24/05/2010

Cherche à comprendre le progrès

(Ceci est la suite d’hier) « Alors, gamin, tu réponds au téléphone, oui ou non ? ». « Oui, papa. Mais ça fait tûûût tûûût tûûût, papa. Non seulement il n’y a pas de fil à ton téléphone mais, en plus, il n’y a personne au bout du fil qui n’existe pas. Tu y comprends quelque chose, papa ? ». « Pas vraiment, gamin. Ah, quelle époque ! Même les téléphones s’enfilent ! ». « Et les souris aussi, papa ». « Oui, mais ça je peux comprendre, gamin ». « Tu sais, papa, on n’arrête pas le progrès ». « A propos, gamin, tu ne devineras jamais ce que j’ai vu en démonstration récemment. J’ai vu un fer à repasser à vapeur en fonctionnement, tu sais, ceux avec de l’eau. J’ai regardé partout : il n’y avait aucun tuyau qui reliait le fer à un robinet ». « C’est parce qu’il y a un réservoir, papa ». «  Ah bon ! Tu es sûr ? Heuuu ».

18/07/2007

Cherche à bien préparer mon départ

« Gérard, allo, Gérard ». « Oui, à qui ai-je l’honneur ? ». « Gérard, c’est moi, je voulais m’assurer que tu étais levé ». « J’avais mis mon réveil à 03 heures cinquante et je viens de perdre une heure et demi de sommeil. Pourquoi appelles-tu ? ». « Tu crois que c’est raisonnable ? ». « Quoi ? ». « Partir en avion ». « C’est pour ça que tu m’appelles ? ». « Heuuu, oui ». « Dis, tu vas me faire chier pendant toutes mes vacances ? ». « Heuuu, oui, heuuu, non. Gérard, j’ai peur. J’ai peur de l’avion ». « Tu auras un bouton. Si tu veux sortir, hop, tu pousses dessus, hop, siège éjectable, hop, pas de vacances mais retour maison en parachute ». « C’est vrai, Gérard ? ». « Quand j’te l’dis que j’te l’dis ». « T’es sûr, Gérard ? ». « Hé, ho, on n’est pas encore parti et tu me casses les couilles ». « Gérard, je n’ai jamais utilisé un parachute ». Tûûût tûûût tûûût. « Gérard ? ». Tûûût tûûût tûûût.