18/11/2007

100.000 blogs (5)

Rediffusion du reportage en 6 épisodes de la fête des 100.000 blogs le 24 septembre 2006 pour fêter Skynet et féliciter l’équipe à l’occasion des 150.000 blogs. Dimanche 24 septembre. Magnifique journée offerte par Skynet pour les 100.000 blogs. J'y suis allé avec maman, 80 ans. Je me sentais obligé de l'amener vu que cette année j'ai complètement oublié la fête des mères. "Rhoo, qu'est-ce qu'on a mangé !". "Maman, ce n'est pas tout? Il y a, allez, devine". "Je suis pleine à craquer". "Des petits éclairs comme tu adores. Regardes sur l'assiette, je t'en ai ramené huit". "Vas me chercher huit petites serviettes, je vais les mettre dans ma sacoche comme je fais avec les spéculoos quand je vais prendre un café". "Non, maman, je suis connu ici. Est-ce que je bourre mes poches avec de le sauce andalouse, non". "Vas jouer avec tes blocs". "Je vais me chercher un café". ... ... "Où as-tu mis ton pantalon ?". "Quel pantalon, maman ?". "Tu pars chercher un café et tu reviens en pyjama. Où as-tu mis le pantalon ?". "Mais c'est le T-shirt offert aux blogueurs par Skynet". "Mais c'est le nom de mon fils qui est écrit dessus". "Ben oui, maman". "Que je suis émue. Ne le salis pas. Mets un bavoir. Tu viendras avec ton ticheurt chez Louise, chez Hortense, chez Blanche et chez Nelly". "Maman, je ne suis pas une bête de cirque"."Je sais, tu es bête tout court". "Tu as mangé tous les petits éclairs ?". "Chuuut, sacoche. Ne le dis à personne, hein". "Trop tard, maman"

09/04/2007

Biglodion au drive in

Biglodion au drive in

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

Cherche un drive anti-dépression

« Hé, gars ». Le gars du drive-in à hamburgers : « Oui, monsieur, je vous écoute ». « C’est l’histoire du type qui repeint son plafond et … ». « Monsieur, passez votre commande, des gens attendent derrière vous ». « Je vois, je vois, je ne suis pas sourd, mais d’abord je vous raconte l’histoire du type qui ». « Monsieur, avancez, s’il vous plait ». « Mais je ne vais quand même pas téléphoner à SOS Suicide, je n’en suis pas à ce point; j’ai simplement besoin de parler à quelqu’un ». « Monsieur, allez-vous manger un hamburger ? ». « M’en fous, j’ai pas faim, je suis seul, c’est l’anniversaire du jour ou ma femme m’a quitté ». « Je pleure avec vous, monsieur, mais avancez, bordel de merde ». « Attends, attends, et alors, le copain du type qui est sur l’échelle dit ». « Stop, monsieur, allez vous garer, entrez et je vous offre le repas ». « Mais je ne suis pas seul aujourd’hui ». « D’accord, repas gratuit pour tout le monde si vous avancez ». « Je suis l’accompagnateur de l’autocar de japonais qui me suit. Avez-vous 84 places libres ? ». Je me suis retrouvé à la maison, encadré par des policiers. Je n’ai pas reçu mon hamburger. Je cherche un autre drive-in.

Arrêt des annonces

Le gamin a réussi ses examens. Pas d’annonce ce jour. Comme je lui avais promis en cas de réussite, nous sommes allé dans des drive-in de fast-food où l’on commande ses hamburgers par caméra. « Boudin ». « Nous n’avons pas de boudin, monsieur ». « Si, si, vous avez un boudin, la grosse à la caisse de droite ». « Mais, c’est ma fiancée ». Vroum, vroum, on démarre et on file à un autre fast-food, moi caché sous le tableau de bord et le gamin au volant : « Est-ce que mon papa est là ? ». « Venez voir, jeune homme ». « Peux pas, je conduis ». « Il est comment, ton papa ? ». « Avec une grande rousse qui a de gros lolos ». « Il y a bien une rousse mais elle est seule ». « Allez vite voir dans les toilettes, papa est peut-être coincé ». Vroum, vroum, on redémarre. « Je vouvou, heu, je vou, je vou, je voudrais un ham, ham, ham, je vouvou, je voudrais qu’on, qu’on, qu’on a, je voudrais qu’on a, a, a, arrête de klakla, de klakla, de klaxonner derrière ». Vroum, vroum, on démarre. Quelle belle soirée. On a fait quatorze fast-foods.

Arrêt des annonces (suite)

(vu la demande, ceci est la suite d’une annonce précédente) Le gamin a réussi ses examens. Comme je lui avais promis en cas de réussite, nous sommes allé dans des drive-in de fast-food où l’on commande ses hamburgers par caméra. - - - « Allo ». « Oui, monsieur, quelle est votre commande ? ». « Allo ». « Oui, oui, j’écoute ». « Allo, y a quelqu’un ? ». « Que désirez-vous, monsieur ? ». « Allo, a-llo, a-llo, a-llo, gamin, vas dire aux autres voitures que c’est fermé ». « Mais non, monsieur, c’est ouvert. Monsieur, je vous offre les frites si vous avancez votre véhicule. Que désirez-vous ? ». « Rien que des frites, trois kilos, plus les sauces ». « Bien, monsieur ». Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - « Bonjour, monsieur, où sont les toilettes ? ». « Il faut rentrer, les toilettes sont au fond à droite ». « Je peux y aller en voiture ? ». « Non, monsieur, pourquoi ? ». « Ben, heu, j’ai déjà commencé, vous pouvez m’apporter un rouleau ? ». Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - « Bonswâââr ». « Bonsoir, monsieur, je vous écoute ». « Alleï on m’a dit une fois qu’il y avait des soirées sado-maso chez vous. C’est à quelle heure ? ». « Mais, monsieur, il n’y a pas ça chez nous ». « Non alors, une fois, et bouffer vos trucs, c’est pas maso ? ». Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - (le gamin est au volant, je suis caché) « Bonjour ». « Bonjour, bonhomme, mais tu n’as pas l’âge pour conduire ». « M’en fous, c’est pour une urgence. Il faut 120 saloperies au boeuf, 120 saloperies au poisson et 120 saloperies au poulet ». « Allez, déguerpis, c’est une blague ». « Ouiiiiiiiin, c’est pas une blague, c’est le mariage de ma soeur, le traiteur s’est retourné avec sa camionnette. Il faut qu’on mange ». « Ah, oui, oui, oui, combien tu as dit de hamburgers ? ». « Fallait prendre des notes. Papa a dit : si t’as affaire à un débile, vas chercher 250 cervelas et 250 portions sauce andalouse à la friterie de la gare ». Vroum, vroum, autre fast-food. - - - « Bonjour, Gilbert ». « Bonjour, monsieur, je ne suis pas Gilbert, je suis le gérant adjoint ». « T’es devenu gérant à deux joints, Gilbert ». « Monsieur, passez votre commande ». « Gilbeeeeeert, hou hou ». « Je ne vous connais pas, monsieur ». « Hé, ho, Gilbert, la vapeur de la graisse à frites t’a bouché les neurones, hein ». « Monsieur, je ne vous connais pas, quelle est votre commande ? ». « Gérard ! Mais oui, tu es Gérard. A l’école, rappeles-toi, on t’appelait Gérard Menvuhaussicon ». Vroum, vroum, autre fast-food. - - - (le gamin au volant et à la caméra) « Est-ce que papa a fini ? ». « Heu, pourquoi ? ». « Parce qu’après c’est mon tour ». « C’est ton tour de quoi ? ». « Mon tour d’aller aux chiottes parce que papa a laissé cramer les raviolis et qu’il a bouché les toilettes en les jettant ». Vroum, vroum, maison. « Papa, on le refera, hein ».

28/09/2006

100.000 blogs Skynet (5)

Dimanche 24 ceptembre. Magnifique journée offerte par Skynet pour les 100.000 blogs. J'y suis allé avec maman, 80 ans. Je me sentais obligé de l'amener vu que cette année j'ai complèrement oublié la fête des mères. "Rhoo, qu'est-ce qu'on a mangé !". "Maman, ce n'est pas tout? Il y a, allez, devine". "Je suis pleine à craquer". "Des petits éclairs comme tu adores. Regardes sur l'assiette, je t'en ai ramené huit". "Vas me chercher huit petites serviettes, je vais les mettre dans ma sacoche comme je fais avec les spéculoos quand je vais prendre un café". "Non, maman, je suis connu ici. Est-ce que je bourre mes poches avec de le sauce andalouse, non". "Vas jouer avec tes blocs". "Je vais me chercher un café". ... ... "Où as-tu mis ton pantalon ?". "Quel pantalon, maman ?". "Tu pars chercher un café et tu reviens en pyjama. Où as-tu mis le pantalon ?". "Mais c'est le T-shirt offert aux blogueurs par Skynet". "Mais c'est le nom de mon fils qui est écrit dessus". "Ben oui, maman". "Que je suis émue. Ne le salis pas. Mets un bavoir. Tu viendras avec ton ticheurt chez Louise, chez Hortense, chez Blanche et chez Nelly". "Maman, je ne suis pas une bête de cirque"."Je sais, tu es bête tout court". "Tu as mangé tous les petits éclairs ?". "Chuuut, sacoche. Ne le dis à personne, hein". "Trop tard, maman"