29/06/2010

Le pied de porc (3)

« Papa, parle-moi du pied de porc ». « Gamin, c’est notre chance, pendant que tu étais à l’école je suis allé en acheter deux pour demain et deux côtelettes de porc pour aujourd’hui. Regarde ». « Berk, berk, berk, les pieds de porc ». « Ne t’en fais pas, gamin, les pieds de porc doivent mijoter, ce sera pour demain. Aujourd’hui c’est côtelette de porc et purée en poudre ». « C’est quoi, mijoter, papa ? ». « Je ne sais pas encore, gamin, je dois me renseigner sur l’ordinateur ». « Montre-moi les côtelettes, papa, que je comprenne ce qu’est un porc ». « Regarde, gamin, voici une côtelette. Voici l’autre. Si je les mets l’une à côté de l’autre dans ce sens ça ne marche pas mais, dans l’autre sens, tu vois bien que la tronçonneuse a débité la même bébête. Imagine des milliers et des milliers de côtelettes qui se suivent et tu as un porc. Mais, gamin, un porc n’est pas un ver de terre. Il a des pattes, deux devant et deux derrière. Et, au bout des pattes, qu’est-ce qu’il y a, gamin ? ». « Des pieds, papa ». « Oui, gamin, mais des pieds de quoi ? ». « Des pieds de côtelettes, papa ». « Fils de con, ce sont des pieds de porc ». « Et ça se mange ? ». « Demain, tu en auras à midi ». « Papa, tu aurais du acheter des pieds de mille-pattes, tu en aurais eu plus ». « Heuuu ».   

21/05/2009

Cherche le dénouement

Je ne dors plus. On m’annonce que je dois être mûr pour enlever le plâtre. J’ai peur d’un massacre à la tronçonneuse. Je n’en ai pas mais j’ai déjà vu une tronçonneuse. Si j’éternue pendant le spectacle je serai transformé en rondelles, en carpaccio sans le parmesan, la roquette et le vinaigre balsamique. Mon Dieu, c’est ma dernière volonté : j’ai envie d’un carpaccio, un vrai. Un carpaccio en entrée. Après, un américain (steak tartare pour les français) frites mayonnaise. Trou normand à l’Eau de Villée et, ensuite, puisqu’il faut manger du poisson pour le phosphore, douze cuisses de grenouilles à l’ail. Attention : pas douze fois une cuisse mais douze fois deux cuisses. Pas des cuisses de grenouilles unijambistes. Une grenouille unijambiste ça tourne en rond, dzoing, dzoing, dzoing, comme moi quand j’essaye de me gratter avec mon plâtre à gauche quand ça chatouille au cou du côté droit. J’a dit au cou mais ailleurs c’est le même. Seigneur, j’ai honte de vous embêter avec mes petites histoires. C’est pourquoi je vous laisse le choix du dessert, avec une petite préférence pour une crème glacée à la vraie vanille surmontée d’un bon chocolat belge. Mon Dieu, le dénouement est proche. Donnez-moi la force de ne pas éternuer pendant la tronçonneuse.  

12/02/2009

Cherche à avoir la paix demain

Demain c’est vendredi 13. Tant pis pour l’énigme du jour mais je serai occupé toute la journée à me préparer un vendredi 13 tranquille. Je vais scier tous les pieds des échelles que je rencontre afin de m’éviter de passer en dessous demain. J’ai un rayon d’action d’un mètre cinquante plus trois mètres plus cinquante mètres avec ma tronçonneuse électrique à fil, rayon d’action duquel il faut soustraire la hauteur de quatre étages plus le rebord du balcon du cinquième plus la distance séparant le bord du balcon à la prise du four à micro-ondes. Je cherche des allonges électriques supplémentaires ainsi qu’un four à micro-ondes à prêter pour la journée. D’avance merci.

03/03/2007

Cherche une clef

Bom, bom, bom, bom « Il y a quelqu’un ? ». Bom, bom, bom, bom. « Di dju di nom di dju, Batibouw, le salon de l’habitat, 300.000 visiteurs et pas un seul qui viendrait m’ouvrir la porte ». Bom, bom, bom, bom. « Monsieur, que faites vous dans cette armoire ? ». « Avant d’acheter je vérifie la structure intérieure, les charnières, espèce de gong ». « Sortez de là, monsieur ». « Y a pas de poignée et quand je pousse du cul sur la porte, y a rien qui bouge ». « C’est parce que l’armoire est fermée à clef ». « Et vous ne savez pas vous servir d’une clef ? Vous devriez vendre des tapis, pas des armoires avec des portes et des clefs ». « Il n’y a plus de clef sur la porte, monsieur, je vais chercher des outils ». « Nooon, pas la tronçonneuse, je suis dedans. Faites plutôt un appel ». … « Chers visiteurs, si vous avez un gamin et que ce petit con énergumène se promène avec une clef d’armoire, pouvez vous l’apporter à l’accueil. Un monsieur est coincé ». … « Ho, ho, le vendeur, vous êtes là ? ». « Oui ». « Il n’y a pas de bar dans votre grande boîte. J’ai soif, allez me chercher une limonade ». « Mais ». « Et un flexible ». « Un flexible ?». « Ben oui, pour que je puisse aspirer la limonade par le trou de serrure ».