19/07/2008

Blog en entretien, hé hé

Aujourd’hui, 19 juillet 2008, je m’occupe de l’écran. Puisque c’est l’été, je me suis enduis d’écran total. Indice 50, spécial nourrissons, prématurés et spermatozoïdes. Sproutch, sproutch, sproutch, six flacons. C’est tout blanc, comme une mayonnaise sans œuf, mais il paraît qu’à force de frotter sur la peau ça pénètre dans les ports d’Amsterdam ou d’ailleurs jusque dans le cœur des frites que leurs grosses mains invitent à revenir en plus cuit et ils pissent comme je pleure sur. Heuuu, comment je fais pour pisser avec mes mains pleines de mayonnaise sans œuf ? J’aurais du me mettre en string avant. Et il est où, mon string ? Je n’aurais pas du le ranger dans la boîte avec les ficelles. Meeerde, ça commence mal la bronzette, il n’y a même pas 20 degrés et il pleut.

04/06/2008

Cherche le bourdon du printemps

« C’est le printemps, j’ai attrapé le bourdon. Et toi ? ». « Gérard, c’est sûrement grave si tu me téléphones. Tu es malade ? Tu as le bourdon ? Tu vas mourir ? ». «  Idiot, je te dis que c’est le printemps, la sève monte et j’ai le bourdon. Tu ne l’as pas, toi, le bourdon ? ». « Ah, j’ai compris, Gérard, tu as le bourdon.  Moi pas. C’est l’avantage d’habiter au cinquième étage. Pas de bourdon, pas d’abeille, rien que des mouches quand je laisse noircir une banane. Mais, pas de problème puisque j’ai acheté une caisse de vingt-quatre ». « Je te dis que j’ai le bourdon et tu me parles de ta banane ». « Gérard, tu permets que j’achève ma phrase. Tu es pire qu’une femme et sa mère réunies. Où en étais-je ? ». « Tu disais que tu avais acheté vingt-quatre bananes à mouche ». « Mais non,  Gérard, une boîte de vingt-quatre sproutch psipsîîît anti-mouche. Je peux me permettre de vider une bombe dès qu’une mouche passe. Une mouche passe et elle trépasse ». « Et ça te fait quoi ? ». « Je tousse, Gérard, à cause du sproutch psipsîîît ». « Tu sais que ça fait des trous dans la couche d’ozone, ces saloperies ». « Gérard, tes os jaunes, je m’en fiche. Je sens que ça doit faire des trous, et pas que dans les chaussettes. La preuve, je tousse ». « Oui mais toi, avec ce beau temps, tu n’as pas le bourdon ? ». « Gérard, ne quitte pas, j’arrive avec un sproutch psipsîîît et, tu vas voir, ton bourdon va tomber comme une mouche ».

04/02/2008

Cherche à voir

« Allo, Gérard, j’ai un problème ». « C’est normal ». « Ah bon. Pourquoi ? ». « Chaque fois que tu me téléphones tu as un problème ». « Ah bon, heuuu. Gérard, j’ai un vrai problème ». « Vas y, je t’écoute ». « Ben, heuuu, je rangeais les affaires de Noël et le gamin a trouvé les pochoirs et les sproutch sproutch de neige en bombe pour dessiner sur les carreaux ». « Et alors ? ». « Il a fait des dessins ». « Mais c’est bien, ça. Au moins, lui, il a le sens artistique. « Heuuu, ah bon. Oui, je le reconnais, il y a un aspect positif. Mais je ne vois plus rien à la télé, l’écran est tout blanc ».

22/09/2007

Cherche les anniversaires

Vous aimez les anniversaires, hein. Le 21 juillet en Belgique, la naissance du petit Jésus le 25 décembre avec les palmiers, les rois mages et les noix de coco, l’anniversaire de votre supermarché qui en profite pour faire des super promotions. Détail mais important : pour Noël, vu que l’appartement est petit, j’utilise le petit palmier d’intérieur comme sapin et je mets une noix de coco depuis que je me suis assis sur la boîte de boules de Noël. J’ai appris quelque chose ce jour là : quand une boule de Noël meurt elle fait sproutch. Bref, vous aimez les anniversaires, voici, dès demain, mes souhaits à Lucienne, Gérard, tante Madeleine, papa, maman et l’inévitable Kiki.

23/03/2007

Biglodion et les animaux (1)

Biglodion et les animaux (1)

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

Cherche un dresseur de puces

Je n’aime pas les gros animaux, genre chevaux, girafes ou hippopotames, j’en ai peur. Par contre, j’adore les petits, les coccinelles, les abeilles, les mouches, les araignées. Je me sens supérieur. S’ils m’embêtent, paf, ou sproutch, ou splatch et c’est fini, j’ai gagné. Pas possible avec un boeuf, voire un mouton ou un chien berger allemand ou pâtre grec avec une gueule de métèque. Bonne nouvelle : il y a des puces à l’école du gamin. Si, je les vois sauter dans ses cheveux. Oufti, double axel. Switzerland ten points. Le gamin ne veut pas garder son mini jardin zoologique mais moi oui. Je cherche un dresseur de puces et des conseils pour les élever dans l’appartement.

Cherche quelqu’un pour tenir le dauphin

 

J’ai eu un problème avec le fil à plomb de l’abri de jardin. J’ai résolu le problème tout seul : à la caisse du supermarché j’ai acheté une ficelle avec un gros ballon en forme de dauphin au bout. C’est comme un fil à plomb mais dans l’autre sens, du bas vers le haut. C’est génial. Le problème, c’est qu’il fait prise au vent. Le gamin est trop petit pour tenir le dauphin et, si c’est moi qui tient le dauphin, je n’ai plus de mains pour bricoler. Qui pourrait venir tenir le dauphin du fil à plomb deux ou trois heures, ou quatre si ce n’est pas abuser, chaque samedi.

 

Cherche hébergement pour un mouton

 

Je viens de terminer la pose d’un solide grillage tout autour du jardin. J’ai oublié de prévoir une porte et je suis enfermé. A l’intérieur. Ce n’est pas grave, la maison est ouverte et j’ai donc accès aux toilettes et au frigo pour faire une omelette aux lardons ce midi, le temps de trouver une solution. Mais ma femme, le gamin et le mouton sont enfermés à l’extérieur. Une voisine a recueilli le gamin et l’amènera à l’école demain, un monsieur a emporté ma femme. Il reste le mouton. Il s’appelle Albert parce, quand on l’appelle, il répond Albêêêêêêrt. Je lui cherche un hébergement pour un jour ou deux. Je cherche aussi quelqu’un qui pourrait m’apporter des tenailles.

 

16/12/2006

Cherche des boules

"Papa, tu fais quoi en haut du sapin". "J'ai les boules, gamin". "Mais non, papa, elles sont sur la table". "C'est une expression, gamin, j'ai les boules, j'ai la trouille, j'ai peur". "De quoi, papa". "De descendre, gamin, j'ai le vertige". "Pourquoi t'es monté, alors". "Pour mettre la flèche, à la pointe du sapin". "T'es là depuis quand, papa". "Depuis hier soir, je voulais te faire une surprise". "Papa, laisse toi glisser, tu n'es qu'à 20 centimètres du sol". "Ouais, c'est ça, et on aura un sapin sans aiguille sur 20 centimètres. Appelle la voisine de palier". "Elle est pas là. Hier, elle m'a dit à lundi". "Appelle les pompiers". "Hé, ho, papa, les pompiers ne vont pas déployer une échelle de cinq étages pour te faire descendre de 20 centimètres. Attends, papa, je mets quelque chose en dessous de tes pieds, tu peux descendre". CRAAAAAC SPROUTCH. "C'est quoi, gamin ? ". "C'était la boîte des boules de Noël".