12/09/2009

Cherche à me reposer

Une semaine sans ordinateur, sans aller au bureau photocopier du matin au soir, sans poster de commentaire sur vos blogs, sans l'énigme du jeudi, ça va être dur, surtout le jeudi. Je vous livre mon programme, grâce à Gotlib. Quels souvenirs ce Gotlib, surtout l'histoire du raton laveur qui a attrapé une crampe dans la queue et qui tournait en rond dans l'eau, verticalement. Gotlib c'est mon Jacques Salomé à moi (que ceux qui ne comprennent pas relisent Rafaël). Le gamin, qui sera chez sa mère, enfin, chez les parents de sa mère parce qu'elle joue à faire le Moulin Rouge en écartant ses jambes pour trouver un Roc aux six Freddy et Blanche-Neige a fait mieux puisqu'il lui en a phallus sept, m'a dit que là où je vais il y a des Gilbert cafés où on peut se brancher sur internet. Je pourrai peut-être vous envoyer des cartes postales, sans les timbrer. Je suis préparé pour mes vacances : Imodium, Motilium, Géranium, aluminium pour emballer les restes du buffet du soir pour les manger le lendemain à midi car j'ai choisi la demi-pension. " Il ne faut pas vous pensionner tout de suite " m'a dit mon psy, " vous êtes trop jeune. Commencez par une demi-pension ". Ils m'ont rassuré à l'agence de voyage : même en demi-pension on a droit à un lit entier. Et à un copieux petit déjeuner comme chez Titine et Chacha. J'ai établi mon programme de la semaine et je vous le livre. Vous recevrez chaque jour une oeuvre inédite sur ce blog, histoire de garder le contact. Vos commentaires sont les bienvenus, comme d'habitude, comme a dit Maille Oué. Pff, dure, dure, celle-là. J'ai vraiment besoin de repos !

dyn004_original_600_419_jpeg_2666720_ba7ebef06f1295b0782b93212006849c[1]

11/09/2009

Cherche psy dodo canapé

Je me suis trompé de photo quand mon psy m'a demandé si j'en avais une de moi quand l'étais jeune, pour voir si j'avais déjà la bosse des maths, le creux de la vague, la langue bien pendue, la culotte de cheval, les nerfs à fleur de peau, les guibolles qui flageollent, un poil dans la main, une odeur de moquette fumée, les seins qui louchent, les dents de la mère, une cervelle d'oiseau, des pieds de porc, une langue de boeuf, les dents du dessous qui baignent, les pieds dans le plat, l'oeil de Moscou, la rate qui se dilate, les deux doigts dans le nez, le nez en trompete, une tête à claques, les tripes à la mode de Caen, le waterzooï à la gantoise, la tête pressée entre deux saindoux comme chez le boucher, une côte à l'os, un oeil qui dit coucou à l'autre, un coucou qui sort quand c'est l'heure, un cheveu sur la langue, une langue de bois. Quel questionnaire j'ai du subir. Ah, il faire beaucoup d'études pour être psy. C'est quand je lui montré la photo que ça c'est gâté. " Vous avez besoin de vacances. Et tout de suite. Mais pas dans mon canapé. Allez, réveillez-vous ".

1426

14/06/2009

Cherche à me montrer

 Je me suis décidé à poster une photo de moi. C'est mon psy qui me l'a conseillé parce que je suis trop timide. A la caisse du supermarché je dis merci quand une poufiasse me dit : " Permettez, je n'ai que douze articles ". Aux toilettes d'un restaurant, quand je fais toc toc à la porte et que personne ne répond, j'ai peur d'ouvrir et de tomber sur un sourd en pleine action. Quand une piétonne s'engage sur un passage pour piétons avec une poussette remplie d'un bébé, je freine. Quand je fais pipi dans la rue du balcon du cinquième étage je mets ma main devant ma figure pour ne pas qu'on me reconnaisse. J'ai tout dit à mon psy qui m'a expliqué que j'avais une mauvaise image de moi et que je devais me montrer en y allant piano, voire pianissimo, c-à-d doucement. Mon psy m'a expliqué le mot. Un instant j'ai cru qu'il voulait que j'installe un piano aqueux dans la cuisine. J'ai tout de suite pensé au four à micro-ondes dont j'aurais du me défaire pour avoir assez de place pour le piano. Je pensais à la chanson : ' Il jouait du piano debout " en me disant que, chez moi, ce serait ; " Il mange debout sur le piano " puisque les chaises étaient en séjour pénitentiaire dans la baignoire à cause du piano aqueux. Alors je me montre, pianissimo. Je suis à gauche sur l'écran. Le petit bout blanc qui dépasse, c'est moi. Ne vous méprenez pas, mesdames, ce n'est pas ce que pensez. C'est mon petit doigt qui demande : " As-tu pris la photo ? Puis-je sortir de ta tente ? ".

Chypre 452

18/05/2009

Cherche una aiguille à tricoter

Je remercie celles et ceux qui m’ont témoigné des signes d’infection suite à ma chute et au plafonnage de mon bras gauche. Je les rassure tout de suite, ça évolue bien. La preuve : ça chatouille en dessous du plafonnage. J’ai l’impression d’y avoir un nid de fourmis. Impossible de me gratter. Impossible d’y mettre de la poudre anti-fourmis. C’est, paraît-il, l’épreuve de la guérison. Normalement, quand on me chatouille, je rigole. Dans ce cas-ci, non. Bizarre. Encore une question que je devrai poser à mon psy. Plusieurs amis m’ont dit d’utiliser une aiguille à tricoter. J’ai répondu oui sans comprendre. Je n’ai jamais tricoté de ma vie. Un point à l’envers, un point à l’endroit, c’est tout ce que j’ai retenu de ma grand-mère quand elle disait ses prières avec deux baguettes de restaurant chinois pour me faire une écharpe. Je cherche une aiguille à tricoter, pas trop chère, et, surtout, le mode d’emploi pour faire partir les fourmis qui dansent la farandole sous mon plâtre.

31/03/2009

Cherche un boudin à ressort

Cette année, pour ses Pâques, le gamin recevra un boomerang. C’est un jouet économique puisqu’il revient toujours. J’entends déjà le gamin : « Papa, viens voir ce que la cloche a passé (il sera surpris un jour de savoir que ce qu’il appelle la cloche, c’est moi. Il faudra que je parle préventivement de ce futur traumatisme filial à ma psy. J’attends qu’il fasse plus chaud, à cause de ses décolletés plongeants. Hé, c’est sans supplément, faut en profiter. En plus, quand je lui fais pouêt pouêt elle me donne des jours de congé pour cause de surmenage. Je ne sais pas imiter beaucoup de personnes, a part Johnny aqueux aqueux, mais j’imite bien le surmenage. En plus c’est avec les mains et pouêt pouêt se dit pouêt pouêt en ch’ti, en wallon ou en marseillais. Même en braille si on n’est pas muet. Je ferme la parenthèse). Le gamin va certainement ajouter : « Et ça sert à quoi ? Où met-on les piles ? On reçoit ça en achetant quoi ? C’est une réplique du chapeau de Napoléon passée au rouleau compresseur ? Je parie que le papa de Cédric sait s’en servir ». J’ai donc décidé de savoir m’en servir. Après dix lancers j’ai arrêté. J’avais parcouru un vingtième de marathon, grimpé dans cinq arbres pour récupérer l’engin, déchiré mon pantalon lors de la cinquième descente et pris mon pied trois fois dans une taupinière. La bouse de vache, ça glisse. Il y avait déjà des pissenlits. Ce n’est pas mauvais. Une fois relevé j’ai eu une idée : essayer verticalement. Il faut courir moins loin. Le principal est de ne pas éternuer à cause du soleil quand il retombe, ça fait mal, je le sais. Jamais à court d’idée je vais tester le boomerang verticalement mais vers le bas, chez moi, à partir du cinquième étage. Pour étudier son aérodynamisme. J’ai l’impression qu’il ne va pas remonter tout seul et je n’ai pas envie de me taper un abonnement all-in dans l’ascenseur. Je cherche quelqu’un qui disposerait d’un boudin à ressort et qui ne mangerait que le boudin. Je partage les frais, l’un prenant le boudin au prix de la viande et moi le ressort, au prix de la ferraille.

09/12/2008

Cherche à la faire courte

« Papa, la spicologue à l’école a dit qu’un papa qui vit tout seul c’est pas normal ». « Elle a quel âge ta psymachin ? ». « Je sais pas, papa. Elle ressemble à Mamy ». « Ce n’est pas mon genre, gamin, je ne fréquente pas les musées ».

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : psy, musee |  Facebook |

10/07/2008

Cherche à me défouler

« Allo, Gérard ? ». « Oui. Que se passe ? ». « Gérard, il se passe que je reviens de chez mon psy ». « Et tu as fait bonne route ? ».  « Heuuu. J’ai fait quoi ? ». « Je veux dire que tu es revenu, tu es entier, tu es vivant ».  « Gérard, tu as le profil d’une victime. Je ne reviens pas d’un abattoir, je suis donc entier, je reviens de chez mon psy. Il m’en a appris de bien bonnes mais je ne peux pas les dire. La vie, c’est comme ça, Gérard. Si tu veux savoir, tu dois aller chez lui ». « Et payer ? ». « Gérard, tu aggraves ton cas ». « Tu as l’air énervé, non ? ». « Non, Gérard, je suis énervé. C’est l’étape numéro un : apprendre à savoir s’énerver ». « Il y a beaucoup d’étapes dans ta cure ? Il ya de la plaine ? De la montagne ? du contre la montre ? ». « Ne te moque pas, Gérard. Il y a deux étapes, point à la ligne ». « Et c’est quoi, la deuxième ? ». « Se défouler et exploser ». « Comment ? ». « Gérard, tèkunkon, tu entends, tèkunkon, Gérard, tèkunkon ». Tûûût.

06:45 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gerard, psy, se defouler |  Facebook |

16/06/2008

Cherche des sauces

En ce moment, nous sommes seuls dans l’appartement : Maurice, le poisson rouge, et moi. Le dialogue est difficile. Je n’arrive presque plus à distinguer Maurice dans son bocal. Au ketchup avec lequel le gamin avait essayé de dessiner d’autres poissons rouges sur le bocal s’est ajouté la sauce andalouse que j’avais sur mes doigts après le sachet de frites acheté à la fête foraine.  Ketchup et andalouse, c’est tout ce que je vois. Certains voient l’avenir dans une boule de cristal, je vois ketchup et andalouse sur un bocal. Où est mon avenir ? Quand je crois que le ketchup bouge, en fait, c’est Maurice. Quand la sauce andalouse bouge, c’est parce qu’elle n’est pas encore sèche et qu’elle dégouline. Mon psy m’a dit : tant que ça vous amuse, continuez. Je continue. Je cherche d’autres sauces. Faxez-moi les vôtre, des vertes si possible, pour varier.

14/07/2006

Cherche idées de vacances

La psy m'a dit 'Allongez-vous et racontez-moi tout". "J'aime bien votre lustre". "Mais encore". "Il y a des crottes de mouche sur une ampoule". "Stop. Racontez-moi votre journée d'hier". "Hier, je me suis allongé au salon et j'ai regardé le lustre. Il y a des ". "Je sais, des crottes de mouche sur une ampoule". "Non, non". "Comment, non, non ?". "Venez vous allonger chez moi, vous verrez que vous ne verrez pas de crottes de mouche. C'est à cause des toiles d'araignées, on ne voit plus les ampoules". "Cher monsieur, je ne vois qu'une solution, prenez dix jours de vacances". "Vous croyez ?". "C'est un ordre". "Bien, chef, excusez-moi, ça m'a échappé". Dix jours de vacances forcées, mais c'est le bagne ! Je cherche des idées.

07:42 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : psy, vacances |  Facebook |

17/05/2006

Cherche un rez-de-chaussée libre quelques heures par jour

Pour me calmer, je dois faire de l'hypothérapie. Les collègues sont chouettes et m'ont appris que ça vient des grecs, comme hypoteck, cheval de bois, hypocampe, camping pour cavaliers, hypotalanus, avoir un cul de cheval, hypoglycémie, suppositoire pour fièvre de cheval ou hypocondriaque, cheval dire à maman. A propos de maman j'ai retrouvé chez elle le cheval à bascule de quand j'étais petit et je l'ai ramené. Je fais mon hypothérapie au cinquième, un peu comme ceux du deuxième droit qui ont un vélo sans roue. La psy m'a dit que l'important, c'est l'ambiance et que je dois oublier celle du bureau au plus vite. Je dois m'entraîner à l'ombre des regards envieux avant d'aller vagabonder à cheval dans le parc communal. Alors, en selle ! "Tagaflop, tagaflop, tagaflop". J'ai déjà voulu faire du saut d'obstacle, au dessus du tabouret, mais j'ai grandi et mes genoux coincent un peu. Le cheval s'est cabré. J'ai entendu Hiiiiiiiii. Ce n'était pas le cheval mais une des dernières souris qui hantent l'appartement. Hop, une de moins. "Au pas, camarade, au pas, camarade, au pas, au pas, au pas". La guerre est déclarée. Pas encore celle avec les Tuniques bleues mais avec ceux du quatrième. Ils disent qu'à chacune de mes escapades équestres, c'est comme s'il y a avait de l'orage chez eux. Ils veulent me foudroyer. Je cherche un rez-de-chaussée libre, ou habité par des sourds.

08:39 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cheval, psy, velo |  Facebook |

11/04/2006

Cherche un psychologue pour vieux couple

Bobonne est encore fâchée. Elle dit que je perds mon temps en mettant des annonces. J'ai beau lui expliquer que, si je mets dix minutes pour placer une annonce, il y a cinquante personnes qui mettent une minute pour la lire, ce qui fait cinquante minutes. Elle réplique qu'elle perd son temps avec un tordu attardé et qu'elle aurait du écouter sa mère et ne pas m'épouser. Je lui rétorque que ce n'est pas parce qu'elle a un cul de poulain qu'elle s'y connait en chevaux, que je suis gagnant à cinq contre un et que, si je reste, c'est parce qu'elle fait bien les frites. Mais, maintenant que j'y pense, seul aux toilettes avec la gazette, ça fait trois semaines qu'on bouffe de la purée. Ferait-elle un blocus alimentaire, une grève des frites ? Serait-elle fâchée parce que je bricole des nichoirs dans le salon avec ma scie sauteuse pendant son feuilleton quotidien ? Je cherche un psy, spécialisé vieux couples.

08:57 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bobonne, toilettes, psy, frites |  Facebook |