13/11/2010

La boucherie du supermarché

« La commande 567 est prête à la boucherie ». « Papa, ça commence à faire long ». « Gamin, patience, à chacun son tour ». « Les commandes 568 et 569 sont prêtes à la boucherie ». « Papa, j’ai faim de voir toute cette viande ». « Gamin peut-être n’y avait-il plus de chipolata pour notre commande et ils doivent en refaire. Et ça prend du temps : hacher la viande pour 20 centimètres, sortir 20 centimètres de boyau et un entonnoir, farcir le boyau avec la viande hachée, emballer ». « La commande 570 est prête à la boucherie ». « Mais, papa, il y a au moins trois kilomètres de chipolata déjà prête dans la vitrine. Il suffit de couper 20 centimètres ». « La commande 571 est prête à la boucherie ». « Papa, pousse un coup de gueule, réclame ta commande, fais le fâché qui a faim et qui va sauter dans la vitrine pour dévorer une côte à l’os crue, saute dans la vitrine et rapporte-moi six rondelles de saucisson de jambon. J’ai faim ». « Gamin, je veux bien mais je n’ai pas assez de recul pour mon élan ». « Les commandes 572, 573 et 574 sont prêtes à la boucherie ». « Papa, ta commande, c’est quel numéro ? ». « Attends, je regarde. 167, gamin ». « Papa, si tu ne donnes pas ton de commande tu ne seras jamais servi ». « Heuuu ». 

14/03/2010

Cherche du X

Je suis fier de moi : j’ai eu trois idées. La première, que j’ai du abandonner : vendre mes bouts de tuyau d’arrosage de 30 cm comme préservatifs artisanaux. Inutilisables, j’ai essayé. La deuxième : réduire le volume en en faisant des rondelles de +/- 4 mm d’épaisseur. Ma chance : une trancheuse semi-professionnelle était en promotion, très chère mais en promotion, au magasin de bricolage. C’est, je pense, un bon investissement. Plus de problème lorsque je découperai des rondelles de saucisson pour le gamin. En fait c’est le truc qu’on voit dans les charcuteries pour le jambon à la découpe. Vous vous imaginez : je vais avoir 44 + 4 mètres, soit 48 mètres ou 4800 cm, ou 48.000 mm,  soit 12.000 rondelles de 4 mm. D’accord, je vais en rater quelques unes, je me connais. Mais j’espère bien  récupérer une dizaine de milliers saines et sauves. Puis vint ma troisième idée en imaginant tout ces O O O O O devant moi. Pourquoi pas en faire des jeux artisanaux O X O, en caoutchouc, lavables, inaltérables, quasi inusables. C’est quand même plus intelligent que mon autre idée : boucher les égouts de la ville en y déversant, de nuit, 12.000 rondelles de 4 mm en caoutchouc. Et puis, en vendant les jeux O X O j’amortirai une partie du coût de ma trancheuse semi-professionnelle en promotion. J’ai un problème : je cherche des tuyaux en X mais je n’en trouve pas. Qui peut m’aider ?

16/10/2008

Cherche la sortie

« Toc toc toc, un deux, un deux, ça passe. Allo, allo, mesdames et messieurs, aujourd’hui le salon de l’alimentation de Bruxelles fermera ses portes exceptionnellement à midi. En sortant vous serez soumis à la fouille. En effet, six saucissons dont quatre à l’ail manquent à l’appel au stand de dégustation. Tous, fonçons vers la sortie. En groupe, pour rendre les fouilles impossibles. Forçons les barrages, sautons les barrières, empêchons les fouilles, ne nous laissons pas tripoter. Je serai là, pour vous encourager, avec vous, et avec les saucissons. Allez, hop, tous ensemble vers la sortie ».

15/08/2008

C'est le quinze août

C’est le quinze août tagada tagada

Qu’on met les bouts tagada tagada

Qu’on fait les fous les gros matous les sapajous

C’est l’été les vacances le soleil doux, doux, doux, doux

Dans ma cave je m’en fous

Comme un fou, fou, fou, fou, fou

Ah le petit vin blanc

Qu’on boit à la bouteille

Parce que les verres

Sont restés au cinquième

Une deuxième bouteille

Pourquoi me nargue-t-elle

Chef, un p’tit verre on a soif

Chef, deux p’tits verres, j’ai encore soif

Même si je dois remonter à quatre pattes

M’en fiche j’prendrai l’ascenseur

Je m’admire car j’ai trouvé un truc

Remonter des bouteilles vides

Est moins lourd que remonter des bouteilles pleines

Surtout que j’en ai aperçu deux autres

Muscadet Roussel a trois maisons

Qui n’ont ni poutre ni chevron

C’est pour loger les hirondelles

Heuuu, dommage, y a pas de saucisson

Ach, les zix rontelles de zaucisson

Non, non, non, j’irai pas chez ma tante

C’est pas beau et ça sent l’pipi d’chat

Je sais, maintenant je sais

C’est cette bouteille qui a trop d’âge

Le rouge se conserve mieux

Comme ma tante, bien conservée

Cette vieille chouette qui boit que du tilleul-menthe

Et qui est rance comme un biscuit de soldat

Ca se voit bien qu’elle est moche elle ressemble à papa

Elle filerait les chocottes à Dracula

Hé, ça me rappelle un carré avec quatre coins

Dans trois coins il est écrit Dracula

Et, dans le quatrième, presque noir, Drac

Parce qu’il manque ula dans un coin sombre

Il faudra que je la raconte à Gérard, celle-là

A propos de coin sombre, hop, deux bouteilles

Encore du blanc !

J’ai du être raciste dans ma jeunesse

Gewürstraminer, oulala, ça se boit facilement

Mais ça se prononce comment

Je wouchtra mineur, Gué vurstre à minère

Il ne sait pas s’appeler blanc de blanc comme tout le monde, hein

Du blanc de blanc, du blanc qui n’a pas bronzé

Parce qu’il range sa cave, à l’ombre, sans chemise, sans pantalon

Ce soir, nous irons danser, sans chemise, sans pantalon

A poil, tout le monde à poil

Les petits les grands les bons les méchants

On a largué nos caleçons, nos fanfreluches en nylon

Nos frocs en accordéon, nos sandwiches en saucisson

Et zut, revoilà les six rondelles

J’ai faim

Je fais du délirioum très mince

Saucisson toujoooooooooours, prêt

Et dire que le cinquième c’est juste au dessus de la cave

Mais plus haut

Hisse c’est haut, santia   a   no,

Dix-huit nœuds, quatre cents tonneaux

Je suis fier d’y être ma   te   lot

Tiens bon la barre et tiens bon les flots

Allez hop, n’aie pas peur

De prendre l’ascenseur

Pousse sur le bon bouton

Pour avoir du saucisson