15/08/2010

Robert à la chasse

« Salut, Robert » ? « Robert ? ». « Suis ici, vas m’attendre dehors, je viens d’y arriver de justesse, je t’appellerai quand j’aurai fini ». « Pas question, Robert, je suis et reste à tes côtés ». « C’est pour mon intimité, idiot. On entend tout dans cette chambre ». « Oulaaah, je l’entends bien que tu es aux toilettes et que tu as fini. Je viens d’entendre la chasse ». « Ce n’est pas la chasse, idiot, c’est moi. Vas m’attendre dehors ». « Oulalaaah, Robert, j’ai déjà entendu la cascade de Coo et la chute de Montmorency, mais ce que je viens d’entendre, ça mérite le guide des records  ». « Vas m’attendre dehors ». « Dehors il pleut, Robert, je vais être mouillé. Ici, j’ai de l’animation, de la distraction. Dommage que je n’aie pas pris mon enregistreur ». « Vas m’attendre dehors ». « Quoi, tu n’as pas fini ? Tu vas faire un bis ? ». « Vas m’attendre dehors ». « Robert, si je sors je ne reviens que demain ». « C’est bien ce que j’espère ». « Heuuu ».

13/06/2010

Cherche le 13 juin 2010

 

« Papa, tu sais qu’aujourd’hui c’est la fête des pères ». « Oui, gamin. D’ailleurs, pour l’apéritif, je me suis acheté un paquet de douze zakouskis surgelés faits comme à la maison ». « Mais tu n’en as jamais fait, papa ». « C’est ce qui est écrit sur la boîte, gamin ». « Papa, j’ai besoin d’un carton et de la colle forte ». « Ah bon ! ». « C’est pour finaliser l’esquisse de mon cadeau pour ta fête » ? « Finaliser l’esquisse ! Que veux-tu dire, gamin ? ». « Le 14 mai, dans la colonne Archives, tu n’avais pas l’air ravi de ma composition. Alors j’ai revu ma copie ? C’est pour mettre sur la porte des toilettes quand tu ne veux pas que je te dérange pendant que tu lis. Vas voir, c’est sur ton bureau ». « Oufti ! Tu n’aurais peut-être pas du mettre les petites crottes, on va nous prendre pour des lapins ". 

065

15/05/2010

Cherche la souris fantôme

« Papa ». « Oui, gamin ». « C’est bizarre, papa. Hier j’avais un trou à une de mes chaussettes. Pendant la nuit le trou a changé de côté ». « Je sais, gamin, ça fait partie des phénomènes naturels inexpliqués, catégorie vie quotidienne ». « Ce serait une souris fantôme, papa ? ». « Ah oui ! Comme celle qui vit dans le frigo et qui fait disparaître des tranches de jambon. C’est cela, oui, c’est cela ». « Tu crois que c’est la même, papa ? ». « Il y en a peut-être plusieurs, gamin. Une spécialisée dans le déplacement nocturne des trous de chaussette et une autre dans la disparition des tranches de jambon ». « Il y en a d’autres, papa ? ». « Ecoute, gamin. Pas plus tard que la semaine dernière j’arrive au bureau. Devine ce que je fais ». « Tu dis bonjour à tout le monde, papa ». « Gamin, la toute première chose que je fais, c’est pipi. C’est une réaction due à une combinaison. Les petits cafés du petit déjeuner et la durée du trajet pour aller au bureau. Devine ce qui m’arrive ». « J’sais pas, papa ». « J’arrive dans les toilettes homme, devant un urinoir. Debout. Fixe. Puis repos. Déposer mallette. Ouvrir braguette pantalon. Chercher l’engin. Surprise. Pas d’accès via le slip ! Obligé baisser pantalon. Fouilles. Une souris fantôme avait mis la braguette à l’arrière de mon slip. Je te fais grâce de la suite parce que trois collègues sont entrés dans les toilettes à ce moment là ».

01/04/2010

Le bon jour

" Gamin, c'est la tuile, le grille-pain ne fonctionne plus ". " Tu dois le brancher, papa ". " Gamin, au secours, je viens d'utiliser le sèche-cheveux et je suis tout blanc ! ". " C'est peut-être de la farine, papa ". " Ah bon ! Mais cet appartement est hanté ! Et mes ongles, ils sont peints au vernis à ongle rouge. Gamin, tu m'entends ? ". " Oui, papa. A mon avis une fée s'est penchée sur toi cette nuit pendant que tu dormais ". " Une fée, une fée. Et l'oeuf cassé planqué au fond de mon gant de toilette, c'est aussi une fée sans doute. Mais je deviens fou, gamin ". " Avoue que tu l'étais déjà un peu avant, hein, papa ". " Et quand j'utilise le savon liquide il ne mousse pas. On dirait de l'huile de tournesol ". " C'est peut-être pour huiler tes articulations, papa ". " Et cette pancarte sur la porte des toilettes hors d'usage ? Mais on dirait ton écriture, gamin. Avoue ". " Poisson d'avril, papa "." Et le grille-pain ? ". " Poisson d'avril, papa ". Et la farine dans le sèche-cheveux ? Et mes ongles vernis ? ". " Poisson d'avril, papa ". " Ah ça alors. Et dire que j'y ai cru à la fée ".

 

05/02/2010

Cherche le crabe

Ah, le crabe, un nain croyable suce-pince. Et le petit blogueur c'est un truand car c'est un nain posteur. Le petit bricoleur est pourtant un nain capable. Que dire d'un nain juste ? D'un petit déménageur, un nain portant ? Du petit qui fait des acrobaties bien que ce soit un nain stable ? (spécial Belgique) Le nouveau primate de Belgique, qui est aux cathos ce qu'est Ronaldo au Mac Do, est-il un nain Pie ? Le petit qui sait tout et qui distribue ses stickers à son effigie est-il un nain collable ? Le petit qui débarque chez chez vous à toute heure, est-ce un nain prévu ? Je vous énerve, hein. Vous voulez les solutions des devinettes d'hier, c'est ça, hein. Le gamin m'a dit "Ne donne pas les solutions tout de suite, papa, fais comme ma maîtresse dit à l'école : cherchez, bande de p'tits cons, ce n'est pas avec vous que j'aurai une pension ". Bon, assez de crabe, de suce-pince, voici, pour ceux qui n'auraient pas trouvé, les solutions des devinettes d'hier. Le nain, expresso, qui sort des toilettes, est le petit qu'a fait. Celui avec son MP3, le slip, est le petit qu'a le son. Le nain qui a acheté un étang, le mollusque, est le petit qu'a la mare. Quant au supplice, le seul au bar, c'est le petit qu'a le verre. CQFD.

05/12/2009

Cherche à oublier ma peur

Horreur. Quand je suis rentré du boulot le gamin était déjà là. " Papa, papa, viens voir, j'ai mis la chorale pour Noël ". " La chorale ? ", lui dis-je, d'un air interrogatif et anxieux. " La chorale à cheval, papa ". " Ah non, hein, gamin, et qui va devoir nourrir les chevaux " lui dis-je depuis les toilettes où je soulageais un besoin pressant. " Et les voisins d'en dessous, ceux du quatrième, hein, gamin, tu y as pensé aux voisins du quatrième, quand ils vont entendre tagaflop, tagaflop. Et le crottin, hein ? Je veux bien le balancer une fois depuis le balcon du cinquième mais, tous les jours jusque Noël, jamais. Sais-tu, gamin, que le cheval hennit, et, hennit soit qui mal y panse, je me vois mal panser des chevaux ". " Papa, ce sont de petits chevaux de bois ". " Ah bon, des chevaux de bois. Attends, gamin, j'arrive mais cette saloperie de merde de tirette de braguette est coincée dans mes poils et, aïe, je n'arrive pas à me, aïe, décoincer ". " Ciseaux, papa ". "Merci, gamin. Ouf ". " Papa, viens voir la chorale à cheval ". " Oh, gamin, que c'est beau ".

026

15/07/2009

Chiasse !

Pas de post aujourd'hui. Je suis sur le post, sans le s. Je me vide. C'est une sensation terrible. J'ai l'impression que je n'aurai plus rien à l'intérieur. Une bière pas fraîche ? Des crevettes ayant passé l'âge de la retraite ? La peau de la tomate avec ses pesticides et ses fongicides ? Les oeufs pondus du jour mais utilisés trop longtemps après le ponte ? La mayonnaise en tube dont j'ai perdu le bouchon ? Le mélange bière - crevettes - mayonnaise - tomate - pastis à l'apéritif - chips au paprika ? Les moules d'hier ? Trop de vin blanc avec les moules ? Pourvu qu'il n' y ait pas de coupure d'eau parce qu'aujourd'hui c'est une partie de chasse. Plus j'évacue et plus je perds mon bronzage. Je suis dans la merde. Au secours. Plus j'utilise le papier cul et plus le rouleau devient petit. L'air devient irrespirable. Je ne devrais pas fumer dans les toilettes. Dans les avions c'est interdit. J'essaye de me convaincre que je suis en avion, mais, au cinquième étage, je ne suis qu'en phase de décollage. Et des toilettes je ne vois pas la piste. Pourvu que le pilote ne fasse pas de looping. Ce serait une cacastrophe. Je devrais repeindre le plafond. C'est terrible, je sens que je me vide. Je participe, malgré moi, au cycle de la nature. Quand on a mangé des crevettes et que, via les canalisations, elles retournent à la mer, d'accord, c'est normal. Mais quand ça arrive après avoir mangé du lapin ou du boeuf, je ne comprends pas ce que le lapin ou le boeuf iraient faire dans la mer. Encore un mystère que les scientifiques devraient halluciner. Ce qui est bien, quand on a la vaporisante, c'est qu'on réfléchit. Moi, ça fait quatre heures que je réfléchis. Je pense donc j'essuye. Courage. A demain.

14/06/2009

Cherche à me montrer

 Je me suis décidé à poster une photo de moi. C'est mon psy qui me l'a conseillé parce que je suis trop timide. A la caisse du supermarché je dis merci quand une poufiasse me dit : " Permettez, je n'ai que douze articles ". Aux toilettes d'un restaurant, quand je fais toc toc à la porte et que personne ne répond, j'ai peur d'ouvrir et de tomber sur un sourd en pleine action. Quand une piétonne s'engage sur un passage pour piétons avec une poussette remplie d'un bébé, je freine. Quand je fais pipi dans la rue du balcon du cinquième étage je mets ma main devant ma figure pour ne pas qu'on me reconnaisse. J'ai tout dit à mon psy qui m'a expliqué que j'avais une mauvaise image de moi et que je devais me montrer en y allant piano, voire pianissimo, c-à-d doucement. Mon psy m'a expliqué le mot. Un instant j'ai cru qu'il voulait que j'installe un piano aqueux dans la cuisine. J'ai tout de suite pensé au four à micro-ondes dont j'aurais du me défaire pour avoir assez de place pour le piano. Je pensais à la chanson : ' Il jouait du piano debout " en me disant que, chez moi, ce serait ; " Il mange debout sur le piano " puisque les chaises étaient en séjour pénitentiaire dans la baignoire à cause du piano aqueux. Alors je me montre, pianissimo. Je suis à gauche sur l'écran. Le petit bout blanc qui dépasse, c'est moi. Ne vous méprenez pas, mesdames, ce n'est pas ce que pensez. C'est mon petit doigt qui demande : " As-tu pris la photo ? Puis-je sortir de ta tente ? ".

Chypre 452

15/03/2009

Cherche à le faire sortir

« Boum, boum, boum ». « Occupé, papa ». « Sors de là, gamin, j’ai une urgence ». « Je fais ma crotte, papa ». « Gamin, tu n’es pas tout seul. Je parie que tu fais ta crotte avec ta game boy ». « Heuuu, oui, papa ». « Sors de là, gamin, l’urgence se précise ». « J’ai pas fini, papa ». « T’as pas fini ta crotte ou t’as pas fini ta partie, gamin ». « Papa, je vais avoir un et cinq zéro derrière en points ». « Gamin, pitié, je serre les fesses, tu peux pas savoir. Je sens que je vais lâcher le paquet ». « Va sur le balcon, papa ». « Gamin, t’es fou. La nuit, d’accord, mais pas en plein jour. Pense qu’un livreur de pizza pourrait passer ». « T’as commandé une pizza, papa ? ». « Heuuu, si je dis oui, tu sors tout de suite des toilettes ? ». « Oui, papa ». « Promis, juré, craché comme les scouts ? ». « Oui, papa ». « Gamin, changement de menu. Exceptionnellement, et vu la crise dans les boîtes, les raviolis seront remplacés par une pizza ».  « Papa, tu es un papa formidable ».

01/02/2009

Cherche un anti-mousse puissant

J’adore le cassoulet et les lentilles. Il paraît que c’est plein de fibres et que ça tricote dans l’estomac. « Laisse Thomas dans l’étalon » aurait dit Jésus lors de l’avant-dernière cène quand Thomas était parti, seul, la main sur sa braguette, pour aller pisser, de nuit, dans un pré voisin du restaurant et, croyant que c’était la chasse des toilettes, aurait tiré sur quelque chose de chevalin, lequel cheval, peu gay, n’aimant pas qu’on tire la sonnette d’alarme facétieusement, lui aurait rué dans les brancards. Ceci n’était qu’une parenthèse inutile mais, quand ça traverse l’esprit, il faut que ça ressorte  Bon, c’est sorti. Donc, disais-je, cassoulet et lentilles suivi d’un bain bien arrosé de bain-mousse, ça ne fait pas bon ménage. J’ai du m’enfuir et courir dans la rue couvert de mousse. Je cherche un frein à mousse de bain comme il y a, paraît-il, dans les trois en un des lave-vaisselle.

01/01/2009

Fermé pour cause de veille

Ne me demandez pas quand était la veille, je ne sais plus. Je me rappelle de tout : ma course effrénée vers les toilettes, le W.C. qui, se prenant pour un bouc, s’est relevé pour me donner un coup de boule, les étoiles, le froid du carrelage, le boum boum « Sors de là, connard, faut que je pisse », les secours : « Vous croyez que c’est un suicide, chef ». « Non, il n’y a pas de corde », l’exposition de mon corps, qui fut athlétique, traversant la salle sur un lit de camp sans baldaquin porté par deux extraterrestres en jaune fluo et moi, au milieu de la foule, agitant ma petite main et disant : Bonne année Rafaël, Mimi, Arbil, Tex, Chadou, Loo, Yves, Lécia, Nanny, Victoire, Nays, Titinechacha et beaucoup d’autres.

29/09/2008

Cherche la Pinetina

Non, la Pinetina ce n’est pas une cochonnerie. Je la cherche pour un mots-croisés paru sur http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be/post/6288646/mots-croises-n-19 (cliquez sur le lien). Je connais La Pine à Cothèque. J’en ai un poster. Vingt centimètres de haut, un mètre vingt de long. Mais je ne complexe pas, je sais bien que c’est un agrandissement. J’ai mis le poster dans le hall, pour indiquer où sont les toilettes. C’est vrai, ça, c’est énervant à la fin quand driiing. « Ah, vous voila enfin. Comment allez-vous ? ». « Ben, ça va. Dis, où sont les toilettes ». Avec le poster, j’épargne ma salive, je réponds d’un regard. Le problème, ce sont les compagnes de mes amis. Elles sont hypnotisées par le poster. Deux heures après leur arrivée : « Hou hou, les filles, à tâââble. Nous, on a fini de sucer, pardon, de siroter l’apéritif ». Excusez-moi, je m’égare à cause de la biloute à Cothèque. Sérieusement, dans le mots-croisés,  en H 3, S’entraîne à La Pinetina, c’est quoi ?

31/07/2008

Pourquoi ? (206)

C’est à l’âge du bronze qu’ont été inventés les cabinets parce que, s’ils avaient été inventés à l’âge de l’aluminium, faire sa crotte se dirait couler un aluminium.

24/06/2008

Cherche à avertir

« Papa, il y a une affiche dans les toilettes. C’est une pub ? Tu te fais sponsoriser comme certains blogs ? ». « Non, gamin, jouer à l’homme sandwich, jamais. Cette affiche est un avertissement ». « Et ça dit quoi, papa ? ». « Je te lis, gamin. Si vous êtes distrait, déboutonnez votre braguette au lieu de votre gilet et ne prenez pas votre cravate pour votre zizi. Sinon vous risquez de pisser dans votre pantalon ». « Pourquoi tu as mis cette affiche, papa ? ». « Parce que ça m’est arrivé au mariage de cousine Mathilde, gamin ».

07/03/2008

Cherche à cacher la télé

« Papa, papa, on a volé la télé ». « Heuuu, mais non, gamin. Heuuu, disons que j’ai réorganisé notre univers familial ». « T’as fait quoi, papa ? ». « Ben, heuuu, j’ai lu dans un magazine, chez le coiffeur, qu’il ne fallait pas rester figé dans un même univers. Alors j’ai changé la télé de place ». « Elle est où ? ». « Dans les toilettes ». « Pourquoi, papa ? ». « Ben, heuuu, le soir il y a parfois des films qui, heuuu, que, heuuu, que tu dois rester au lit et dormir pour être en forme le lendemain à l’école. Tu n’entendras pas la télé si elle est dans les toilettes ». « C’est parce qu’il y a des gangsters qui font panpan, papa ? ». « Oui, gamin, des gens qui tirent leurs coups ».

22/06/2007

Cherche toilettes en urgence

« Bonjour, maman ». « Ah, c’est toi, idiot, il est temps ». « Heuuu ». « Tu sais, la fête des mères, c’était il y a plus d’un mois ». « Heuuu ». « Tu viens parce que tu as oublié d’acheter des œufs et que tu veux te faire une omelette, c’est ça ? ». « Heuuu, je viens pour une urgence, maman ». « Une urgence, laisse moi rire ». « C’est urgent, maman ». « C’est ça, tes raviolis sont en train de brûler et tu viens me demander comment éteindre la cuisinière ? ». « Heuuu, maman, les toilettes sont bouchées et je, heuuu, c’est urgent ». « Tu reviendras quand tu te seras soulagé ». Vlan. Je cherche une toilette en urgence, pas occupée si possible.

09/04/2007

Biglodion au drive in

Biglodion au drive in

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

Cherche un drive anti-dépression

« Hé, gars ». Le gars du drive-in à hamburgers : « Oui, monsieur, je vous écoute ». « C’est l’histoire du type qui repeint son plafond et … ». « Monsieur, passez votre commande, des gens attendent derrière vous ». « Je vois, je vois, je ne suis pas sourd, mais d’abord je vous raconte l’histoire du type qui ». « Monsieur, avancez, s’il vous plait ». « Mais je ne vais quand même pas téléphoner à SOS Suicide, je n’en suis pas à ce point; j’ai simplement besoin de parler à quelqu’un ». « Monsieur, allez-vous manger un hamburger ? ». « M’en fous, j’ai pas faim, je suis seul, c’est l’anniversaire du jour ou ma femme m’a quitté ». « Je pleure avec vous, monsieur, mais avancez, bordel de merde ». « Attends, attends, et alors, le copain du type qui est sur l’échelle dit ». « Stop, monsieur, allez vous garer, entrez et je vous offre le repas ». « Mais je ne suis pas seul aujourd’hui ». « D’accord, repas gratuit pour tout le monde si vous avancez ». « Je suis l’accompagnateur de l’autocar de japonais qui me suit. Avez-vous 84 places libres ? ». Je me suis retrouvé à la maison, encadré par des policiers. Je n’ai pas reçu mon hamburger. Je cherche un autre drive-in.

Arrêt des annonces

Le gamin a réussi ses examens. Pas d’annonce ce jour. Comme je lui avais promis en cas de réussite, nous sommes allé dans des drive-in de fast-food où l’on commande ses hamburgers par caméra. « Boudin ». « Nous n’avons pas de boudin, monsieur ». « Si, si, vous avez un boudin, la grosse à la caisse de droite ». « Mais, c’est ma fiancée ». Vroum, vroum, on démarre et on file à un autre fast-food, moi caché sous le tableau de bord et le gamin au volant : « Est-ce que mon papa est là ? ». « Venez voir, jeune homme ». « Peux pas, je conduis ». « Il est comment, ton papa ? ». « Avec une grande rousse qui a de gros lolos ». « Il y a bien une rousse mais elle est seule ». « Allez vite voir dans les toilettes, papa est peut-être coincé ». Vroum, vroum, on redémarre. « Je vouvou, heu, je vou, je vou, je voudrais un ham, ham, ham, je vouvou, je voudrais qu’on, qu’on, qu’on a, je voudrais qu’on a, a, a, arrête de klakla, de klakla, de klaxonner derrière ». Vroum, vroum, on démarre. Quelle belle soirée. On a fait quatorze fast-foods.

Arrêt des annonces (suite)

(vu la demande, ceci est la suite d’une annonce précédente) Le gamin a réussi ses examens. Comme je lui avais promis en cas de réussite, nous sommes allé dans des drive-in de fast-food où l’on commande ses hamburgers par caméra. - - - « Allo ». « Oui, monsieur, quelle est votre commande ? ». « Allo ». « Oui, oui, j’écoute ». « Allo, y a quelqu’un ? ». « Que désirez-vous, monsieur ? ». « Allo, a-llo, a-llo, a-llo, gamin, vas dire aux autres voitures que c’est fermé ». « Mais non, monsieur, c’est ouvert. Monsieur, je vous offre les frites si vous avancez votre véhicule. Que désirez-vous ? ». « Rien que des frites, trois kilos, plus les sauces ». « Bien, monsieur ». Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - « Bonjour, monsieur, où sont les toilettes ? ». « Il faut rentrer, les toilettes sont au fond à droite ». « Je peux y aller en voiture ? ». « Non, monsieur, pourquoi ? ». « Ben, heu, j’ai déjà commencé, vous pouvez m’apporter un rouleau ? ». Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - « Bonswâââr ». « Bonsoir, monsieur, je vous écoute ». « Alleï on m’a dit une fois qu’il y avait des soirées sado-maso chez vous. C’est à quelle heure ? ». « Mais, monsieur, il n’y a pas ça chez nous ». « Non alors, une fois, et bouffer vos trucs, c’est pas maso ? ». Vroum, vroum, un autre fast-food. - - - (le gamin est au volant, je suis caché) « Bonjour ». « Bonjour, bonhomme, mais tu n’as pas l’âge pour conduire ». « M’en fous, c’est pour une urgence. Il faut 120 saloperies au boeuf, 120 saloperies au poisson et 120 saloperies au poulet ». « Allez, déguerpis, c’est une blague ». « Ouiiiiiiiin, c’est pas une blague, c’est le mariage de ma soeur, le traiteur s’est retourné avec sa camionnette. Il faut qu’on mange ». « Ah, oui, oui, oui, combien tu as dit de hamburgers ? ». « Fallait prendre des notes. Papa a dit : si t’as affaire à un débile, vas chercher 250 cervelas et 250 portions sauce andalouse à la friterie de la gare ». Vroum, vroum, autre fast-food. - - - « Bonjour, Gilbert ». « Bonjour, monsieur, je ne suis pas Gilbert, je suis le gérant adjoint ». « T’es devenu gérant à deux joints, Gilbert ». « Monsieur, passez votre commande ». « Gilbeeeeeert, hou hou ». « Je ne vous connais pas, monsieur ». « Hé, ho, Gilbert, la vapeur de la graisse à frites t’a bouché les neurones, hein ». « Monsieur, je ne vous connais pas, quelle est votre commande ? ». « Gérard ! Mais oui, tu es Gérard. A l’école, rappeles-toi, on t’appelait Gérard Menvuhaussicon ». Vroum, vroum, autre fast-food. - - - (le gamin au volant et à la caméra) « Est-ce que papa a fini ? ». « Heu, pourquoi ? ». « Parce qu’après c’est mon tour ». « C’est ton tour de quoi ? ». « Mon tour d’aller aux chiottes parce que papa a laissé cramer les raviolis et qu’il a bouché les toilettes en les jettant ». Vroum, vroum, maison. « Papa, on le refera, hein ».

11/11/2006

Cherche personnes dans le besoin

Génial ! Afin d'éviter les files et les malentendus, j'ai installé un détecteur de présence dans les toilettes. Dès que quelqu'un s'y assied, hop, il y a une lampe clignotante rouge qui s'allume à l'extérieur. D'accord, ça fait un peu pompier mais ça a l'avantage d'être clair : si c'est allumé, il faut se retenir. Pas la personne qui est dedans, bien sûr, éh, oh, vous me faites rire, ceux qui attendent. J'ai un problème : je voudrais tester le système. Mais je vis seul. Donc, soit je suis dedans et je ne vois pas si la lampe clignotante fonctionne, soit je suis dehors et il n'y a personne pour déclencher le système avec son postérieur. Je cherche des personnes dans le besoin, de différents poids. Papier offert.

03/11/2006

Cherche une lessiveuse et une dynamo

Monsieur Kiki et madame Pipette, les deux hamsters du gamin, s'amusent comme des fous dans leur roulette. Et qui c'est qui les loge et les nourrit, hein ? Et qui c'est qui ne dort pas la nuit à cause des cuicui de la roulette, hein ? Et qui c'est qui a eu une idée géniale, hein ? Kiki et Pipette vont tourner dans le tambour d'une machine à laver, hé, hé, hé. Le tambour sera relié à une dynamo qui produira l'électricité pour mon cabinet de lecture, c-à-d les toilettes. Pourvu qu'ils ne s'arrêtent pas pendant que je lis l'horoscope. Je cherche une lessiveuse en panne dont le tambour tourne, une dynamo et quelqu'un qui est au courant des circuits électriques.

20/10/2006

Cherche à payer l'essence (suite 1)

"Bonjour, madame, c'est la pompe quatre". "53 euros 69. Attention, Bancontact Mister Casch est en panne". "Ah, ah ah, ah ah ah, et je paie comment, hé, hé ?". "Uniquement en liquide, monsieur". "Ah, ah ah, ah ah ah, excuseeez-moi c'est nerveux. C'est parce que le seul liquide que j'ai c'est l'essence dans mon réservoir". "Monsieur, vous me devez 53 euros 69". "Ah, ah ah, ah ah ah, oh, hé hé, pour le 69 on peut s'arranger mais pour le 53, je ne connais pas. Demandez un dépanneur de Mister Flache". "C'est fait, monsieur". "Et bien, j'attend, hé hé". "Il sera là demain. Et arrètez d'imiter Daerden, ça m'énerve". "Haaa, hé, hé, hooo, je vais faire comme le gamin. Lui, il fait vacances à la neige, vacances à la ferme, vacances à la mer. J'ai vu que dans votre superette il y a de quoi prendre un copieux petit déjeuner. Je vais faire vacances à la station service. Avez-vous des chambres ?". "Des chambres, vous êtes fou !". "Hé, hooo, pas des des chambres à air, hé hé hé, des chambres pour dormir". "Monsieur, vous me devez 53 euros 69". "Mais vous êtes une têtue, vous, hé hé. Je plains monsieur". "Il n'y a pas de monsieur dans ma vie". "Ca ne m'étonne pas. Et bien, vous allez en avoir un, pour une nuit, dans votre garage. Dites-moi simplement où sont les toilettes et où je peux trouver un tire-bouchon".

 

(suite 1) "Dites, il est bon ce vin ?". "Monsieur, c'est du vin à 4 euros, je n'en bois jamais". "Moi oui, j'en prends quatre bouteilles, comme ça j'aurai du liquide, hé hé hééé". "Grosse bièsse". "Hé, mais vous faites de l'humour maintenant, la pompiste. Hé, hé hé, dites, une pompiste, ça fait des   ". "Salaud".  Paf. "Aïe". "Vous me devez 69 euros 69, cochon". "Hé hé hé, je vous jure que je ne l'ai pas fait exprès. Le vin, c'est pour ma soirée, en attendant le dépanneur de Mister Flache". "Monsieur, c'est impossible de dormir ici, payez-moi et partez". "Tuut tuut tuut, pas possible, je n'ai pas de liquide. A propos de liquide, où sont les toilettes ?".

19/10/2006

Cherche à payer l'essence

"Bonjour, madame, c'est la pompe quatre". "53 euros 69. Attention, Bancontact Mister Casch est en panne". "Ah, ah ah, ah ah ah, et je paie comment, hé, hé ?". "Uniquement en liquide, monsieur". "Ah, ah ah, ah ah ah, excuseeez-moi c'est nerveux. C'est parce que le seul liquide que j'ai c'est l'essence dans mon réservoir". "Monsieur, vous me devez 53 euros 69". "Ah, ah ah, ah ah ah, oh, hé hé, pour le 69 on peut s'arranger mais pour le 53, je ne connais pas. Demandez un dépanneur de Mister Flache". "C'est fait, monsieur". "Et bien, j'attend, hé hé". "Il sera là demain. Et arrètez d'imiter Daerden, ça m'énerve". "Haaa, hé, hé, hooo, je vais faire comme le gamin. Lui, il fait vacances à la neige, vacances à la ferme, vacances à la mer. J'ai vu que dans votre superette il y a de quoi prendre un copieux petit déjeuner. Je vais faire vacances à la station service. Avez-vous des chambres ?". "Des chambres, vous êtes fou !". "Hé, hooo, pas des des chambres à air, hé hé hé, des chambres pour dormir". "Monsieur, vous me devez 53 euros 69". "Mais vous êtes une têtue, vous, hé hé. Je plains monsieur". "Il n'y a pas de monsieur dans ma vie". "Ca ne m'étonne pas. Et bien, vous allez en avoir un, pour une nuit, dans votre garage. Dites-moi simplement où sont les toilettes et où je peux trouver un tire-bouchon".

21/09/2006

Cherche à être absent (5)

Bientôt la fin de mes vacances d'un jour en car de luxe avec boulettes gratuites et démonstration. 15 h 30, la demi-heure prévue pour le repas est terminée. Retour au car. 15 h 45, il manque encore 8 petits vieux, ils sont callés dans la file pour les toilettes. Tant pis, ils ne mangeront pas. Ce n'est pas grave, les petits vieux ont toujours un sac plein de en-cas avec eux. Comme j'étais turbulent à cause de la présence d'une seule boulette dans mon assiette en carton, j'ai reçu deux vieux seaux à mayonnaise remplis de boulettes, sans doute celles des dizaines de petits vieux coincés dans les embouteillages pour le WC. 16 h 15, départ pour l'autre demi-tour de ville promis dans le programme."Hé, ho, c'est le même que ce matin mais dans l'autre sens". "Monsieur, rassurez-vous, nous allons arriver pour la démonstration. Chers amis, bientôt une surprise ex - tra - or - di - naire : des moules". "Des moules, il y en a assez dans le car". Le choeur des petits vieux : "Oooooh, honteux". "Mais c'est pour rire, bande de ruines". J'ai évité un coup de canne de justesse, je me suis fait tout petit, je ne voyais plus par la fenêtre du car. M'en fous, c'était le même trajet qu'à l'aller. J'étais tout recroquevillé mais heureux. Je pensais déjà à la tête du gamin quand il verrait les boulettes.

18/09/2006

Cherche à être absent (3)

Mes vacances : une journée en autocar de luxe. Le matin, de 6 h 45 à +/- 14 h, ramassage des participants à 23 endroits, puis démonstration. Départ pour le tour de ville et le restaurant. L'accompagneur : "Vu les travaux, nous allons faire demi-tour". Moi : "Hé, ho, sur le programme, c'est écrit tour de ville et pas demi-tour". "Applaudissons l'humour de monsieur et allons manger la boulette sauce tomate". Moi : "Hé, ho, sur le programme, il y a un s à boulettes". "Ha, ha, rassurez-vous, c'est une boulette par personne. Mais après, vous pourrez acheter des desserts". Moi : "Hé, ho, on est venu pour un tour de ville, des boulettes gratuites et une démonstration, hein, pas pour des desserts payants". "Rassurez-vous, monsieur, il y aura une deuxième démonstration". Moi : "Vous organisez souvent des tours de ville comme ça". "Voila, nous sommes arrivés. N'oubliez pas de passer aux toilettes. Monsieur, je veux vous voir à la descente du car. Moi : "Aïe, aïe, aïe, je vais devoir rentrer à pied ?". "Non, non, mais vous savez, pour les boulettes, vous en reprendrez autant que vous voulez. C'est bourré de petits vieux, le temps qu'ils fassent la file aux toilettes et le temps du repas sera terminé". "C'est vraiment bien organisé chez vous, j'attends la suite. En attendant, à la boulette". A bientôt pour la suite.

28/08/2006

Cherche à éliminer de méchantes odeurs

Ca y est, le gamin est revenu. Sa mère me l'a expédié en camionnette-taxi. Avec son linge sale, ses devoirs de vacances pas faits et vingt-trois sacs de coquillages. Il veut les trier chez moi. "Parce qu'il y en a encore des vivants et que chez toi, papa, il n'y a pas de chien". Quoi, des vivants ! Des moules, oui, surtout avec des frites, mais pas des petits crabes qui grimpent partout. La baignoire est remplie. Et l'évier. Et le lavabo. Et les toilettes. Plus mes trois casseroles. J'ai du mettre du sel, pour "respecter leur culture" qu'il disait. Faut pas le lui dire mais j'ai aussi mis du poivre et des cubes de bouillon de poule, on ne sait jamais, c'est peut-être mangeable. Le gamin veut faire un World Sea Live Machin pour ses copains. Au cinquième étage ! Pourquoi pas des requins, tant qu'il y est. Mais ça pue, ce truc, il doit y avoir des morts. Si j'avais su, j'aurais pris un bain avant qu'il ne rentre. Je cherche un déodorant surpuissant spécial mer du nord.

24/08/2006

Cherche à éliminer des merguez

Les toilettes étaient occupées, l'urgence devenait insoutenable, je me tortillais dans tous les sens, je suis allé dehors me soulager dans un vieux bac en fer. Je ne savais pas que c'était le barbecue du copain. Il n'a jamais su l'allumer. Moteur noyé. Le copain pestait. Quel redoutable pesticide quand il s'y met. Moi : "Heu, non, rien vu, j'avais le dos tourné, j'admirais tes hortensias, peut-être une averse très localisée, c'est la mode en ce moment". Les nanas invitées se sont évaporées les unes après les autres. Dommage, car après les huit litres de sangria améliorée gin-vodka, elles étaient à point. C'est pas comme les merguez. C'est dégueulasse des merguez crus. J'ai essayé de les fumer avec un briquet mais la graisse explose. Le copain pesticide déprimait, il voulait se pendre à sa ciboulette. Quelle idée, un effet secondaire de la sangria je suppose. Non mais, je l'en ai empêché, la ciboulette, pour moi, c'est sacré. Quand un curé fera ses hosties en omelette à la ciboulette, je retournerai à la messe. Content que je reste avec lui pour contempler le désastre, le copain m'a offert les huit kilos de merguez. Crus. Oui, crus, pas cuits. Je cherche quelqu'un chez qui il ne pleut pas et qui fait un barbecue pour refiler huit kilos de merguez. Sangria s'abstenir, uniquement pastis.

23/08/2006

Cherche ficelle de chasse

Samedi je suis allé aider à la fête du quartier. Je tenais le stand de la tombola express et, en brandissant le gros lot pour attirer les badauds, un taille-haie en fonctionnement, j'ai sectionné les ficelles qui retenaient 273 ballons. J'ai du les acheter, sans en avoir un seul. Compatissants, les responsables de la fête m'ont invité à m'occuper de la toilette des gamins, dimanche. En fait, la chaînette de la chasse murale était cassée et trop courte. J'étais là, comme la statue de la Liberté, la main en l'air sur le reste de chaînette. "Alors, gamin, t'as fini, pousse, non di djo, y en a qui attendent". J'étais pressé, moi, parce que les responsables, compatissants, avaient installé un podomètre sur la chaînette - normalement, ça compte les pas quand on fait de la marche - et m'avaient promis un cent par coup de chasse. Alors, je tirais mon coup à tour de bras. J'ai triché, je disais prout prout et je tirais. Et hop, un cent. Prout prout, et hop, un cent. En une journée j'ai gagné 419 cents, soit 4 euros et une rawette, soit le prix de deux ballons. Mon banquier conseiller fiscaliste m'a dit que ce n'était pas rentable. Ah bon ! J'arrête, je cherche une ficelle pour mettre à la chasse.

18/05/2006

Cherche une dame avec une soucoupe pour s'occuper des toilettes

J'ai acheté par correspondance 64 rouleaux de papier toilette "Triple épaisseur, le confort du postérieur". Ils ont livré 64 paquets de 24 rouleaux. Tant pis. Il vaut mieux trop que trop peu dans ce domaine. Mais, dans l'appartement, on dirait qu'il y a les barricades. Pour les écouler plus rapidement j'ai mis sur la porte de l'immeuble une pancarte : "Toilettes au cinquième. Triple épaisseur. PAF 0,30 cents. Essuyez vos pieds avant d'entrer". Ca marche, hier j'ai eu six personnes dont une qui n'est pas arrivée à temps. Ceci démontre l'utilité de pallier au manque de toilettes publiques en Belgique. Je me suis installé une chaise près des toilettes et j'ai amené la table de nuit sur laquelle j'ai mis une soucoupe avec "Ne m'oubliez pas. PAF. PAF. PAF". La quatrième personne est venue pendant que je cuisais les raviolis pour le gamin. Carbonisés. On dirait des bouts de pneu. Je cherche une dame qui pourrait rester sur la chaise. Tricot autorisé.

07:45 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : dame, toilettes, confort |  Facebook |

11/04/2006

Cherche un psychologue pour vieux couple

Bobonne est encore fâchée. Elle dit que je perds mon temps en mettant des annonces. J'ai beau lui expliquer que, si je mets dix minutes pour placer une annonce, il y a cinquante personnes qui mettent une minute pour la lire, ce qui fait cinquante minutes. Elle réplique qu'elle perd son temps avec un tordu attardé et qu'elle aurait du écouter sa mère et ne pas m'épouser. Je lui rétorque que ce n'est pas parce qu'elle a un cul de poulain qu'elle s'y connait en chevaux, que je suis gagnant à cinq contre un et que, si je reste, c'est parce qu'elle fait bien les frites. Mais, maintenant que j'y pense, seul aux toilettes avec la gazette, ça fait trois semaines qu'on bouffe de la purée. Ferait-elle un blocus alimentaire, une grève des frites ? Serait-elle fâchée parce que je bricole des nichoirs dans le salon avec ma scie sauteuse pendant son feuilleton quotidien ? Je cherche un psy, spécialisé vieux couples.

08:57 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bobonne, toilettes, psy, frites |  Facebook |

07/04/2006

Cherche des grévistes pour séquestration de direction

Je veux séquestrer la direction pour cause de torture mentale. Seul, je n'y arriverai pas, Bobonne fait deux fois mon poids. Je cherche de gros bras déterminés. Il faudra simplement la relâcher quand elle promettra d'accepter que je continue à lire la gazette dans les toilettes.

01:07 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : torture, bobonne, toilettes, gazette |  Facebook |