07/02/2010

Cherche une bonne pédale

Vous connaissez certainement ma petite et ma grande. Non ? Si. Faire sa petite (pipi) et faire sa grande (caca). Mon problème est que je n'aime pas faire ma grande après ma petite. Pourquoi ? Parce que je n'aime pas m'asseoir sur une lunette mouillée. J'explique pour les belges : une lunette c'est la " planche " du cabinet. Comme je ne me rends dans les lieux d'aisance, comme on dit chez les gens bien, qu'en cas d'urgence, ce n'est pas dans l'aisance que j'y vais. La lunette a deux positions : on-off,, c-à-d, abaissée ou relevée. Faire sa petite avec la lunette en position abaissée c'est possible mais on éclabousse. Quand arrive l'urgence de la grande c'est désagréable. Quand j'ai le cul mouillé, je me sens refroidi dans mes élans, je me contracte et je n'arrive pas à sortir quelque chose d'intelligent. Dans le temps j'ai eu une poubelle à pédale, génial, tu pousses, et hop, la lunette se relève. J'ai tellement pris de plaisir avec elle que j'ai usé le mécanisme et que, un jour, hop, la lunette a sauté par la fenêtre du cinquième étage. J'en garde de tellement bons souvenirs que j'imagine  de mettre le même système on-off à pédale dans les toilettes. Je cherche une pédale de poubelle à adapter sur la lunette des toilettes. D'avance merci.

23/08/2009

Cherche à éliminer les mouches

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je trouve qu'il y a beaucoup de mouches cette année. En plus elles sont grosses, très grosses. Je n'habite pas loin d'un Mac Donald et je pense que c'est de là qu'elles viennent. J'imagine que les mouches des poubelles sont à l'image des tonneaux qui y vont manger. Et sans fourchette. Quand tu n'as pas de fourchette tu avales tout rond. Et tu gonfles. " Oh, tu es enceinte, chérie ". " Non, je suis allée manger chez Mac Donald avec des copines ". " Et ta maman sais que tu manges avec tes doigts comme dans les tribus primitives des cavernes qui n'avaient pas de fourchette, pas de couteau, pas de service à table, pas de verre en verre. Elle dit quoi, belle-maman, quand tu lui racontes ta gastronomie ? ". " Elle te dit vas te faire foutre, gros lard, t'as qu'à pas regarder le foot affalé dans le fauteuil la braguette ouverte pour gagner du temps quand tu dois aller pisser pour ne pas rater le dix-neuvième tir au but décisif ". " T'énerves pas, mon gros ballon, mais je pense que les grosses mouches c'est toi qui les ramènes de ton faste foot. Elles te ressemblent. Regarde, j'en ai fait une photo ".

011

16/08/2009

Cherche le poulet précuit

(Si vous étiez absent hier, vous avez intérêt à lire le post précédent avant celui-ci) J'adore le poulet, surtout quand il est déjà cuit et fourni dans une barquette. Je n'en cuis plus moi-même. Un pas cuit, je ne pas certain qu'il soit vraiment mort et je ne tiens pas à courir derrière un poulet sans plume dans l'appartement. Par ailleurs, mes deux seules expérience de cuisson de poulet (et je n'exagère pas en parlant d'expérience) se sont terminées, la première, par une odeur tenace de viande brûlée qui a persisté une semaine dans l'appartement (j'ai vidé trois spray anti mauvaises petites odeurs à la lavande mais ça a aggravé la situation vu que nous étions en hiver), la seconde et dernière par le dépôt clandestin du bidule caoutchouteux, encore en partie rose et sans goût parce que je ne savais qu'il fallait ajouter des épices. Ce que je préfère dans le poulet précuit vendu au supermarché c'est la barquette. Elle flotte sur l'étang du parc communal où je la dépose en cachette car elle n'a pas de trou dans le fond, comme pour les champignons pas cuits. Si ça vous étonne sachez qu'une barquette avec des trous dans le fond n'est plus une barquette mais un sous-marin. En plus, votre poulet précuit n'a plus de sauce puisque toute la sauce s'est retrouvée dans le caddy. Savez-vous que le poulet précuit en barquette est moins cher que le poulet rose et douteux à qui il faut tout faire. A condition de disposer d'un parc communal avec un étang. Comme ce serait ridicule de faire circuler une barquette à vide sur l'étang je la remplis avec toutes les crasses, épluchures, bâtonnets avec de l'ouate pour les oreilles usagés et jaunes, capsules de bières, mégots de cigarettes, pelures d'agrumes, boîtes de raviolis vides, restes de l'avant-veille, coquilles de moules. Résultat des courses : presque plus de sacs poubelle payants. Un conseil : ne jamais y mettre des tickets de caisse sur lesquels figure votre numéro de compte banquaire, vous verriez d'autres poulets débarquer chez vous. 

13/06/2009

Cherche mon bonzaï

Pour avoir plus facile pour l’arroser j’avais mis mon bonzaï sur le couvercle de ma poubelle à pédale qui se trouve sur le balcon au cinquième. Une distraction, un réflexe stupide, un coup de pédale intempestif et hop, j’ai vu passer devant moi le premier bonzaï de l’espace. J’ai crié « Reviens, reviens » mais il était déjà trop loin, il ne m’entendait pas. « Ah le con, ah le con, ah le con » me répétais-je sans cesse, me parlant à moi-même. Je ne savais que répondre devant cette évidence. Banzaï, un bonzaï kamikaze. Si vous voyez passer un bus surmonté d’un bonzaï alertez-moi, c’est le mien. D’avance merci.

12/06/2009

Cherche un entraînement à pédale

Depuis qu’on a interdit l’usage du  vide-ordures dans l’immeuble, j’accumule des tas de déchets vu le prix des sacs sélectifs obligatoires. Depuis peu j’utilise ma poubelle à pédale depuis le balcon du cinquième étage. Hop, un petit sac de déchets sur le couvercle de la poubelle, hop, un bon coup de pédale, hop, chute libre de cinq étages, ploutch, atterrissage. Les premières fois j’ai tout reçu dans la figure mais maintenant je ne me penche plus pour voir le décollage.  Je cherche une salle d’entraînement pour la mise sur orbite et le bon atterrissage des sacs poubelle, si possible sur le toit d’un bus pour ne pas être soupçonné.

08/03/2009

Tûûût n° 36. Cherche à bien taxer

« Allo, c’est pour la taxe ». « Oui, monsieur, je vous écoute ». « Avez-vous payé la taxe ? ». « Heuuu, un instant, monsieur. Germaine, Germaine, on demande si on a payé la taxe ». « Quoi, les poubelles ? ». « Allo, monsieur, les poubelles ? ». « Non ». « Ce n’est pas ça, Germaine ». « Quoi alors ? La télé ? ». « Allo, monsieur. Quoi alors, la télé ? ». « Non ». « Germaine, prends les choses en main pour une fois, réponds à ce monsieur ». « Prendre en main les choses de ce monsieur que je ne connais pas, jamais, tu m’entends, jamais ». « Allo, monsieur, un instant, j’ai fait appel à l’équipe. Elle se maquille pour venir au téléphone, restez en ligne. Ce n’est pas pour le chien, par hasard ? ». « Non ». « Germaine, ce n’est pas pour le chien ». « Mais demande lui pour quoi, triple idiot ». « Allo, monsieur, je donne ma langue au chat ». « Miaou, miaou ». Tûûût, tûûût, tûûût.  

09/02/2009

Cherche un chien volant

Certain(e)s ont cru ou croient que je n’aime pas les chiens. C’est faux. Je les adore. Et pas à l’ail comme les cuisses de grenouilles, ni bourrés de viande de porc comme les cailles farcies, ni en magret comme le canard, non, je les aime comme on adore un chien de qui on dit : « Il ne lui manque que la parole ». Heureusement qu’ils n’ont pas la parole. Je n’aimerais qu’un chien aille raconter ce qui se passe chez moi. Si je n’ai pas de chien c’est parce que j’habite au cinquième étage. Mais je ne désespère pas, je crois aux miracles, au chien volant descendu du ciel pour aller ronger les os des côtelettes que je lance sur les balcons des immeubles d’en face, au cinquième étage. Ne soyez pas médisant, même si c’est vrai que, ce faisant, j’économise des sacs poubelle. Non, j’attends. Si un jour, ou peut-être une nuit, un chien noir, me trouvant endormi, trouve un os, de l’autre côté de la rue sur le balcon d’en face au cinquième et me le ramène sachant que c’est moi qui l’ai lancé, je me rase et, barbe à ras, je l’accueille. Je cherche un chien volant.

18/09/2008

Cherche la bonne note

Boum, boum, boum, boum. « Il est trois heures du matin, monsieur, ça suffit ». « Heuuu ». «  Je vous en supplie, arrêtez. Ma femme ne dort pas. Elle est dans ses jours rouges ».  « Heuuu ». « Et comme dit Bison Futé, il faut être patient ces jours là ou laisser son instrument au garage. A propos d’instrument, arrêtez de marquer le rythme avec le couvercle de votre poubelle à pédale, compris ». « Heuuu ». « Et de taper avec une louche sur les tuyauteries, ne niez pas, vous l’avez en main ». « Heuuu ». « Vous savez, moi, j’encourage les artistes en herbe, même en semence d’herbe, comme vous ». « Ah ». « D’ailleurs je dormais. C’est ma femme qui ne dormait pas et qui m’a menacé de passer un mauvais quart d’heure si je ne faisais pas taire l’hurluberlu du cinquième. Vous connaissez les femmes, elles disent un quart d’heure mais ça peut durer trois jours. Parfois plus ». « Heuuu ».

18/08/2008

Cherche à aérer

A la pèche aux moules moules moules

Je n’veux plus aller, maman

Les gens de la ville ville ville

Ont pris mon panier, maman

En fait, ce qui s’est passé

C’est qu’il a été interdit de jeter

Les ordures ménagères dans le vide-ordures

A cause du tri sélectif

Moi, je l’ai fait, le tri sélectif

Dans le vide-ordures, uniquement les moules

Pour le reste, de grandes boîtes aux lettres

De banques, de notaires, d’avocats, selon arrivage

Grandes gueules, grandes boîtes aux lettres

Le problème, pour les moules, c’est un trou

Un trou de mémoire récurrent

A savoir qu’à chaque fois que, zouuu

Les coquilles se tapaient six étages sans parachute

Je me rappelais qu’il n’y avait plus de poubelle

En dessous du vide-ordures

Qui c’est qui se tapait un aller-retour en ascenseur

Pour balayer les moules dans ma cave, hein ?

J’ai trouvé un truc pour l’odeur

J’ouvre la grille d’aération de la cave ainsi que la porte

Puis j’appelle l’ascenseur et je l’envoie au sixième

Ce qui crée un appel d’air extérieur dans la cave

Et un appel de l’air intérieur de la cave vers la cage d’ascenseur

Maintenant ça sent l’échappement de mobylette et les crottes de chien

Franchement je préférais l’odeur de moules, même usagées

05/10/2007

Cherche àvoir la vie en rose

« Gamin, c’est quoi les petits canards roses dessinés sur les murs et sur la glace de la salle de bain ? ». « A l’école madame a dit que nous devions rendre plus rose la vie de papa et maman ». « Avec des canards ? Peints ? Sur la glace ? C’est quoi cette peinture, on dirait de la graisse de bœuf ». « Ben, c’est un rouge à lèvre que maman ne voulait plus ». « Tu me prends pour la poubelle de ta mère ? ». « Mais non, papa, chez toi tout est triste. Même le bonzaï ne veut pas grandir. La seule musique qu’on entend c’est cri cri, cri cri, la roulette de Kiki le hamster ». « Heuuu. C’est très joli, les petits canards. Tu sais quoi ? ». « Non, papa ». « Demain, quand tu seras à l’école, j’irais acheter des graines roses, pour les canards ».

15/02/2007

Biglodion : un an d'annonces (3)

15 février 2006, le lendemain du 14, la grande aventure des blogs commence pour Biglodion.

Voici une des premières annonces :

 

Cherche un détecteur d’objets.

 

« Quand je dois jeter quelque chose à la poubelle de la cuisine, j'ai l'habitude d'appuyer du pied d'un geste viril et franc sur la pédale de la poubelle. Ma nouvelle compagne a l'habitude de se servir du couvercle de la poubelle pour y déposer des plats. Hier, une pizza. Je suis arrivé pour jeter quelque chose et, hop, la pizza collée au plafond. Nous n'avons pas su la récupérer. Donc, repas tartines, ça crée un froid. Avant-hier, c'étaient six oeufs, et hop, il faudra repeindre le plafond. C'est à cause d'eux et de la goulasch de lundi que la pizza était irrécupérable. Je cherche un détecteur d'objet qui bloquerait la pédale de la poubelle quand un objet est posé dessus. ».

05/11/2006

Cherche un pied de biche

Je suis allé à la fête du quartier. J'ai fait les poubelles du bar et j'ai ramené 2.718 capsules de bouteilles de bière. Profitant de l'absence des voisins d'en dessous et de quelques vieilles planches, je me suis fabriqué un paillasson en capsules. Malheureusement j'ai utilisé des clous trop longs : je me retrouve propriétaire d'un paillasson cloué dans le parquet, en plein milieu de la salle à manger. Bien sûr, ça ajoute un petit plus à l'appartement mais là où il est ce n'est pas très pratique. "Entrez, entrez, n'oubliez pas d'essuyer vos pieds". "Où ça, où ça". "Heuuu, là, sous la table". Je cherche un pied de biche pour enlever le paillasson sans faire sauter le parquet.