24/08/2010

Robert est dans la merde

« Robert, tu dors ? Robert, tu vis encore ? Robert, tu n’as pas mangé ton yaourt à la fraise, veux-tu que je t’aide ? Robert, dis quelque chose, n’importe quoi mais dis quelque chose ». « Merde ». « Ah bon. Tu veux que je donne l’alarme pour qu’on vienne te poudrer le popotin ? ». « Merde ». « J’ai compris, Robert, c’est parti tout seul. Tu sais, ça m’arrive aussi mais moi c’est pipi. C’est congénital et quand j’ai trop bu ». « Merde ». « Robert, je sens qu’on est en plein dans le vif du sujet. Alors, Robert, je sonne l’alarme, oui ou merde ? ». « Merde ». « On patauge, Robert, on patauge. Tu veux peut-être que je te laisse seul, oui ou merde ? ». « Oui ». « Heuuu ».

 

Robert vit ses aventures depuis le 31.07.10. Voir " Notes récentes " dans la colonne de droite. A demain.

07:30 Écrit par Fanny | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : robert, merde, yaourt, fraise, chose, alarme, popotin, pipi, vif, heuuu |  Facebook |

10/08/2010

Pèlerinage chez Robert

C’est comme qui dirait un pèlerinage. Je suis encore allé voir Robert, hospitalisé à cause de son régime liquide occasionné par un Hyppolite coincé dans un noeusophage. Etymologiquement je n’ai pas compris car les « phages » sont ceux qui mangent, comme les sarkophages sont ceux qui bouffent du Sarkozy. Donc son nœud aurait du être bouffé depuis longtemps. Ou alors c’est un nœud marin. Il ne peut avaler que du liquide et, pour ne pas qu’il soit triste, je vais le voir à l’heure du repas et je mange tout ce qui est solide sauf les fromages frais, les flans au caramel, les yaourts colorés à la fraise et les crèmes glacées. Pour l’encourager je lui dis : « Robert, tu ne dois pas te plaindre, c’est toi qui manges le meilleur ».

 

Les aventures de Robert ont commencé le 31.07.10

24/09/2009

Chercehe à zexpliquer mes vaquances

« T’étais où, papa, pour tes vacances ? ». « Heuuu, gamin, je ne sais plus. C’était bien. On ne devait pas se laver parce qu’on recevait la douche froide collective le matin, la douche tiède collective à midi et la douche chaude collective le soir. Ce sont des psychologues avertis qui ont inventé ça. La douche froide du matin réveille et chasse les fourmis dans les jambes. La douche tiède de midi maintient éveillé et la douche chaude du soir fait dormir et permet de ne changer les draps qu’une fois par séjour. Des douches à l’eau de source, gamin. Je pouvais garder la bouche ouverte pendant la douche. Non seulement j’économisais le dentifrice mais, en plus, j’avais mon Apport Journalier Recommandé, mon AJR comme c’est écrit sur les pots de yaourt, en calcium, potassium, plutonium, atomium, géranium, uranium. Une cure de santé, gamin ». « Tu as des photos, papa ? ». « Des douches, non. On devait être tout nu, dans le plus simple appareil comme ils disaient, c-à-d sans appareil. Moi qui ne sais pas nager j’ai bu la tasse trois fois par jour. Pour faire des économies parce qu’au distributeur l’eau était payante ». « C’était pour quoi, l’eau, papa ? ». « C’est de l’eau pleine de vertus. Contre les rhumatismes, pour avoir de belles dents blanches si on gardait la bouche ouverte pendant les douches, pour faire circuler la circulation. Et l’eau avait même des vertus aphrodisiaques mais ça je n’ai pas testé ». « C’est quoi affreux disiaque, papa ? ». « Gamin, je viens de te dire que je n’ai pas testé, voyons. En plus le jet était tellement puissant que je n’aurais pas su lever le petit doigt ». « Papa, tu en oublies l’énigme du jeudi ». « Heuuu, disons, heuuu, dans quelle commune cette photo a-t-elle été prise ? Un indice : c’est en Europe ».

045 (3)

24/05/2009

Cherche la fête des pères

« Papa, c’est bientôt la fête des pères. Tu veux quoi comme cadeau ? Madame, à l’école, demande des idées ». « Un pot de yaourt vide avec des confettis collés dessus, Grâce à ton institutrice j’ai commencé une collection de pots de yaourt. Quand tu auras quarante ans je m’achèterai une planche que je fixerai au mur pour exposer tous tes chefs-d’œuvre. Le musée du pot de yaourt à travers le temps. A York il y a le musée du jambon. A Agen c’est le musée du pruneau. A Garenne celui du lapin. A Compote celui du boudin. Ici, ce sera le musée du pot de yaourt ». « Papa, tu m’achèteras une casquette marquée Guide ». « Gamin, j’espère qu’à quarante ans tu feras autre chose que d’attendre des autocars de japonais  venus photographier un mètre cinquante de pots de yaourt, ça va coincer dans l’ascenseur pour les faire monter au cinquième étage ». « Je t’offre quoi, alors, papa ? ». « Du persil, du vrai, du vivant. Je n’en ai jamais vu mais ce n’est pas cher. Il parait que c’est bon pour la santé, pour avoir une biloute qui se lève devant les dames, que c’est plein de fer comme les chemins qui supportent les trains ». « Papa, je fais quoi avec le pot de yaourt que madame m’a confié pour ta fête ? ». « Heuuu ».

Lhistoire du plâtre est terminée. Retrouvez-la dans le colonne de droite à partie du 14 mai 2009. Bonne lecture.

01/09/2006

Cherche des dégustations

J'adore le supermarché, surtout les samedis quand il y a des dégustations. "Monsieur, connaissez-vous le yaourt aux fraises ?". "Aah, aux fraises, c'est nouveau ? Mmmm, j'en reprends un, hein, pour bien goûter". ...  ... "Monsieur, un petit porto authentique de Nouvelle Guinée". "Je peux comparer le blanc et le rouge ?". "Oui, monsieur, alors ?". "Ben, heu, je trouve qu'il a un goût de fraise". ... ... "Ah, je sens que vous êtes connaisseur, prenez un bout de ce jambon italien". "Mmmm, miam, miam, miam". "Un bout j'ai dit, stop, lâchez le plateau". "Mmmm, miam, miam, miam". "Revenez, monsieur, je vous ai vu, vous êtes caché dans la lingerie féminine, monsieur, s'il vous plait, rendez-moi le plateau". "Voila, voila, heu, vous n'auriez pas un bout de tchiabata ? J'ai du jambon coincé dans mes caries". S'il y a des dégustations samedi dans votre supermarché, prévenez-moi.