12/06/2009

Cherche un entraînement à pédale

Depuis qu’on a interdit l’usage du  vide-ordures dans l’immeuble, j’accumule des tas de déchets vu le prix des sacs sélectifs obligatoires. Depuis peu j’utilise ma poubelle à pédale depuis le balcon du cinquième étage. Hop, un petit sac de déchets sur le couvercle de la poubelle, hop, un bon coup de pédale, hop, chute libre de cinq étages, ploutch, atterrissage. Les premières fois j’ai tout reçu dans la figure mais maintenant je ne me penche plus pour voir le décollage.  Je cherche une salle d’entraînement pour la mise sur orbite et le bon atterrissage des sacs poubelle, si possible sur le toit d’un bus pour ne pas être soupçonné.

13/10/2008

Cherche à coller une moustache

Ma moustache s’est décollée. On m’a reconnu. J’étais au salon de l’alimentation de Bruxelles, incognito, parce que j’y suis connu, devant le grand bol transparent plein de soupe verte, la petite louche de trois millilitres et un manche de trente centimètres et les dés à coudre en plastique pour déguster, penché au dessus du bol pour m’extasier du fumet exaltant mes narines olfactives quand, soudain, une dame hurle : Il y a un rat dans la soupe. C’était, ploutch, ma moustache, élément vestimentaire indispensable pour encore recevoir un dé à coudre. La meneuse de revue, je veux l’hôtesse du stand mais elle était habillée tellement mini que je ne vois pas les rapports avec les carottes, les poireaux et les courgettes, m’a reconnu, nu, sans ma moustache. Elle : C’est lui. Moi, qui n’avais pas encore compris le drame dramatique, j’ai regardé derrière moi, erreur, j’ai reçu les cinq litres de soupe verte sur le crâne. J’ai su m’enfuir. Je criais : coucou, je suis le géant vert, coucou, je suis le géant vert. Finalement j’ai trouvé une toilette propre dans laquelle j’ai pu rincer ma tête. Dommage, autant de vitamines gaspillées.

17/08/2006

Le restaurant 2 (reprise du 22.05.06)

Je suis allé au restaurant. J'ai catapulté des petits pois secs avec une cuillère. Ca commençait à marcher : deux ploutch dans des potages à des tables voisines et de premiers regards vers le plafond, histoire de faire devenir fous les garçons de salle. "Puis-je vous être utile ?". 'Heu, ... , bêê, c'est que ... , heu, bonjour". Je n'avais pas vu un garçon derrière moi. "Excusez-moi, je crois que je commence Parkingsonne, j'ai des gestes inconsidérés". "Suivez-moi, Monsieur". "On va à la pharmacie ?". "Non, aux cuisines". "Vous en avez plusieurs ?". Plusieurs quoi, Monsieur ?". "Chez moi je dis : je vais à la cuisine, hein". "Le chef veut vous parler". "Votre chef de service ?". "Le chef-coq". "Ha, on pourra voir sa poule et ses poussins ?". "Ne rigolez pas, Monsieur. Chef, voici l'andouille qui expédie des petits pois en l'air". Waouw, impressionnante, la crête blanche du coq. Lui, petit, rondouillard, heureusement pour qu'il puisse passer aux portes, hé, hé. J'ai eu peur, un instant j'ai cru que j'étais en audience chez le pape. "Monsieur, c'est avec des gens comme vous que je vais perdre mon étoile". "Vous êtes shériff ?". (une voix, dans les cuisines) : "Deux moules, à la vingt-trois". "Ha, ha, ha, vous donnez des surnoms aux clients habituels". "Monsieur, prenez la porte". "J'en ai déjà assez chez moi". "Monsieur, je ne veux plus vous voir". "Mais, hé, ho, hein, j'ai à peine touché au potage. Auriez-vous un Tupperware ?". "J'ai dit : dehors". "Et les huitres pochées à la fondue d'endives, et la bavette à l'échalotte ?". "J'ai dit : dehors". "Vous ne m'avez pas reconnu parce que j'ai maigri mais je suis le bonhomme michelin et je m'occupe d'un guide des restaurants". Je me suis retrouvé à la rue, sans la porte qu'il avait proposé de prendre. Pour oublier tout cela je cherche cinquante volontaires pour faire une bataille de petits pois dans le même restaurant le week end prochain.

15/08/2006

Le restaurant 1 (reprise du 19.05.06)

Dans tous les restaurants il y a des cuillères. L'important est d'avoir en poche un sachet de petits pois secs. Un petit pois dans la cuillère, hop, un coup sur la queue de la cuillère et .... Suspens. Soit il y a ploutch, soit il n'y a pas ploutch. S'il y a ploutch, c'est dans le potage, à une autre table. S'il n'y a pas ploutch, on recommence. Et ploutch, dans le potage. Le plus comique, ce sont les garçons de salle qui se demandent pourquoi des clients regardent le plafond. Alors, ils regardent le plafond. Alors, les autres clients regardent le plafond. Puis, le chef arrive et regarde le plafond. Puis, le patron vient et regarde le plafond. Normalement, dans un restaurant, on regarde dans son assiette. Si vous allez ce week end au restaurant et que les garçons et les clients regardent le plafond, c'est que je suis près de vous. Mais, pour garder l'anonymat, je regarderai le plafond aussi. Hé, hé, hé.

19/05/2006

Cherche à vous distraire au restaurant

Dans tous les restaurants il y a des cuillères. L'important est d'avoir en poche un sachet de petits pois secs. Un petit pois dans la cuillère, hop, un coup sur la queue de la cuillère et .... Suspens. Soit il y a ploutch, soit il n'y a pas ploutch. S'il y a ploutch, c'est dans le potage, à une autre table. S'il n'y a pas ploutch, on recommence. Et ploutch, dans le potage. Le plus comique, ce sont les garçons de salle qui se demandent pourquoi des clients regardent le plafond. Alors, ils regardent le plafond. Alors, les autres clients regardent le plafond. Puis, le chef arrive et regarde le plafond. Puis, le patron vient et regarde le plafond. Normalement, dans un restaurant, on regarde dans son assiette. Si vous allez ce week end au restaurant et que les garçons et les clients regardent le plafond, c'est que je suis près de vous. Mais, pour garder l'anonymat, je regarderai le plafond aussi. Hé, hé, hé.,plafond

22/03/2006

Cherche grossiste en accessoires pour vélo

Le gamin fait sa crise. Il dit que c'est à cause de moi que sa mère est partie, parce que j'allais toujours voir du cucul sur internet. Ce n'est pas vrai. Je déments catégoriquement. Jamais je n'ai vu du cucul quand le gamin est là. J'attends qu'il soit parti à l'école. Il s'est vengé, comme il dit, il a pris le couteau spécial côte à l'os et il a fait ploutch ploutch ploutch dans mes poupées gonflables. J'ai compté : il me faut huit cent dix-sept patchs pour pneus. Je cherche un grossiste indulgent et compréhensif pour me faire un prix de gros ou alors qui ferait une promotion du style la colle gratuite.

08:04 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ploutch, gamin, cul, internet, ecole, poupee, pneu, gros, colle |  Facebook |