23/10/2009

L'énigme d'hier

Voici la photo du potiron proposé dans l'énigme d'hier dans sa position normale, c'est-à-dire allongé comme un naturiste sur la plage, le cul dans le sable et la queue en l'air. Les observateurs avertis auront constaté, sur la photo d'hier, l'absence de spores sur le champignon proposé. Or, pour les spores, l'important est de participer comme a dit monsieur Jacques de Coubertin un jour ou il avait trop bu parce que, maintenant, les spores c'est le pognon, le pognon, le pognon. C'est pour ça que je ne suis pas riche, je ne fais pas de spores. Bien sûr je dois produire des spermatozoîdes, naturellement, comme ça, sans chercher à le faire, bêtement, complètement bio, prêts à faire la course mais pas de spores ni de sponsor. Or, il faut faire des spores pour garder la santé. Et garder la santé pour faire des spores. C'est vicieux, ça. C'est ce qu'on appelle un cercle vicieux. Et, quand on tombe dans un cercle vicieux, il vaut mieux se cacher dans un coin (si ça ne fait pas tilt chez vous ce n'est pas grave : 1. relisez et 2. si pas d'effet allez dormir. Je suis bon prince. Puisqu'il s'agit de l'énigme d'hier, je signale qu'il n'y a pas de coin dans un cercle. OK, ça va, les spores cérébrales fonctionnent ?). Je sais que l'immensité des lecteurs avait pigé (douze) mais bon, il y en a un qui peine. Et la force d'une chaîne est égale à la force du maillon le plus faible. Parce que, connard, c'est le maillon le plus faible qui craque le premier.Craque nom di dju, que je puisse continuer normalement avec les autres. Au revoir, Lucien, fais un gros dodo. Soyons sérieux : je n'arrive pas à départager les vainqueurs de l'énigme parce que personne n'a répondu à la question Combien de réponses exactes recevrons-nous avant le cachet de la poste faisant fois. Je sais, j'ai oublié de mentionner cette question. Mais, avez-vous vu, vous, sur les pots de yaourt, sur les soupes en boîte, sur le thon au naturel vendus par trois, un concours dont la dernière question n'est pas : combien de réponses recevrons-nous avant la date de péremption de la saloperie que vous venez d'acheter. Veuillez m'excuser pour cet oubli.

029 (5)

25/05/2009

Cherche à louanger le Roi

« Papa, c’est vrai que les facteurs suivent des cours par correspondance ? C’est le papa de Cédric qui le dit ». « Et oui, gamin, ça ne fait pas un pli, cachet de la Poste faisant foi ». « Mais, ils sont timbrés, alors, les facteurs, papa ? ». « Il ya pire, gamin. Bébert, le bon Bébert, notre roi qu’on voit en portrait sur les timbres, on lui lèche le cul, on le retourne et paf, en plein dans la gueule, pour que le timbre colle. Moi je n’ose pas, par respect. C’est pourquoi j’attache le timbre avec un trombone. La machine à timbrer tape sur le trombone, n’atteint pas le timbre et hop, mon correspondant reçoit ma lettre, un trombone et un timbre tout neuf ». « Mais, papa, c’est de la fraude ». « Non, gamin. C’est le respect. Je l’appelle Bébert parce que, lorsqu’il a du succéder à Baudouin, son frère adoré de tous, le palais lui a dit : ‘Majesté, il va falloir remplacer tous les sièges du palais marqués du B de Baudouin et faire broder la A de Albert’ et Albert a répondu : ‘Pas de dépenses inutiles, je signerai Bébert’. On me l’a dit au bureau, donc c’est vrai ».  (voor de nederlanstalige, Albert heeft gezegd : k’zal Beertje tekenen). Alors j’invite tous les belges à attacher leurs timbres à l’effigie du Roi avec un trombone. Vous ferez ainsi un cadeau à la planète : moins de papier, moins de colle, moins de salive, et les trombones sont recyclables de timbre en timbre.

04/01/2007

Cherche une bonne excuse

« Allo, maman ». « Ah, tu vis encore ». « Je te souhaite une bonne année ». « Ah oui, quelle année ? ». « Maman, t’as attrapé Al Zaïmeur ou quoi ? 2007, voyons ». « On est le quatre ». « Ben oui, maman, on est le quatre, ton calendrier est à jour ». « Idiot. Et c’est un quatre janvier qu’un fils souhaite la bonne année à sa mère ! Fils indigne. ». « Ben, heuuu, j’ai été fort occupé ». « Occupé à désaouler, sans doute ». « Ben, heuuu, non, non, j’ai fait un test d’urine ». « Tu es malade ? ». « Non, non, maman, heuuu, autant que tu le saches, je devais souffler dans un alcootest mais je me suis trompé, j’ai fait pipi dans la camionnette des flics ». « Triple idiot. Et ça t’a pris quatre jours pour faire pipi ! Tu te prends pour la cascade de Coo, hein ». « J’ai du me cacher ». « Et ils t’ont retrouvé, je parie ». « Mais, maman, tu devines tout ». « Idiot, tu as certainement du montrer ta carte d’identité ». « Je ne sais plus ». « Tu vois, c’est bien ce que je disais, tu étais saoul ». « Heuuu ». « Merci pour la boîte, je vais m’en servir pour ranger mes extraits de compte ». « Mais, maman, la boîte, c’est la boîte de la Poste, pour emballer ton cadeau, ça t’a fait plaisir ? ». « Idiot, tu penses qu’à mon âge je vais ouvrir une librairie ? ». « Ben non, heuuu, pourquoi ? ». « Pourquoi, idiot, parce que c’est la quatrième année que tu m’envoies un dictionnaire du Scrabble par la Poste ».