07/09/2009

Cherche la méduse

« Papa ». « Oui, gamin ». « Papa, il y a une méduse dans la cuvette des toilettes ». « Bonne blague, gamin, ha, ha ». « Papa, je te jure, il y a une méduse qui flotte dans la cuvette des toilettes. Viens voir ». « Dis, gamin. Je m’intéresse quand même un peu à l’actualité. Je sais bien que le niveau de l’eau de la mer monte mais de là à retrouver une méduse ici au cinquième étage, tu pousses le bouchon un peu loin, hein, gamin ». « Papa, viens voir tout de suite ou je tire la chasse et tu n’auras rien vu ». « Gamin, tu connais ma curiosité naturelle pour les sciences. Ne tires sur rien du tout. J’arrive ». « C’est là, papa, dans le pot ». « Ah, mais c’est la maman de Cédric ». « Quoi, papa, elle s’est noyée en faisant pipi ? ». « Mais non, hein, gamin. Tu as bien vu qu’elle prenait l’ascenseur avec Cédric quand elle est venue le rechercher ». « Papa, pourquoi dis-tu alors que la méduse c’est la maman de Cédric ? ». « Avant de nous quitter la maman de Cédric a demandé d’aller aux toilettes. Parce que j’avais débouché une grande bouteille de cidre en son honneur et que le cidre a eu sur elle un effet diurétique ». « Tu veux dire qu’elle devait pisser ici pour ne pas devoir le faire sur la route, papa ? ». « Oui, gamin. Et la méduse est en fait le papier toilettes qu’elle a utilisé pour s’essuyer ». « Mais, papa, je n’utilise pas de papier quand je vais faire pipi ». « Gamin, le bon dieu a créé l’homme et la femme différents ». « Je sais, papa. Tu m’as déjà dit que c’était pour pouvoir faire velcro ». « Oui, gamin. Et aussi pour pouvoir devenir menuisier et construire des meubles parce que tu sais ce que sont un tenon et une mortaise ». « C’est quoi un tenon et une mortaise, papa ? ». « En menuiserie, le tenon c’est la biloute et la mortaise c’est là où on enfonce le tenon ». « Tenons-nous aux branches, hein, papa ». « Gamin, si tu me fais rire quand j’explique sérieusement la sexualité des meubles, je ne saurai plus où j’en suis ». « Tu en étais au cidre qui fait faire pipi et à la méduse qui est en papier, papa ». « Ah, j’y suis. Et quand j’y suis, hein, gamin ? ». « Tu y restes, papa, je sais ». « Donc, quand tu as fini de faire pipi, tu te secoues le zizi, n’importe comment si tu es dans la nature et calmement si tu es dans un W.C. ». « Papa, j’ai compris. Comme les filles n’ont pas de zizi mais une mortaise, elles doivent se secouer en sautillant dans la nature et s’essuyer avec du papier quand elles sont sur le pot ». « Gamin, je suis fier de toi. Tu as compris ». « Papa, tu m’as parlé du bon dieu ». « Oui, gamin ». « A l’école j’ai appris qu’il avait d’abord créé l’homme et puis la femme ». « Oui, gamin ». « Il a donc créé le papier toilettes le même jour qu’il a créé la femme ». « Heuuu ».

Cherche la méduse

« Papa ». « Oui, gamin ». « Papa, il y a une méduse dans la cuvette des toilettes ». « Bonne blague, gamin, ha, ha ». « Papa, je te jure, il y a une méduse qui flotte dans la cuvette des toilettes. Viens voir ». « Dis, gamin. Je m’intéresse quand même un peu à l’actualité. Je sais bien que le niveau de l’eau de la mer monte mais de là à retrouver une méduse ici au cinquième étage, tu pousses le bouchon un peu loin, hein, gamin ». « Papa, viens voir tout de suite ou je tire la chasse et tu n’auras rien vu ». « Gamin, tu connais ma curiosité naturelle pour les sciences. Ne tires sur rien du tout. J’arrive ». « C’est là, papa, dans le pot ». « Ah, mais c’est la maman de Cédric ». « Quoi, papa, elle s’est noyée en faisant pipi ? ». « Mais non, hein, gamin. Tu as bien vu qu’elle prenait l’ascenseur avec Cédric quand elle est venue le rechercher ». « Papa, pourquoi dis-tu alors que la méduse c’est la maman de Cédric ? ». « Avant de nous quitter la maman de Cédric a demandé d’aller aux toilettes. Parce que j’avais débouché une grande bouteille de cidre en son honneur et que le cidre a eu sur elle un effet diurétique ». « Tu veux dire qu’elle devait pisser ici pour ne pas devoir le faire sur la route, papa ? ». « Oui, gamin. Et la méduse est en fait le papier toilettes qu’elle a utilisé pour s’essuyer ». « Mais, papa, je n’utilise pas de papier quand je vais faire pipi ». « Gamin, le bon dieu a créé l’homme et la femme différents ». « Je sais, papa. Tu m’as déjà dit que c’était pour pouvoir faire velcro ». « Oui, gamin. Et aussi pour pouvoir devenir menuisier et construire des meubles parce que tu sais ce que sont un tenon et une mortaise ». « C’est quoi un tenon et une mortaise, papa ? ». « En menuiserie, le tenon c’est la biloute et la mortaise c’est là où on enfonce le tenon ». « Tenons-nous aux branches, hein, papa ». « Gamin, si tu me fais rire quand j’explique sérieusement la sexualité des meubles, je ne saurai plus où j’en suis ». « Tu en étais au cidre qui fait faire pipi et à la méduse qui est en papier, papa ». « Ah, j’y suis. Et quand j’y suis, hein, gamin ? ». « Tu y restes, papa, je sais ». « Donc, quand tu as fini de faire pipi, tu te secoues le zizi, n’importe comment si tu es dans la nature et calmement si tu es dans un W.C. ». « Papa, j’ai compris. Comme les filles n’ont pas de zizi mais une mortaise, elles doivent se secouer en sautillant dans la nature et s’essuyer avec du papier quand elles sont sur le pot ». « Gamin, je suis fier de toi. Tu as compris ». « Papa, tu m’as parlé du bon dieu ». « Oui, gamin ». « A l’école j’ai appris qu’il avait d’abord créé l’homme et puis la femme ». « Oui, gamin ». « Il a donc créé le papier toilettes le même jour qu’il a créé la femme ». « Heuuu ».

Cherche la méduse

« Papa ». « Oui, gamin ». « Papa, il y a une méduse dans la cuvette des toilettes ». « Bonne blague, gamin, ha, ha ». « Papa, je te jure, il y a une méduse qui flotte dans la cuvette des toilettes. Viens voir ». « Dis, gamin. Je m’intéresse quand même un peu à l’actualité. Je sais bien que le niveau de l’eau de la mer monte mais de là à retrouver une méduse ici au cinquième étage, tu pousses le bouchon un peu loin, hein, gamin ». « Papa, viens voir tout de suite ou je tire la chasse et tu n’auras rien vu ». « Gamin, tu connais ma curiosité naturelle pour les sciences. Ne tires sur rien du tout. J’arrive ». « C’est là, papa, dans le pot ». « Ah, mais c’est la maman de Cédric ». « Quoi, papa, elle s’est noyée en faisant pipi ? ». « Mais non, hein, gamin. Tu as bien vu qu’elle prenait l’ascenseur avec Cédric quand elle est venue le rechercher ». « Papa, pourquoi dis-tu alors que la méduse c’est la maman de Cédric ? ». « Avant de nous quitter la maman de Cédric a demandé d’aller aux toilettes. Parce que j’avais débouché une grande bouteille de cidre en son honneur et que le cidre a eu sur elle un effet diurétique ». « Tu veux dire qu’elle devait pisser ici pour ne pas devoir le faire sur la route, papa ? ». « Oui, gamin. Et la méduse est en fait le papier toilettes qu’elle a utilisé pour s’essuyer ». « Mais, papa, je n’utilise pas de papier quand je vais faire pipi ». « Gamin, le bon dieu a créé l’homme et la femme différents ». « Je sais, papa. Tu m’as déjà dit que c’était pour pouvoir faire velcro ». « Oui, gamin. Et aussi pour pouvoir devenir menuisier et construire des meubles parce que tu sais ce que sont un tenon et une mortaise ». « C’est quoi un tenon et une mortaise, papa ? ». « En menuiserie, le tenon c’est la biloute et la mortaise c’est là où on enfonce le tenon ». « Tenons-nous aux branches, hein, papa ». « Gamin, si tu me fais rire quand j’explique sérieusement la sexualité des meubles, je ne saurai plus où j’en suis ». « Tu en étais au cidre qui fait faire pipi et à la méduse qui est en papier, papa ». « Ah, j’y suis. Et quand j’y suis, hein, gamin ? ». « Tu y restes, papa, je sais ». « Donc, quand tu as fini de faire pipi, tu te secoues le zizi, n’importe comment si tu es dans la nature et calmement si tu es dans un W.C. ». « Papa, j’ai compris. Comme les filles n’ont pas de zizi mais une mortaise, elles doivent se secouer en sautillant dans la nature et s’essuyer avec du papier quand elles sont sur le pot ». « Gamin, je suis fier de toi. Tu as compris ». « Papa, tu m’as parlé du bon dieu ». « Oui, gamin ». « A l’école j’ai appris qu’il avait d’abord créé l’homme et puis la femme ». « Oui, gamin ». « Il a donc créé le papier toilettes le même jour qu’il a créé la femme ». « Heuuu ».

01/12/2008

Fermé pour cause de St Eloi

St Eloi, c’est mon patron. Le patron des fonctionnaires. Comme je ne jamais fait rien au bureau, j’ai adopté St Eloi comme patron. Je travaille comme dans une banque. Il n’y a plus de clients, ça manque d’action. Qu’est-ce qu’on se marre. On n’a jamais autant utilisé la photocopieuse : les pieds de Fabienne, le zizi d’Yves, le pédalier d’Herman qui vient travailler à vélo. Ginette n’a pas voulu photocopier ce que je lui avais demandé. Pas grave, aujourd’hui je ne pense qu’à un saint.

24/06/2008

Cherche à avertir

« Papa, il y a une affiche dans les toilettes. C’est une pub ? Tu te fais sponsoriser comme certains blogs ? ». « Non, gamin, jouer à l’homme sandwich, jamais. Cette affiche est un avertissement ». « Et ça dit quoi, papa ? ». « Je te lis, gamin. Si vous êtes distrait, déboutonnez votre braguette au lieu de votre gilet et ne prenez pas votre cravate pour votre zizi. Sinon vous risquez de pisser dans votre pantalon ». « Pourquoi tu as mis cette affiche, papa ? ». « Parce que ça m’est arrivé au mariage de cousine Mathilde, gamin ».

25/12/2007

Cherche à comprendre Noël

Hélène et Ludivine, enfants, Sortez du bois, montrez vos musettes. Hélène et Ludivine, enfants, Venez jouer dans l’appartement. Si un jour je vais à Milan, Je vous rapporte des cacahuètes, si do ré, dossido mi rééé, si do ré, mirédo si laaa. Tu vois, Kiki, au réveillon j’ai tenu le coup, hein, et même les douze coups, et les treize et les quatorze. Deux fois, puisque voilà que je me réveille à trois heures moins cinq de l’après-midi. Tu vois, Kiki, Noël une fois, ça va. Trois fois, bonjour les dégâts. Je crois que c’est à cause des quarante centimètres de boudin au cognac. Le cognac a du faire mélange avec les bières. Hé, vous avez mangé le petit jésus que j’avais sculpté dans le boudin aux poireaux. Alors, il était bon le petit jésus. Je lui avais fait un gros zizi mais c’est parce que j’ai eu le hoquet en sculptant. Et Pipette, Kiki, toujours aussi grosse, je vois. Je pensais avoir deux petites hamsters pour la Noël, Hélène et Ludivine. Ce sera pour l’année prochaine, j’espère.

18/02/2007

Cherche un cochon noir

« Papa, on mange quoi aujourd’hui ? ». « Du jambon, gamin ». « Encore ! ». « Gamin, c’est l’année du cochon en Chine, alors nous mangerons du cochon toute l’année ». « T’as dit jambon, papa, t’as pas dit cochon ». « Gamin, c’est fait en quoi les cochons, hein. C’est fait avec du jambon et avec des côtelettes ». « Ah non, papa, les côtelettes, c’est du porc ». « Heuuu, et bien, heuuu, porc, en chinois, ça se dit cochon ». « Je demanderai à madame demain ». « Gamin, laisse ta madame en dehors de ça, veux-tu ». « Papa, je ne veux pas devenir tout jaune ». « Pourquoi tu serais tout jaune, hein. Tu te laves, non ». « Et pourquoi les chinois qui mangent du cochon sont jaunes ? ». « Parce que les cochons chinois sont jaunes. Toi, tu vas bouffer ton jambon rose, compris. Et tu auras le nez rose, les joues roses, les fesses roses, le zizi rose ». « Papa, je veux avoir un zizi noir ». « Pourquoi, gamin ? ». « Maman, elle ne pense qu’à ça ».

10/01/2007

Cherche les 80.000

« Papa, c’est  pour quoi, cette bouteille de champagne, hein ? ». « Ha, ha, ha, gamin, aujourd’hui il y aura 80.000 visiteurs sur mon blog ». « Et tu vas offrir une bouteille de champagne, papa ? ». « Hé, ho, gamin, pas fou papa, je vais la boire tout seul, quand tu seras à l’école ». « Mais, papa, on est mercredi, je rentre à midi, pour manger ». « Aaah, heuuu, ben, y a pas garderie à l’école ? ». « Non ». « Comment, non ? ». « Non, papa ». « Heuuu, tu passeras à la superette acheter une boîte de raviolis ». « Papa, pour midi, tu nous fais des moules ». « Ho, ho, ho, gamin, tu sais que ça vit, des moules. Il faut être tout le temps au dessus de la casserole pour assommer celles qui veulent s’échapper ». « Elles font quoi pour s’échapper, papa ? ». « Elles font clap clap avec leurs coquilles, elles sautent dans l’appartement et, cette nuit, elles viendront te mordre les fesses et le zizi ». « Je prends une grande boîte, papa ? ». « Quelle grande boîte, gamin ? ». « De raviolis ».

15/12/2006

Cherche à expliquer au gamin

"Papa, t'es où ?". "Dans la salle de bain, gamin". "Houlala, la grosse toile d'araignée". "Une toile d'araignée ! Où ça, où ça, que je l'écrase". "A ton zizi". "Hein, à mon zizi, mais non, je n'ai pas d'araignée". "Une grosse toile d'araignée, papa". "Gamin, mais non, ce n'est pas une toile d'araignée, ce sont des poils". "Des poils ! A ton zizi". "Gamin, heuuu, comment dire, heuuu, toi aussi tu auras des poils un jour autour du zizi". "Mais je ne veux pas avoir de poils au zizi". "Ben, heuuu, tu en auras aussi en dessous des bras". "Comme les singes ?". "Mais non, gamin, un peu, pour faire joli". "Papa, pourquoi tu fais des croles à tes poils de zizi". "Heuuu, je ne fais pas de crole, gamin, ils poussent comme ça". "C'est idiot". "Heuuu, bèèè, heuuu, ... ". Help, comment expliquer au gamin, help.

26/10/2006

Cherche un autre nom (2)

Avant-hier, la dame de mon chef a failli s'étrangler avec des raviolis quand le gamin a dit, parlant de ses deux hamsters : "Venez voir, Kèkette lave son Kiki et Kiki lave sa Kèkette". Je suis allé m'excuser auprès de mon chef hier. "Et alors, votre dame, ça va mieux"."Mêlez-vous de ce qui vous regarde. Et vous, hein ? Et vos bestioles ?". "Ouais, le gamin a accepté que Kèkette devienne Zèzette". "Et alors ?". "Mais il a aussi voulu que Kiki s'appelle Zizi". "Et alors ?". "Ils sont amusants. A la soirée je les ai regardé longtemps". "Et alors ?". "Ah, c'est beau, quand Zèzette lave son Zizi et Zizi lave sa Zèzette". "Sortez. Et ne m'invitez plus pour des stupides raviolis". Je cherche deux autres noms de hamster.