29/06/2010

Le pied de porc (3)

« Papa, parle-moi du pied de porc ». « Gamin, c’est notre chance, pendant que tu étais à l’école je suis allé en acheter deux pour demain et deux côtelettes de porc pour aujourd’hui. Regarde ». « Berk, berk, berk, les pieds de porc ». « Ne t’en fais pas, gamin, les pieds de porc doivent mijoter, ce sera pour demain. Aujourd’hui c’est côtelette de porc et purée en poudre ». « C’est quoi, mijoter, papa ? ». « Je ne sais pas encore, gamin, je dois me renseigner sur l’ordinateur ». « Montre-moi les côtelettes, papa, que je comprenne ce qu’est un porc ». « Regarde, gamin, voici une côtelette. Voici l’autre. Si je les mets l’une à côté de l’autre dans ce sens ça ne marche pas mais, dans l’autre sens, tu vois bien que la tronçonneuse a débité la même bébête. Imagine des milliers et des milliers de côtelettes qui se suivent et tu as un porc. Mais, gamin, un porc n’est pas un ver de terre. Il a des pattes, deux devant et deux derrière. Et, au bout des pattes, qu’est-ce qu’il y a, gamin ? ». « Des pieds, papa ». « Oui, gamin, mais des pieds de quoi ? ». « Des pieds de côtelettes, papa ». « Fils de con, ce sont des pieds de porc ». « Et ça se mange ? ». « Demain, tu en auras à midi ». « Papa, tu aurais du acheter des pieds de mille-pattes, tu en aurais eu plus ». « Heuuu ».   

31/05/2007

Cherche Gérard

« Tu prendras bien une cuisse, n’est-ce pas, Gérard ». « Ah, ça dépend. Une cuisse de dinde ou une cuisse de grenouille ? ». « Poulet, coyote. Tu veux une cuisse ? ». « Ah, ça dépend : poulet fermier, poulet de Bresse ? ». « Poulet de Carrefour, coyote, alors, une cuisse ? ». « Ah, ça dépend : carrefour avec des feux ou rond-point ? ». « Ne m’énerve pas, Gérard, je cuisine. En attendant, je te sers un verre, hein, Gérard ». « Ah, ça dépend : un ver de terre, un ver à soie ? ». « Un verre à moi, coyote, pour décorer la table, c’est un verre fantassin, Gérard ». « Pourquoi tu dis ça ? ». « Parce qu’à pied, ce sont les fantassins. C’est un verre à pied. T’as pas fait ton service militaire, Gérard ? Non, hein. T’avais les pieds de travers, Gérard ? T’as pas réussi les tests d’entrée ? T’avais pas le QI suffisant, t’avais que le Q ? Gérard, où vas-tu ? Reviens, il y a deux cuisses qui cuisent, Gérard ».

12/05/2007

Cherche un dictionnaire italien.

« Petit, petit, petit, houhou ». « Vous parlez à qui, voisin ? ». « On m’a dit qu’il fallait parler aux plantes ». « Vous savez, à vous voir, j’ai cru que vous étiez musulman s.c.f. ». « C’est quoi, çà, s.c.f. ? ». « Sans carpette fixe. Sans indiscrétion vous parliez à qui ? ». « A mes choux de Milan, pour qu’ils sortent de terre ». « Vous auriez du semer des choux de Bruxelles ». « Ah bon ! Pourquoi ? ». « Je ne sais pas si vos choux de Milan comprennent le français ». « Je vais essayer en italien : petito, petito, houhou, pronto pronto, milano, la vita é bella, adagio ma non troppo, parmesan, pizza, carpatcho, coucaratcha, moutchos grassiasse, olé, olééé, oléoléoléé, il est des nôôôtres, il est des nôôôtres, olééé, oléoléoléé ». « Dites, voisin, arrêtez, vous allez faire fuir les vers de terre »