30/10/2009

Le deuxième indice

Si vous n'avez pas osé répondre hier par peur du ridicule de votre réponse, essayez aujourd'hui. Voici le deuxième indice, l'indice principal. Chaque année sur les plages sablonneuses, pour débarasser les parents de leurs bambins, il y a des concours de château-fort. C'est con, parce que, sauf si la mère est célibataire, c'est le père qui s'y colle. Lui, qui était heureux de prendre des vacances pour faire une pause dans le jardin, se retrouve avec une autre pelle en train de creuser le sable mou pour arriver à la couche de sable dur. Quand il y arrive, parce qu'à la mer il y a la pelle du large mais aussi la pelle du bar, pendant que sa tendre et chère suce un eskimo glacé comme lui ne l'a jamais été, il est distrait par une plus jeune et mieux roulée que sa chère et tendre qui a subi une maternité et, hop, le sable atterri dans la tronche du bambin. Drame. Le petit, de peur, a chié dans son froc estampillé pampers pendant que sa mère continue à sucer. Que va faire le papa ? A sa place je donnerais de grands coups de pied dans le château-fort en criant merde, merde, merde parce que mon pied a fait la rencontre d'un morceau de coquillage pointu et que ça pique. Un bambin qui chiale parce qu'il ne voit plus rien, un père qui sautille en criant ouille ouille ouille et une mère qui suce, quelles belles vacances. Ceci n'était pas un un indice. Le deuxième indice est la photo.

040 (3)

23/10/2009

L'énigme d'hier

Voici la photo du potiron proposé dans l'énigme d'hier dans sa position normale, c'est-à-dire allongé comme un naturiste sur la plage, le cul dans le sable et la queue en l'air. Les observateurs avertis auront constaté, sur la photo d'hier, l'absence de spores sur le champignon proposé. Or, pour les spores, l'important est de participer comme a dit monsieur Jacques de Coubertin un jour ou il avait trop bu parce que, maintenant, les spores c'est le pognon, le pognon, le pognon. C'est pour ça que je ne suis pas riche, je ne fais pas de spores. Bien sûr je dois produire des spermatozoîdes, naturellement, comme ça, sans chercher à le faire, bêtement, complètement bio, prêts à faire la course mais pas de spores ni de sponsor. Or, il faut faire des spores pour garder la santé. Et garder la santé pour faire des spores. C'est vicieux, ça. C'est ce qu'on appelle un cercle vicieux. Et, quand on tombe dans un cercle vicieux, il vaut mieux se cacher dans un coin (si ça ne fait pas tilt chez vous ce n'est pas grave : 1. relisez et 2. si pas d'effet allez dormir. Je suis bon prince. Puisqu'il s'agit de l'énigme d'hier, je signale qu'il n'y a pas de coin dans un cercle. OK, ça va, les spores cérébrales fonctionnent ?). Je sais que l'immensité des lecteurs avait pigé (douze) mais bon, il y en a un qui peine. Et la force d'une chaîne est égale à la force du maillon le plus faible. Parce que, connard, c'est le maillon le plus faible qui craque le premier.Craque nom di dju, que je puisse continuer normalement avec les autres. Au revoir, Lucien, fais un gros dodo. Soyons sérieux : je n'arrive pas à départager les vainqueurs de l'énigme parce que personne n'a répondu à la question Combien de réponses exactes recevrons-nous avant le cachet de la poste faisant fois. Je sais, j'ai oublié de mentionner cette question. Mais, avez-vous vu, vous, sur les pots de yaourt, sur les soupes en boîte, sur le thon au naturel vendus par trois, un concours dont la dernière question n'est pas : combien de réponses recevrons-nous avant la date de péremption de la saloperie que vous venez d'acheter. Veuillez m'excuser pour cet oubli.

029 (5)

18/10/2009

Cherche à être là

Rappelez-vous, c'était l'avant-dernière Cène. Pierre, un peu beaucoup éméché, bitu quoi, commençait à raconter des blagues salaces et Jésus, troublé par cette attitude peu disciplinaire pour un disciple plutôt dissipé, lui dit : " Pierre, si tu continues, je t'appelle Abri de Jardin et, sur toi, je ne bâtirai qu'un abri de jardin. Pierre, ça suffit, Nom de Papa, vas voir dehors si j'y suis ". Pierre sorti et, oh surprise, Jésus y était.

Voulant suivre cet exemple et ayant entendu cette phrase cultivée, cultivante et cultivatrice : " Nous irons où les potes iront ", j'y suis allé et ils étaient là.

022 (4)

025 (2)

026 (3)

16/10/2009

Cherche à le cacher au gamin

Halloween approche. Le gamin adore. Je suis allé faire des achats pour lui faire une surprise. " Pardon, madame, où sont les cabines d'essayage ? ". " Mais il n'y a pas de cabine d'essayage dans le magasin, monsieur ". " Pas de cabine d'essayage, pas de cabine d'essayage, comment est-ce possible ? Je ne vais quand même pas engager la somme de 99 centimes d'euro pour un vêtement de cérémonie sans savoir s'il me sied ". " Essayez-le dans la magasin, monsieur ". " Madame, vous n'envisagez pas ça. Si mon chef entre dans votre magasin ça va être ma fête, lundi, au bureau ". " Il est en congé aujourd'hui, votre chef ? ". "Non, madame, pas aujourd'hui, pourquoi ? ". " S'il n'est pas en congé, comment pourrait-il venir ici, monsieur ? ". " Heuuu. Madame, je vais être honnête avec vous. Ce que je veux c'est me voir dans ce costume de fête, pour être sûr que je ne suis pas ridicule ". " Monsieur, être ridicule, c'est ce que vous cherchez, non ? ". " Heuuu. Oui, mais pas trop. Comme pour le sel sur les frites, madame, un peu mais pas trop. Pour la mayonnaise c'est la même chose, un peu mais pas trop ". " Monsieur, j'ai une idée. Je vous prends en photo, vous la regardez et vous vous décidez ". " Oh oui, oh oui, oh oui ".

037 (2)

13/10/2009

Cherche le beau surgelé

" Gamin, les papas sont là pour apprendre à leurs gamin, même si ceux-ci les font chier ". " Oui, papa, tu m'as déjà dit mille fois que toi tu pouvais dire faire chier et que je dois attendre ton âge pour pouvoir le dire aussi ". " Oui, gamin ". " Mais, papa, ça fait trois ans que tu me le dis et, à chaque année, il y a une bougie de plus sur ton gâteau. Si tu deviens centenaire je devrai attendre de le devenir aussi pour faire chier tout le monde ? ". " Oui, gamin ". " Mais, papa, ce que tu dis est aussi débile que le coiffeur qui avait fait peindre sur sa vitrine DEMAIN ON RASE GRATUITEMENT ". " Gamin, un papa doit instruire son gamin mais le gamin doit expliquer à son papa quand le papa ne comprend pas. C'est quoi cette histoire de coiffeur ? ". " Ben, papa, quand les clients venaient se faire raser gratuitement le coiffeur disait que c'était demain et, pour le prouver, il disait d'aller voir ce qui était écrit sur sa vitrine ". " Mais c'est de la publicité mensongère, ça, comme sur les plats préparés surgelés. Tu ouvres le paquet et, dedans, il n'y a pas les brins de ciboulettes qui sont sur la photo. Ni la vapeur qui s'échappe des petits pois carottes bien chauds. Ni la belle assiette. Ni la nappe. Ni le verre de vin bien rempli ". " Papa, tu devrais lire les emballages. C'est marqué suggestion de présentation ". " Ah, ça, gamin, pour être suggestif c'est suggestif. C'est tellement suggestif que je n'achète des surgelés que lorsque la photo est jolie ". " C'est du trompe l'oeil, papa ". " Oh, gamin, à propos de trompe l'oeil, regarde ce que j'ai photographié à Vesoul ". " Tu t'es encore fait avoir, hein, papa. Madame a voulu voir Vesoul et on a vu Vesoul. Et l'accordéon. Et les flonflons ". " Ben, heuuu ".

011 (2)

012

11/10/2009

Cherche Vve Pommery

« Gamin, regarde, Waterloo à l’envers ». « Pourquoi, papa ? ». « Parce qu’ici, lors d’une excursion, nous devions d’abord descendre les marches et puis les remonter ». « Pour prendre le métro, papa ? ». « Non, gamin, pour visiter une crayère ». « Une fabrique de crayons, papa ? ». « Non, gamin. Les crayères sont de grands trous de plus de trente mètres de profondeur creusés par les romains pour en extraire de gros blocs de craie pour leurs constructions. Plus proche de nous, différentes crayères furent reliées par des tunnels par une dame, Vve Pommery, pour y entreposer des millions de bouteilles ». « Vé-vé-euh, quel drôle de prénom, papa ». « C’est ce qui était écrit, gamin ». « C’était comme un drive-in mais à pied, papa ». « Non, gamin, on ne pouvait pas toucher parce que les poussières sur les bouteilles de champagne étaient millésimées, gamin ». « C’est quoi du champagne, papa ». « Disons que c’est du kidibulle pour adultes et que c’est fait avec du raisin ». « Papa, avec son nom, madame Vé-vé-euh Pommery aurait du fabriquer du cidre, avec des pommes ». « Excellent, gamin, celle-là je vais la raconter au bureau ». « Et on s’est promené dans les galeries chauffées naturellement à 12 degrés. Brrrrr, rien que d’y repenser ». « Papa, ce n’était plus crayère, c’était gruyère ». « Gamin, je t’ai déjà dit mille fois que c’est dans l’emmenthal qu’il y a de gros trous pour laisser passer les souris. Dans le gruyère nous ne savons pas puisque je n’achète que du gruyère râpé ».  « Tu as pu en boire, papa, du champagne ». « Oui, gamin, mais les organisateurs ne sont pas cons. Nous devions d’abord remonter toutes les marches pour déguster un verre ».

017 (3)

07/10/2009

Cherche les souvenirs

 « Papa, raconte-moi encore tes vacances, s’il te plait ». « Regarde cette photo, gamin. C’est un ramasse-miettes géant ». « Tu l’as vu fonctionner, papa ». « Non, hein, gamin. En fait c’est la formule 1 de Jean Alesi mais rien que la coque ». « Mais, papa, Formule 1 ce n’est pas l’hôtel où tu voulais entraîner la voisine de palier ». « Heuuu. Gamin, je te parle de sport, pas de la voisine de palier. Oublie-la, veux-tu ». « Parce que tu m’as dit qu’avec elle ça ne doit pas être du sport tous les jours ». « Gamin, tu retiens mieux ce que je ne te dis pas quand je parle tout seul à haute voix que tes leçons de catéchisme, hein. C’était quoi encore cette histoire de leçon sur ‘Jésus marche sur l’eau’ avec le Père Rafaël et, la semaine suivante, sur ‘A la recherche de Jésus’, hein, c’était quoi ? ». « Ben, papa, j’avais dit au père ce que tu m’avais dit, qu’après une disparition d’une semaine ça ne valait pas la peine de se mouiller pour le retrouver parce que le corps allait revenir à la surface tout seul ». « J’avais dit ça, moi, gamin ? ». « Ben oui, papa ». « Ah bon, ça a du m’échapper ».

019 (4)

30/09/2009

Cherche à faire de la gymnastique

« Papa, c’est quoi cette photo ? ». « Ce sont quelques infirmiers et beaucoup d’infirmières, gamin ». « Mais, papa, tu étais vraiment chez les fous ? ». « Non, hein, gamin. C’était le moment de la gymnastique de revalidation des membres supérieurs ». « Et ça veut dire quoi, papa ? ». « Heuuu, disons que dans le groupe il y avait des ramollis du cerveau mais aussi des ramollis des bras. Je t’en ai déjà montré, hein, gamin, chez Carrefour, des intellectuels, ministres, avocats, chefs de bureau, cons en tous genres, qui n’arrivent pas à soulever un casier de bouteilles de bières trappistes. Comme les activités de délassement étaient obligatoires pour tout le monde j’ai du y participer. C’est ça des vacances de revalidation collectives, gamin. C’est un peu comme les scouts mais en plus âgé ». « On a l’impression que vous chantiez, papa ». « Oui, gamin, nous devions chanter. Pour garder le rythme ». « C’était quoi la chanson, papa ». « Vois-tu, gamin, vu qu’il y avait des étrangers, deux suisses francophones et un belge, moi, les organisateurs ont choisi une chanson polyglotte ». « C’était quoi, papa ? ». « Attends. Une, deux. Troulala, troulala, troulalalalère, troulala, troulala, troulalala ». « Papa, quand je vais dire aux copains que tu as fait partie d’une chorale internationale ils vont tomber le cul par terre ». « Heuuu ».

181 - Copie

26/09/2009

Cherche le trou de balle

« Papa, pourquoi il y a des X blancs sur la photo ». « Trou de balle, gamin ». « Mais, papa, tu m’as déjà dit que dire trou de balle c’était grossier ». « Oui, gamin, mais ici, ce sont de vrais trous faits avec de vraies balles ». « Pourquoi, papa ? ». « Ah, ça, gamin, il faut être français pour comprendre. Ils avaient un grand président et ils ont cherché à l’éliminer. Conséquence et punition du ciel : maintenant ils ont un nain ». C’était qui, papa ? ». « Charles ». « Aznavour, papa ? ». « Gamin, voyons, un grand, pas un nain ». « Tu l’as connu, papa ? ». « Non, gamin, je n’étais pas né lors de l’appel du 18 juin mais j’ai retenu la date parce que je me suis cassé la pipe un 18 juin en me prenant les pieds dans une pelle. La pelle du 18 juin. Le grand Charles, qui, en 1959, confiait à Alain Peyrefitte : « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne ... Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront peut-être vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! ». « Il a dit ça, monsieur Charles, papa ». « Oui, gamin, c’était un visionnaire ». « C’est quoi un visionnaire, papa ? ». « C’est quelqu’un qui te dit avant ce qui va se passer après, gamin ». « Comme toi quand tu dis que ça sent le cramé et qu’on va manger des tartines avec des triangles de vache qui rit ». « Heuuu ».

115

116

25/09/2009

Cherche la sécurité en vacances

« Papa, je sais où tu es allé en vacances ». « Impossible, gamin ». « Si, papa, c’est possible ». « Non, gamin, ce n’est pas possible ». « Si, papa, c’est possible et possible c’est français ». « Mais j’étais, heuuu, comment dire, dans une colonie de vacances à douche le matin, le midi et le soir. Nous étions gardés et surveillés, sans visites autorisées ». « Mais tu pouvais sortir, hein, papa ». « Bien sûr, gamin, des vacances durant lesquelles tu ne peux pas sortir de l’hôtel, ce ne sont pas des vacances, c’est la république dominicaine. Moi, j’étais en vacances de remise en forme ». « A Luxeuil-les-Bains, papa, en république française ». « Gamin, tu m’as suivi ? ». « Mais non, papa, j’ai ramassé un papier tombé de tes poches quand tu es rentré. J’ai lu Luxeuil-les-Bains, sorties autorisées et j’ai vu un gribouillis ». « Le gribouillis c’est la signature du médecin, heuuu, je veux dire de l’organisateur du voyage organisé. Parce que le voyage était organisé, gamin. Et bien organisé. Pendant que nous étions tout nus dans les douches un gardien surveillait la cour des promenades. En cas d’évasion il ne sifflait pas, de peur de nous stresser davantage. Il jouait du pipeau. La truite de Schubert. Parce que la truite vagabonde. Nous pouvions vagabonder mais pas pendant les douches. C’est normal, hein, gamin, vagabonder tout nu ça ne se fait pas. C’est ça la sécurité d’un voyage organisé. Regarde, j’ai pris des photos du gardien ».

009 (3)

008 (2)

24/09/2009

Chercehe à zexpliquer mes vaquances

« T’étais où, papa, pour tes vacances ? ». « Heuuu, gamin, je ne sais plus. C’était bien. On ne devait pas se laver parce qu’on recevait la douche froide collective le matin, la douche tiède collective à midi et la douche chaude collective le soir. Ce sont des psychologues avertis qui ont inventé ça. La douche froide du matin réveille et chasse les fourmis dans les jambes. La douche tiède de midi maintient éveillé et la douche chaude du soir fait dormir et permet de ne changer les draps qu’une fois par séjour. Des douches à l’eau de source, gamin. Je pouvais garder la bouche ouverte pendant la douche. Non seulement j’économisais le dentifrice mais, en plus, j’avais mon Apport Journalier Recommandé, mon AJR comme c’est écrit sur les pots de yaourt, en calcium, potassium, plutonium, atomium, géranium, uranium. Une cure de santé, gamin ». « Tu as des photos, papa ? ». « Des douches, non. On devait être tout nu, dans le plus simple appareil comme ils disaient, c-à-d sans appareil. Moi qui ne sais pas nager j’ai bu la tasse trois fois par jour. Pour faire des économies parce qu’au distributeur l’eau était payante ». « C’était pour quoi, l’eau, papa ? ». « C’est de l’eau pleine de vertus. Contre les rhumatismes, pour avoir de belles dents blanches si on gardait la bouche ouverte pendant les douches, pour faire circuler la circulation. Et l’eau avait même des vertus aphrodisiaques mais ça je n’ai pas testé ». « C’est quoi affreux disiaque, papa ? ». « Gamin, je viens de te dire que je n’ai pas testé, voyons. En plus le jet était tellement puissant que je n’aurais pas su lever le petit doigt ». « Papa, tu en oublies l’énigme du jeudi ». « Heuuu, disons, heuuu, dans quelle commune cette photo a-t-elle été prise ? Un indice : c’est en Europe ».

045 (3)

21/09/2009

Bébé assume l'intérim - 9

To - ré - ador, ton - cul - n'est pas - en or, to - ré - ador. Coucou, c'est Bébé, Bag-in-Box, la nouvelle co(que)luche de Biglodion qui m'a nommée son intérimaire pendant sa cure de repos. Lui, il se repose. Je ne peux pas dire où il est mais vu la photo sur la carte postale que je viens de recevoir, il doit être passé dans (au moins) une cave à vin en Bougogne. Vu son écriture il a du écrire son texte après plusieurs dégustations. Je suis toute rouge, il m'appelle sa ballereine. Je n'ose y croire. Ou alors c'est une faute due au jus de la treille. Pendant ce temps là je répète. Toréador en garde, toréador, toréador, et songe bien, oui, songe en combattant, qu'un oeil noir te regarde, et que l'amour t'attend. Quand je répète je préfère chanter Toréador, ton cul n'est pas en or. De toutes façons le public n'y voit que du feu. Quand j'étais à la chorale nous devions chanter Let it be des Beatles. Nous avons toutes chanté Les p'tites billes, les p'tites billes, les p'tites biii-ii-illes.

025

17/09/2009

Bébé assume l'intérim - 5

Coucou, c'est Bébé, Bag-in-Box sans le Box, la danseuse du Vin Rouge, un moulin qui fait son blé à Paris avec les touristes belges en quête de sensations. Je suis en charge de ce blog depuis le pétage de plomb de son propriétaire. Aujourd'hui j'ai branché la webcam. Pour vous voir. Je vous regarde droit dans les yeux et je vous entends droit dans mes grandes oreilles que j'ai hérité de papa. C'est comique la webcam. Je vois une jolie nana en train de pondre un poème, une autre qui prend des photos de ses fleurs, un type qui passe son temps le jeudi à énerver les autres avec ses énigmes, des chats et des chiens perdus ou à la recherche d'une maison d'accueil, la météo. Zut, j'ai poussé sur une mauvaise touche. Est-ce que j'ai l'air d'être une passionnée par la météo ? Malgré mes rondeurs je vis sur les planches. Ah, que c'est bon de vous voir. Je remercie monsieur Web Cam. Je sens que je vais bien dormir. A demain. 

027

15/09/2009

Bébé assume l'intérim - 3

Coucou, c'est Bébé, qui assume l'intérim de ce blog depuis deux jours. Aujourd'hui je fais dans le nu intégral. Je peux puisque je le fais chez moi. Je suis sur la moquette. Je me suis photographiée de profil pour qu'on ne me reconnaisse pas. J'essaye la technique du vol-au-vent. Normalement, le vol-au-vent, c'est avec des morceaux de poulet, des quenelles, de la sauce et des champignons. Etant nue, je me voyais mal faire le vol-au-vent avec des champignons plein les jambes, du poulet dans les oreilles, des quenelles dans les cheveux et de la sauce un peu partout. Alors je me suis entraînée au vol-au-vent avec un sèche-cheveux professionnel. Trois vitesses, deux puissances, plus arrêt, ce qui fait trois fois deux plus une, soit sept positions. Sept positions, ce n'est pas mal pour une débutante comme moi, non ? J'ai entendu parlé de la position du missionnaire mais ce n'est pas dans le mode d'emploi. J'irai revoir le vendeur. A demain.

039

14/09/2009

Bébé asule l'intérim - 2

Coucou, c'est Bébé, de mon vrai nom Bag-in-Box. Je m'entraîne au grand écart. Pour le moment j'y arrive avec les bras. Mais avec les jambes c'est autre chose. Quand je pense au grand écart je pense au viaduc de Millau. Et je me dis que je suis une autoroute. Et que les automobilistes me passent dessus. Je suis dans le vide, la tête en bas et je fais le pont avec mes jambes entre deux montagnes. Le pire, ce sont les hollandais avec leurs caravanes, ça chatouille tellement ils sont chargés de victuaille pour ne rien devoir acheter à l'étranger. Avec les allemands, juste un frisson, tellement ils vont vite. Les belges c'est autre chose : ils jetent leurs sachets de frites bien gras et ça fait des taches sur mon costume de scène. J'ai peur d'avoir une crampe. Ou de rester dans la même position le reste de ma vie. J'irai peut-être finir mes jours au musée Grévin. A demain. 

026

11/09/2009

Cherche psy dodo canapé

Je me suis trompé de photo quand mon psy m'a demandé si j'en avais une de moi quand l'étais jeune, pour voir si j'avais déjà la bosse des maths, le creux de la vague, la langue bien pendue, la culotte de cheval, les nerfs à fleur de peau, les guibolles qui flageollent, un poil dans la main, une odeur de moquette fumée, les seins qui louchent, les dents de la mère, une cervelle d'oiseau, des pieds de porc, une langue de boeuf, les dents du dessous qui baignent, les pieds dans le plat, l'oeil de Moscou, la rate qui se dilate, les deux doigts dans le nez, le nez en trompete, une tête à claques, les tripes à la mode de Caen, le waterzooï à la gantoise, la tête pressée entre deux saindoux comme chez le boucher, une côte à l'os, un oeil qui dit coucou à l'autre, un coucou qui sort quand c'est l'heure, un cheveu sur la langue, une langue de bois. Quel questionnaire j'ai du subir. Ah, il faire beaucoup d'études pour être psy. C'est quand je lui montré la photo que ça c'est gâté. " Vous avez besoin de vacances. Et tout de suite. Mais pas dans mon canapé. Allez, réveillez-vous ".

1426

03/09/2009

Cherche l'énigme du jeudi

 Qui que quoi dont caisse ?

049 - Copie

J'ai retrouvé cette photo et je ne sais plus où elle a été prise ni par qui. Si c'est quelqu'un qui est resté trop longtemps au soleil sur le sable de la plage, il est méconnaissable. Pendant que j'essaie de résoudre l'énigme de Rafaël sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be , pouvez-vous résoudre la mienne. D'avance merci.

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : photo, rafael, soleil, plage, sable, enigme |  Facebook |

01/09/2009

Cherche des chars de 14-18

Je n'étais pas né en 14-19. Le gamin non plus. Pourtant, quand je suis allé le réinscrire à l'école, j'ai rencontré sa future institutrice qui, elle non plus, n'était pas née en 14-18. Il n'y a que les rectangles bruns de poisson du capitaine igloo qui étaient panés en 14-18. Cette dame, à la carroserie élégante (elle roule en Citroën Albert Lingo, comme moi) m'a glissé à l'oreille qu'un des premiers devoirs du gamin sera consacré à la guerre de 14-18 et que les parents pourront aider. Elle aurait mieux fait de me glisser autre chose autre part, parole de zouave. " Je vous ai vu faire le tour de ma voiture cinq fois " m'a-t-elle dit. " Ah, madame l'institutrice ", lui ai-je répondu en affichant le sourire de Michel Daerden (ministre belge wallon qui a déferlé sur you tube et qui boit beaucoup mais qui a la correction de ne jamais citer de marque de bière) " vous avez un véhicule de rêve ". " C'est parce que j'ai trois grands chiens que je mets derrière plus un petit qui vient à côté de moi ". Zut, zut et reflute, pour une fois que je tombe sur une institutrice qui, comment dirais-je, me fait bander à la première rencontre, elle a quatre chiens. Mais c'est qu'il faut les nourrir, ces bêtes là. Et ce n'est pas donné chez Tom et Jerry, parfois Tom and Co ou Tom et Jéricho, comme les trompettes. " Puisque vous aimez les véhicules, je vous vois bien aider votre fils à rédiger un dossier sur les chars de 14-18 ", m'a-t-elle dit ". " Heuuu ", ai-je répondu, " Ah bon. Ils avaient des chars. Comme les romains pour aller faire leurs courses ? ". " Ah, les courses de chars. Dites donc, vous avez de l'humour, vous ". " Je fais ce que je peux, madame l'institutrice, pour que le gamin reçoive de beaux points ". "Je vous l'ai dit, 14-18, les chars ". " Heuuu, oui ". Quelqu'un aurait-il autre chose que ce que j'ai trouvé comme photo de chars de 14-18. D'avance merci.

3732042948_ecd243ffbc[1]

31/08/2009

Cherche encore le lapin

Les 26 et 27 août j'ai fait connaissance avec un jeune lapin. Par malheur et par réaction tardive de l'excès de lentilles ingurgitées au repas de la veille au soir (mais c'est tellement bon avec un gigot d'agneau), un pet m'échappa. Je veux rester modeste mais je pense qu'on l'aurait entendu même durant l'explosion d'un pétard de feu d'artifice. Pis qu'un crissement de pneus de camion. D'ailleurs des traces de freinage étaient visibles, j'ai du changer de slip. Plus de petit lapin. Je le comprends, moi-même j'ai eu peur. Ah, si j'avais pu l'enregistrer, ce pet personnel et historique, je l'aurais diffusé sur mon répondeur téléphonique. J'ai chanté une chanson de Chantal Goya pour qu'il revienne mais ce fut peine perdue. Je l'ai cherché les 28, 29 et 30 août. J'ai même fouillé une meule de foin et je me suis fait piquer huit fois par sept aiguilles. Car j'en ai trouvé sept mails il y en a une qui m'a échappé en voulant la ramasser. C''est fou ce que les choses m'échappent en ce moment, je suis un véritable pot d'échappement. Il faut absolument que j'apprenne à imiter le bruit de la carotte. Un, pour attrpper des lapins. Deux, pour converser avec l'âne de Saint Nicolas. J'ai quand même eu l'occasion de rencontrer les parents du petit lapin (ou les grands-parents car ils me semblent vieux et il paraît que les lapins se reproduisent vite). Je vous en livre une photo.

071

25/08/2009

Port de plaisance

 Hier je vous ai montré ce qu'un collègue et néanmoins ami réalisait dans son jardin : la forêt ardennaise belge avec Rochehaut, les méandres de la Semois et les choux de Bruxelles. Si vous cherchez bien sur son blog http://lejardindegerard.skynetblogs.be vous découvrirez notamment une photo de pieds jaconds, plante que je ne connaissais pas. Avant Rochehaut il a réalisé un port de plaisance en miniature. Personnellement je n'aime pas les ports de plaisance vu que je n'ai ni bateau ni barquette. Pourtant on devrait se sentir bien dans un port de plaisance puisque dans le mot plaisance il y a aisance. On se sent bien dans un lieu d'aisance, non ? Parfois on peut s'y faire chier, je sais, surtout si rien ne se passe. Rien de tel dans ce cas qu'un crayon, une gomme et un carnet de sudoku. Ce collègue a du arrêter son projet parce que l'eau gratuite ou presque n'existe plus. Plus il pleut en Belgique et plus l'eau est chère. Cherchez l'erreur. Pourtant j'aime bien les ruines de ce port avec la luxuriance des plantes trop picales qui retombent sur la promenade des anglais, avec les quais, biens alignés et le yacht d'un milliardaire qui a invité des filles et où il doit se paser des choses.

027

24/08/2009

Rochehaut, le Tombeau du Géant

 Il y a des cinglés qui fabriquent des trains électriques, qui peignent au pinceau à un poil des petites voitures, qui mettent des nains de jardin miniatures dans leurs plantes d'appartement, qui brodent la dernière cène au fil de soie sur une trame de 20 x 8 centimètres, qui bronzent le colosse de Rhodes dans un mètre cinquante de frigolite, qui collectionnent les manneken pis avec un tire-bouchon. Moi, j'ai un collègue et néanmoins ami qui cherche à représenter Rochehaut (Ardennes belges), le Tombeau du géant et les méandres de la Semois (rivière méandreuse qui, avant de se jeter dans la Meuse en France, change d'identité à la frontière et s'appelle la Semoy). Ah ça, on voit bien les méandres de la Semois et le Tombeau du Géant. Pour la forêt ardennaise, mon collègue dit qu'il faut attendre que ça pousse. Mais, ce n'est qu'un exemple, dans le bas, au centre, on distingue, en vert clair, un chêne centenaire entouré de sapins, en gris-bleu. Pour représenter les sapins il a utilisé des plants de choux de Bruxelles, pour la couleur. Pour son anniversaire je vais me cotiser pour lui acheter un géant miniature qu'il pourra enterrer dans le tombeau, ça fera encore plus réaliste. Ce jardin existe. Mon collègue aussi. Il a un blog qui s'appelle  http://lejardindegerard.skynetblogs.be

020

23/08/2009

Cherche à éliminer les mouches

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je trouve qu'il y a beaucoup de mouches cette année. En plus elles sont grosses, très grosses. Je n'habite pas loin d'un Mac Donald et je pense que c'est de là qu'elles viennent. J'imagine que les mouches des poubelles sont à l'image des tonneaux qui y vont manger. Et sans fourchette. Quand tu n'as pas de fourchette tu avales tout rond. Et tu gonfles. " Oh, tu es enceinte, chérie ". " Non, je suis allée manger chez Mac Donald avec des copines ". " Et ta maman sais que tu manges avec tes doigts comme dans les tribus primitives des cavernes qui n'avaient pas de fourchette, pas de couteau, pas de service à table, pas de verre en verre. Elle dit quoi, belle-maman, quand tu lui racontes ta gastronomie ? ". " Elle te dit vas te faire foutre, gros lard, t'as qu'à pas regarder le foot affalé dans le fauteuil la braguette ouverte pour gagner du temps quand tu dois aller pisser pour ne pas rater le dix-neuvième tir au but décisif ". " T'énerves pas, mon gros ballon, mais je pense que les grosses mouches c'est toi qui les ramènes de ton faste foot. Elles te ressemblent. Regarde, j'en ai fait une photo ".

011

21/08/2009

Solution de l'énigme d'hier, 20 août 2009

L'expression à trouver hier était : " Tirer les vers du nez à quelqu'un ", c-à-d tirer de lui un secret en le questionnant adroitement. C'est le gamin qui a eu l'idée de l'énigme. Parce qu'il a un papa qui lui tire les vers du nez fréquemment, qu'il se fait avoir à chaque fois et qu'il en a plein le cul. En avoir plein le cul : voici une autre expression très poétique, qui pourrait servir à une énigme ultérieure. Mais il faut trouver une photo et je n'ai pas envie de servir de top-modèle dans cette situation. Revenons à la réalisation de l'énigme d'hier, gratuite à faire car elle ne vous coûtera pas un radis. Un radis, pour celles et ceux qui ne cuisinent jamais, c'est comme un poireau sauf que le poireau est blanc et vert, grand et tubulaire et que le radis est petit, rond, souvent tout rouge et parfois rouge et blanc et qu'à la place d'avoir une touffe de poils à sa base comme le poireau il n'a qu'une queue, comme une souris mais en plus fin. Avez-vous déjà remarqué que la plupart des chats qui mangent des souris délaissent la queue. Les hommes, c'est pareil avec les radis. Ou avec les zakouskis tomate cerise, morceau de feuille de roquette, mini boule ou tranche de mozarella, le tout enfilé sur un cure-dent. Quand on est bien élevé, même si on reste assis, on ne mange pas le cure-dent, ni la queue de la souris, ni celle du radis. N'hesitez pas à varier votre alimentation et achetez des radis. Je vous donne la recette pour la préparation : 1. les laver, 2. couper la partie verte (c'est là où il y avait les feuilles), 3. couper les queues et les réserver pour en trouver deux qui ne tombent pas du nez quand vous souriez, 4. prenez la photo. Attention à la distraction : si vous vous enfilez la queue par le côté le plus fin c'est parti pour une crise d'éternuements. Avec le surplus de queues de radis vous pourrez faire une décoration de table originale pour surprendre vos invités.  

046

20/08/2009

Cherche l'énigme de l'expression

Aujourd'hui l'énigme du jour, en compétition avec la seule, la vraie, l'unique, celle de Rafaël, tous les jeudis, sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be est : " Voici le portrait d'un jeune homme, célibataire avec un gamin, Kiki et Pipette les hamsters et leur roulette qui empêchent de dormir parce que ces cons font du body-training la nuit, Maurice le poisson rouge beaucoup plus silencieux, rasé de près, l'oeil persan comme les chats du même nom, qui arrive à lire à distance dans les pensées de celles et ceux qui regardent sa photo en ce moment et qui se dit que ce n'est pas beau tous les jours, champion du virage à gauche toute avec un caddy vide au supermarché, attendant inlassablement blonde à forte poitrine aimant vaisseler et repasser des chemises, belge ce qui est une grande qualité, wallon oufti biloute, cuisinier amateur débutant esayant désespérement d'atteindre le niveau amateur averti, éteint de vertige quand il faut remplacer une ampoule électrique quand il faut monter sur un tabouret, habitant au cinquième étage ce qui est un énorme avantage pour les blondes à la forte poitrine qui ont le sommeil léger parce qu'on n'entend pas les bruits de la route et que de la route on n'entend pas les cris du cinquième, ayant toutes ses facultés sauf celle de monter sur un tabouret, pouvant ouvrir une boîte de raviolis les yeux fermés sans se blesser si on lui donne l'ouvre-boîte et la boîte dans le bon sens, aimant les voyages surtout ceux d'une heure ou deux au parc communal. Et bien, ce jeune homme, représente une expression. Top chrono, vous avez vingt-quatre heures pour trouver et une semaine pour répondre si vous êtes blonde ... 

045

15/08/2009

Cherche la faim du gamin

 " Gamin ". " Oui, papa ". " Tu n'as pas bien mangé ce midi chez Cédric ? ". " Ce n'était pas bon, papa ". " C'était quoi ? ". " Je ne sais pas, papa. C'étaient des restes d'un peu tout parce que la maman de Cédric devait vider le frigo parce qu'ils partent en week-end prolongé ". " Et le poulet, tu l'as trouvé comment ? ". " Il n'y avait pas de poulet, papa ". " Peut-être qu'il n'y en avait pas chez Cédric mais ici, il y en avais un. Entier ". " Ah bon ! Où ça, papa ". " Gamin, soit tu es rentré dans l'appartement avec un chat, soit tu t'es farci les deux cuisses du poulet. Parce qu'un chat qui sait ouvrir une porte de frigo, je n'ai jamais vu ". " Mais, papa, comment sais-tu que j'ai mangé un tout petit bout de poulet alors que tu n'as pas regardé dans le frigo ". " Gamin, je t'ai déjà dit que mon petit doigt me dit tout. Il m'a dit que tu as mangé un demi poulet et il m'a dit aussi que tu as oublié de remettre ce qui reste du poulet dans le frigo ". " C'est pour ma croissance, papa, je dois compenser l'énergie que je perds en jouant ". " Et tu as joué à quoi chez Cédric ? ". " Avec sa game boy, papa ". " Effectivement, gamin, ça demande beaucoup d'énergie. Surtout dans les doigts. Dis, gamin, tu aurais pu me laisser une cuisse, quand même. Tu sais très bien que c'est ce que je préfère dans le poulet ". " Et c'est ce que tu regardes le plus chez les femmes quand on va à la mer, hein, papa ". " Mais enfin, gamin, comment oses-tu dire ça ? ". " Le papa de Cédric dit qu'il n'y aurait pas de papa en été sur les plages s'il n'y avait pas de belles paires de cuisses à regarder ". " Tu me sembles bien jeune pour apprendre la philosopie, gamin. A propos, au-dessus des cuisses il y a le cul. Et il y a l'expression 'Et mon cul, c'est du poulet ?' Tout ça pour te dire que tu vas commencer par ranger le poulet dans le frigo tout de suite ". " Oui, papa ".

001

14/08/2009

Cherche d'où vient la chenille

Je me promenais dans le jardin d'un collègue normal quand, soudain, il mis sa main sur mon épaule. Voyant mon étonnement, il me murmura : " Souris pour ne pas l'effrayer ". Moi, calme en toutes circonstance, je lui répondis : " Effrrai, fraifrais, effraifrais kiki ? ". Son calme était plus olympien que le mien quand il dit : " Je sens que c'est une grosse ". Je n'ai plus su répondre, me demandant comment il savait ça rien qu'avec sa main sur mon épaule. Aurait-t-il été radiologue précédemment dans une autre firme ? A-t-il fait du spiritisme dans les spiritueux ? A-t-il fait partie d'une secte black ou de white spirit ? Ou de black and white ? Puis je l'entend qui murmure : " C'est la queue. C'est la queue que je dois attraper avant qu'elle ne se recroquville ". J'ai failli lui dire que j'avais un bus à prendre, histoire de dire quelque chose et de détourner son attention et ses attentions, mais j'étais venu en voiture et je l'avais garée dans son allée. Il y a des jours, pensai-je, où il vaut mieux prendre le bus. Je me disais aussi en moi-même : pourvu qu'il ne dise pas qu'elle est poilue. Et bien si, il la dit. " Ben, dis donc, elle est poilue. Ne bouge surtout pas que je t'enlève la grosse chenille à poils blancs que tu as sur l'autre épaule ". J'ai racheté à des touristes japonais qui, étonnés, nous avaient photographiés, leur appareil photo rien que pour vous montrer celle-ci :

057 - Copie

06/08/2009

L'énigme remplacée par le jeu de l'été 2009

Pas d'énigme ce jour sur ce blog. Pour en avoir une vraie, une bonne, une qui fait reculer Al Zameur, il faut aller sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be Ici, on joue, crise oblige, pour un euro. Avec un embouchoir. " Papa, c'est quoi, un embouchoir ? ". " Gamin, je n'en savais rien avant d'voir lu le ticket de caisse que je lis toujours pour avoir l'heure exacte parce que j'ai une montre qui retarde ". Photos :

059

 060

Matériel : les deux embouchoirs à un euro et des boulettes de papier, gratuites. Seule condition : savoir bander. Tel Guillaume qui le faisait avec son arc le jour où il a inventé la compote sur la tête de son gamin. Photo :

061

N'oubliez pas de déterminer une cible : le décolleté de belle-maman, la soupière, voire, à la volée dans un restaurant chic, avec des lentilles sèches J'ai essayé, ça marche mais il faut le faire en fin de repas pour être mis à la porte sans devoir payer. Filez vite acheter deux embouchoirs pendant que j'essaye de résoudre l'énigme de Raphaël. Bon amusement.

14/07/2009

A vendre : tabouret de bar de jardin

Epatez vos amis avec ce splendide tabouret de bar de jardin en bois massif. Je le livre chez vous si vous venez jusque chez moi pour m'aider à le mettre dans le coffre de mon Albert Lingo. Faire offre. (un descriptif avec certificat d'origine a été publié avant-hier)

040

13/07/2009

A vendre : siège de jardin à deux places

Suite à la bévue d'hier et à l'absence d'offre, à part quelques curieux qui m'ont demandé le nom du cheval, je mets en vente un siège de jardin à deux places. Etat neuf, seul mon derrière s'est asis dessus. Confortable, chaud quand le soleil tape dessus, entièrement en bois et recouvert d'un plastique imperméable. Faire offre.

041 (2)

12/07/2009

A vendre : de la litière

Tout le monde peut se tromper. Comme dit un proverbe kandibandaihistandais : celui qui n'a jamais pêché n'a jamais attrapé de poisson. Je suis allé acheter de la litière en promotion pour Kiki et Pipette, les hamsters du gamin. Quelle ne fut pas ma surprise quand, ouvrant le coffre de mon Albert Lingo, je découvris qu'il s'agissait de litière pour cheval. Il n'y a plus qu'à acheter un cheval, me direz-vous. Un cheval, au cinquième étage, c'est difficile, l'ascenseur est trop petit. Alors je vends la litière. Voici le descriptif en photo :

038