05/09/2010

L'ami de Robert

« Salut, Robert ». « Saluuut ». « Ben dis donc, ce n’est pas la pèche, toi ». « Non ». « Tu sais, tu n’es pas le seul qui est à l’hosto. Sais-tu qui je viens de rencontrer ? ». «  Non, mais je vais le savoir ». «  Ton ami Francis ». « Francis, le ferrailleur, celui qui a une nana terrible, une spitante comme on dit chez nous, un corps de rêve habité par une jalouse ? ». « Oui, Robert. Il est méconnaissable ». « Ah, il a bronzé ? ». « Pire que ça, Robert. Tu connais la petite sirène ? ». « Pourquoi changes-tu de conversation ? ». « Robert, la petite sirène a un corps de femme et une queue de poisson, non ? ». « Oui, et les bouteilles de bière ont une capsule sur la tête. Alors ? ». « Quand tu vois Francis tu dirais un homme avec une tête de momie, tellement il a de bandages autour du crâne ». « Pauvre homme. En clinique. Sa femme doit lui manquer ». « En tous cas elle ne l’a pas raté ».

25/02/2010

Cherche à traverser la rivière

Voici l’énigme promise. Une barque, une rivière qui ne demande qu’à se faire traverser pour aller goûter le plaisir de prendre l’air sur une île, Kiki, Pipette et Maurice. Plus l’imbécile qui rame : moi. J’ai écrit rivière mais c’est pour faire plus joli. En fait c’est l’eau de l’étang communal qui a une île déserte à NNE de mon point de départ. NNE c’est nord-nord-est, c’est presque tout droit, en face, mais un peu plus à droite. Je dis ça pour ceux qui ont perdu la boussole. Maurice est un poisson. Je l’adore Maurice. Un rouge. Un ex-communiste, peut-être, mais, vu qu’il ne parle pas, je n’en sais rien. Je l’adore, Maurice. Quand je promène mon doigt dans son bocal, il suit mon doigt partout. Kiki et Pipette sont les deux hamsters du gamin, à une différence près : Kiki est un garçon et Pipette est une fille. Ne rigolez pas, je connais plusieurs personnes qui, alors que je leur disais, en mentant « Oh, le joli chien » m’ont répondu « Non, non, c’est une fille ». Kiki et Pipette, normalement, sont calmes. Mais, quand je déplace leur cage commune, c’est la panique, ils croient qu’il n’y aura qu’un seul survivant au cataclysme et ils commencent à s’entredévorer. Il est donc impossible de transporter Kiki et Pipette ensemble dans la même cage dans une barque. Vous avez déjà essayé de monter dans une barque, vous. Moi, à chaque fois, j’ai l’impression que je vais faire du looping latéral. Kiki et Pipette adorent le poisson. Je le sais bien : chaque fois que je cuisine des sardines pour le gamin j’ouvre la boîte et j’enlève la peau, les écailles et je les donne aux deux monstres. Ils dévorent. Il est donc impossible de mettre Maurice dans la cage avec un des hamsters pour faire la traversée. Le problème est posé : je dispose d’une barque, d’une cage pour Kiki et Pipette, d’un bocal pour Maurice et je dois les amener séparément comment amenez mes petits animaux sur l’île de l’étang communal pour y passer une après-midi au calme ? (indice : il y a plusieurs solutions possibles)

06/02/2010

Cherche à lui dire zut

" Goujat ". Vlan. " Papa, c'est quoi ce bruit de porte qui claque ? ". " C'était ma réponse à la voisine de palier, gamin ". " Qu'a-t-elle dit, papa ? ". " Elle m'a traité de goujat, gamin. Et je n'aime pas qu'on me traite de noms que je ne comprends pas ". " Papa, il a du certainement se passer quelque chose, voyons. Un goujat, c'est joli, ça vit dans l'eau, ça fait blup blup ". " Non, gamin, ça, c'est un goujon, un joli petit poisson que tu peux écailler, couper la tête et la nageoire, vider les entrailles, laver, éponger, rouler dans la farine et frire dans une poêle avec du beurre ou de l'huile sans oublier de les saler et poivrer ni de les retourner plusieurs fois ". " Papa, beurk, je préfère le vrai poisson, rectangulaire, sans tête ni nageoire,  blanc à l'intérieur et recouvert de chapelure dorée à l'extérieur. Mais, papa, mon papounet tout excité, que s'est-il passé entre la connasse d'en face et toi ". " Vois-tu, gamin, elle est venue nous offrir des pizzas à la cassonnade et au chocolat pour la Chandeleur ". " Tu as sûrement du la choquer, papa, pour qu'elle te traite de machin dégueulasse avec une tête et des nageoires ". " Non, gamin. Je lui ai simplement et calmement répondu que si elle croyait que le chemin le plus court pour conquérir le coeur d'un homme était l'estomac elle visait un peu trop haut ".

20/09/2009

Bébé assume l'intérim - 8

Coucou, c'est Bébé, danseuse et intérimaire dans ce blog. " Tu es juste bonne pour présenter la météo ", m'a dit le directeur du Vin Rouge, le moulin où tout tourne, surtout la tête des clients. D'accord, je m'entraîne, dans mon habit de parure. " Après dissipation des brûmes matinales, nous aurons, si le temps le permet, d'ouest en est, et si la direction n'est pas limogée car, dans ce cas, ce serait d'est en ouest, une alternance de pluies et d'éclaircies. En clair, s'il pleut chez vous, c'est que vous êtes dans l'alternance de la pluie et, s'il ne pleut pas, c'est parce qu'il ne pleut pas. Choisissez bien le moment pour faire vos courses. Surtout si ce sont des courses à pied ou des cent dix mètres haies. Après une alternance pluies et averses, nous aurons un passage, pas sage du tout, nuageux, avec deux solutions suivant la région où vous habitez. Soit des nuages qui, surpris par un besoin pressant, font pluie-pluie  sur le linge que vous avez mis à sécher dehors, , soit des nuages en transit, qui ne pissent pas, et c'est le moment de sortir le chien et les autres bestioles, hamster, belle-maman, poisson rouge en bocal, pour qu'ils jouissent de l'accalmie passagère qui, selon les météorologues, devrait être suivie d'un temps analogue, c-à-d le même, avec ses passages nuageux, certains faisant pluie-pluie et d'autres sachant se retenir. Plus précis je ne sais pas. 

025

20/08/2009

Cherche l'énigme de l'expression

Aujourd'hui l'énigme du jour, en compétition avec la seule, la vraie, l'unique, celle de Rafaël, tous les jeudis, sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be est : " Voici le portrait d'un jeune homme, célibataire avec un gamin, Kiki et Pipette les hamsters et leur roulette qui empêchent de dormir parce que ces cons font du body-training la nuit, Maurice le poisson rouge beaucoup plus silencieux, rasé de près, l'oeil persan comme les chats du même nom, qui arrive à lire à distance dans les pensées de celles et ceux qui regardent sa photo en ce moment et qui se dit que ce n'est pas beau tous les jours, champion du virage à gauche toute avec un caddy vide au supermarché, attendant inlassablement blonde à forte poitrine aimant vaisseler et repasser des chemises, belge ce qui est une grande qualité, wallon oufti biloute, cuisinier amateur débutant esayant désespérement d'atteindre le niveau amateur averti, éteint de vertige quand il faut remplacer une ampoule électrique quand il faut monter sur un tabouret, habitant au cinquième étage ce qui est un énorme avantage pour les blondes à la forte poitrine qui ont le sommeil léger parce qu'on n'entend pas les bruits de la route et que de la route on n'entend pas les cris du cinquième, ayant toutes ses facultés sauf celle de monter sur un tabouret, pouvant ouvrir une boîte de raviolis les yeux fermés sans se blesser si on lui donne l'ouvre-boîte et la boîte dans le bon sens, aimant les voyages surtout ceux d'une heure ou deux au parc communal. Et bien, ce jeune homme, représente une expression. Top chrono, vous avez vingt-quatre heures pour trouver et une semaine pour répondre si vous êtes blonde ... 

045

18/07/2009

Cherche les papys gustatives

" Papa, pourquoi dit-on UNE papy gustative alors que papy a des couilles et est un mâle ? ". " Gamin, j'ai toujours dit que le père de ta mère est un porc. Et les porcs, ça mange comme des cochons ". " Papa, si papy est une cochonne il faut dire truie et il ne faut pas faire aux truies ce que tu ne voulasse point qu'on ne te fisse ". " Gamin, tu as eu combien à ton dernier examen de français ? ". " Plus que toi au même âge, papa ". " Gamin, parlons d'autre chose. As-tu rangé ta pléstécheune ? As-tu ciré tes chaussures, et les miennes, sans mettre du cirage plein les murs ? As-tu pelé les pommes de terre pour le repas ou dois-je cuire des pâtes ? As-tu pissé du haut du balcon du cinquième quand il pleuvait pour économiser l'eau de la planète en ne tirant pas la chasse ? As-tu retiré Kiki, ton hamster, du bocal de Maurice, ton poisson rouge ? Tu sais, gamin,les hamsters ne sont pas admis aux jeux olympiques de natation ". " Papa, je ne saurais pas te répondre, tu parles comme une femme, tu poses trente-six questions en même temps, c'est à cette heure-ci que tu rentres, qui as-tu rencontré, comment s'appelle-t-elle, une poule de luxe je suppose, combien en as-tu bu, quand déboucheras-tu l'évier, grimpe à quatre pattes je n'irai pas t'aider à monter, j'espère que tu seras à la hauteur quand maman sera là demain pour dîner, c'est quoi cette facture de restaurant dans ton portefeuille, ta poule a mangé du canard, dis-moi tout ou je continue à te faire souvenir avec le rouleau à tarte ". " Gamin, où as-tu appris tout ça ? Tu as eu des leçons de vie à l'école ? ". " Non, papa, c'est chez Papy et Mamy quand Papy rentre très tard. Je fais semblant de dormir mais j'écoute ". " Tu as vu le rouleau à tarte, gamin ? ". " C'était splendide, papa. Mamy ressemblait à une fermière qui enfonçait des piquets de clôture pour un pré à vaches ". " Ah ça, gamin, pour être vache elle est vache, ta Mamy. Elle doit tenir ça de sa fille ". " Papa, tu ne dois pas dire ça de maman. Maman c'est ma maman. Et toi tu es mon papa. Quand Papy dit que tu es un con je lui réponds que plus con que lui tu meurs ". " Gamin, tu es vraiment un chouette gamin ".

21/05/2009

Cherche le dénouement

Je ne dors plus. On m’annonce que je dois être mûr pour enlever le plâtre. J’ai peur d’un massacre à la tronçonneuse. Je n’en ai pas mais j’ai déjà vu une tronçonneuse. Si j’éternue pendant le spectacle je serai transformé en rondelles, en carpaccio sans le parmesan, la roquette et le vinaigre balsamique. Mon Dieu, c’est ma dernière volonté : j’ai envie d’un carpaccio, un vrai. Un carpaccio en entrée. Après, un américain (steak tartare pour les français) frites mayonnaise. Trou normand à l’Eau de Villée et, ensuite, puisqu’il faut manger du poisson pour le phosphore, douze cuisses de grenouilles à l’ail. Attention : pas douze fois une cuisse mais douze fois deux cuisses. Pas des cuisses de grenouilles unijambistes. Une grenouille unijambiste ça tourne en rond, dzoing, dzoing, dzoing, comme moi quand j’essaye de me gratter avec mon plâtre à gauche quand ça chatouille au cou du côté droit. J’a dit au cou mais ailleurs c’est le même. Seigneur, j’ai honte de vous embêter avec mes petites histoires. C’est pourquoi je vous laisse le choix du dessert, avec une petite préférence pour une crème glacée à la vraie vanille surmontée d’un bon chocolat belge. Mon Dieu, le dénouement est proche. Donnez-moi la force de ne pas éternuer pendant la tronçonneuse.  

24/04/2009

Cherche la forme pour Maurice

Si, par hasard, vous passez par Lourdes pour aller au boulot, allez faire brûler un cierge pour le rétablissement de Maurice ( http://bonnieandclyde.skynetblogs.be , Titine et Chacha. Maurice c’est Chacha avec Titine mais, chez moi au cinquième, Maurice est dans un bocal, pas de formol mais d’eau fraîche parce que c’est le poisson rouge du gamin. Je ne vais pas à Lourdes avec lui parce que j’ai peur de casser le bocal dans les virages. Pourtant ça m’intéresserait de faire la multiplication des petits pains avec Maurice. Des montagnes de fish-sticks dans des hamburgers sauce tartare. Mais comment multiplier la sauce ? Et les frites ? Des fish-sticks sauce tartare sans les frites c’est comme des frites sans les doigts. Ou des doigts sans les gants, en hiver, quand il gèle. Je me demande comment c’est manger des fish-sticks sauce tartare avec des frites avec ses doigts avec des gants, quand il gèle, en hiver. Et avec une écharpe ! Et avec un bonnet passe-montagne ! En dessous d’un casque à visière ! Il faut que j’arrête parce que c’est celui qui en parle le plus qui en mange le moins. Alors, le temps d’enlever mon casque à visière, mon bonnet passe-montagne, mon écharpe, mes gants et les frites seront froides.

23/04/2009

Cherche deux personnes

Je suis actuellement en partance pour visiter le château d’Attre, demeure du gniègnième siècle, il paraît qu’il y en a dix-huit, un de plus que le nombre d’hectares du parc. C’est facile à trouver, c’est dans l’alignement Lens – Maffle – Ath, ça ne s’invente pas, c’est comme ça, comme Mettet – Loncin – Hannut. Mais je n’y vais pour ça. Après la visite du château qui a conservé ses meubles d’époque (bonjour les poussières) il y a le Kir et ses mises en bouche (comme si j’allais me les mettre ailleurs, non mais), il y a (C’est Ecrit Avec Des Majuscules, je ne sais pas pourquoi) La Terrine de Poisson printanière (ce qui veut dire que la terrine, elle, elle est du printemps mais le poisson on ne sait pas), Le Coquelet fermier à l’Estragon avec ses Pommes parisiennes (faut les chercher les pommiers à Paris, non ?), La Tarte campagnarde (à mon avis c’est la serveuse), Le Moka et ses Mignardises (J’aurais préféré un café et des biscuits comme chez moi). Les vins étant à volonté j’espère que les toilettes seront gratuites. Le problème c’est après : visite et dégustation (s ou pas s, c’est le suspens) à la Brasserie des Légendes, là où l’on brasse la bière des géants d’Ath. Je cherche deux personnes : une pour résoudre l’énigme de Rafaël et dire que c’est moi et l’autre pour me ramener au cinquième, ascenseur compris.

02/04/2009

Cherche à prévenir le gamin

« Allo, l’école ? ». « Oui, monsieur ». « Je suis le papa du gamin. Passez-le moi ». « Mais, monsieur, votre fils est en classe, je ne peux pas le déranger ». « C’est pour une urgence ». « Dites-moi tout et je l’aviserai lors de la récréation ». « C’est personnel, monsieur ». « Racontez-moi et j’estimerai si c’est urgent ». « Voila. Ce matin il a laissé tomber le tube de dentifrice. Ouvert. Il ne l’a pas ramassé avant d’aller à l’école. Devinez qui a marché dessus, hein. Moi. Et qui a glissé, hein. Moi. Et qui s’est encastré la tête dans l’armoire en dessous de l’évier et se l’est coincée dans le syphon, hein. Moi ». « Monsieur, on va vous envoyer du secours ». « Attendez, je n’ai pas fini. Dans les tentatives de dégagement la couture arrière de mon pantalon a cédé. Comme je n’avais plus de slip propre je me suis mis le maillot avec une grosse tête de lion imprimée sur le derrière et j’ai peur que le gamin soit effrayé en rentrant de l’école. Passez-le moi, on va rigoler. Soyez rassuré, après, je lui dirai poisson d’avril ». « Monsieur, c’est une honte. Vous m’avez dérangé pour une bêtise pareille ! En plus, le premier avril est passé, monsieur ». « Je sais. Mais, hier, je l’ai envoyé chercher du ressort à boudin à la boucherie ». Tûûût, tûûût, tûûût.

13/02/2009

Cherche la signification du 14 février

« Allo ». « Heuuu, allo, bonjour madame ? ». « Alors, on se prépare ? ». « Heuuu, oui, je suppose. Je vais aller faire mes courses, c-à-d acheter du thon puisque le thon c’est du poisson et qu’on est vendredi et que Jésus, s’il était encastré entre un bœuf et un âne à sa naissance, a continué sa vie sous le signe du poisson qui se dit Pie Seize en romain. Le vendredi est donc le jour du poisson mais, vu que ce vendredi est un vendredi treize, je prendrai du thon en boîte, sans arêtes, parce que, me connaissant, si j’achète du thon, une darne de saumon ou du cœur de cabillaud frais un vendredi treize je vais revenir avec un stock de cure-dents qui ne sera pas fini quand je quitterai l’hospice les pieds devant ». « Je ne parle pas d’aujourd’hui, abruti, je parle de demain. Quel jour serons-nous demain ? ». « Facile, madame. Demain nous serons le quatorze, non ? ». « Oui mais, quelle est la spécificité du quatorze février ? ». « Facile, madame. Cette année le quatorze février est un samedi. C’est un jour spécial car c’est le jour du marché. Je serai prêt demain pour y aller. J’y vais quand le marché est fini, pour ramasser ce qui est par terre aux légumes et aux fleurs, surtout les fleurs séchées.  Je donne le tout à Kiki, sauf du chou. Kiki, c’est le hamster du gamin. Avec ça il pue moins de la gueule quand il pète ». « Je répète ma question, idiot : qu’a de spécial le quatorze février ». « Madame, vous m’avez appelé idiot, comme maman. Vous la connaissez ? ». « Fils d’imbécile, demain c’est la Saint Valentin. Y penses-tu ? ». « Horreur, je vous ai reconnu. Maman, c’est toi ? ». « Qui veux-tu qui pense à toi, idiot. Je te signale au passage que je ne suis pas encore une horreur ». « Heuuu, si, si, heuuu, non, non. Je voulais dire que les voix sont déformées avec mon téléphone ». « Tu es comme les chats, toi : on devrait leur couper les pattes avant de les jeter par la fenêtre. Quand est-ce que j’aurai une nouvelle belle-fille à enquiquiner ? ». « Maman, efface ce que tu as dit sur les chats, s’il te plait. Pense à mes amis qui aiment les animaux. Moi-même, si je n’ai que deux hamsters et un poisson rouge, c’est parce que j’habite au cinquième. Adieu, veaux, vaches, cochons, couvée. Ici, le marsupilami est en latex. Je ne me sers de sa queue pour me déboucher le nez et les oreilles. Me comprends-tu, maman ? ». « Demain, idiot, tu vas à la pèche, compris. Tu sors en boîte, comme on dit maintenant et tu m’en trouves une qui a un travail stable, pas trop jolie parce que tu vas te le faire piquer, qui se plante la queue du marsupilami et le reste où elle veut et qui a l’esprit de famille pour accepter qu’une belle-mère vienne habiter chez elle parce qu’elle se fait vieille. Compris ». « Heuuu ». « Je te sens dubitatif ». « Tu sais, maman, je ne me suis jamais rasé à cet endroit là. Mais je vais suivre ton conseil sur les boîtes. Deux boîtes, ce sera encore mieux ». « Demain soir : au rapport. J’attends son coup de fil qui m’invite chez toi ». « Oui, maman. Au revoir, maman. Le bonjour à ton amie Lucienne. Je te quitte parce que j’ai pipi caca et ça urge ».     

07/11/2008

Action syndicale

En raison d’une action syndicale en front commun, nos émissions sont interrompues. Kiki, Pipette, nom di djou, rentrez dans la cage ou je fais Sarkozy. Non, pas le fil de l’ordi, non, bouffez autre chose. Je compte jusque trois et je vais chercher le karcher, un, deux, Pipette, ma petite pipette, tu fais de l’aérophagie ? Pourquoi me montres tu trois avec ta papatte de hamster ? Trois petits ! Tu attends trois petits. Je vais être papa. Ta gueule Kiki, je sais bien que c’est toi le père. Ce n’est quand même pas Maurice le poisson rouge, voyons, il n’a pas quitté son bocal. Kiki, tu as l’air triste, pourquoi ? Tu vas devoir travailler plus, hein. Ah oui, depuis que j’ai mis une dynamo sur la roulette de ta cage je paye tes graines avec l’électricité verte que tu produis. Allez hop, rentrez, en rang, par deux, et je ne veux voir qu’une seule tête. Chers auditeurs, bonne nouvelle, les grévistes se sont remis au travail pour deux cacahuètes.

08/04/2008

Cherche à répondre à Rafaël (2)

Rafaël, sur http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/post/5718949/du-tag-au-tag , m’a mis au défi. Voir son message et le règlement du tag sur son blog le premier avril. Voici ma réponse. Tu tûûût, pousse-toi dans l’ascenseur, Gérard, et relève ton pantalon, on voit ton slip. Ah, si maman me voyait ! Gérard, c’est promis, je t’aiderai dans ton jardin pendant les vacances si on arrive à bourrer le caddy du supermarché dans cette espèce de toilette qui fait yoyo. Elle est bonne, hein, Gérard, mon idée de poisson d’avril pour le gamin : mettre Kiki et Pipette, ses hamsters dans un caddy. Je suis un papa génial, hein. Gérard, l’ascenseur va être trop petit, on va être paequés comme des moules. Heuuu, je cherche une solution. J’ai trouvé : assieds-toi dans le caddy sans écraser les raviolis. Tu seras près des boutons et si, au cinquième, on tombe sur la voisine de palier, on redescend en catastrophe.

27/09/2006

100.000 blogs Skynet (4)

Dimanche 24.09, fête des 100.000 blogs. Buffet offert par Skynet. J'y suis allé avec maman, 80 ans. "Manges ton poisson". "Oui, maman". "Ca suffit avec les frites, hein, penses à ton cholestérol". "Oui, maman. Je vais voir à ta brochette". "Tu restes ici, tu surveilles ma sacoche, tu ne sais même pas te faire une omelette, tu ne vas pas te mêler de cuire ma brochette". "Oui, maman". ... ... "Mais tu en as profité pour remplir la carafe de vin". "Oui, maman". C'est au moins la troisième". "Heuuu". "La quatrième ?". "Heuuu". "Arrètes de boire, tu ne sauras pas me ramener". "Mais je ne compte pas te ramener, maman, je t'ai amenée ici pour que tu fasses des rencontres". "Tu es pire que feu ton père, il avait déjà essayé de me perdre à l'expo 58". "Ah, il n'a pas eu de chance, alors". "Tu dis encore une fois ça et tu reçois une fessée devant tous tes petits amis". "Non, maman, pas la fessée ici, j'ai 58 ans et eux, ils ont des appareils photo". "Alors, manges ton poisson".

26/09/2006

100.000 blogs Skynet (3)

Dimanche 24.09, fête des 100.000 blogs Skynet. J'y suis allé avec maman, 80 ans. Elle : "Tu as vu qui ?". "Martine et Liliane de mdt". "Ah, des nobles ?". "Sais pas, mdt, c'est le nom du blog". "Ah". "Et aussi au-fil-des-jours et mes-deux-chiens". "Pourquoi dis-tu au tiret fil tiret des tirets jours ?". "Je te montrerai sur l'ordinateur, maman. Norway est là aussi". "Ah, il est là". "Quoi, tu le connais". "Tes petits neveux m'ont fait lire Buddy Norway". "Je crois que tu confonds avec Buddy Longway". "Dis tout de suite que j'ai Al Zaïmeur. Et là, le seul qui a l'air mexicain, c'est qui ?". "C'est l'ami Chaparal". "Là, derrière nous, ne te retournes pas, le beau noir et la dame souriante ?". "C'est billy-gene". "Manges le poisson que je t'ai apporté". "Quoi ! Tout ça !". "Manges ton poisson, je te dis, c'est plein de phosphore, ça te rendra peut-être intelligent". "Là, cest superlolo". "Tu vois, quand j'avais son âge, j'étais comme elle, splendide. Allez, manges ton poisson". "Tu m'en as mis pour un régiment". "Oh, c'est qui le monsieur bien mis avec sa chemise rose". "C'est libra". "Il me semble que j'ai déjà vu sa dame à Rocourt quand je suis allée chez ta tante Fernande". "Chadou, de humour051". "Manges ton phosphore". "Oui, maman, ah, la pêche au thon". "Où est-elle celle-là ?". "Qui". "pèchoton". "Dans l'assiette. Maman, la-vie-est-belle". "Merci Skaï nette. Manges ton poisson". "la-vie-est-belle, maman, c'est lui, là". "Maintenant, tu arrètes, veux tiret tu tiret bien tiret manger tiret le tiret poisson tiret plein tiret de tiret phosphore".

09/07/2006

Nouveau jeu

Vous tapez des tags (voir post précédent). Paf, ils apparaissent. Et vous essayez de construire une phrase. J'essaye. Bonzaï, la boîte à crèpe du gamin, et hamster, le Kiki de Maurice, regardent les moules du plafond pendant que le poisson se tape les raviolis. Surrrrréaliste, c'est du Magritte en mots, on dirait le texte du mode d'emploi d'un appareil ménager japonais. Essayez, ça détend.

J'essaye les tags

Ceci n'est pas une annonce, j'essaye les tags. Kiki, le hamster et Maurice, le poisson rouge du gamin, me regardent ouvrir une boîte de raviolis sous le regard attendri d'une crèpe collée au plafond. Zut, je n'ai pas su mettre moules ni bonzaï dans ma phrase.

07/07/2006

Cherche distractions

Le gamin est chez sa mère pour les vacances. C'est déprimant : quand j'ouvre une boîte de raviolis, j'en ai pour deux jours. Je m'amuse comme je peux. Hier, j'ai inversé Kiki, le hamster et Maurice, le poisson rouge. Dans le bocal, Kiki avait l'air d'une loutre. Mais Maurice n'a pas voulu aller dans la roulette du hamster. Il tapait sur le fond de la cage avec sa queue comme un catcheur qui fait semblant d'être étranglé par l'adversaire qui s'est assis sur sa tête. Ouf, ils sont encore vivants tous les deux. Mais pour combien de temps ? Si vous partez en vacances, je peux garder vos animaux. Sans garantie. Aujourd'hui je fais la fête, tout seul : je vais mettre du fromage rapé sur les raviolis. Si vous avez d'autres idées de distraction, envoyez-les.

08:03 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : gamin, kiki, hamster, maurice, poisson, raviolis |  Facebook |

04/07/2006

Cherche nouvel avocat

La mère du gamin a obtenu la garde alternée pour les vacances. Je crois que je me suis fait avoir : le gamin va chez elle jusqu'à ses 18 ans et je l'aurai pour les vacances de 18 à 36 ans. Mais je ne vais quand même pas rester coincé avec un gamin jusqu'à ses 36 ans pendant toutes les vacances. C'est que ça mange beaucoup à cet âge là. Et ça a des copains. Bruyants. Qui vont vouloir faire un feu de camp dans l'appartement. Son train électrique ne tiendra pas jusque là. Et quel âge j'aurai ? Je serai peut-être dans une voiturette à pousser. Le gamin ne sais pas essuyer une vaisselle sans casser une assiette, il ne saura jamais me pousser sans me renverser. Et puis ça ne doit pas être bon pour son spychi, piscism, pour sa tête, quoi. Je cherche un avocat spécialisé en garde alternée. Mieux, une avocate, ça a plus facile pour faire pleurer les juges.

03/07/2006

Cherche aide ménagère

"Gamin, où vas-tu ?". "A la toilette". "Mais c'est tous les jours la même chose, juste au moment de faire la vaisselle". "Mais c'est chiant la vaisselle, papa". "Quoi, que dis-tu, je ne veux plus t'entendre dire ce mot là". "Mais toi tu le dis tout le temps : les feux rouges sont chiants, les ministres sont chiants, ceux d'en dessous sont chiants". "Gamin, arrête, sois pas chiant". "Tu vois, tu le dis tout le temps". "Heu, c'est que, heu, et de un j'ai l'âge requis pour le dire, et de deux, chez moi c'est comme qui dirait un réflexe professionnel, c'est comme un mot de passe obligatoire quand on reçoit du boulot". "Papa, c'est urgent". "Vas faire ta crotte vite fait, on fera la vaisselle à l'eau froide". Non mais, je ne vais quand même pas acheter des assiettes en carton au kilo. Je cherche une aide ménagère.

30/06/2006

ARRET DES ANNONCES (suite)

(vu la demande, ceci est le détail de l'annonce du 28.06) Le gamin a réussi ses examens. Comme je lui avais promis en cas de réussite, nous sommes allé dans des drive-in de fast-food où l'on commande ses hamburgers par caméra. - - - "Allo". "Oui, monsieur, quelle est votre commande ?". "Allo". "Oui, oui, j'écoute". "Allo, y a quelqu'un ?". "Que désirez-vous, monsieur ?". "Allo, a-llo, a-llo, a-llo, gamin, vas dire aux autres voitures que c'est fermé". "Mais non, monsieur, c'est ouvert. Monsieur, je vous offre les frites si vous avancez votre véhicule. Que désirez-vous ?". "Rien que des frites, trois kilos, plus les sauces". "Bien, monsieur". Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - "Bonjour, monsieur, où sont les toilettes ?". "Il faut rentrer, les toilettes sont au fond à droite". "Je peux y aller en voiture ?". "Non, monsieur, pourquoi ?". "Ben, heu, j'ai déjà commencé, vous pouvez m'apporter un rouleau ?". Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - "Bonswâââr". "Bonsoir, monsieur, je vous écoute". "Alleï on m'a dit une fois qu'il y avait des soirées sado-maso chez vous. C'est à quelle heure ?". "Mais, monsieur, il n'y a pas ça chez nous". "Non alors, une fois, et bouffer vos trucs, c'est pas maso ?". Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - (le gamin est au volant, je suis caché) "Bonjour". "Bonjour, bonhomme, mais tu n'as pas l'âge pour conduire". "M'en fous, c'est pour une urgence. Il faut 120 saloperies au boeuf, 120 saloperies au poisson et 120 saloperies au poulet". "Allez, déguerpis, c'est une blague". "Ouiiiiiiiin, c'est pas une blague, c'est le mariage de ma soeur, le traiteur s'est retourné avec sa camionnette. Il faut qu'on mange". "Ah, oui, oui, oui, combien tu as dit de hamburgers ?". "Fallait prendre des notes. Papa a dit : si t'as affaire à un débile, vas chercher 250 cervelas et 250 portions sauce andalouse à la friterie de la gare". Vroum, vroum, autre fast-food. - - - "Bonjour, Gilbert". "Bonjour, monsieur, je ne suis pas Gilbert, je suis le gérant adjoint". "T'es devenu gérant à deux joints, Gilbert". "Monsieur, passez votre commande". "Gilbeeeeeert, hou hou". "Je ne vous connais pas, monsieur". "Hé, ho, Gilbert, la vapeur de la graisse à frites t'a bouché les neurones, hein". "Monsieur, je ne vous connais pas, quelle est votre commande ?". "Gérard ! Mais oui, tu es Gérard. A l'école, rappeles-toi, on t'appelait Gérard Menvuhaussicon". Vroum, vroum, autre fast-food. - - - (le gamin au volant et à la caméra) "Est-ce que papa a fini ?". "Heu, pourquoi ?". "Parce qu'après c'est mon tour". "C'est ton tour de quoi ?". "Mon tour d'aller aux chiottes parce que papa a laissé cramer les raviolis et qu'il a bouché les toilettes en les jettant". Vroum, vroum, maison. "Papa, on le refera, hein".

ARRET DES ANNONCES (suite)

(vu la demande, ceci est le détail de l'annonce du 28.06) Le gamin a réussi ses examens. Comme je lui avais promis en cas de réussite, nous sommes allé dans des drive-in de fast-food où l'on commande ses hamburgers par caméra. - - - "Allo". "Oui, monsieur, quelle est votre commande ?". "Allo". "Oui, oui, j'écoute". "Allo, y a quelqu'un ?". "Que désirez-vous, monsieur ?". "Allo, a-llo, a-llo, a-llo, gamin, vas dire aux autres voitures que c'est fermé". "Mais non, monsieur, c'est ouvert. Monsieur, je vous offre les frites si vous avancez votre véhicule. Que désirez-vous ?". "Rien que des frites, trois kilos, plus les sauces". "Bien, monsieur". Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - "Bonjour, monsieur, où sont les toilettes ?". "Il faut rentrer, les toilettes sont au fond à droite". "Je peux y aller en voiture ?". "Non, monsieur, pourquoi ?". "Ben, heu, j'ai déjà commencé, vous pouvez m'apporter un rouleau ?". Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - "Bonswâââr". "Bonsoir, monsieur, je vous écoute". "Alleï on m'a dit une fois qu'il y avait des soirées sado-maso chez vous. C'est à quelle heure ?". "Mais, monsieur, il n'y a pas ça chez nous". "Non alors, une fois, et bouffer vos trucs, c'est pas maso ?". Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - (le gamin est au volant, je suis caché) "Bonjour". "Bonjour, bonhomme, mais tu n'as pas l'âge pour conduire". "M'en fous, c'est pour une urgence. Il faut 120 saloperies au boeuf, 120 saloperies au poisson et 120 saloperies au poulet". "Allez, déguerpis, c'est une blague". "Ouiiiiiiiin, c'est pas une blague, c'est le mariage de ma soeur, le traiteur s'est retourné avec sa camionnette. Il faut qu'on mange". "Ah, oui, oui, oui, combien tu as dit de hamburgers ?". "Fallait prendre des notes. Papa a dit : si t'as affaire à un débile, vas chercher 250 cervelas et 250 portions sauce andalouse à la friterie de la gare". Vroum, vroum, autre fast-food. - - - "Bonjour, Gilbert". "Bonjour, monsieur, je ne suis pas Gilbert, je suis le gérant adjoint". "T'es devenu gérant à deux joints, Gilbert". "Monsieur, passez votre commande". "Gilbeeeeeert, hou hou". "Je ne vous connais pas, monsieur". "Hé, ho, Gilbert, la vapeur de la graisse à frites t'a bouché les neurones, hein". "Monsieur, je ne vous connais pas, quelle est votre commande ?". "Gérard ! Mais oui, tu es Gérard. A l'école, rappeles-toi, on t'appelait Gérard Menvuhaussicon". Vroum, vroum, autre fast-food. - - - (le gamin au volant et à la caméra) "Est-ce que papa a fini ?". "Heu, pourquoi ?". "Parce qu'après c'est mon tour". "C'est ton tour de quoi ?". "Mon tour d'aller aux chiottes parce que papa a laissé cramer les raviolis et qu'il a bouché les toilettes en les jettant". Vroum, vroum, maison. "Papa, on le refera, hein".

02/06/2006

Cherche appartement avec 2 W.C.

"Occupéééé". "Mais, papa, c'est urgent". "Prends ce que tu trouves, gamin". "Papa, papa, j'ai trouvé que la passoire". Nooooon, pas la passoire, il y a des trous". "Papa, il est où le papier collant ?". "T'as cassé quelque chose ?". "C'est pour boucher les trous de la passoire". "Fais pas ça". "Papa, c'est urgent". "Gamin, je termine de lire l'article et je sors". "Papa, c'est pas un cabinet de lecture, c'est un cabinet de toilette". "Gamin, arrêtes immédiatement, tu parles comme ta mère, c'est insupportable. Tu vas me faire sortir de mes gonds". "Sors d'où tu veux, papa, mais sors des toilettes". "Gamin, vide le bocal du poisson rouge dans une casserole". "Impossible, papa". "Et pourquoi ?". "Y a plus une seule casserole propre". "Alors, application du plan catastrophe. Vas tambouriner à la porte de la voisine de palier et expliques la situation". ... "Papa". "T'as déjà fini ?". "Elle a dit : occupééé". "Ca va, ça va, je sors". Je cherche un appartement au cinquième avec W.C. de secours.

07:40 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : gamin, papa, poisson, cabinet |  Facebook |

01/04/2006

Cherche un musée des horreurs

La mère du gamin s'est remise avec un type, disons, heu, restons objectif, horrible. Les oreilles décollées, les dents jaune foncé là où il reste des dents, des valises en dessous des yeux, une démarche de canard qui va pondre un oeuf. Je vais en prendre des photos et je cherche un musée des horreurs pour les exposer. Gamin, gamin, reviens, c'est une blague, un poisson d'avril, reviens je te dis, on va faire des frites.

31/03/2006

Cherche clous rouillés pour pèche miraculeuse

Ne jetez pas vos clous rouillés. Pliez les en deux, au milieu. Puis vous enfilez un poisson que vous aurez découpé dans du carton. Longueur du poisson : 10 à 15 cm. Venez nombreux et avec beaucoup de poissons, demain, sur le parking du supermarché. Nous collerons des poissons avec un demi-clou qui dépasse sur tous les pneus de toutes les voitures. Dès que quelqu'un sortira du magasin, nous jouerons les malheureux : "Regardez, Monsieur, Dame, on a troué mes pneus. Comment je vais rentrer, moi". 10 % des gens vont s'enfuir en faisant sembler d'avoir oublié quelque chose dans le magasin. 90 % vont rigoler et partiront vers leur voiture. Ils verront qu'il y a aussi des clous dans les pneus de la voiture suivante. De la suivante aussi. Et de la suivante aussi. C'est garanti : ils vont se mettre à courrir derrière leur caddy jusqu'à leur voiture. L'important est de repérer les caddy qui débordent car beaucoup de marchandises va passer par dessus bord. Ce sera la pèche miraculeuse. A demain, premier avril, avec vos clous à poisson, sur le parking, à 9 heures.

24/03/2006

Cherche à défendre le français

Chaque jour, à la radio, c'est la même chose : "Gneugneugneu, on nous signale qu'un camion à perdu son chargement sur la nationale". Mais c'est faux. Au supermarché, la chef des objets trouvés ne dit pas au micro "Un papa de gamin a perdu son gamin", elle dit : "Un petit garçon attend son papa à l'accueil". Parfois elle ajoute : "Venez vite, il est infernal et fout le bordel partout". Dans ces cas-là je me retourne et, vu son absence, j'ai la confirmation : c'est le gamin. Vous avez déjà remarqué : c'est un moment horrible pour le papa : tous les clients s'arrêtent pour regarder quel est l'imbécile de père qui a perdu son gamin. Quand ça m'arrive, j'ai un truc : j'attends, vingt minutes s'il le faut, et, dès que j'entends "Le cabillaud est en promotion pendant dix minutes", je file à l'accueil pendant que les autres imbéciles se piétinent au rayon poissonnerie. Où en étais-je ? Vous m'avez distrait. Ah oui, on devrait dire "Un chargement attend son camion dans le ravin".