29/05/2010

Cherche la voisine

« Bonne fête, chère voisine de palier ». « Mais ! Mais ! Vous êtes malade ? Vous avez une oreille toute rouge ! ». « Chère voisine, mon oreille est mon périscope sonore qui guettait le bruit de votre clef ouvrant votre porte pour vous souhaiter bonne fête. Si mon oreille est rouge c’est parce que j’avais oublié d’enlever la clef de ma serrure ». « Entre nous ça ne m’étonne pas. Et bonne fête de quoi ? Vous avez l’air bête avec votre paquet de chips déjà ouvert ». « La fête des voisins qui se fête en zone neutre, sur le palier par exemple, pour partager l’apéritif. J’ai apporté les chips me disant que vous amèneriez les boissons. Et si le paquet est déjà ouvert c’est parce que j’ai pris soin de votre santé en les testant parce que je ne sais plus lire la date de péremption ». « Normalement c’est sur le dessus du paquet, voisin ». « Je sais mais, vu que je ne sais plus quand je l’ai ouvert, le paquet, je ne retrouve plus le morceau d’emballage du dessus ». « En plus, la fête des voisins c’était hier. Au revoir ». « A l’année prochaine, alors, chère voisine ».

26/05/2010

Cherche le bon jour

« Papa, madame à l’école a dit que ce vendredi 28 avril 2010 c’est la fête des voisins. C’est quoi, papa ? ». « Tu vois, gamin, les gens ne se parlent plus, ne pensent qu’à eux, leurs embouteillages du matin, leurs maux de dos, leur série télévisée, leur téléphone portable qui fait aussi des photos. Alors, une fois par an, les gens vont se parler ». « Et nous, papa, on fait quoi ? On n’a personne à qui parler ». « Gamin, ta chambre est à côté de la mienne. Nous sommes donc voisins. Le 28 au soir tu descendras avec ta trottinette, tu feras le tour du pâté de maison et, quand tu reviendras, tu toqueras à la porte en disant : Bonne fête, voisin. Pendant ce temps-là, je te ferai la surprise de t’attendre avec des surprises ». « Quelles surprises, papa ? ». « Double ration de fromage râpé sur les raviolis, gamin ». « Je suis vraiment obligé d’aller faire un tour du pâté de maison en trottinette, papa ? ». « Oui, gamin ».

07:30 Écrit par Fanny dans petites annonces | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fete, voisin |  Facebook |

25/05/2010

Cherche la fête des voisins

« Monsieur Gonzales ! ». « Ah, Biloudionne ! ». « Gonzales, en cette année 2010 la fête des voisins aura lieu ce vendredi 28 mai ». « Ah ! Bonne fête, Biloudionne, ma nous chommes pas voichins. Tou es dou chinquième et yé chouis du trouachième ». « Gonzales, ce n’est pas un étage qui va nous séparer, voyons. Vous aimez l’Italie ? ». « Ma, Biloudionne, you save què yè souis portougalèze ». « Je sais, Gonzales, mais je voulais vous inviter, vous et votre dame, pour déguster ma spécialité italienne : des raviolis. Et des bons, hein, fabriqués en Belgique. En Belgique du nord, mais, jusqu’à présent c’est encore la Belgique ». « Et yé fé quoua ? ». « Le reste, Gonzales : l’apéritif, les zakouskis, l’entrée, le dessert. Ok ? ». « Yé penche qué nous save oune réounionne avé des zôtres portougalèzes vendredi ». « Ah bon. A plus, Gonzales ». « A plouche, Biloudionne ».

13/03/2010

Cherche à faire le mort

Boum, boum, boum. « Sortez, vous êtes cerné ». Boum, boum, boum. « Voisin, je voudrais savoir quel est l’imbécile dans l’immeuble qui raconte que mon chien ramène des pneus dans l’ascenseur ». Boum, boum, boum. « Venez me le dire en face si vous osez. Ouvrez ou mon chien va vous mordre ». J’hésite : rester incognito ou, comme les menaces me compriment l’estomac et que, dans ce cas, je fais de l’aérophagie, aller péter dans le trou de la serrure pour asphyxier ma voisine de palier. Mais, péter, c’est laisser une trace. On pourrait retrouver mes empreintes digitales si les experts de Miami débarquent. Ou Julie L’Escaut.  Le problème reste entier. Pas question de laisser mes empreintes digitales dans le trou de serrure mais, l’aérophagie nerveuse faisant son chemin, je gonfle, je gonfle. Un soulagement s’impose. Tant pis pour ma sieste, je vais aller étouffer mes bruits de désespoir sous mon oreiller. Décision : je fais le mort. C’est pourquoi je n’ai rien posté aujourd’hui.

05/12/2009

Cherche à oublier ma peur

Horreur. Quand je suis rentré du boulot le gamin était déjà là. " Papa, papa, viens voir, j'ai mis la chorale pour Noël ". " La chorale ? ", lui dis-je, d'un air interrogatif et anxieux. " La chorale à cheval, papa ". " Ah non, hein, gamin, et qui va devoir nourrir les chevaux " lui dis-je depuis les toilettes où je soulageais un besoin pressant. " Et les voisins d'en dessous, ceux du quatrième, hein, gamin, tu y as pensé aux voisins du quatrième, quand ils vont entendre tagaflop, tagaflop. Et le crottin, hein ? Je veux bien le balancer une fois depuis le balcon du cinquième mais, tous les jours jusque Noël, jamais. Sais-tu, gamin, que le cheval hennit, et, hennit soit qui mal y panse, je me vois mal panser des chevaux ". " Papa, ce sont de petits chevaux de bois ". " Ah bon, des chevaux de bois. Attends, gamin, j'arrive mais cette saloperie de merde de tirette de braguette est coincée dans mes poils et, aïe, je n'arrive pas à me, aïe, décoincer ". " Ciseaux, papa ". "Merci, gamin. Ouf ". " Papa, viens voir la chorale à cheval ". " Oh, gamin, que c'est beau ".

026

19/10/2009

Cherche l'année du gamin

« Papa, c’est déjà fini la journée du bon exemple ? ». « Oui, gamin, ça ne dure qu’une journée ». « Heureusement pour toi, hein, papa ». « Gamin, tu n’en as pas plein le cul de la journée de la femme, de la journée des voisins, de la journée de la solidarité, de la journée des entreprises, de la journée de la sclérose en plaque, de la journée des grands-parents, de la journée des secrétaires, de la journée de la fête des pères ». « Tu as raison, papa. Pour moi tu es mon papa tous les jours ». « Brave gamin ».

27/08/2009

Cherche à attraper un lapin

 Un lapin, c'est bon. Surtout avec des pruneaux d'Agen. Un lapin de Garenne avec des pruneaux d'Agen. Et des oignons de Mulhouse. Et de la moutarde de Dijon. Et du sporting d'Anderlecht. Et du basilic de Koekelberg. Mais, comment attraper un lapin ? On m'a dit : lapin, ça linge. Je n'y connais rien en lingerie, je n'ai que des slips, taille M comme Mâle. Les S me serrent à la taille, je dois en mettre deux, un à chaque jambe, ce qui n'est pas économique pour les lessives. Avec les XXL, je pourrais faire un parachute. Donc j'ai des slips M. Mais où donc est le lapin dans cette histoire de slips ? Je ne me vois dire à une rencontre, blonde avec du monde au balcon : "Je vais te montrer ma queue de lapin". Une trompe d'éléphant, oui, mais pas une queue de lapin. Je n'ai pas de trompe d'éléphant. Ni une queue de lapin. Mais j'ai vu un lapin. Dans des bruyères chez un voisin. J'ai les oignons de Mulhouse, la moutarde de Dijon, du basilic de chez Carrefour et un autocollant du sporting d'Anderlecht sur le frigo. Aidez-moi à l'attraper. D'avance merci.

072

03/06/2009

Cherche la fête des voisins

Le mardi 26 mai c’était la fête des voisins. Echec total. J’ai fait tous les étages de l’immeuble, par l’escalier de peur d’être vu dans l’ascenseur mais, pas bête, en commençant par le haut. Boum, boum, boum. « Je suis votre voisin du cinquième, puis-je me joindre à votre table ce soir ? ». Boum, boum, boum. « J’apporterai des pâquerettes pour égayer la table. J’en ai vu dans le parc communal ». Je n’ai reçu aucune réponse au sixième. Au cinquième, c’est quand j’ai dit « Tu vas ouvrir, connard » que j’ai réalisé que je frappais à ma propre porte. J’ai répondu, timidement : « Je suis absent, je suis dans l’escalier ». Evidemment, entendant que quelqu’un frappait chez moi, ma voisine de palier est sortie. « Vous parlez à votre chien chiant ? », me dit-elle. « Je vous l’ai dit mille fois, Kiki n’est pas un chinchilla, c’est un hamster. Je me parlais à moi-même pour être sûr que personne ne me réponde ». « Vous devriez faire l’acquisition d’un perroquet parlant. Qui c’est ? C’est le plombier. Qui ça ? Le plombier, le plombier, bier, bier. A propos, je vous ai déjà entendu crier au sixième étage. Ne venez pas frapper chez moi, je ne suis pas à ». Je cherche une vraie fête des voisins chez qui je pourrais aller manger chaud.  

05/05/2009

A donner : téléviseur d'extérieur

Magnifique objet de décoration : téléviseur transformable en clapier à lapins, en four de jardin (les grilles sont livrées démontées - voir photo), en maison de repos pour nains de jardin sdf. Incroyale : quand on se met sur le dos et qu'on rentre sa tête dedans (après avoir ouvert la porte) on voit le ciel par la buse du dessus et même les étoiles, la nuit. De jour c'est plus difficile. Evitez de le faire d'un endroit où vos voisins peuvent vous voir, je l'ai fait et les voisins m'ont envoyé les pompiers croyant que je me suicidais au gaz dans ma cuisinière. Cadeau idéal pour des amis dont on veut se défaire. Je donne cet objet pour une croûte de pain. La croûte de pain, c'est pour nourrir les petits oiseaux.

plan appart1 005

24/11/2008

Cherche un moule à boule

J’ai ramené plein de neige fraîche dans ma Citroën Albert Lingo. Pour la garder au frais, j’avais laissé les huit centimètres de neige sur le capot et sur le toit. Par contre je n’ai pas su ouvrir un seul carreau pour rafraîchir l’intérieur. A cause de la glace. J’ai du ne pas trop respirer parce que l’haleine ça tient chaud. Ni rouler trop vite puisque je n’avais qu’un cercle de connaissance visuelle dans le pare-brise vu la réticence des balais à balayer. Cercle du à mon sens de la débrouillardise et à un sèche-cheveux qui, par ailleurs, m’a suivi dans mon périple, bien installé dans la neige du toit. Si je roulais trop vite je perdais à la fois une partie du précieux chargement sur le capot et la totalité de ma visibilité. J’ai eu une moyenne exécrable, pire que lorsque j’étais à l’école. Le principal est fait, je suis prêt pour lancer des boules de neige depuis le cinquième étage vers les cinquième, quatrième et troisième étages des immeubles d’en face. Plus bas c’est du gaspillage, la boule peut venir d’en bas. A partir du troisième, on se pose des questions. Pas moi, ceux d’en face. Pour améliorer ma rentabilité je cherche un moule à boule.  

17/05/2007

Cherche mes petits pois

« Voisin, j’ai l’impression que vous me regardez avec dédain ». « Non, non, je regarde vos petits pois avec envie, on voit déjà les cosses, j’ai moi il n’y en a pas un qui pousse ». « Vous avez mis des petits pois ? ». « Oui, oui ». « Où ça ? ». « Ici ». « Où ça, ici ? ». « Ben, ici, je suis au milieu de ma petitpoiseraie ». « Je ne vois rien ». « Moi non plus ». « Vous avez mis quelle sorte ? ». « Des extra fins, ils sont plus sucrés ». « Des quoi ? ». « Des extra fins, il y avait une promotion, quatre boîtes pour le prix de trois ». « Pour manger chauds avec des oignons précuits ou froids avec de la mayonnaise ? ». « Froids avec de la mayonnaise au citron ». « Voisin, vos petits pois, les avez vous trempés dans la mayonnaise avant de les semer ? ». « Heuuu, non. Il fallait ? ».

16/05/2007

Cherche à être d'accord

« Voisin, je parie que vous êtes venu la semaine dernière faire pschiiit pschiiit sur votre lopin de terre ». « J’ai fait pschipschit ? ». « Pulvériser de l’anti herbe, exact ? ». « Exact, sur mon terrain. J’ai construit une large allée à l’anti herbe. Et de un, je pourrai y garer ma Citroën Berlingot quand j’amènerai les copains baver devant mon magasin  de fruits et légumes en pleine nature. Et de deux, plus l’allée centrale est large et moins il y a de terrain à cultiver ». « Dites, voisin, ce jour-là, il y avait du vent ? ». « Exact ». « Vous avez vu mes salades ». « Oh, qu’elles sont mignonnes. Des salades jaunes, je n’en avais jamais vu. Vous m’en vendrez une quand elles seront grandes, je veux épater maman ». « Elles ne seront jamais grandes, voisin ». « Ah, des salades miniatures, jaunes comme les chinois. Banzaï. Vous m’en vendrez trois ou quatre, alors ». « Voisin, vous avez construit votre autoroute en anti herbe sur mes salades, à cause du vent ». « Aaah, heuuu, on peut s’arranger, j’ai encore le ticket de caisse, je ne vous facturerai pas la main d’œuvre ». « Voisin, vous viendrez vous garer dans mon jardin, sur les salades ». « D’accord ». « J’irai repiquer de nouvelles salades sur votre terrain ». « D’accord ». « Je vous vendrai mes salades vertes que j’aurai cultivé sur votre terrain ». « D’accord ». « Voisin, je vous interdis de construire un héliport à l’anti herbe où que ce soit ». « D’accord ».

15/05/2007

Cherche la source communale

« Voisin, vous me semblez tout essoufflé, que ce passe-t-il ? ». « Heuuu, il fait sec, alors j’arrose. La première fois je suis venu avec mes deux seaux remplis dans ma Citroën Berlingot. Heureusement que c’était de l’eau, hein, vous me comprenez, hein. Depuis, je viens à pied mais il ne reste pas beaucoup d’eau à l’arrivée ». « Il fait chaud, c’est peut-être l’évaporation ». « Non, non, en fait, je n’ai que deux mains, une main par seau. Quand je viens à mon petit terrain, je n’ai pas d’ombre, les poireaux sont encore trop petits. Donc j’ai chaud. Donc j’ai soif. Donc je prends des cannettes de bière. Donc je les mets dans les seaux. Déjà sans eau, c’est lourd. Est-ce que vous me comprenez ? ». « Je comprends que vous venez ici boire de la bière ». « Heuuu ». « Mais vous avez une brouette, voisin ». « J’ai oublié de vous raconter : la deuxième fois que j’avais l’intention d’arroser, j’ai mis les deux seaux dans la brouette mais les seaux  ont penché vers l’arrière. J’ai cru que j’avais un pneu plat à l’arrière, j’ai regardé, ma brouette n’a pas de pneu à l’arrière, elle est construite de travers, elle penche ». « Mais non, voisin, c’est fait pour que le fond penche du bon côté quand vous conduisez ». « Ah bon ». « Et le résultat ? ». « Heuuu, arrivé en face de la boucherie une dame en est sortie avec son chien, j’ai freiné, plus d’eau, tout était sur la dame, ses chaussures et son chien ». « Et alors ? ». «  Je suis revenu à vide à l’appartement. Depuis je viens à pied au jardin ». « Voisin, vous devriez acheter un tuyau d’arrosage ». « Je vous l’ai déjà dit, le jardin est à une demi-heure de l’appartement. Vous vous imaginez la longueur d’un tuyau d’une demi-heure. Et puis, je suis souvent distrait. Si une voiture passe sur le tuyau, je suis certain d’aller regarder le bout du tuyau pour voir ce qui bouche et, quand la voiture sera passée, hein, qui va recevoir le jet en pleine poire, hein ? ». « Mais, voisin, tous les lopins de jardin ont un robinet placé par la commune ». « Ah bon, c’est à ça qu’il sert, ce robinet stupide fixé à un piquet stupide ».

12/05/2007

Cherche un dictionnaire italien.

« Petit, petit, petit, houhou ». « Vous parlez à qui, voisin ? ». « On m’a dit qu’il fallait parler aux plantes ». « Vous savez, à vous voir, j’ai cru que vous étiez musulman s.c.f. ». « C’est quoi, çà, s.c.f. ? ». « Sans carpette fixe. Sans indiscrétion vous parliez à qui ? ». « A mes choux de Milan, pour qu’ils sortent de terre ». « Vous auriez du semer des choux de Bruxelles ». « Ah bon ! Pourquoi ? ». « Je ne sais pas si vos choux de Milan comprennent le français ». « Je vais essayer en italien : petito, petito, houhou, pronto pronto, milano, la vita é bella, adagio ma non troppo, parmesan, pizza, carpatcho, coucaratcha, moutchos grassiasse, olé, olééé, oléoléoléé, il est des nôôôtres, il est des nôôôtres, olééé, oléoléoléé ». « Dites, voisin, arrêtez, vous allez faire fuir les vers de terre »

08/05/2007

Cherche la panne.

« Voisin, pourquoi courrez vous comme ça ? ». « Ce n’est pas moi, c’est lui qui tire ». « Vous devez le retenir ». « J’sais pas, il est trop fort ». « Mais c’est vous le chef, non. Retenez-le ». « Facile à dire. Il est indomptable ». « Vous avez pris un motoculteur à essence trop puissant. Il n’a pas deux vitesses ? ». « J’sais pas ». « Vous serez mort ce soir si vous continuez à courir comme ça. Coupez l’arrivée d’essence ». « J’sais pas ». « Je vous dis de couper l’arrivée d’essence ». « J’sais pas où elle arrive, l’essence ». « Qu’allez vous faire, voisin ? ». « Je dois rendre le motoculteur ce soir, je vais courir tant qu’il y aura de l’essence ».

29/03/2007

Recherches difficiles de Biglodion (1)

Recherches difficiles (1)

100.000 visites, 100.000 mercis. Pour fêter ça, je vous livre quelques paquets d’annonces déjà publiées et regroupées par thèmes : le gamin, maman, les rencontres, le supermarché, etc. C’est un peu mon « biesse tof » personnel. N’hésitez pas à me faire connaître le vôtre. Bon amusement. Amitiés.

 

Cherche piscine à sec

Je suis allé voir le gamin et j’ai pissé dans la glycine. Ah non, zut alors, je n’arrive pas à effacer, je n’ai plus la marche arrière. Bon, stop. Trois, deux, un, on repart à zéro. Je suis allé voir le gamin et j’ai glissé dans la piscine. Et, plouf. Mouillé. Jusqu’au fond du slip et des chaussettes. J’ai horreur de l’eau, sauf dans le pastis en été. Mais j’ai quand même envie d’apprendre à nager, ça peut être utile, par exemple quand on voit un porte feuille qui flotte. Je cherche une piscine sèche pour mes débuts.

 

Cherche quelque chose comme SOS Landru

Mon voisin ne sait pas que je sais qu’il sait que sa femme le trompe. Moi je le sais. Je sais même avec qui, au pluriel. Quand elle n’est pas là, il n’arrête pas de hurler «  et ils pissent comme je pleure sur les femmes infidèles que leurs gros bras invitent à revenir en plus cuit « . J’ai peur qu’il ne fiche le feu à la baraque en faisant son méchoui. Ce qu’il hurle me dit quelque chose, mais quoi. Je cherche le texte complet. Je cherche aussi une association du genre S0S Landru car si lui est poli et, c’est ça le drame possible, bon bricoleur, elle, c’est une dure à cuire.

 

Echange réveil

J’ai reçu un merveilleux petit réveil qui me réveille avec des chants d’oiseaux. Le problème c’est que, les jours ouvrables, je le mets sur 06 heures 15 et qu’il me réveille entre 09 heures 10 et 09 heures 45 selon les jours. Mon chef est de plus en plus fâché quand je lui explique les raisons gazouillantes de mon retard au bureau. Il dit qu’il est dubitatif, ou du bitatif, ou du bite à tif, je ne comprends pas ce qu’il veut dire. Ce réveil est un cadeau merdique, tous comptes faits. Je l’échange contre un autre avec, comme sonnerie, des grognements, barrissements, hennissements, explosions de mines, tir de mortier, scie circulaire en fonctionnement, voire même un enregistrement du coussin péteur du gamin.

06/07/2006

Cherche tuyau dur

J'ai promis au voisin de l'immeuble d'en face, celui du quatrième étage, d'arroser les plantes de son balcon pendant ses vacances. J'ai emprunté un tuyau d'arrosage mais il est mou. Je dois viser depuis mon balcon. Je gaspille beaucoup d'eau et certains locataires de l'immeuble d'en face sont fâchés, surtout ceux qui avaient laissé leurs fenêtres ouvertes. Je vise mal, je ne suis pas assez entraîné. Je cherche un tuyau dur, dur de dur, pour aller d'un côté à l'autre de la rue. J'ai aussi besoin d'un entonnoir. Normalement ça doit marcher. L'eau doit pouvoir arriver puisque j'habite plus haut. Si possible un tuyau dur mais avec un bout en caoutchouc pour ne casser trop de fenêtres lors des manoeuvres.

07:41 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : voisin, tuyau, eau, caoutchouc |  Facebook |

13/04/2006

Cherche amateurs de canards

Pour ses cloches, j'ai commandé par correspondance pour le gamin un canard en mousse. Je suis content car le canard va l'énerver. Il ne saura pas le noyer dans le bain. Il y a un petit poids en dessous (du canard, pas du gamin, je suppose que vous aviez compris). Chouette, ça va encore plus l'énerver puiqu'il se remet droit (le canard). J'ai eu un problème à la livraison, ou plutôt à la commande : dans la colonne quantité j'ai recopié le numéro de l'article, soit 2.813. Je n'étais pas là lors de la livraison mais des voisins m'ont dit qu'ils sont venus avec deux camionnettes. Le problème, c'est qu'ils ne sont pas plats comme des canards à gonfler mais ce sont 2.813 canards en mousse, en chair et en os, en vrai, quoi. Les livreurs sont parvenus à convaincre huit colocataires pour entreposer les caisses. Mais ceux-ci commencent à s'enerver et exigent que je les libère de ma ménagerie. Il y en a qui menacent de les cuire. Ils sont fous, ça va puer dans l'immeuble. Je ne peux pas les mettre chez moi, ce ne serait plus une surprise pour le gamin. Je me suis renseigné : à cause de la peste aviaire tous les refuges sont pleins. Je cherche des amateurs de canard, si possible en gros et en mousse. Pour les voir, sonnez chez Monsieur Pantalena, Mr et Mme Marivic, Madame N. Martin, Monsieur H. De Wulf, Mademoiselle Charlynn Baldewijns, Fabienne Vrancx, Mr et Mme Picron (attention, il y a deux chiens)ou Famille Sch ... l.. g (facile à reconnaître, le nom sur la sonnette est illisible)

08:26 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paques, gamin, canard, voisin |  Facebook |