07/10/2009

Cherche les souvenirs

 « Papa, raconte-moi encore tes vacances, s’il te plait ». « Regarde cette photo, gamin. C’est un ramasse-miettes géant ». « Tu l’as vu fonctionner, papa ». « Non, hein, gamin. En fait c’est la formule 1 de Jean Alesi mais rien que la coque ». « Mais, papa, Formule 1 ce n’est pas l’hôtel où tu voulais entraîner la voisine de palier ». « Heuuu. Gamin, je te parle de sport, pas de la voisine de palier. Oublie-la, veux-tu ». « Parce que tu m’as dit qu’avec elle ça ne doit pas être du sport tous les jours ». « Gamin, tu retiens mieux ce que je ne te dis pas quand je parle tout seul à haute voix que tes leçons de catéchisme, hein. C’était quoi encore cette histoire de leçon sur ‘Jésus marche sur l’eau’ avec le Père Rafaël et, la semaine suivante, sur ‘A la recherche de Jésus’, hein, c’était quoi ? ». « Ben, papa, j’avais dit au père ce que tu m’avais dit, qu’après une disparition d’une semaine ça ne valait pas la peine de se mouiller pour le retrouver parce que le corps allait revenir à la surface tout seul ». « J’avais dit ça, moi, gamin ? ». « Ben oui, papa ». « Ah bon, ça a du m’échapper ».

019 (4)

23/07/2009

Cherche le trois pour deux

Acheter le trois pour le prix de deux c’est mon sport favori. Hop, trois boîtes de champignons à réchauffer au four à micro-ondes pour le prix de deux, hop, dans le caddy, trois boîtes de raviolis sauce tomate à réchauffer au four à micro-ondes pour le prix de deux, hop, dans le caddy. Malgré mes efforts je n’ai jamais trouvé de chaussettes à trois pour deux. Pourtant, je serais content d’avoir une troisième chaussette quand mon orteil gauche fait coucou à travers de la deuxième. Trois saucisses de campagne pour le prix de deux, hop, dans le caddy. Deux paquets. Six saucisses pour le prix de quatre. Nous sommes deux, le gamin et moi, et ça fait trois jours de saucisse de campagne raviolis sauce tomate pour le prix de deux. Je suis un fanatique des trois pour deux : j’ai trois paniers pour chien avec coussin dont je me servirai pour mettre les petits pains quand je recevrai des invitées, j’ai trois recharges d’agrafes et j’attends que les agrafeuses soient à trois pour deux, j’attends impatiemment que les sapins de noël soient à trois pour deux pour les stocker dans la cave. Hier, le gamin m’a empêché de faire une bêtise.  « Papa, que vas-tu faire avec trois bouettes sur le balcon au cinquième étage ? ». Il a raison mon gamin, je dois maîtriser mes impulsions.

23/05/2009

Cherche à libérer mon bras

« Aïe ». « Vous avez mal quand je pousse là ? ». « Aïe, non non, docteur, aïe ». « Vous êtes plutôt intellectuel ou plutôt manuel ? ». « Vous êtes bien curieux pour un orthodontiste, docteur ». « Orthopédiste ». « Ah bon, excusez-moi, docteur, je croyais que les orthopédistes c’était pour les pieds ». « Je m’occupe aussi des pieds, quand il faut choisir un plâtre de marche, par exemple ». « Ah non, hein, docteur, vous n’allez pas me mettre un plâtre de marche alors que vous venez de retirer celui de mon bras ». « Pour mon diagnostic j’ai besoin de savoir si vous êtes plutôt intellectuel ou manuel ». « Un peu les deux, docteur. Ma spécialité ce sont les raviolis. Tant que vous y êtes, dans les diagnostics, docteur, selon vous, ce sera Anderlecht ou le Standard qui sera champion ? Je dois parier avec un copain ». « Pratiquez-vous un sport ? ». « Je suis croyant pas pratiquant, docteur, dans tous les sports ». « Bon. Et du bricolage ? Des gestes violents ? ». « Heuuu. Ah oui, ça m’arrive ». « Je pense qu’il vaut mieux que vous portiez une orthèse maintenant le pouce et le poignet ». « Une hortèse, docteur, qu’est-ce donc ? C’est lourd à porter ? ». « Disons que c’est un plâtre amovible, en tissus élastique, contenant des plaques en acier, qui maintiendra votre poignet et votre pouce quand vous travaillerez manuellement ». « Amovible ! Heuuu, ça sa visse et ça se dévisse ? C’est une jambe de bois pour le bras ? ». « Vous verrez, c’est léger, ça s’attache avec du velcro ». « Ah bon, après le velpo le velcro. Docteur, et le vélo, c’est pour quand ? ». « Ah, vous faites du vélo ? ». « Du vélo d’appartement, docteur, pour avoir des cuisses fermes qui retarderont l’action des vers quand on m’enterrera. Un jour je l’ai descendu difficilement du cinquième par l’ascenseur pour circuler dans la rue mais il n’avançait pas. Des voisins m’ont dit que c’était normal parce qu’il n’a pas de roue. Vous comprenez ça, vous, docteur, un vélo qui n’avance pas ? ». « C’est comme vous ». « Ah bon ! »

12/07/2006

Cherche un autre sport

Je fais du yoga prénatal. Expirez, poussez, position du lotus. Je m'y suis inscrit par erreur. Expirez, poussez. Non mais, à cinquante huit ans, c'est ridicule. Expirez, poussez. Je péte, oui, mais rien de plus. Expirez, poussez. Je croyais que c'était un club de sport. Je suis le seul homme au milieu du bouquet de lotus. Et je n'arrive pas à le faire, même pas en bouton. C'est idiot, j'ai payé pour quinze séances. Mais que je deviens con et distrait avec l'âge. Expirez, poussez. Je n'ai pas encore eu de contraction mais j'ai mal aux fesses, le tapis de tatamimi n'est pas assez épais. J'échange mon abonnement contre des entrées au golf, miniature si possible.

07:25 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : sport, golf, yoga, lotus |  Facebook |

16/06/2006

Cherche poste d'entraineur féminin

Je me suis enfoui de l'infirmerie en tenant mon pantalon et la seringue dans la cuisse pendant que l'infirmière avait le dos tourné. J'ai rempli la seringue d'eau et je visite les abribus. Je repère les mémères à chienchien. J'ai la seringue remplie dans le pantalon avec l'aiguille qui dépasse. Invisible. Que vois-je ? Une mèmère et son chienchien qui attend le bus. Pfroouuut, j'envoie un jet d'eau sur la jambe de la mémère. Réflexe de la mémère : coup de pied au cul du chienchien. Je l'ai déjà fait vingt-trois fois. Oufti, quels shoots ! J'ai vu des chienchiens se retrouver sur la façade d'en face. Et pas n'importe quoi, des chienchiens avec des permanentes, des noeunoeuds roses, des petits slips écossais. Je repère les meilleures footeballeuses. Je cherche un emploi d'entraîneur dans un club de footeballe féminin d'âge mûr.

08:51 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : sport, cul, chien, chiens |  Facebook |

15/06/2006

Cherche quelqu'un pour le lion

La scrogneugneu d'institutrice du gamin a inventé un devoir dans sa petite cervelle : le gamin doit raconter son weekend. Je ne sais pas s'il a été puni mais il doit monter sur la butte du lion de Waterloo. Je voudrais connaître le nom de l'imbécile qui a été mettre un lion sur une butte là où, avant, il n'y avait que des vaches sur leur plancher. Quand je fais du sport je monte à pied au cinquième, je fais un étage et demi et puis je redescends prendre l'ascenseur au premier. J'ai deux problèmes avec le lion de Waterloo : petita, il faut le monter et déjà sur un tabouret j'ai les jambes qui tricotent et, petibé, il faut redescendre. Qui pourrait accompagner le gamin ?

10:03 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : gamin, sport, lion, waterloo |  Facebook |

16/05/2006

Cherche conseils en surgelés, surtout les pizzas

Les pizzas étaient en promotion, trois pour le prix de deux, alors j'ai acheté six paquets de trois pizzas pour jouer au freesbee dans le jardin avec des copains. Mais c'est mou, ces trucs, quand ce n'est pas cuit. Chacun avait sa spécialité : Robert lançait trop vite et il restait avec un bout de pizza en main, Gérard, distrait, les prenait sur la tronche et accumulait les croutes autour du cou, on aurait dit une femme girafe avec un chignon de champignons et de lardons agglomérés à la sauce tomate, Bernard prenait un malin plaisir à les envoyer vers les vaches du champ voisin et moi je n'arrivais pas à les faire décoller. Résultat, on est allé manger à la friterie. Je ne désespère pas. La prochaine fois, je prendrai des surgelées mais avant, je veux savoir combien de temps elles restent dures.

08:33 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sport, pizza, copains, promotion |  Facebook |

04/05/2006

Cherche un toboggan avec ascenseur

"Papa, j'ai peur", hurlait le gamin sur la plate-forme du toboggan du parc. "Moi aussi, gamin, j'ai peur.". "Papa, je veux descendre, viens me chercher.". "Mais c'est ce que je fais". "Mais non, tu es encore tout en bas". "C'est parce que je rampe sur la partie plate, mais j'avance, j'avance". "Papa, viens par l'échelle.". "Jamais, gamin, jamais, tu sais bien que je n'arrive déjà pas à monter sur un tabouret, alors, une échelle de 3 mètres, hein". "Papa, j'ai pipi". "Retounes-toi, didjo, arrose l'échelle.". "Papa, il y a plein d'enfants sur l'échelle.". "Dis leur que la météo a changé d'avis, qu'il va pleuvoir". "Papa, t'arrives ?". "Patience, gamin, j'ai déjà parcouru presque cinq mètres en longueur et plus ou moins cinquante centimètres en hauteur.". "C'est mon papa, heu, c'est mon papa, heu.". "A qui tu parles ?". "Il y a plein de gens qui te regardent.". "Chasses les.". "Papa, écartes tes jambes. Nous on faisait ça avec les skis pour freiner à l'école de neige.". "Gamin, essayes de repérer celui qui a dit qu'il allait chercher du savon de Marseille, c'est pas du cirque, ici.". "Papa, tu es plus haut que tout à l'heure.". "J'espère bien. Dis, gamin, surveilles bien celui qui me pousse du cul, il y a mon portefeuille dans ma poche revolver.". "Papa, papa.". "Quoi encore ?". "Il y a la voisine de palier dans le parc. Elle te fait signe bonjour.". Je me suis retourné et j'ai fait un petit signe d'une main. L'autre main a laché prise. Dzoouuuuuum. Paf. Le nez dans le sable, crashé en bout de piste. Les gens ont applaudi. Mais que je n'aime pas ça. J'avais envie de creuser pour me cacher sous terre. "Papa, où vas-tu ?". "Je vais chercher les pompiers avec leur grande échelle.". Ca n'a pas été nécessaire. Un grand a poussé le gamin qui a atterri sur ma tronche. Le grand aussi. Maintenant le gamin aime le toboggan. Moi pas.

08:01 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : gamin, sport, humour, toboggan, papa, vecu, trouille |  Facebook |