01/02/2009

Cherche un anti-mousse puissant

J’adore le cassoulet et les lentilles. Il paraît que c’est plein de fibres et que ça tricote dans l’estomac. « Laisse Thomas dans l’étalon » aurait dit Jésus lors de l’avant-dernière cène quand Thomas était parti, seul, la main sur sa braguette, pour aller pisser, de nuit, dans un pré voisin du restaurant et, croyant que c’était la chasse des toilettes, aurait tiré sur quelque chose de chevalin, lequel cheval, peu gay, n’aimant pas qu’on tire la sonnette d’alarme facétieusement, lui aurait rué dans les brancards. Ceci n’était qu’une parenthèse inutile mais, quand ça traverse l’esprit, il faut que ça ressorte  Bon, c’est sorti. Donc, disais-je, cassoulet et lentilles suivi d’un bain bien arrosé de bain-mousse, ça ne fait pas bon ménage. J’ai du m’enfuir et courir dans la rue couvert de mousse. Je cherche un frein à mousse de bain comme il y a, paraît-il, dans les trois en un des lave-vaisselle.

18/12/2008

Cherche à sortir couvert

Ils sont fous à la télé. Ils disent de sortir couvert pour les fêtes de fin d’année. Avec un gant en caoutchouc à un doigt ! Mais moi, monsieur, j’ai besoin de deux paires de chaussettes, d’un caleçon molletonné, d’une chemisette thermoélectrique à longues manches, d’un pull tricoté par trois suisses, d’un cache-col en laine de polyester à ne pas laver au dessus de 30 degrés parce qu’il paraît que plus chaud ça fond, d’un bonnet noir tricoté par maman et tellement vieux que je dois mettre des boules d’ouate de démaquillage pour boucher les trous de mites et d’une éfarpe que ve met devant ma bouffe. F’est fà, être couvert, monfieur.

06/04/2007

Biglodion cherche (1)

Biglodion cherche (1)

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

Cherche une dame avec une soucoupe pour s’occuper des toilettes

J’ai acheté par correspondance 64 rouleaux de papier toilette « Triple épaisseur, le confort du postérieur ». Ils ont livré 64 paquets de 24 rouleaux. Tant pis. Il vaut mieux trop que trop peu dans ce domaine. Mais, dans l’appartement, on dirait qu’il y a les barricades. Pour les écouler plus rapidement j’ai mis sur la porte de l’immeuble une pancarte : « Toilettes au cinquième. Triple épaisseur. PAF 0,30 cents. Essuyez vos pieds avant d’entrer ». Ca marche, hier j’ai eu six personnes dont une qui n’est pas arrivée à temps. Ceci démontre l’utilité de pallier au manque de toilettes publiques en Belgique. Je me suis installé une chaise près des toilettes et j’ai amené la table de nuit sur laquelle j’ai mis une soucoupe avec « Ne m’oubliez pas. PAF. PAF. PAF ». La quatrième personne est venue pendant que je cuisais les raviolis pour le gamin. Carbonisés. On dirait des bouts de pneu. Je cherche une dame qui pourrait rester sur la chaise. Tricot autorisé.

Cherche quelqu’un pour le retour

Exceptionnel pour un samedi : une annonce pour du covoiturage à peu de frais. Ce jour, je pars chargé, vers 11 heures 45, de l’église jusqu’au cimetière. Je reviens à vide. Coffre très long, possibilité de s’allonger durant le trajet. Légère odeur de fleur pas désagréable. Une seule condition : ne pas parler. Je ne suis pas habitué à ce qu’on parle derrière moi. Si vous parlez, je vais paniquer et nous risquons d’aller au fossé.

Cherche un pince-nez à filtre

J’ai attrapé une crise d’éternuement. Atchaaaaa. C’était à l’école du gamin. Atchaaaaa. Atchaaaaa. J’étais sur scène derrière le papa de Justin. Lui, il faisait la tête et les pattes de devant du cheval et moi, plié en deux, je faisais le corps et les pattes de derrière. Atchaaaaa. Atchaaaaa. Il était à l’air libre, lui. Atchaaaaa. Moi, sous une couverture qui devait déjà exister au temps des cavernes. Atchaaaaa. Il y avait plus de poussières que de tissus. Atchaaaaa. Atchaaaaa. Les enfants étaient, paraît-il, sidérés. Atchaaaaa. Ils avaient appris à l’école qu’un cheval fait Hîîîîîîî. Je ne savais faire que atchaaaaa. Le papa de François, qui devait faire le cow boy, était plié en quatre de rire. Il n’arrivait pas à dire son texte. « Je suis la terreur de loulou, ha, ha, ha, je suis, hi, hi, hi, la terreur de l’Ouest ». Moi : « Atchaaaaa ». Le week end prochain on refait ça à l’école des filles. Ce serait idiot de ne pas profiter du prêt de la couverture, a dit le directeur commun aux deux écoles. Je cherche d’urgence un pince-nez efficace.

21/03/2006

Cheche aiguilles à tricoter

C'est un drame. J'avais promis un nouvel hamster au gamin, vu qu'on en perd beaucoup. Le vendeur a dit "Je n'en ai plus. Vous les mangez ou quoi?". Pour le calmer, le gamin, pas le vendeur, j'ai acheté six souris blanches. Nous sommes rentrés tous les huit à la maison et nous avons mis les six dans la cage à hamster. Erreur. J'aurais dû y penser. Les souris sont plus petites que le hamster. Elles sortent de la cage entre les barreaux. J'ai appelé à l'aide à Guantanamo mais on m'a répondu en étranger. Je ne connais pas un filet d'américain. J'ai passé une demi-nuit blanche car, à 04 heures du matin, j'ai abandonné de les remetre à chaque fois dans la cage. J'achète six souris et j'en ai rattrapé huit cents dix-huit. C'était la pèche miraculeuse, la multiplication des croissants, la génération spontanée. J'ai l'air de rigoler mais en fait, mes nerfs craquent. Des souris blanches, avec une tête blanche, avec une queue blanche et avec des yeux rouges, la nuit, c'est effrayant, on dirait de petites voitures qui reculent. Je m'imaginais avec un képi et un sifflet en train de faire l'épouvantail à automobilistes place Meyser à l'heure de pointe. Au petit matin, je n'en ai plus vu qu'une. Elle faisait du nettoyage, elle mangeait un pop-corn qui avait dû rouler sous un meuble. Je me suis énervé. Quand le gamin m'a vu brandir la tapette à mouches, il a hurlé qu'il allait aller se plaindre chez le juge des enfants. C'est à ce moment que le génie s'est réveillé en moi. Je vais doubler les barreaux de la cage du hamster avec des aiguilles à tricoter. Mais je n'en ai pas, je ne sais pas tricoter et je garde mes chaussettes jusqu'à trois orteils qui dépassent. Plus, c'est inconfortable. Je cherche donc des aiguilles à tricoter, de 62 centimètres (c'est la longueur de la cage à Kiki) et de 38 centimètres (c'est la largeur).