21/05/2010

Cherche le vélo des belges

« Gamin, sais-tu quel jour sommes nous ? ». « Vendredi, papa, le jour des raviolis. Comme les autres jours d’ailleurs ». « Mais encore, gamin ». « Demain, c’est le week end, et tu m’as promis des cuisses de grenouille sauce à l’ail ». « Gamin, rappelle-toi, j’ai dit à une condition : si je trouve une recette facile. Et des grenouilles. Pas des écrasées sur les routes mais des vraies, avec de grosses cuisses, comme ta mamy. Gamin, le vendredi c’est aussi le jour de la solution de l’énigme du jeudi, non ? ». « Oui, papa, la réponse que tu devras m’expliquer c’est que les belges mettent des bottes en caoutchouc pour faire du vélo parce qu'ils croient que le sida s’attrape par les pédales ». « Heuuu ».

08/10/2009

Cherche à vous faire baver

« Gamin, c’est jeudi, entre mercredi et vendredi ». « Ben oui, papa. On dirait que tes cachets pour la mémoire te font du bien. Un jour tu vas peut-être te souvenir de mon prénom, hein, papa ». « Gamin, ne rigole pas de ça. J’en suis à une moyenne de neuf codes secrets par mois pour ma carte bancaire ». « C’est normal, papa, tu fais les courses en moyenne neuf fois par mois ». « Gamin, soyons sérieux, le jeudi est le jour des énigmes ». « Et je parie que tu n’en as pas prévu cette semaine, hein, papa ». « Si, gamin, cette semaine c’est une énigme visuelle. Regarde ». « Je sais, papa. Je peu le dire ? Papa, je peux ? ». « Gamin, non. Tu me fais penser à ma mère qui estropiait les devinettes ». « Comment, papa ? ». « Elle demandait : quel est le plus long nerf optique ». « Et c’est quoi la réponse, papa ? ». « Ben, c’est justement le nerf optique, gamin ». « Et pourquoi, papa ? ». « Parce qu’on a la larme à l’œil quand on s’arrache un poil du cul, gamin ». 

009 (3)

13/02/2009

Cherche la signification du 14 février

« Allo ». « Heuuu, allo, bonjour madame ? ». « Alors, on se prépare ? ». « Heuuu, oui, je suppose. Je vais aller faire mes courses, c-à-d acheter du thon puisque le thon c’est du poisson et qu’on est vendredi et que Jésus, s’il était encastré entre un bœuf et un âne à sa naissance, a continué sa vie sous le signe du poisson qui se dit Pie Seize en romain. Le vendredi est donc le jour du poisson mais, vu que ce vendredi est un vendredi treize, je prendrai du thon en boîte, sans arêtes, parce que, me connaissant, si j’achète du thon, une darne de saumon ou du cœur de cabillaud frais un vendredi treize je vais revenir avec un stock de cure-dents qui ne sera pas fini quand je quitterai l’hospice les pieds devant ». « Je ne parle pas d’aujourd’hui, abruti, je parle de demain. Quel jour serons-nous demain ? ». « Facile, madame. Demain nous serons le quatorze, non ? ». « Oui mais, quelle est la spécificité du quatorze février ? ». « Facile, madame. Cette année le quatorze février est un samedi. C’est un jour spécial car c’est le jour du marché. Je serai prêt demain pour y aller. J’y vais quand le marché est fini, pour ramasser ce qui est par terre aux légumes et aux fleurs, surtout les fleurs séchées.  Je donne le tout à Kiki, sauf du chou. Kiki, c’est le hamster du gamin. Avec ça il pue moins de la gueule quand il pète ». « Je répète ma question, idiot : qu’a de spécial le quatorze février ». « Madame, vous m’avez appelé idiot, comme maman. Vous la connaissez ? ». « Fils d’imbécile, demain c’est la Saint Valentin. Y penses-tu ? ». « Horreur, je vous ai reconnu. Maman, c’est toi ? ». « Qui veux-tu qui pense à toi, idiot. Je te signale au passage que je ne suis pas encore une horreur ». « Heuuu, si, si, heuuu, non, non. Je voulais dire que les voix sont déformées avec mon téléphone ». « Tu es comme les chats, toi : on devrait leur couper les pattes avant de les jeter par la fenêtre. Quand est-ce que j’aurai une nouvelle belle-fille à enquiquiner ? ». « Maman, efface ce que tu as dit sur les chats, s’il te plait. Pense à mes amis qui aiment les animaux. Moi-même, si je n’ai que deux hamsters et un poisson rouge, c’est parce que j’habite au cinquième. Adieu, veaux, vaches, cochons, couvée. Ici, le marsupilami est en latex. Je ne me sers de sa queue pour me déboucher le nez et les oreilles. Me comprends-tu, maman ? ». « Demain, idiot, tu vas à la pèche, compris. Tu sors en boîte, comme on dit maintenant et tu m’en trouves une qui a un travail stable, pas trop jolie parce que tu vas te le faire piquer, qui se plante la queue du marsupilami et le reste où elle veut et qui a l’esprit de famille pour accepter qu’une belle-mère vienne habiter chez elle parce qu’elle se fait vieille. Compris ». « Heuuu ». « Je te sens dubitatif ». « Tu sais, maman, je ne me suis jamais rasé à cet endroit là. Mais je vais suivre ton conseil sur les boîtes. Deux boîtes, ce sera encore mieux ». « Demain soir : au rapport. J’attends son coup de fil qui m’invite chez toi ». « Oui, maman. Au revoir, maman. Le bonjour à ton amie Lucienne. Je te quitte parce que j’ai pipi caca et ça urge ».     

04/07/2008

Cherche un sujet pour vendredi

« Gamin, on est le quatre juillet. Tu es encore en vacances ? ». « Oui, papa ». « En plus, nous sommes vendredi, le jour du poisson ». « Oui, papa ». « Sais-tu pourquoi le vendredi est le jour du poisson ? ». « Non, papa ». « Moi non plus mais je trouve que c’est un bon sujet à refiler à Rafaël ».

06:45 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vendredi, rafael |  Facebook |

05/01/2007

Cherche à faire une salade

Driiing. « Quoi, maman, toi ici, qu’est-ce qui t’a pris ? ». « J’a pris l’ascenseur, idiot ». « Mais, heuuu, aaah, heuuu, quelle surprise. Pourquoi ? ». « Si tu ne vas pas à la mère, la mère ira t-à toi ». « à la gare d’Heer, maman, c’est si tu ne vas pas à la gare d’Heer, Heer-Agimont, près de la frontière française ». « Qui te parle de gare, idiot, tu sais bien qu’à mon âge je ne prends plus le train ». « Alors tu prends l’ascenseur, hein ». « Idiot. Tu sais quel jour nous sommes ? ». « Vendredi ». « Nous sommes le cinq janvier ». « Oui. Oui, maman, nous sommes le cinq janvier, toute la journée ». « Alors il est normal que je m’inquiète, ça fait cinq jours que tu as uriné dans la camionnette de la police au lieu de souffler dans l’alcootest ». « C’était un malentendu ». « Non, idiot, tu n’es pas un malentendant, tu es un mal comprenant, un idiot, quoi ». « Ben, heuuu, je vais préparer le repas de midi. J’ai justement une boîte de raviolis en promotion trop grande pour moi tout seul ». « Il n’est pas question que j’avale tes saloperies en boîte. Je mangerai ici quand tu auras appris à accommoder une salade ». Je cherche un mode d’emploi pour salade, facile si possible.