17/01/2010

Cherche mon sapin

« Gamin ». « Oui, papa ». « Où est le sapin de Noël ? ». « Petit papa Noël est passé ». « Gamin, tu as oublié la virgule entre papa et Noël ». « Oui, papa. Petit papa, virgule, Noël est passé. Le camion aussi ». « Quel camion, gamin ? ». « Le camion poubelle qui ramasse les sapins de Noël, papa ». « Mais, gamin, c’est un sapin artificiel, qui se replie comme un parapluie et qui se range dans la cave ». « Tu n’avais qu’à le ranger, papa. Je te connais, avec toi le sapin aurait encore été là à Pâques ». « C’est vrai, gamin, mais sais-tu ce que coûte un parapluie à aiguilles ? ». « Papa, si tu avais de l’ordre tu aurais rangé le sapin ». « Et les boules, gamin ? ». « Camion, papa ». « Et les petits personnages, gamin ? ». « Camion, papa ». « Et la guirlande, gamin ? ». « Camion, papa ». « Et le petit Jésus, gamin ? ». « Il est dans la caisse de Noël, emballé avec l’âne et le bœuf pour ne pas qu’Il voit Joseph et Marie, que j’ai emballé ensemble, lui faire une petite sœur ». « Et les moutons, gamin ? ». « Tant pis si la pure laine vierge va coûter plus cher mais je les ai mis avec les bergers dans le même essuie-tout ». « Et les rois mages, gamin ». « Ils font de la musique dans la boîte, papa ». « De la musique, gamin ? ». « Ben oui, papa. Comme il n’y avait plus d’essuie-tout pour les emballer séparément, je les ai emballés dans ta chaussette orpheline et ils font de la musique à l’envers ». « De la musique à l’envers ? ». « Ben oui, papa, en musique, une blanche vaut deux noires, mais, chez les mages, c’est un noir pour deux blancs ». « Heuuu ».

24/08/2009

Rochehaut, le Tombeau du Géant

 Il y a des cinglés qui fabriquent des trains électriques, qui peignent au pinceau à un poil des petites voitures, qui mettent des nains de jardin miniatures dans leurs plantes d'appartement, qui brodent la dernière cène au fil de soie sur une trame de 20 x 8 centimètres, qui bronzent le colosse de Rhodes dans un mètre cinquante de frigolite, qui collectionnent les manneken pis avec un tire-bouchon. Moi, j'ai un collègue et néanmoins ami qui cherche à représenter Rochehaut (Ardennes belges), le Tombeau du géant et les méandres de la Semois (rivière méandreuse qui, avant de se jeter dans la Meuse en France, change d'identité à la frontière et s'appelle la Semoy). Ah ça, on voit bien les méandres de la Semois et le Tombeau du Géant. Pour la forêt ardennaise, mon collègue dit qu'il faut attendre que ça pousse. Mais, ce n'est qu'un exemple, dans le bas, au centre, on distingue, en vert clair, un chêne centenaire entouré de sapins, en gris-bleu. Pour représenter les sapins il a utilisé des plants de choux de Bruxelles, pour la couleur. Pour son anniversaire je vais me cotiser pour lui acheter un géant miniature qu'il pourra enterrer dans le tombeau, ça fera encore plus réaliste. Ce jardin existe. Mon collègue aussi. Il a un blog qui s'appelle  http://lejardindegerard.skynetblogs.be

020

23/07/2009

Cherche le trois pour deux

Acheter le trois pour le prix de deux c’est mon sport favori. Hop, trois boîtes de champignons à réchauffer au four à micro-ondes pour le prix de deux, hop, dans le caddy, trois boîtes de raviolis sauce tomate à réchauffer au four à micro-ondes pour le prix de deux, hop, dans le caddy. Malgré mes efforts je n’ai jamais trouvé de chaussettes à trois pour deux. Pourtant, je serais content d’avoir une troisième chaussette quand mon orteil gauche fait coucou à travers de la deuxième. Trois saucisses de campagne pour le prix de deux, hop, dans le caddy. Deux paquets. Six saucisses pour le prix de quatre. Nous sommes deux, le gamin et moi, et ça fait trois jours de saucisse de campagne raviolis sauce tomate pour le prix de deux. Je suis un fanatique des trois pour deux : j’ai trois paniers pour chien avec coussin dont je me servirai pour mettre les petits pains quand je recevrai des invitées, j’ai trois recharges d’agrafes et j’attends que les agrafeuses soient à trois pour deux, j’attends impatiemment que les sapins de noël soient à trois pour deux pour les stocker dans la cave. Hier, le gamin m’a empêché de faire une bêtise.  « Papa, que vas-tu faire avec trois bouettes sur le balcon au cinquième étage ? ». Il a raison mon gamin, je dois maîtriser mes impulsions.

24/02/2009

Cherche à expliquer les sapins

« Gamin, regarde, là, une forêt de petits sapins ». « Ce sont des carottes, monsieur ». « Heuuu, gamin, tu as vu les sapins. Monsieur dit que ce sont des sapins carottes. Je t’explique. Sur les pins il y a des pommes, des pommes de pin. Et sur les sapins il y a des carottes, des carottes de sapin ». « Monsieur, ce sont des carottes carottes, point ». « Elles bégayent ? Des carottes carottes de sapin pinpin ? ». « Des carottes, des carottes, des carottes, pas des pinpins ». « Monsieur, calmez-vous. J’explique la nature au gamin. Si vous continuez à sauter comme ça vous allez écraser tous vos sapins ».

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sapin, pinpin, gamin, foret, pin, pomme, carotte |  Facebook |

21/01/2009

Cherche à vendre lampadaire original

Il vous suffira d’une foreuse et d’une très longue mèche pour percer le trou destiné à y faire passer le fil électrique, d’une scie à bois pour adapter la hauteur à votre intérieur, de mettre une ampoule dans le support à ampoule électrique que vous mettrez obligatoirement au sommet et de mettre la fiche dans la prise électrique et vous disposerez d’un lampadaire original en bois massif. En sapin. Celui que je ne suis pas arrivé à vendre hier. J’ajoute que la fonction porte-manteaux est incluse dans le prix. Optez pour un porte-manteaux branché. Faire offre. Livraison à domicile, à mon domicile au cinquième, en face de l’ascenseur. Sonnez longtemps si c’est l’heure de la sieste.

27/12/2008

Cherche son regard

Mon beau sapin, roi des forêts, quand j'ouvre un oeil, depuis la moquette, c'est sur toi que mon regard tombe. Et toi, ne tombe pas. Parce que j'ai l'impression que tu vas scie. En rentrant, tu n'aurais pas du laisser ouverte la porte du frigo. Ni celle de la maison. Il n'y a plus de caviar dans le frigo. Un chat, sans doute. Idem pour le foie gras. Il faudra que je relise, à tëte reposée, la composition du surimi, parce que le chat n'y a pas touché. Bon, arrète de me parler, il faut que je pique un petit roupillon.

 

 

011 - Copie

 

 

13/12/2008

Cherche une tête et un hibou

C’est encore moi, pour la crèche vivante. Je simplifie : je vais faire la crèche vivante avec des animaux morts. Je cherche une tête de cerf sur une planche en chêne et un hibou empaillé. Et aussi un manneken pis avec le zizi en tire-bouchon, pas trop grand, pour faire le petit jésus. Ce sera du plus bel effet si je le mets couché. Pour les moutons je mettrai des boules d’ouate de démaquillage. J’en cherche aussi parce que je ne me démaquille pas vu que je ne me maquille jamais. Je cherche aussi un sapin, intelligent, capable de prendre l’ascenseur tout seul et de monter au cinquième. Avec les boules si possible. Important : je cherche aussi un emplacement de parking dans ma rue pour ma Citroën Albert Lingo pour ne pas devoir me promener avec une grosse dinde surgelée. D’avance merci  pour tout.

03/02/2008

Cherche à prendre la porte

« Allo, Gérard ». « Oui ». « Peux-tu venir m’aider, je dois descendre la porte du frigo ». « Tu as bu hier soir ? ». « Heuuu, oui, pourquoi ? ». « Alors répètes-moi lentement ce que tu viens de dire ». « Gérard, peux-tu m’aider à descendre la porte du frigo du cinquième étage. Si c’est non, c’est non, hein ». « Dis-moi d’abord pourquoi ». « J’avais acheté quarante timbres de Noël pour mes vœux. Tu sais, les timbres autocollants avec un sapin. Tu m’écoutes, Gérard ? ». « Continue, tu m’intéresses ». « J’ai oublié d’envoyer mes vœux ». « Effectivement je n’ai rien reçu de ta part. Nous ne sommes pas brouillés, si je comprends bien. C’est un oubli. Merci d’avoir téléphoné. Mieux vaut tard que jamais, comme on dit aux chemins de fer ». « Attends, Gérard, je n’ai pas fini. Le gamin a trouvé les timbres et les a collé sur la porte du frigo ». « Ah, ah, ah. C’est Noël tous les jours, alors, chez toi ». « Ben, heuuu, oui. Et je me dis qu’à Pâques ça fera mauvais genre ». « Tu vas faire quoi, alors ? ». « J’ai téléphoné à la firme du frigo. Ils veulent bien échanger la porte si je leur envoie la mienne ». « Et tu vas l’emballer dans quoi ? ». « Enfin, Gérard, grand sot. Si je l’emballe je vais devoir remettre d’autres timbres sur l’emballage. Il y a déjà assez de timbres dessus ».

27/12/2007

Cherche où j'ai mis le sapin

« Tu n’as pas mis de sapin cette année ? ». « Si, si, Gérard, un sapin, des boules et une guirlande qui clignote ». « Je ne vois rien. Laisse moi deviner. Tu vas éteindre partout sauf la guirlande et je vais jouer au détective ». « D’accord, Gérard. Ferme les yeux ». « Mais ! Mais ça clignote par la fente en dessous de la porte des toilettes ». « Gagné, Gérard ». « Quelle idée stupide ». « Mais, Gérard, c’est là que je suis le plus souvent pour lire la gazette ». « Tu n’as presque plus de place ». « Ben, ouais, il faut faire attention en s’asseyant, il y a une branche qui pique ». « Tu n’as qu’à la couper ». « Mais je n’ai pas de sécateur,Gérard. Tu sais, ce n’est pas la jungle ici. C’est un appartement au cinquième étage. Je ferais quoi, avec un sécateur, hein ? L’exposer dans la vitrine, hein ? ». « Et comment fais-tu pour lire, ça clignote ? ». « Ah, ça, Gérard, c’est le plus difficile. Il faut synchroniser les paupières ». (Merci pour l’idée, Rafaël de http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be) et (Bon anniversaire, Claude de http://imagesdebelgique.skynetblogs.be)

19/12/2007

Cherche les bonnes affaires pour Noël

« Chers clients, pour gagner de la place dans votre caddy, achetez nos boules de Noël précassées. Gain de temps : vous achetez, vous payez, vous jetez ». « Lâchez ce micro, monsieur, c’est celui du supermarché ». « Je donne des conseils, moi, madame ». « Monsieur, je m’occupe de vous dès que possible ». « Hop, encore un. Décorez vos sapins pour pas cher, mettez-lui des pommes de terre ». « Monsieur, un peu de patience ». « Sur votre sapin, des choux de Bruxelles, c’est encore mieux ». « Maintenant, ça suffit ». « Chers clients, vous avez entendu la dame de l’accueil, ça suffit, rejoignez les caisses en rang, deux par deux, je ne veux voir qu’une seule tête ». « Aaaaah, ma-âââme, j’ai le cordon ombilical autour du cou ». « C’est le fil du micro. Encore un mot et vous sortez du magasin par césarienne ». Pfffff.

16/12/2006

Cherche des boules

"Papa, tu fais quoi en haut du sapin". "J'ai les boules, gamin". "Mais non, papa, elles sont sur la table". "C'est une expression, gamin, j'ai les boules, j'ai la trouille, j'ai peur". "De quoi, papa". "De descendre, gamin, j'ai le vertige". "Pourquoi t'es monté, alors". "Pour mettre la flèche, à la pointe du sapin". "T'es là depuis quand, papa". "Depuis hier soir, je voulais te faire une surprise". "Papa, laisse toi glisser, tu n'es qu'à 20 centimètres du sol". "Ouais, c'est ça, et on aura un sapin sans aiguille sur 20 centimètres. Appelle la voisine de palier". "Elle est pas là. Hier, elle m'a dit à lundi". "Appelle les pompiers". "Hé, ho, papa, les pompiers ne vont pas déployer une échelle de cinq étages pour te faire descendre de 20 centimètres. Attends, papa, je mets quelque chose en dessous de tes pieds, tu peux descendre". CRAAAAAC SPROUTCH. "C'est quoi, gamin ? ". "C'était la boîte des boules de Noël".

01/12/2006

Cherche une vraie bombe

Hé, hé, ça y est, j'ai mis le sapin. Pour le gamin. "Noël, Noël, tu vas venir bientôt, avec tous tes cadeaux, Noël, Noël, ...". "Mon beau sapin, roi des forêts, que j'aimeeee ta ramuuure". Hop, de la neige. Et merde, la bombe, c'est pas de la neige, c'est de la crême fraîche". Elle fond, la salope. Et ça coule.Zut, le linoléum est glissant. Catastrophe, de la crême fraîche sur le sapin. Elle ne sera plus fraîche pour Noël. Il va y avoir des mouches.Et, qui sait, des collés au ptère, des collés au cul, des iguanes au don, que faire ? Je vais tout passer au karcher, tant pis pour le linoléum, le sapin sera arrosé. Je cherche une bombe de neige.

02/08/2006

Vacances à la mère - 9 -

Pour une fois que maman vient, di djo, elle s'incruste. Je commence à en avoir assez de loger dans la cave pour avoir la paix. Elle énerve mes nerfs énervés. Hier encore : "C'est quoi le stupide porte-manteau dans ta garde-robe". "C'est le sapin de Noël d'il y a deux ans". "Tu crois peut-être que si tu l'arroses il va retrouver ses aiguilles, idiot. Tu me liquides ça tout de suite". "Mais, maman, je ne vais quand même pas traverser la ville avec un sapin de Noël au mois de juillet, enfin, tout de même". "Et cette boîte qui fait clinch clinch". "C'étaient des boules de Noël, elles sont tombées quand j'ai ouvert la boîte. Cet hiver j'achèterai de la colle et ". "Idiot, triple idiot, tu vas construire la maquette de l'Atomium, peut-être, idiot". "Pas possible, y avait que six boules". "Suffit, mais où as-tu eu ton diplome, idiot, file dans ta cave". C'est promis juré, plus jamais je ne dirai à maman quand je prends mes vacances.

07:56 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : maman, noel, sapin, boule, atomium, cave, vacances, clinch |  Facebook |

29/03/2006

Cherche deux lapins domestiqués

Le sapin sans aiguille que j'ai mis en vente n'a pas encore trouvé acquéreur. Pâques arrive. Je vais le déguiser en sapin de noël pascal et pendre des oeufs à la place des boules. Pour la crêche vivante, les souris blanches feront les moutons des bergers. Je cherche deux lapins, bien sages, un gris et un brun, pour faire l'âne et le boeuf.

12:43 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : noel, paques, creche, sapin, souris, mouton, lapin, boeuf |  Facebook |