13/02/2010

Cherche la culotte de cheval (jour 1)

« Papa ». « Oui, gamin ». « Hier le papa de Cédric a dit que la directrice de l’école avait une culotte de cheval et il a bien rigolé. Je n’ai pas osé demander pourquoi ». « Tu as parfaitement raison, gamin, il ne faut pas demander quand on n’ose pas ». « Est-ce que ce qu’on n’ose pas demander on peut le demander à son papa, papa ? ». « Gamin, un gamin peut tout demander à son papa ». « Papa, c’est comment une culotte de cheval ? ». « Heuuuu. Il est tard, gamin, laisse-moi le temps de la réflexion ». « Mais, papa, il n’est pas tard, tu en es seulement à ton premier apéritif ». « Oui, gamin. Tu as raison, gamin. Je m’en verse un deuxième ». « C’est comment une culotte de cheval, papa ? ». « Promis, gamin, au risque de passer pour un pédé, demain je serai au rayon lingerie du supermarché. Si ce n’est pas trop cher je t’en rapporterai une ».

26/03/2009

Cherche la solution

Tradition oblige : le jeudi est le jour de la réflexion. Miroir, mon beau miroir, réfléchis et dis-moi si je suis bien rasé. M’inscrivant dans cette tradition qui a fêté récemment son centenaire à l’aide d’énigmes rafaëliennes je vous livre aujourd’hui un problème dont vous aurez la solution demain dans les commentaires. Honnêteté oblige, j’avoue que le but de la manœuvre est de vous distraire de l’énigme afin de donner le temps à la caféine de réveiller mes neurones. Tout d’abord une historiette, celle des deux coureurs échappés en tête d’une course cycliste. Le deuxième crie au premier « Fais gaffe tu es suivi ». Le premier arrête de pédaler et se retourne. L’autre lui dit alors « Maintenant tu ne l’es plus ». Voici le problème. Rafaël part d’un arbre vers un autre distant du cinq mètres. Il fait trois pas pour parcourir un mètre et arrive au deuxième arbre du pied gauche. De quel pied est-il parti ? Maintenant imaginez un chat qui court de gauche à droite et de droite à gauche sur votre écran et cherchez la solution.

12/09/2006

Cherche un boeuf

Ce week end, j'avais le gamin. Nous sommes allé voir la ferme en ville. Il y avait de tout : des poules, des canards, des fromages, deux vaches, de jeunes mamans avec une poussette. Pendant que j'essayais d'entrer en conversation avec elles, le gamin a flaché. Il veut un âne. Un âne ! Dans l'appartement ! "Mais, papa, il y en a un chez maman, son nouveau copain c'est un âne". "C'est pas un âne, c'est un con". J'ai réfléchi en moi-même et, pourquoi pas, pour Noël, une crèche vivante, dans l'appartement. Je m'y prend tôt pour les réservations mais je cherche déjà un boeuf pour le 24 et le 25 décembre. Un boeuf qui est habitué aux ascenseurs.