18/09/2010

Le cramique

« Bonjour, madame ». « Bonjour, monsieur ». « Hier je suis venu acheter un, heuuu, une sorte de pain amélioré avec des raisins ». « Vous voulez dire un cramique, monsieur ». « « Oui. Parce que le gamin aime bien quand il y a des raisins dedans ». « Et alors, monsieur ». « Voila : aujourd’hui je voudrais acheter un vélo ». « Un vélo ! Pour faire quoi, monsieur ? ». « Pour aller d’un raisin à l’autre. Et toc ».

08:04 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cramique, vélo, gamin |  Facebook |

16/06/2010

Cherche à refaire du vélo

 « Papa, le 24 mai cette année, ce sera la Pentecôte. Tu m’emmèneras faire du vélo dans un endroit pentecôtu ? ». « Peut-être l’année prochaine, gamin, si j’ai le temps de m’entraîner. Parce qu’il n’y a pas longtemps, un collègue m’a invité chez lui et nous avons commencé à faire du vélo sur le boulevard près de chez lui. Ma chance : c’était un dimanche sans voiture. Je ziguais, je zaguais de long en large. Les passants ont cru que j’étais une attraction offerte par le ville ». « Et alors, papa ? ». « Une bonne journée, gamin. Au total j’ai reçu 18,60 euros des passants pour ma prestation. Et du net, en noir ».

21/05/2010

Cherche le vélo des belges

« Gamin, sais-tu quel jour sommes nous ? ». « Vendredi, papa, le jour des raviolis. Comme les autres jours d’ailleurs ». « Mais encore, gamin ». « Demain, c’est le week end, et tu m’as promis des cuisses de grenouille sauce à l’ail ». « Gamin, rappelle-toi, j’ai dit à une condition : si je trouve une recette facile. Et des grenouilles. Pas des écrasées sur les routes mais des vraies, avec de grosses cuisses, comme ta mamy. Gamin, le vendredi c’est aussi le jour de la solution de l’énigme du jeudi, non ? ». « Oui, papa, la réponse que tu devras m’expliquer c’est que les belges mettent des bottes en caoutchouc pour faire du vélo parce qu'ils croient que le sida s’attrape par les pédales ». « Heuuu ».

20/05/2010

L'énigme du gamin

« Papa, tu vas être content, le papa de Cédric m’a donné une idée pour l’énigme du jeudi. Je n’ai rien compris mais j’aime bien parce que c’est du belge ». « Du belge ! Mais la Belgique s’effrite, gamin. Tu as compris ? La Belgique, c’est frites ». « Papa, pourquoi les cyclistes belges font du vélo avec des bottes en caoutchouc ? ». « C’est ça l’énigme, gamin ? ». « Ben, oui ». « Un indice ? ». « Ben, non ». « Je pense que si quelqu’un cherche une énigme intelligente il doit aller voir http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be  ». " Tu auras la réponse demain, papa ".

18/11/2009

Cherche les crevettes

" Papa, tu manges quoi ? ". " Des croquettes aux crevettes grises sur coulis de tomate et sa garniture, gamin ". " C'est bon, papa ? ". " Heuuu, oui, gamin. Mais il manque le vélo ". " Le vélo ? Pour faire quoi, papa ? ". " Gamin, vas en cuisine demander un vélo ". " " Et je dis quoi, papa ? ". " Tu dis que ton papa a besoin d'un vélo, gamin. C'est simple, non ? ". " " Et si on me demande pourquoi, papa, je dis quoi ? ". " Tu dis que ton papa a besoin d'un vélo pour aller d'une crevette grise à l'autre parce qu'il n'en a trouvé que deux dans la première croquette ".

013

23/05/2009

Cherche à libérer mon bras

« Aïe ». « Vous avez mal quand je pousse là ? ». « Aïe, non non, docteur, aïe ». « Vous êtes plutôt intellectuel ou plutôt manuel ? ». « Vous êtes bien curieux pour un orthodontiste, docteur ». « Orthopédiste ». « Ah bon, excusez-moi, docteur, je croyais que les orthopédistes c’était pour les pieds ». « Je m’occupe aussi des pieds, quand il faut choisir un plâtre de marche, par exemple ». « Ah non, hein, docteur, vous n’allez pas me mettre un plâtre de marche alors que vous venez de retirer celui de mon bras ». « Pour mon diagnostic j’ai besoin de savoir si vous êtes plutôt intellectuel ou manuel ». « Un peu les deux, docteur. Ma spécialité ce sont les raviolis. Tant que vous y êtes, dans les diagnostics, docteur, selon vous, ce sera Anderlecht ou le Standard qui sera champion ? Je dois parier avec un copain ». « Pratiquez-vous un sport ? ». « Je suis croyant pas pratiquant, docteur, dans tous les sports ». « Bon. Et du bricolage ? Des gestes violents ? ». « Heuuu. Ah oui, ça m’arrive ». « Je pense qu’il vaut mieux que vous portiez une orthèse maintenant le pouce et le poignet ». « Une hortèse, docteur, qu’est-ce donc ? C’est lourd à porter ? ». « Disons que c’est un plâtre amovible, en tissus élastique, contenant des plaques en acier, qui maintiendra votre poignet et votre pouce quand vous travaillerez manuellement ». « Amovible ! Heuuu, ça sa visse et ça se dévisse ? C’est une jambe de bois pour le bras ? ». « Vous verrez, c’est léger, ça s’attache avec du velcro ». « Ah bon, après le velpo le velcro. Docteur, et le vélo, c’est pour quand ? ». « Ah, vous faites du vélo ? ». « Du vélo d’appartement, docteur, pour avoir des cuisses fermes qui retarderont l’action des vers quand on m’enterrera. Un jour je l’ai descendu difficilement du cinquième par l’ascenseur pour circuler dans la rue mais il n’avançait pas. Des voisins m’ont dit que c’était normal parce qu’il n’a pas de roue. Vous comprenez ça, vous, docteur, un vélo qui n’avance pas ? ». « C’est comme vous ». « Ah bon ! »

22/05/2009

Cherche le youkaïdi youkaïda

Youkaïdi youkaïada, youkaïdi youkaïda. Je n’ai plus de plâtre au bras. Youkaïdi youkaïda. Le gars à l’hôpital  a gardé les bandes vieille peau mais m’a donné le plâtre en souvenir. J’ai voulu en faire un vase mais il coule. J’aurais du y penser avant de le remplir d’eau puisque puisqu’il manque un morceau verticalement. J’ai un vase de Soissons, cassé. Je vais mettre une étiquette autocollante dessus : vase de Soissons, pour épater les copains. Reste le problème du youkaïdi youkaïda. Fou de joie comme un mec qui a réussi à s’extirper d’un préservatif en boyau de vélo, enfilé facilement à jeun mais devenu strangulatoire par la suite, je tape sur la porte du palier en hurlant youkaïdi youkïda. C’est Gonzalez, le portugais du troisième, qui me menace : « Biloudionne, chi tou continouache à tapotache, yé rachemble oune comité dé quartier pour tou espoulser ». J’ai promis à Gonzalez de ne plus taper sur la porte et de chanter toute la chanson. Mais je ne connais pas les paroles. Je cherche le texte de youkaïdi youkaïda.

NB. Si vous avez raté des épisodes, le reportage sur le plâtre a commencé le 13 mai (voir colonne de droite).

01/03/2009

Cherche un vélo

Un ami me propose de faire une randonnée à vélo dans un pays musulman. J’ai répondu oui sous conditions : trouver un équipement adéquat. Je cherche une paire de babouches et un vélo avec des roues voilées. Plaisantins s’abstenir.

08:24 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : velo |  Facebook |

01/12/2008

Fermé pour cause de St Eloi

St Eloi, c’est mon patron. Le patron des fonctionnaires. Comme je ne jamais fait rien au bureau, j’ai adopté St Eloi comme patron. Je travaille comme dans une banque. Il n’y a plus de clients, ça manque d’action. Qu’est-ce qu’on se marre. On n’a jamais autant utilisé la photocopieuse : les pieds de Fabienne, le zizi d’Yves, le pédalier d’Herman qui vient travailler à vélo. Ginette n’a pas voulu photocopier ce que je lui avais demandé. Pas grave, aujourd’hui je ne pense qu’à un saint.

09/06/2008

Cherche à faire du vélo

« Bonjour, Gérard, c’est gentil de passer me voir. Tu sais, j’avais reconnu ton coup de sonnette, il n’y a que toi qui sonne chez moi ». « Salut. Hé, mais dis donc, tu te lance dans l’art nouveau ? ». « Où ça ? ». « Ben, là, les deux manches de brosses surmontées de casques de coiffeuse pour pygmées ». « Non, hein, Gérard, ce n’est pas de l’art, c’est du génie, le mien. Sais-tu combien ça coûte des genouillères pour aller à vélo ? ». « Non ». « Moi non plus mais celles-ci sont gratuites, à part l’achat de deux manches de brosse, d’un pot de peinture et d’un pinceau ». « Et où est le vélo ? ». « Gérard, lève-toi, viens voir, assieds-toi. ». « Si j’approche mon siège, ça va aussi ? ». « Regarde, Gérard, les deux gros radis rouges ce sont deux ballons de football crevés que j’ai trouvés au parc, que j’ai découpés pour qu’ils s’adaptent à mes genoux et que j’ai peint en rouge, histoire d’être vu dans la circulation ». « Et quand tu te mets debout, ils font quoi tes radis ? ». « Gérard, voyons, le vélo, ça se pratique assis, non. Je ne suis pas au régime sans selle ». « Pédale un peu, pour voir ». « Et merde, les genouillères fichent le camp comme les escarpins d’une ballerine en collant quand elle pète ».

25/11/2006

Chellhoy azhi oihhnb&ég

Fianczlfcnpakejncc erf zerfmee, miybkjb,auoyekabcl   "Papa, Kiki, le hamster n'est plus dans sa cage". Kftgibjhiao, béooihenn &édjjck   "Je sais, gamin, il est ici, sur le clavier de l'ordinateur, en train d'essayer de baiser la souris". "Il fait quoi ?". "Heuuu, il donne des baises à la souris". "Et tu le laisses faire". "Ecoute, gamin, il y a des gens qui roulent à vélo sur une toile avec des pneus enduits de peinture et puis ils vendent leurs oeuvres bien cher". "Et alors, Kiki n'a pas de vélo". "Ouais, gamin, mais Kiki écrit des poèmes avec ses papattes, on va les vendre au marché de Noël". "A des turcs ?". "Pourquoi des turcs ?" "Fianczlfcnpakejncc erf zerfmee, c'est du turc, non". "Non, non, gamin, c'est un poème"

09/10/2006

Cherche une rampe solide.

J'ai voulu grimper à l'échelle des salaires. Et vlan, j'ai du rater une marche. Mais les prix plancher remontent. Et je suis plafonné. Le plancher et le plafond se rapprochent. L'espace vital ma manque. Je vais devoir ramper à l'horizontale. Je veux m'élever, moi, pouvoir changer les pneus du vélo, mettre de la crème dans les raviolis, mettre du détartrant dans le WC, m'acheter un noeud papillon pour faire le con à la télé. Je vais remonter sur l'échelle des salaires. Je cherche une rampe solide.

11/09/2006

Cherche pédales

Le gamin a voulu une croquinette. "Gamin, f'est quoi, fa, une croquinette ?" . "C'est une croquinette, papa, pour rouler, comme un vélo, mais plus petit". "Fils d'imbéfile, on dit trotinette, pas croquinette". "Ben oui, papa, une croquinette". "Gamin, qui de nous deux a un dentier, hein, fi ve fais des fe, f'est normal, toi, tu dois dire trotinette". "Croquinette, croquinette, ou je retourne chez maman". "Fa fuffit, tu auras ta trotinette". Problème : j'ai commandé le petit vélo, la trotinette, par correspondanfe, et il n'y a  pas de pédale. Ve me fuis fais avoir. Ve ferfe des pédales.

21:49 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : gamin, cherche, trotinette, velo, fils, dentier, maman, pedale |  Facebook |

13/06/2006

Cherche un parachute pour vélo

J'ai participé à un concours. Avec un peu de chance je vais gagner un saut en tandem. Je n'ai jamais fait de tandem, je n'ai qu'un vélo d'appartement sans roue. Mais je n'ai pas de parachute. Cinq étages, ça devrait suffire pour qu'il s'ouvre. J'ai repéré des panneaux "Rue barrée. Fête locale". Je vais les emprunter. On ne sait jamais, je ne tiens pas à atterrir dans la benne d'un camion qui passe. Je me demande si le compteur kilométrique va fonctionner verticalement. Quand j'ai acheté ce vélo, j'ai pris l'option sonnette. Dans l'appartement c'est ridicule mais maintenant ça va servir. Je cherche un parachute pour vélo d'appartement avec passager cycliste.

07:47 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : velo, parachute, cycliste, cyclisme |  Facebook |

17/05/2006

Cherche un rez-de-chaussée libre quelques heures par jour

Pour me calmer, je dois faire de l'hypothérapie. Les collègues sont chouettes et m'ont appris que ça vient des grecs, comme hypoteck, cheval de bois, hypocampe, camping pour cavaliers, hypotalanus, avoir un cul de cheval, hypoglycémie, suppositoire pour fièvre de cheval ou hypocondriaque, cheval dire à maman. A propos de maman j'ai retrouvé chez elle le cheval à bascule de quand j'étais petit et je l'ai ramené. Je fais mon hypothérapie au cinquième, un peu comme ceux du deuxième droit qui ont un vélo sans roue. La psy m'a dit que l'important, c'est l'ambiance et que je dois oublier celle du bureau au plus vite. Je dois m'entraîner à l'ombre des regards envieux avant d'aller vagabonder à cheval dans le parc communal. Alors, en selle ! "Tagaflop, tagaflop, tagaflop". J'ai déjà voulu faire du saut d'obstacle, au dessus du tabouret, mais j'ai grandi et mes genoux coincent un peu. Le cheval s'est cabré. J'ai entendu Hiiiiiiiii. Ce n'était pas le cheval mais une des dernières souris qui hantent l'appartement. Hop, une de moins. "Au pas, camarade, au pas, camarade, au pas, au pas, au pas". La guerre est déclarée. Pas encore celle avec les Tuniques bleues mais avec ceux du quatrième. Ils disent qu'à chacune de mes escapades équestres, c'est comme s'il y a avait de l'orage chez eux. Ils veulent me foudroyer. Je cherche un rez-de-chaussée libre, ou habité par des sourds.

08:39 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cheval, psy, velo |  Facebook |

03/04/2006

Cherche la revanche qui se mange comme un plat froid

Le premier avril, en revenant du bureau, je me suis retourné au moins vingt fois : rien derrière. Et pourtant, j'avais l'impression d'être suivi par un vieux vélo. Pas de vélo. Le bruit turlupinait dans ma tête et je fus distrait et me trompâtes de chemin. C'est en demi-tournant que je vis que ces connards de débiles de collègues avaient attaché un vieux poèlon en aluminium à ma mallette. J'ai pris des couleurs, surtout du rouge, sur les joues. Je suis rentré à la maison la mallette à la main et le poèlon dans l'autre. Ce n'est qu'en rentrant que j'ai vu qu'ils avaient collé dans le dos une affichette "Just married" dans le dos de mon imperméable. Bandes de cons. Hé, c'est le trajet que je fais tous les jours, je suis connu. Je vais faire l'innocent au bureau, je ne dirai rien. Mais ma vengeance sera terrribble, avec trois r et deux b. Le pire, c'est que je dois attendre un an pour le prochain poisson d'avril. Je prépare mon coup, donnez-moi des idées.