tête. Nous sommes le 14 janvier. Je fais une enquête ? ». « Si ça t’amuse ». « Quidam, avez-vous un alibi pour le nez rouge ? ». « Heuuu, je vais chez maman pour lui souhaiter la bonne année. C’est pour me mettre dans l’ambiance. Si vous êtes encore ici dans un quart d’heure, quand je repasserai, vous pourrez me refaire souffler. Chez maman, il n’y a que de l’eau. Et même pas de la pétillante ». « Et la bouteille d’anisette que je vois sur le siège passager ? ». « C’est pour offrir à maman. Elle n’en boit pas mais sans ça je ne digère pas son eau ». « Chef, chef, le type au bonnet et au nez rouges, il va souhaiter la bonne année à sa mère le 14 janvier. C’est un ingrat. Je l’embarque ? ». « Non, surtout pas, il y a une loi sur la protection des minorités. Alors, un nain gras, tu imagines ».