16/03/2010

Cherche le 16 mai

Connaissez-vous le Far West wallon ? L’onglet à l’échalote ? La saucisse de Morteau ?  L’accent de là-bas (pas de Morteau, celui d’Evregnies) ? Les rognons à la moutarde à l’ancienne ? Aimeriez-vous passer un moment agréable avec quelques « grands » des blogs ? Chadou, Jilou, l’énigmatophile du jeudi Rafaël, Libra et son sosie Arbil, Jicé, g2mup, le poilu, le père spirituel (enfin, qui essaye de l’être) de Ginette de http://lejardindegerard.skynetblogs.be , les « chatsleureusement » et d’autres qui vont s’inscrire. Venez respirer l’air pagne de la campure dans deux mois, le 16 mai 2010 exactement. Il est temps de bloquer cette date dans votre agenda et de signaler votre intention (confirmation demandée fin avril, le temps d’éplucher les échalotes et d’aller à Morteau chercher la saucisse) à Jolily sur  http://rencontredesbloggeurs.skynetblogs.be . Je vous le garanti (mais, chuuut, c’est une surprise) vous aurez le nez rouge. Avant d’envoyer ce post on me signale trois à quatre places disponibles (selon dimensions des passagers) dans une Citroën Albert Longo couleur sable bivouac ( ! ) au départ du parking de la gare de Soignies.

26/11/2009

Cherche l'énigme

Incroyable, mon nom est déjà gravé. Vives-je ? Où suis-je ? Dans quel état j'erre ? L'étagère je n'en ai qu'une, mais sur quelle planche ? Je planche sur la question. Il ne faut pas que je me planche trop fort sinon je vais recevoir l'étagère sur le crâne. Non, voyons. Vous pensez étagère et vous pensez livres. Ben non, c'est l'étagère aux boîtes, essentiellement des boîtes de raviolis sauce tomate. La sauce tomate dans les raviolis, c'est comme le sourire dans la vie. Avez-vous déjà mangé des raviolis sans sauce tomate ? Moi, oui, un jour où, dans mon inexpérience de père célibataire, je les avais rincé à l'eau pour éliminer les conservateurs. C'est dégueulasse. Autant mâchonner du carton mou. La vie sans le sourire, franc, amical, spontané, sincère, sortant des tripes, c'est la même chose : du carton mou. C'est comme un jeudi sans l'énigme de Rafaël sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be . A propos d'énigme, voici celle du jour : Où ai-je trouvé cette gravure ? 

033 - Copie

19/11/2009

L'énigme de la statue grecque

Incroyable : jeudi dernier, malgré sa célérité, sa promptitude, ses neurones hyperactifs ce n'est pas Rafaël, du célèbre blog  http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be (à lire tous les jours mais surtout les jeudis, les jours des énigmes) qui a trouvé la solution mais Maurice, dit Chacha, aidé, je suppose, par sa charmante Titine, qui a trouvé la solution (voir les 12 et 13 novembre 2009 dans la colonne Archive, à droite en entrant). Chacha a créé un famaux blog : http://regimemaigrir.skynetblogs.be . Cadeau, Maurice :

051

Revenons à l'énigme du jour : voici une statue d'un dieu grec (admirez au passage les détails de la barbe). La question est double :

- Qui en est l'auteur ?

- Quel est le principal matériau utilisé ?

Post-it crom' : Si vous envoyez votre réponse par lettre en y mettant une enveloppe déjà timbrée, attachez le timbre avec un trombone s'il vous plait. Si vous le collez je dois allez chez la voisine de palier pour le décoller vu que je ne dispose pas d'un fer à vapeur. Merci.

049
 

07/10/2009

Cherche les souvenirs

 « Papa, raconte-moi encore tes vacances, s’il te plait ». « Regarde cette photo, gamin. C’est un ramasse-miettes géant ». « Tu l’as vu fonctionner, papa ». « Non, hein, gamin. En fait c’est la formule 1 de Jean Alesi mais rien que la coque ». « Mais, papa, Formule 1 ce n’est pas l’hôtel où tu voulais entraîner la voisine de palier ». « Heuuu. Gamin, je te parle de sport, pas de la voisine de palier. Oublie-la, veux-tu ». « Parce que tu m’as dit qu’avec elle ça ne doit pas être du sport tous les jours ». « Gamin, tu retiens mieux ce que je ne te dis pas quand je parle tout seul à haute voix que tes leçons de catéchisme, hein. C’était quoi encore cette histoire de leçon sur ‘Jésus marche sur l’eau’ avec le Père Rafaël et, la semaine suivante, sur ‘A la recherche de Jésus’, hein, c’était quoi ? ». « Ben, papa, j’avais dit au père ce que tu m’avais dit, qu’après une disparition d’une semaine ça ne valait pas la peine de se mouiller pour le retrouver parce que le corps allait revenir à la surface tout seul ». « J’avais dit ça, moi, gamin ? ». « Ben oui, papa ». « Ah bon, ça a du m’échapper ».

019 (4)

12/09/2009

Cherche à me reposer

Une semaine sans ordinateur, sans aller au bureau photocopier du matin au soir, sans poster de commentaire sur vos blogs, sans l'énigme du jeudi, ça va être dur, surtout le jeudi. Je vous livre mon programme, grâce à Gotlib. Quels souvenirs ce Gotlib, surtout l'histoire du raton laveur qui a attrapé une crampe dans la queue et qui tournait en rond dans l'eau, verticalement. Gotlib c'est mon Jacques Salomé à moi (que ceux qui ne comprennent pas relisent Rafaël). Le gamin, qui sera chez sa mère, enfin, chez les parents de sa mère parce qu'elle joue à faire le Moulin Rouge en écartant ses jambes pour trouver un Roc aux six Freddy et Blanche-Neige a fait mieux puisqu'il lui en a phallus sept, m'a dit que là où je vais il y a des Gilbert cafés où on peut se brancher sur internet. Je pourrai peut-être vous envoyer des cartes postales, sans les timbrer. Je suis préparé pour mes vacances : Imodium, Motilium, Géranium, aluminium pour emballer les restes du buffet du soir pour les manger le lendemain à midi car j'ai choisi la demi-pension. " Il ne faut pas vous pensionner tout de suite " m'a dit mon psy, " vous êtes trop jeune. Commencez par une demi-pension ". Ils m'ont rassuré à l'agence de voyage : même en demi-pension on a droit à un lit entier. Et à un copieux petit déjeuner comme chez Titine et Chacha. J'ai établi mon programme de la semaine et je vous le livre. Vous recevrez chaque jour une oeuvre inédite sur ce blog, histoire de garder le contact. Vos commentaires sont les bienvenus, comme d'habitude, comme a dit Maille Oué. Pff, dure, dure, celle-là. J'ai vraiment besoin de repos !

dyn004_original_600_419_jpeg_2666720_ba7ebef06f1295b0782b93212006849c[1]

03/09/2009

Cherche l'énigme du jeudi

 Qui que quoi dont caisse ?

049 - Copie

J'ai retrouvé cette photo et je ne sais plus où elle a été prise ni par qui. Si c'est quelqu'un qui est resté trop longtemps au soleil sur le sable de la plage, il est méconnaissable. Pendant que j'essaie de résoudre l'énigme de Rafaël sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be , pouvez-vous résoudre la mienne. D'avance merci.

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : photo, rafael, soleil, plage, sable, enigme |  Facebook |

20/08/2009

Cherche l'énigme de l'expression

Aujourd'hui l'énigme du jour, en compétition avec la seule, la vraie, l'unique, celle de Rafaël, tous les jeudis, sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be est : " Voici le portrait d'un jeune homme, célibataire avec un gamin, Kiki et Pipette les hamsters et leur roulette qui empêchent de dormir parce que ces cons font du body-training la nuit, Maurice le poisson rouge beaucoup plus silencieux, rasé de près, l'oeil persan comme les chats du même nom, qui arrive à lire à distance dans les pensées de celles et ceux qui regardent sa photo en ce moment et qui se dit que ce n'est pas beau tous les jours, champion du virage à gauche toute avec un caddy vide au supermarché, attendant inlassablement blonde à forte poitrine aimant vaisseler et repasser des chemises, belge ce qui est une grande qualité, wallon oufti biloute, cuisinier amateur débutant esayant désespérement d'atteindre le niveau amateur averti, éteint de vertige quand il faut remplacer une ampoule électrique quand il faut monter sur un tabouret, habitant au cinquième étage ce qui est un énorme avantage pour les blondes à la forte poitrine qui ont le sommeil léger parce qu'on n'entend pas les bruits de la route et que de la route on n'entend pas les cris du cinquième, ayant toutes ses facultés sauf celle de monter sur un tabouret, pouvant ouvrir une boîte de raviolis les yeux fermés sans se blesser si on lui donne l'ouvre-boîte et la boîte dans le bon sens, aimant les voyages surtout ceux d'une heure ou deux au parc communal. Et bien, ce jeune homme, représente une expression. Top chrono, vous avez vingt-quatre heures pour trouver et une semaine pour répondre si vous êtes blonde ... 

045

06/08/2009

L'énigme remplacée par le jeu de l'été 2009

Pas d'énigme ce jour sur ce blog. Pour en avoir une vraie, une bonne, une qui fait reculer Al Zameur, il faut aller sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be Ici, on joue, crise oblige, pour un euro. Avec un embouchoir. " Papa, c'est quoi, un embouchoir ? ". " Gamin, je n'en savais rien avant d'voir lu le ticket de caisse que je lis toujours pour avoir l'heure exacte parce que j'ai une montre qui retarde ". Photos :

059

 060

Matériel : les deux embouchoirs à un euro et des boulettes de papier, gratuites. Seule condition : savoir bander. Tel Guillaume qui le faisait avec son arc le jour où il a inventé la compote sur la tête de son gamin. Photo :

061

N'oubliez pas de déterminer une cible : le décolleté de belle-maman, la soupière, voire, à la volée dans un restaurant chic, avec des lentilles sèches J'ai essayé, ça marche mais il faut le faire en fin de repas pour être mis à la porte sans devoir payer. Filez vite acheter deux embouchoirs pendant que j'essaye de résoudre l'énigme de Raphaël. Bon amusement.

16/07/2009

Enigme sans numéro (ou 3619 mais ça ne veut plus rien dire)

Tout d’abord, félicitations à Rafaël  de http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be qui, après une nuit d’insomnie, a trouvé la solution de l’énigme N° 3618 du 9 juillet 2009: « Quand ma tête va à la queue le soudeur à l’arc que je suis devient fleur. Qui suis-je ? ». Personne ne sait si Rafaël a commencé par toutes les fleurs de l’alphabet ou par le soudeur à l’arc. Pourtant, qui dit arc dit flèche et qui dit flèche qui soude pense à Eros, l’angelot qui unit les cœurs avec ses flèches et qui dit qu’il a faim n’a qu’à ouvrir le frigo. Eros sans sa tête devient rose si sa tête (E) va à sa queue. L’énigme du jour est encore plus poétique. La voici :

Pour couvrir ma maîtresse
Je me gonfle et me dresse.
Quand j'ai fini mon service,
Je me plisse et... je pisse !

Pensez bien pendant que je pense à résolutionner, heuuu, résolver, heuuu, trouvationner, heuuu, résouder, pfffffff, difficile le franquais sans cédille, heuuu, pensez pendant que je pense au solutionnage de l’énigme du jour de Rafaël (pour la voir cliquez sur le lien au début de ce post mais pas trop tôt, attendez la digestion du repas de midi, votre sieste).

25/06/2009

Enigme N° 7

Le gamin est devant, au centre, faisant de la pub pour de la restauration rapide. Au centre, madame Chanterelle, l'animatrice de la chorale. Derrière, Arine et Oline, les soeurs jumelles qui ont eu un petit ami commun qui passait d'une à l'autre. Il était parfois l'amant d'Arine et parfois l'amant d'Oline. Quand il avait de pépins avec la première il jouait une sérénade à la seconde. Le type, à l'arrière droit, avec un bicorne, a été deux fois cocu. Devant lui, ce n'est pas Albert Deux, C'est Albert Meuh, l'éleveur de vaches. Il va bien. Aux dernières nouvelles il va de pis en pis chaque jour. A l'avant-plan, à gauche, Marie-Christine, qui boude et tourne le dos à Rafaël, le grand gaillard à droite, le gars qui publie une énigme chaque jeudi sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be (N'allez pas voir, ou alors demain, pour me laisser une chance. Merci pour votre compréhension. L'énigme du jour : où est Mimi ?

177

28/05/2009

Enigme N° 1

Trois aveugles suivent l’enterrement de leur frère. Or, le décédé n’avait pas de frère. Qui sont les trois aveugles ? Si vous voyez clair, envoyez votre réponse via les commentaires. Pour les sourds et malentendants, voici l’énigme : TROIS AVEUGLES SUIVENT L’ENTERREMENT DE LEUR FRERE. OR LE DECEDE N’AVAIT PAS DE FRERE. QUI SONT LES TROIS AVEUGLES ?

Pour des énigmes intelligentes, voyez Rafaël, de http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be tous les jeudis.

23/04/2009

Cherche deux personnes

Je suis actuellement en partance pour visiter le château d’Attre, demeure du gniègnième siècle, il paraît qu’il y en a dix-huit, un de plus que le nombre d’hectares du parc. C’est facile à trouver, c’est dans l’alignement Lens – Maffle – Ath, ça ne s’invente pas, c’est comme ça, comme Mettet – Loncin – Hannut. Mais je n’y vais pour ça. Après la visite du château qui a conservé ses meubles d’époque (bonjour les poussières) il y a le Kir et ses mises en bouche (comme si j’allais me les mettre ailleurs, non mais), il y a (C’est Ecrit Avec Des Majuscules, je ne sais pas pourquoi) La Terrine de Poisson printanière (ce qui veut dire que la terrine, elle, elle est du printemps mais le poisson on ne sait pas), Le Coquelet fermier à l’Estragon avec ses Pommes parisiennes (faut les chercher les pommiers à Paris, non ?), La Tarte campagnarde (à mon avis c’est la serveuse), Le Moka et ses Mignardises (J’aurais préféré un café et des biscuits comme chez moi). Les vins étant à volonté j’espère que les toilettes seront gratuites. Le problème c’est après : visite et dégustation (s ou pas s, c’est le suspens) à la Brasserie des Légendes, là où l’on brasse la bière des géants d’Ath. Je cherche deux personnes : une pour résoudre l’énigme de Rafaël et dire que c’est moi et l’autre pour me ramener au cinquième, ascenseur compris.

26/03/2009

Cherche la solution

Tradition oblige : le jeudi est le jour de la réflexion. Miroir, mon beau miroir, réfléchis et dis-moi si je suis bien rasé. M’inscrivant dans cette tradition qui a fêté récemment son centenaire à l’aide d’énigmes rafaëliennes je vous livre aujourd’hui un problème dont vous aurez la solution demain dans les commentaires. Honnêteté oblige, j’avoue que le but de la manœuvre est de vous distraire de l’énigme afin de donner le temps à la caféine de réveiller mes neurones. Tout d’abord une historiette, celle des deux coureurs échappés en tête d’une course cycliste. Le deuxième crie au premier « Fais gaffe tu es suivi ». Le premier arrête de pédaler et se retourne. L’autre lui dit alors « Maintenant tu ne l’es plus ». Voici le problème. Rafaël part d’un arbre vers un autre distant du cinq mètres. Il fait trois pas pour parcourir un mètre et arrive au deuxième arbre du pied gauche. De quel pied est-il parti ? Maintenant imaginez un chat qui court de gauche à droite et de droite à gauche sur votre écran et cherchez la solution.

29/01/2009

Cherche l'âge des filles

C’est l’histoire d’un facteur qui a trois filles dont l’ainée est blonde, dont la somme des âges est égal au numéro de la maison d’en face et dont les âges, multipliés entre eux, font trente-six. Il ya un type qui, dans les blogs, pose ce genre de questions. Authentique. Il m’énerve. Pourquoi un facteur ? Est-ce que la réponse est la même avec le livreur de mazout ? Si j’ai un poêle à mazout, la blonde a-t-elle un poil à sa zoute ? Ha, ça, c’est la bonne question, non ? Et si le facteur avait laissé ses spermatozoïdes dans beaucoup de boîtes aux lettres, hein ? Combien de filles aurait le facteur. Ha, ça, c’est une autre bonne question. Parce que, la maison d’en face, il suffit de traverser la rue et, hop, on en trouve une autre.  J’ai connu une blonde qui est devenue folle à force de demander où était le trottoir d’en face. Elle me rappelle mon boulot de navetteur : hop, on y va, hop, on revient, hop, on y va, hop, on revient. Navetteur, ce serait génial s’il n’y avait rien entre l’aller et le retour. Mais, entre les deux, il y a le chef. « Bonjour, chef. Comment allez-vous ? Ah, vos hémorroïdes, je compatis, chef, je sais ce que c’est, un jour je me suis assis sur une punaise. Bobo cucul, hein, chef. Chef, je sais que ce n’est pas le cas, mais, si vous aviez trois filles dont le produit de leurs âges fait 36 et que le facteur est devant la maison d’en face, que feriez-vous ? Mais non, chef, je n’ai pas bu, j’entretiens mes neurones. Ne me faites pas le coup des allumettes pour compter, chef, on me l’a déjà fait. Moi je n’ai pas su, je fume mais je n’ai pas assez de briquets. Oui, chef, je vais travailler, vous avez raison, chef, au lieu de dire des conneries, n’empêche que si vous connaissez un facteur qui a trois filles dont l’ainée est une blonde, présentez moi le facteur ». Plus d’info sur http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/post/6644363/Enigme-n-103

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : enigme, rafael |  Facebook |

02/12/2008

Cherche l'oeil malicieux

 Je l'ai trouvé, celui qui m'énigmatise avec ses énigmes. Gérard a de la limace dans ses salades mais, lui, il a de la malice dans l'oeil. Si maman avait été là elle aurait dit : " Ah, ce monsieur, quelle pétulance ". Je lui aurais répondu : " C'est toi, maman, avec ton cassoulet d'hier soir ". Ce monsieur est Président. Je ne citerai pas de nom mais il est quand même mieux, beaucoup mieux, que certains dont, je le répète, je ne citerai pas le nom. Je ne parle pas du nain car je l'aime beaucoup. Il me rappelle le chien en papier mâché que j'avais sur la lunette arrière de mon ancienne voiture et qui dodelinait de la tête à chaque virage. Heureusement, Ginette était restée seule avec sa solitude. Si elle était venue je n'aurais pas su la décoller. Ceci est la nouvelle énigme : qui est-ce ?

 2008-11 (105) - Copie

27/11/2008

Cherche les baguettes

« Papa, on mange quoi ? ». « C’est un grand jour, gamin, aujourd’hui ». « Ah, à l’école madame a dit que les jours diminuent, papa ». « Gamin, aujourd’hui on mange chinois, avec des baguettes ». « Comme les chefs d’orchestre, papa ? ». « Pas tout à fait, pour ne pas expédier de la nourriture sur les murs ». « Papa, sais-tu qu’avant, les chefs d’orchestre tapaient la mesure avec un gros bâton ? ». « Je le sais depuis hier, gamin. Depuis un certain Lilû. Lilû. Lilû ». « Tu te trompes, papa, Lilû c’est l’inventeur de la sirène des camions de pompiers ». « Et bien, ça, ça va en boucher un coin à Rafaël ». Plus d’infos sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be/post/6475533/pourquoi-25

05/08/2008

Cherche le fabricant du sakakaka

Hello, ce sont les vacances d’été. J’ai repris mes quartiers d’hiver à la cave. Je la vide. Je vais de découvertes en découvertes. Je vais devoir acheter du carbone quatorze pour dater certains objets. Parfois je me pose une question, comme celle-ci que je devrais poser à Rafaël dont les « Pourquoi » sont fameux (voir la colonne de droite de son blog) sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be : le carbone quatorze s’appelle-t-il quatorze parce que c’est le carbone qui a permis de retrouver Louis quatorze ? Découverte de ce jour : un sakakaka. Incroyable, le mode d’emploi imprimé dessus est encore lisible. « Placez le sakakaka dans le bac à litière et déroulez-le. Ouvrez le sac et tirez les parties latérales au-dessus des bords. Quand l’odeur devient intenable il suffit de refermer le sakakaka et de le jeter à la poubelle ». Une question m’interpelle : pourquoi le sakakaka est descendu à la cave par l’ascenseur et non par le vide-ordure qui fonctionnait à l’époque ? Autre chose, plus important : le nom du fabricant n’est pas inscrit sur le sac. Aidez-moi à le retrouver car je dois me plaindre. Curieux de nature, j’ai entrouvert le sakakaka. Je vous jure que nulle part sur le sac il n’est écrit : Avant fermeture, vérifiez qu’un ou plusieurs animaux ne se trouvent pas à l’intérieur.

11/07/2008

Cherche à vous revoir en forme

Voici le message reçu de Rafaël en commentaires le 10/07/08

Bonjour, vous avez rejoint la messagerie vocale d'aide psychiatrique.

*Si vous êtes un obsessif-compulsif, appuyez sur le 1 sans arrêt.
*Si vous êtes dépendant affectif, demandez à quelqu'un d'appuyer sur le 2 pour vous.
*Si vous souffrez d'un désordre de personnalité multiple, appuyez sur les 3, 4, 5 et 6.
*Si vous êtes paranoïaque, restez en ligne, nos agents tracent votre appel.
*Si vous êtes schizophrène, écoutez attentivement et une voix vous dira sur quel numéro appuyer.
*Si vous êtes dépressif, le numéro sur lequel vous appuierez est sans importance, personne ne répondra.
*Si vous êtes un compulsif a répétition, raccrochez et recomposez.
*Si vous êtes un agressif-passif, mettez-nous en attente.
*Si vous êtes antisocial, arrachez le téléphone du mur.
*Si vous avez des difficultés d'attention, ne vous occupez pas des instructions.

http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/

Rafaël a raison. Gérard aussi, d’ailleurs, quand il dit en me voyant endormi sur la photocopieuse du bureau que les zéros sont fatigués. J’ai besoin de me ressourcer, d’une cure. Et, vu la pénurie des vocations, une cure ne doit pas être difficile à trouver. Une cure, aussi pour démasquer le démon de midi moins le quart car je sens que ça arrive. Une cure de jeunesse. Je vous délaisse quelques jours, parti à la recherche de la souris de l’abbé Jouvence. Soyez heureux car paix dit aime.

06:45 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : rafael, gerard |  Facebook |

06/07/2008

Chrche la continuité

« Gamin, c’est de mieux en mieux ». « Quoi, papa ? ». « Les idées de Rafaël ». « Eplucher les smarties pour faire de la mousse au chocolat, papa ? ». « Oui. Où en es-tu dans la préparation de cette recette ? ». « J’en suis aux tests préparatifs, papa. J’ai commencé à trier quelques smarties pour en avoir de chaque couleur et je les suce par couleur, histoire de savoir si les goûts se marient bien. Il faut réussir la mousse, hein, papa ». « Malheureux, tu les suces ? ». « Oui, papa ». « Avec la coquille ? ». « Oui, papa ». « Et le service en Delft ? ». « Quel service en Delft, papa ? ». « Rafaël conseille de garder les coquilles de smarties pour faire des décorations. Je me suis dit que tu pourrais transformer les tasses en arcopal que j’ai acheté au kilo lors d’une brocante en service à café en Delft ». « C’est impossible, papa ». « Quoi, tu as déjà mangé toutes les coquilles ? ». « Mais non, papa. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de smarties blancs ». « Heuuu ».

05/07/2008

Cherche à copier l'idée

« Gamin, c’est incroyable ». « Quoi, papa ? ». « Je n’ai plus d’idée ». « C’est normal, papa. J’ai remarqué que ça fait une semaine que tu n’as plus d’idée, papa. Alors, tu fais quoi ? ». « Je vais prendre celle des autres ». « Donner c’est donner, prendre c’est voler, la lala lère ». « Mais non, gamin. C’est une idée de Rafaël, un pote aux blogonautes ». « Tu parles aux poteaux, papa ? ». « ? ». « T’as dit poteau, papa. Tu as de la chance d’avoir mis un point d’interrogation pour exprimer ton étonnement. Si tu avais mis ta tête il y en a qui se seraient écroulés de rire sur leurs claviers ». « Gamin, je t’interdis de montrer ma tête, je ne me suis pas rasé ce matin ». « Et ton poteau, il dit quoi ? ». « Vois-tu, gamin, les vacances, c’est fait pour faire des choses qu’on ne fait pas ». « Tu vas t’acheter un maillot et apprendre à nager, papa ? ». « Gamin, ne te moque pas, s’il te plait. Ce n’est pas parce que je ne suis pas allé sur la lune avec le trompettiste que je ne sais pas rêver ». « Quel trompettiste, papa ? ». « Armstrong, le type du tour de France ». « Et ton poteau, papa, il dit quoi. Tu fais perdre du temps aux gens qui te lisent en écrivant des bêtises ». « Cambrai ». « ? ». « Gamin, maintenant c’est ta tête qui vaut de l’or. Voyons, gamin, c’est à Cambrai qu’on fait les meilleures bêtises. A Garenne qu’on trouve de délicieux lapins. Dans le bois de Boulogne qu’on taille les meilleures pipes ». « On fait quoi, papa ? ». « Laisse tomber, gamin, ça m’a échappé, je me croyais au bureau ». « Et ton poteau Rafaël ». « Il est génial. C’est du trois en un. Un, il donne un air frais à l’humour sur les blogs. Deux, il débouche le bouchon inextricable de ton occupation ici durant tes vacances. Trois, il nous rend le sourire d’un dessert inattendu ». « C’est quoi le dessert, papa ». « Gamin, essaye de soulever ces sacs ». « Houlala. Impossible, papa ». « Gamin, regarde ce qu’il y a dans les sacs ». « Oh, des smarties. Papa, tu vas tapisser l’appartement avec des smarties ? ». « Non, hein, gamin. Les smarties, ça fond dans la bouche, pas dans la main. C’est comme le type qui dit à la pute. Heuuu, oublie, gamin, je me croyais au bureau ». « Tu vas faire quoi avec les smarties, papa ». « Moi, rien. Toi, tu vas suivre la recette de Rafaël, tu vas les éplucher et ainsi on va se fabriquer de la mousse au chocolat ».

04/07/2008

Cherche un sujet pour vendredi

« Gamin, on est le quatre juillet. Tu es encore en vacances ? ». « Oui, papa ». « En plus, nous sommes vendredi, le jour du poisson ». « Oui, papa ». « Sais-tu pourquoi le vendredi est le jour du poisson ? ». « Non, papa ». « Moi non plus mais je trouve que c’est un bon sujet à refiler à Rafaël ».

06:45 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vendredi, rafael |  Facebook |

23/04/2008

Cherche le petxaran

Rafaël de http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be , hé oui, encore lui, me conseille d’engager des rameurs basques pour aller sur l’île de Robinson et d’utiliser le petxaran comme carburant. Pourquoi pas des basques, s’ils sont grands, pas des baskets ni des basketjes de Bruxelles (bonjour les suisses). Je ne sais pas comment Gérard a fait, mais il m’a branché sur « Oui, qui pédia », vélo, pardon, cyclopédie d’internet. Le patxaran, prononcer patcharane (ça commence bien !), est une liqueur du Pays basque fabriquée à partir de la macération de prunelles sauvages dans de l'alcool anisé, voilà qui est interessant. L’alcool anisé, je l’ai. C’est quoi des prunelles ? Sauvages, en plus ! Je vais devoir aller à la chasse ? Pool. Pan. Ouais, j’ai zigouillé une prunelle sauvage. Imbécile, c’est un lapin. Ah bon, ce n’est pas bon un lapin macéré dans de l’alcool anisé ? C’est une femelle qu’il faut ? Lapin aux pruneaux, lapine aux prunelles. Hé, vous la connaissez celle-là ? « Comment reconnais-tu les lapins des lapines ? ». « J’ai acheté des accessoires, j’ai des cloches à lapine ». « Ah bon. Et pour pisser, ça va ? ». Heuuu, si ça ne vous fait pas rire, je m’en fiche. Par contre pour mon voyage j’ai besoin de vous. Je cherche des prunelles, des sauvages et de la macération.

22/04/2008

Cherche une barque

Rafaël, de http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be , toujours bien documenté, me suggère dans son commentaire d’hier d’aller chez Robinson à 33°38’29’’S 78°50’28’’. Ce ne sont pas les mensurations du fils et du père Michel, c’est là que ça se passe : une île déserte avec une boîte aux lettres marquée Robinson. Pas de pub, SVP. C’est une adresse qui va faire couler beaucoup d’ancres. J’ai envie d’aller voir ça. J’ai déjà une frigobox que je dois encore remplir mais il me manque : une barque, six rames, six rameurs. Je prendrai aussi ma guitare après lui avoir remis des cordes car il y a bien trente ans que je n’en ai plus joué. Et quand je dis joué, c’était uniquement ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping  ping, à un doigt. Mais si, vous connaissez, c’est la musique de Jeux Interdits. Quand je le dis, c’est plus facile à trouver, hein. Je sais que cette musique va vous hanter toute la journée, maintenant. Ah, une île ! Je cherche six rames, six rameurs et une barque à sept places.

21/04/2008

Cherche Robinson

« Papa, à l’école madame a dit que tu pouvais t’inscrire sur la liste Robinson pour ne plus avoir de publicité et garder des arbres sur la terre ». « Gamin, quand il n’y aura plus d’arbres dans les rues, il n’y aura plus de pigeon qui chient dans les arbres quand je passe en dessous ». « Papa, je sais bien que tu n’aimes pas madame depuis le jour où elle t’a dit Salaud, pas devant les enfants mais Rafaël, le papy de Luka, dis que s’inscrire sur la liste Robinson ça marche ». « Qui c’est celui-là ? ». « Papa, il y a eu une journée portes ouvertes à l’école et tu n’es pas venu. Il était là, lui ». « Gamin, je t’ai dit que je ne vais jamais à des journées portes ouvertes parce que j’ai horreur des courants d’air ». « C’était qui Robinson, papa ». « C’est l’idiot du village, gamin. Dans tout village il y a un idiot. Comme il est seul dans son village, c’est lui l’idiot du village ». « Pourquoi il est seul, papa ? ». « C’est un allergicomane à la publicité. Alors il colle des papiers ‘Pas de pub, svp’ sur sa boîte aux lettres, sur son front, dans son slip, partout. Il ne sait pas que maintenant il y a des sudokus gratuits dans les magazines toutes-boîtes. Non, mais, tu imagines une boîte aux lettres marquée Robinson Pas de pub, svp. Sur une île déserte ». « Papa, tu racontes des couilles. Si Robinson vit sur une île déserte, l’île n’est plus déserte puisqu’il y a Robinson ». « Heuuu ».

09/04/2008

Le gamin répond à Rafaêl

« Allo, le supermarché ? ». « Oui, heuuu, madame ou mademoiselle ». « Non, non. Ici, c’est le gamin, le gamin de maman et papa ». « Que désirez-vous, jeune homme ? ». « Je vous téléphone parce que c’est coincé dans les toilettes ». « Tu es coincé dans les toilettes, bonhomme ? ». « Non, non, pas moi, c’est le caddy qui est coincé. Je devais faire pipi et je suis allé aux toilettes avec le caddy. J’ai su sortir mais lui il a pas voulu ». « Et, elle est où, ta maman ? ». « Chez son nouveau copain, un barbu qui pique ». « Tu es venu avec ton papa, alors ? ». « Oui, mais il est reparti quand il a vu que c’était la folle du micro qui était à l’accueil. C’est ce qu’il m’a dit ». « Personne ne peut venir t’aider ? ». « J’ai téléphoné à Gérard, c’est l’ami de papa, mais son répondeur dit qu’il est en vacances dans son jardin. Je cherchede l’aide pour ramener le caddy parce que, dedans, il y a le poisson et les moules de la voisine de palier, les raviolis et un slip pour mon papa et les pistaches pour Kiki ». « C’est qui, Kiki ? Pourquoi ne lui as-tu pas téléphoné ? ». « Kiki, pas Kikiki. Kiki et Pipette, ce sont mes hamsters. Papa ne veut pas qu’ils jouent avec le téléphone parce que ce sont des rongeurs. Un jour qu’ils s’étaient échappés parce que j’avais laissé la porte de la cage ouverte, et bien, au téléphone, il n’y avait plus personne au bout du fil ». « Ecoute, bonhomme, tout ça ne me regarde pas. D’où téléphones-tu ? ». « Du cinquième étage, chez moi. Mais je n’ai plus le temps d’aller au supermarché, je dois aller jouer chez Cédric et je ne peux pas rater l’ascenseur de 16 heures 23 ». Tûûût, tûûût, tûûût.

Pour plus de renseigements, voir : http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be et son post du premier avril "du tag au tag".

08/04/2008

Cherche à répondre à Rafaël (2)

Rafaël, sur http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/post/5718949/du-tag-au-tag , m’a mis au défi. Voir son message et le règlement du tag sur son blog le premier avril. Voici ma réponse. Tu tûûût, pousse-toi dans l’ascenseur, Gérard, et relève ton pantalon, on voit ton slip. Ah, si maman me voyait ! Gérard, c’est promis, je t’aiderai dans ton jardin pendant les vacances si on arrive à bourrer le caddy du supermarché dans cette espèce de toilette qui fait yoyo. Elle est bonne, hein, Gérard, mon idée de poisson d’avril pour le gamin : mettre Kiki et Pipette, ses hamsters dans un caddy. Je suis un papa génial, hein. Gérard, l’ascenseur va être trop petit, on va être paequés comme des moules. Heuuu, je cherche une solution. J’ai trouvé : assieds-toi dans le caddy sans écraser les raviolis. Tu seras près des boutons et si, au cinquième, on tombe sur la voisine de palier, on redescend en catastrophe.

07/04/2008

Cherche à répondre à Rafaël (1)

Rafaël, c’est le poteau carré (le pote au carré, pour ceux qui n’ont pas compris. Trois au carré, c-à-d trois exposant deux, c’est trois fois trois, c’est neuf. Et quand c’est neuf ce n’est pas de la seconde main). Ce coyote, équivalent de m’biloute en wallon pas ch’ti, m’a mis au défi de faire une annonce avec des mots choisis par lui  Je lui répondrai. Mais avant il faut que je vous raconte le premier avril de cette année à la mer, dans un appartement au rez-de-chaussée. Matériel : cinq petits-enfants qui dorment profondément, les parents idem sauf un qu’on a mis dans le secret, une nappe blanche en papier de 1,18 de large sur 8 mètres de long, une paire de ciseaux, un rouleau de papier collant et quelques bonnes bières locales (Karmeliet, Brugse tripel, Westmalle). Procédure : encouragés et réchauffés par les bières, les deux comparses se rendent avec le matériel sur la terrasse et collent une bande de papier de 1,18 mètre de haut au bas des fenêtres donnant sur la terrasse. Objectif : dire, au réveil du matin : « Oh, il a neigé ». Effet garanti. Premier avril, 7 h 10, celui qui dort dans son sac de couchage à côté de mon lit commence à remuer. Je lui dis « Ne fais pas de bruit, vas pisser un mètre et reviens te coucher, il est encore tôt ». Il se lève mais ne revient pas. J’avais oublié que, la veille, il avait perdu une dent et l’avait mise pour la petite souris sur le plan de travail de la cuisine et, forcément, il était parti voir ce que la petite souris avait passé. Je me lève. « Grandfazeur, pourquoi tu as collé du papier sur la fenêtre ». « Hé, il a neigé, n’ouvre surtout pas la porte, on va attendre papa pour dégager la terrasse à la pelle. Incroyable, tu as vu la hauteur de la neige ». « Grandfazeur, tu as déjà vu de la neige qui tient avec du papier collant ? ». « Heuuu ». « Grandfazeur, on va faire la blague aux autres quand ils se lèveront ». « Bonne idée ». Ouf. Et ça a marché, même avec les grands !

01/04/2008

Le tag du premier avril

Je savoure. Le premier mars j’ai été tagué par Gibritte de http://macedoine.skynetblogs.be et, selon le rituel des tags, je devais rendre l’appareil à six blogueurs en les prévenant, ce que je fîmes (J’adore la conjugaison française, style : « La première fois que nous nous vîmes, vous me plûtes et m’épatâtes ». Quand tu arrives à sortir ça, t’as la frite). Bon, revenons à nos moutons. Bêêê, bêêê, bêêê (c’est une déformation congénitale. Comme dit Gérard : C’est pas, hips, congénital, hips, c’est congétrobu). Le premier mars, je n’ai finalement transmis le tag qu’à cinq blogueurs. En cause : vous le devinez certainement, le foie gras. Rafaël, de http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be partait en vacances au pays du foie gras pour une naissance chez sa fille et n’avait plus le temps de nous concocter sa réponse. Donc, je transmets la patate chaude, le sixième tag, à Rafaël. C’est vrai, je pense à sa santé et, le premier avril, c’est le jour du poisson, non. Et de un, ça le changera du foie gras. Et de deux, il doit en manger, lui qui phosphore pour nous fournir quotidiennement humour, amour, mots-croisés ou énigme.

25/01/2008

Cherche à remercier Rafaël

Hier, 24 janvier, j’ai expliqué mon absence des blogs. Rafaël, de http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/ et qui n’en rate pas une, a écrit ceci en commentaire :

 

Pourtant, Nadine avait la solution ! Elle a toujours des menottes dans son sac. Si tu avais exploré un peu plus la chambre du 64, tu aurais pu t'attacher avec et faire la une des journaux : "Le célèbre Biglodion retrouvé séquestré dans un nouvel immeuble. L'homme menotté, visiblement perturbé, n'a pu que prononcer 'heuuu, gamin, raviolis, Kiki ou encore Gérard'. La police a lancé des recherches sur un gamin nommé Gérard Kiki, un activiste italien semble-t-il. Affaire à suivre..."

 Je suis donc retourné à l’immeuble pour vérifier la chambre de l’appartement 64. Le vendeur a exigé de m’accompagner. « Vous êtes déjà venu ? ». « Heuuu, non non, pourquoi ? ». « Vous êtes sûr ? ». « Heuuu, oui, oui, pourquoi ? ». « Alors, pourquoi voulez-vous voir l’appartement 64 ? ». « Heuuu, je fais de la chiffrologie ». « Ah. Et c’est douloureux ? ». « Non, ce sont des calculs ». « Les calculs, c’est douloureux, non ? ». « Non, il faut la bosse ». « La bosse ? Vous avez un gros calcul ? ». « La bosse des maths. 64, c’est 6 et 4. 6 moins 4, c’est 2. 2 plus 6, c’est 8. 6 plus 4, c’est dix. Arrêtez-moi parce que si je vous explique la chiffrologie, on sera demain matin quand j’aurai fini. 69, c’est différent. 9 moins 6, ça fait 3. On ne sait pas faire 69 à 3, c’est le triangle des bermudas. Et puis ce n’est pas pair. Et moi, j’adore les paires, surtout celle de Nadine ». « Dites-moi, honnêtement, vous êtes déjà venu, hein ? ». « Heuuu, non non, pourquoi ? ». « C’est que, on ne sait pas ce qui s’est passé dans le 64 mais on vous fait une promotion de 10 pourcent si vous le prenez tel quel ». « Heuuu. Ah bon. Pourquoi ? ». « Le lit est défoncé, les draps sont déchirés, les tentures sont arrachées ». « Ah, le salaud, dites-moi qui c’est ». « Dites, vous êtes vraiment sûr que vous n’êtes jamais venu ici ? ». « Heuuu, non non. En fait, maman est âgée, elle vient de gagner la rue Neuve au Monopoly avec sa copine Lucienne et qui sait, un jour, hein, l’héritage, hein, l’appartement 64 ». « Dites-moi, une dénommée Lucienne est venue visiter l’appartement ? ». « Heuuu, non, ça, je peux le jurer, non. Mais pourquoi devons-nous monter par les escaliers jusqu’au 6ième étage ? ». « Parce qu’un imbécile a rempli l’ascenseur avec des cadavres de bouteilles de champagne ». « Ah non, pas du champagne, du vin mousseux, qui donne la chiasse, j’en sais quelque chose ». « Vous étiez là ? ». « Heuuu ». Ma chance a été qu’il était gros comme un vendeur d’appartements et que, dans l’escalier, il n’arrivait pas à prendre les virages. Il me reste un regret : je n’aurai jamais vu dans quel état Nadine pouvait mettre un appartement neuf.

Merci à Rafaël de
http://carpe-diem-lbsp.skyblogs.be/

17/06/2007

Cherche du sidol

« Regarde, Gérard, j’ai des tubes en or ». « C’est du cuivre, idiot ». « Heuuu, ah bon. Merde, faut que je trouve du sidol »