20/08/2010

Cherche à rassurer Robert

« Salut Robert, ton séjour en milieu hospitalier se passe bien ? ». « Excellent ». « Robert, on t’a bourré de neuropsychoantidépresseurs ou quoi ? C’est la première fois que je te vois et que tu as le moral qui a quitté le zéro ». « Je dis ça pour que tu ne me poses pas de questions à la con ». « Heuuu. Ah bon. A propos, Robert, la soupe ce midi, elle était bonne ? ». « A la carotte. Je te l’ai déjà dit, ici c’est tous les jours la soupe au légume de saison. C’est moins cher ». « Robert, tu es un veinard. Pense à ceux qui sont hospitalisés à la saison des betteraves rouges. C’est dégueu la soupe à la betterave rouge ». « Et au bureau, comment ça se passe ? ». « Très bien, Robert. Personne ne s’est aperçu que tu n’es pas là. Le chef pense à supprimer ton poste de travail mais, jure-le moi, ne dis rien, c’est un secret, je ne peux pas te le dire. A propos, tu as reçu d’autres visites de collègues ? ». « Personne ».  « Un coup de fil ? ». « Rien ». « Une carte de condoléances ? ». « Aucune ». « Tu vois, Robert, la vie est belle. Il n’y a que moi qui viens te voir ». « Je sais. Je sais aussi que c’est pour manger mon repas du soir ». « Heuuu ».

30/05/2010

Cherche le bulletin

« Gamin, n’est-ce pas le jour du bulletin intermédiaire ? ». « Oui, papa ». « Et que fait un gamin le jour où il a reçu son bulletin ? ». « Il dit qu’il l’a oublié à l’école, papa ». « Gamin, sans contrepet, si tu ne me montres pas ton bulletin j’entreprends des fouilles curieuses dans ton cartable ». « Et avec contrepet, papa ? ». « Des couilles furieuses, gamin ». « Ni l’un ni l’autre, papa. J’ai mon bulletin ». « Montre ». « Papa, tu me traduiras ce qui est écrit, j’ai lu mais je n’ai rien compris ». « Ne présente aucune appétence génétiquement manifeste pour le travail scolaire et se montre réfractaire à tout type de dépense d’énergie intellectuelle qui lui semble inutile. Gamin, je n’ai pas tout compris non plus, sauf ton côté génétique. Madame n’a pas fait de commentaires ? ». « Elle a simplement dit : Tout à fait son père ». « Mais c’est génial, ça, gamin. Félicitations ».

26/07/2009

Cherche un anti-mouche

« Papa, il y a au moins 20 mouches sur le fromage, c’est normal ? ». « Oui, gamin, c’est normal. Les mouches sont comme qui dirait des sans papiers qui s’installent n’importe où et qui se croient tout permis ». « Papa, donne-leur un rouleau de papier essuie-tout pour les sans papiers et pour qu’on puisse manger le fromage ». « Bonne idée, gamin. Mais j’ai une autre idée : je vais ranger le fromage dans le frigo, j’ai l’impression que si je range le fromage dans le frigo les mouches iront sur les coquilles de moules de la semaine dernière qui traînent sur le plan de travail et, comme personne d’entre nous deux n’ira lécher les coquilles de moules puisqu’elles sont vides, nous aurons un aquarium à mouches dans la cuisine ». « Papa, tu es génial, j’adore voir des mouches qui copulent ». « Des mouches qui quoi, gamin ? ». « Qui copulent, papa ». « C’est quoi ça, gamin ? ». « C’est comme tu as fait avec maman pour me faire, papa ». « Ah bon ! Heuuu ».

28/01/2009

Cherche le vol-au-vent

Pourquoi le vol-au-vent s’appelle-t-il vol-au-vent ? Gastronomique question. Je trouve que vol-au-vent s’appliquerait mieux aux boules de graines des pissenlits et que pissenlit correspond mieux à poireau, ce fameux diurétique qui me surprend toujours, surtout quand je dors. Revenons à notre cours de cuisine étymologique. Etymo peut-être mais logique, non. Il y a deux dangers dans la préparation du vol-au-vent. Le premier est l’ouverture du bocal, surtout avec des mains grasses. Pire qu’une savonnette. Ouvrir le bocal au burin et au marteau s’avère dangereux pour le plan de travail. L’autre danger, c’est la queue du poêlon, qui, systématiquement, se trouve dans le passage. Ceux qui regardent le patinage artistique à la télévision me comprendront quand ils sauront que je suis devenu spécialiste du double salto suivi d’en triple axel du poêlon rempli de vol-au-vent. Alors ? Que ce soit le bocal qui s’échappe ou le coup de queue du poêlon, doit-on dire vol-au-vent ou ne devrions-nous appeler cette chose gluante du vole par terre ?

18/01/2009

Cherche à dompter ma peur

Je viens de passer devant un immeuble sur la façade duquel il y avait une plaque en cuivre avec, gravée en noir, l’inscription « Médecine du travail ». Maintenant  j’en suis sûr, le travail est une maladie. J’ai peur. Conseillez-moi : comment en faire moins ?

07:15 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : travail, cuivre, conseil, peur, cherche |  Facebook |

30/05/2008

Cherche à décrire mon travail

« Papa, le papa de Cédric travaille dans le pétrole. Et toi, tu travailles dans quoi ? ». « Je travaille dans un bureau ». « Tu fais quoi ? ». « Tout. Surtout les photocopies ». « C’est difficile ? ». « Ah oui, je dois vérifier que la machine a bien recopié le papier que j’ai mis dedans ». « Tu fais ça comment ? ». « Tu te rappelles quand on a acheté du jambon, les tranches qui sortaient de la machine ». « Oui, papa ». « Et bien, je fais la même chose, sauf que c’est blanc au lieu d’être rose et que c’est du papier et pas du jambon ». « Et tu fais quoi d’autre ? ». « Tout, je te dis. Je suis l’homme à tout faire ». « Et tu fais madame café ? ». « Non. J’ai été remplacé par une machine ». « Et c’est toi qui conduis l’ascenseur ? ». « Non, hein, gamin, c’est fini, ça ». « Et c’est toi qui fais passer les visites médicales ? ». « Ben, non, mais je vais demander si je peux le faire ». « Et c’est toi qui fais les repas de midi ? ». « Non, hein, gamin, j’ai beaucoup d’idées, surtout pour les raviolis, mais il y a trop de bouches à nourrir ». « Et c’est toi qui fais les poussières ? ». « C’est une firme extérieure, gamin ». « Et c’est toi qui ouvre le courrier ? ». « Non, hein, gamin ? C’est réservé à un chef, un chef qui collectionne les timbres ». « Tu fais madame pipi dans les toilettes ? ». « Heureusement non, gamin, dans ma firme les dons en liquide sont gratuits ». « Papa, tu as vite fini ton boulot si tu ne fais que des photocopies ». « Ne crois pas ça, gamin. Chez nous, avant de jeter un vieux document, il faut en prendre une photocopie ». « Mais, papa, un jour tu n’auras plus de vieux documents à photocopier ». « Non, hein, gamin. Les photocopies que je fais, je les remets dans la pile des vieux documents à photocopier avant de jeter ».